Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 09:46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V O Y A G E    V O Y A G E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                    Novembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis allée en Inde en avion,


au Népal à vélo,


 et

 

  au Bhoutan train...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 20:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E C L A T    D U    N O I R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                 Décembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eclat du noir


Liséré blanc qui file

 

Ma main frole l'étoffe

 

Liseré blanc qui file


Eclat du noir

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 11:04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E S    S O I R S    B L E U S

 

 

 

 

 

 

 

D E

 

 

 

 

 

 

 

M Y T I L E N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mytilene-s.jpg

 

                                                                                            Février 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Les soirs bleus de Mytilène...

 

 

 

 

 

D'une main,

 

ta tunique, Hélène.

 

De l'autre,

 

ton désir et son épaule voluptueuse...

 

 

 

Sa peau blanche, ta peau d'or,

 

les chansons de Bilitis...

 

 

 

Les soirs bleus de Mytilène,

 

tes regrets aussi, vos matins pâles...

 

 

 

Sa peau blanche, ta peau d'or,

 

les chansons de Bilitis...

 

 

 

Tout s'envole, Hélène,

 

et même les plus sages souvenirs

 

de tes petites amoureuses...

 

 

 

Ta peau blanche, sa peau d'or,

 

les chansons de Bilitis...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Τα μπλε βράδια της Μυτιλήνης

 

 

 

 

 

 

 

 

Με το ένα χέρι

 

η πουκαμίσα σου Ελένη.

 

Με το άλλο,

 

ο πόθος σου και ο ηδονικός της ώμος.

 

 

 

Το λευκό της δέρμα, το χρυσαφί σου δέρμα,

 

τα τραγούδια του Bilitis...

 

 

 

Τα μπλε βράδια της Μυτιλήνης,

 

τα παράπονά σου επίσης, τα χλωμά σας πρωϊνά...

 

 

 

Το λευκό της δέρμα , το χρυσαφί σου δέρμα ,

 

τα τραγούδια του Bilitis...

 

 

 

Ολα πετάνε μακριά , Ελένη ,

 

ακόμη και οι πιό σεμνές θύμισες

 

των μικρών σου ερωμένων...

 

 

 

Το λευκό σου δέρμα, το χρυσαφί της δέρμα,

 

τα τραγούδια του Bilitis...

 

 

 

 

 

Πηνελόπη Εστρέλλα-Παζ

 

 

 

 

 

 

En grec,

grâce à Fanny de Larissa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mėlynas vakaras Mytilene...

 

 

 


 

Viena ranka,

 

jūsų tunika, Helena.

 

Kita,

 

noras šios peties apvalios...

 

 

Balta oda, aukso oda,

 

Bilitis dainos...

 

 

Mėlynas vakaras Mytilene

 

taip pat išaušusio ryto nuoskaudos...

 

 

Balta oda, aukso oda,

 

Bilitis dainos...

 

 

Visi išskrenda, Helena,

 

net kuklūs prisiminimai

 

jūsų meilės mažos ...

 

 

Baltos odos, jos aukso odos,

 

Bilitis dainos...

 

 

 

 

 

En lituanien

grâce à Rasa Slekiené

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            V I E   D E   B I L I T I S

 

 

                 par Pierre Louÿs

 

 

 


 

" Bilitis naquit au commencement du sixième siècle avant notre ère,

dans un village de montagnes situé sur les bords du Mélas,

vers l’orient de la Pamphylie.

 

Ce pays est grave et triste, assombri par des forêts profondes,

dominé par la masse énorme du Taurus.
 

Des sources pétrifiantes sortent de la roche.

 

De grands lacs salés séjournent sur les hauteurs,

et les vallées sont pleines de silence.


Elle était fille d’un Grec et d’une Phénicienne.


Elle semble n’avoir pas connu son père,

car il n’est mêlé nulle part aux souvenirs de son enfance.

 

Peut-être même était-il mort avant qu’elle ne vînt au monde.

 

Autrement, on s’expliquerait mal comment elle porte un nom phénicien

que sa mère seule lui put donner.

 

Sur cette terre presque déserte,

elle vivait d’une vie tranquille avec sa mère et ses sœurs.

 

D’autres jeunes filles, qui furent ses amies,

habitaient non loin de là.

 

Sur les pentes boisées du Taurus, des bergers paissaient leurs troupeaux.

 

Le matin, dès le chant du coq, elle se levait, allait à l’étable,

menait boire les animaux et s’occupait de traire leur lait.

 

Dans la journée, s’il pleuvait, elle restait au gynécée

et filait sa quenouille de laine.

 

Si le temps était beau, elle courait dans les champs

et faisait avec ses compagnes mille jeux dont elle nous parle... "

 


 


  
                Pierre Louÿs

Introdution aux Chansons de Bilitis 

                    1894 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 09:58

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    G R A N D E    F O I R E

 

 

 

 

 

 

 

A U X    D I E U X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             Décembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Foire aux Dieux...

 

 

 

 

Dans mon pays, une fois par an, 

il y a une

Grande Foire aux Dieux.

 

Les gens viennent de très loin.
A pied, à cheval, en voiture...

 

C'est une sorte de troc.

 

On peut rapporter sans problème
celui qui ne convient plus,
celui qui est un peu usé,
celui qui commence à nous fatiguer...

 

C'est très gai.

 

Moi, la prochaine fois,
je choisis 

Celui 

qui fait le moins
de mal possible aux gens.

 

Surtout, surtout

à ceux qui ne croient pas en Lui...

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains Dieux recommandent
qu'on lapide sur le champ
les hommes infidèles.

 

Personnellement,
je trouve que c'est un peu exagéré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois,
une femme est voilée.

 

Quelquefois,
le soleil est voilé.

 

Certains disent : c'est pareil.

Moi je dis, non, ce n'est pas pareil...

 

Le soleil, lui,

il n'est obligé par personne...

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout savoir sur Dieu :     Clic !

 

 

 

Cheveux au vent :       Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 14:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J A C Q U E S    L A C A R R I E R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S U R    L' O R E E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Jacques-Lacarriere-oree-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L comme... langage...

 

 

L... 
Larves des mots enfouis 
dans les laves du temps...

 

... Et l'on écoute,
au fond du puits, soudain,
les mots frémir comme une L d'abeille
surprise au fond d'un verre...

 

 

 

Jacques Lacarrière

 

 

 

 

Cité dans

" Jacques Lacarrière, passeur pour notre temps "

Florence M-Forsythe

Le Passeur Editions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 livres-lacarriere-s.jpg

 

 

                                                                              Mars 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1975 

 

Interviewé par la Radio Télévision Suisse,

 

Jacques Lacarrière

 

parle de  " Chemin Faisant "

 

 

( c'est le livre qui m'a fait marcher ! )

 

 

et de ses 1 000 km à travers la France contemporaine. ( 1971 )

 

 

 

 

Un document rare et précieux :       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très bonne adresse :

 

              L'association " Chemins Faisant " :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Jacques Lacarrière en persan :

 

                                                          Zoom !

 

 

 

 

                                    .

 

 

 

 

 

 

                                   Janvier 2015

 

 

Lacarriere-bel-et-vivace-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Initiatives
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 15:55

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E    M I E L    E X Q U I S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E    L A    P O E S I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                        Octobre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis toujours,
 

il se disait habité par les Muses...

 

 

Le soir, quelquefois, sans rien dire,
 

je baissais l'abat-jour...

 

 

Je me penchais lentement,
 

je prenais doucement son texte
 

entre mes doigts, je le cajolais longtemps...

 

 

Avec bonheur et sans me lasser,
 

j'effleurais ses mots, ses vers et ses rimes...

 

 

Je sentais monter en moi mille images voluptueuses...
 

Je me sentais vraiment très gâtée...

 

 

Puis, lorsque je devinais, à sa respiration,
 

son inspiration tout à fait mûre,
 

je le portais délicatement à ma louche,
 

très tranquillement...

 

 

Hum...

 

 

Bientôt, le suc délicieux,
 

le miel exquis de la Poésie,
 

tant désiré, se répandait généreusement,
 

divinement coulait jusqu'au fond de ma forge...

 

 

Hum...

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 13:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T R O I S    L I G N E S

 

 

 

 

 

 

 

      E N V O L E E S . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T o m e   1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-lignes-s.jpg

 

                                                                               Juin 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En général,
 

ceux qui ont du vice,

 

on les écroue... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Molière, né Jean-Baptiste Poquelin,
 

George Sand, née Aurore Dupin,
 

Pablo, né Ruda...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand les pigeons sont musiciens,
 

Soufflet n'est pas jouer.
 

Mais il n'est jamais trottoir pour bien faire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La roche, le torrent, la femme.


Paysage minéral, rêve d'eaux vives,


Secrets désirs de schistes bleus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Education sentimentale...

 

 

 

A 7 ans, on m'a offert Martine à la plage.

 

A 13 ans, la Princesse de Clèves.

 

A 18 ans, Histoire d'O...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rivages clairs de la tristesse


Délicatesse, précieux îlots de tendresse


Qui m'aime me suive, je est un autre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bleu des cimes...


Quels plaisirs aujourd'hui


Se dessinent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En revenant des Etats-Unis, je suis devenue illico anticapitaliste.
 

En rentrant d'Afrique, complètement anticolonialiste.
 

Là, j'arrive de Grèce et je me sens... très Antigone...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je trouve vos coquelicots vraiment très émouvants,
 

vos églantines très délicates,
 

et même, dois-je le dire, vos roses... très mières...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vol 
 
d'hirondelles...
 
La police est sur les dents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut toujours mener une lutte sur deux fronts.
 
Sur les joues et sur les fesses.
 
Équitablement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

Caresses matinales dans la rosée
 

Sourire discret des cardamines et des fritillaires
 

  Soleil d'avril, découvrons-nous d'un fil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passe le tant...
 
 
 
Je pense à Wolfgang, tant choyé...
 
Je pense à un Opéra, tant aimé...
 
Je pense à sa Flûte, tant chantée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baiser du soir
 

Sa main dans le noir
 

Derrière le voile, un frisson d'espoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il avait fait mine de me frôler le genou

 

M'avait sans doute pris pour Marilyn

 

 You know what I mean, pou pou pidou !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux femmes jouent sur du velours

 

Deux poupées volages frôlent le miroir

 

L'ours est au comptoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne porte jamais de culotte

 

en coton

 

  Cela va de Soie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois gouttes de pluie sur ta joue étonnée,

 

 

Soie sauvage caressée sous un porche,

 

 

Souvenirs effacés, oubli de soi, silence...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vapeurs d'opium qui flottent

 

Bateau Lavoir qui danse

 

   Picasso pense à Fernande...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai un ami.

 

Il est dompteur de jacinthes.

 

C'est très impressionnant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois, le natin,

 

je me temande

 

si j'existe fraiment...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les yeux de nos mondes intérieurs

 

Ne savent pas mentir.

 

Léger murmure sous la neige...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, j'aimerais bien me marier avec Niki...

 

Mais je pense qu'elle préfère ses Nanas...

 

Snifff !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux mésanges jouent aux cartes sur l'abreuvoir

 

Rouge ou noir ? Jouer pile, espérer face

 

Ne plus bouger, simplement s’asseoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au théâtre ce soir

 

Plus jamais je n'aurai peur dans le noir

 

Seulement se dire bonsoir..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il se disait expert en réchauffement climatique...

 

C'est vrai que, certains soirs d'automne,

 

il savait le prouver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime

 

les jolies filles à bicyclette

 

  et les beaux verres à pied...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle honore volley-ball.

 

Elle honore football.

 

Eleanor Rigby.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une toile, un tableau.

 

Douceur des teintes, elle se tient droite.

 

 Douceur des étreintes, elle est prête à fauter...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B.B. : le mythe est éternel.

 

Dieu le sait.

 

 Chaque jour, il se réjouit de l'avoir inventée un jour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un soir.

 

Il jouait, dans le noir, de l'ophicléide à 11 clés.

 

  J'étais bouche bée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de magie, attention !

 

Je pense très fort à une plume.

 

Zut ! Elle s'est envolée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T r o p

 

d e    j o u r

 

n u i t

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hier, vers minuit,

 

On a chipé mon seul exemplaire du Petit Prince...

 

Vol de nuit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Joseph Kessel

 

Le vieux lion guette les derniers cavaliers

 

Une larme sur son rimmel...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premières senteurs de l'automne

 

Un oiseau blanc frôle la Sorbonne

 

Peut-on être et avoir été ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivre un présent

 

Plus que parfait

 

  Inconditionnellement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvent, je pense à la fillette d'Andersen,

 

si gentille, si princesse,

 

si petite, si reine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois, le soir, la caresse d'un livre...

 

Rose comme le plaisir, doux comme les souvenirs...

 

Les souvenirs, dont quelquefois, le soir, on s'enivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne choisis pas les mots.

 

Ce sont eux qui me choisissent.

 

 En fait, j'aime bien me laisser faire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai rencontré Papa, j'avais juste 18 ans.

 

Très vite, on a voulu fonder une famille.

 

 Maman a été un enfant de l'amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femme dune

 

Femme oasis

 

   Femme fontaine...

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son regard effleure en silence mes rivières pâles

 

Doux baisers bleus sur les galets blancs

 

Je ne compte plus les heures...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez le temps filer,

 

Regardez, dans la rosée, les araignées défiler,

 

Défilez sur les champs et lisez !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charme, orme et charmant bouleau...

 

Tilleul, amandier et si doux tulipier de Virginie...

 

Dites-moi... Peut-on hêtre et avoir été ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un petit coin d'herbe sous les toits de Paris.

 

Trois pronoms, pas un seul verbe,

 

Un seul prénom et le souvenir de lui...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je rêve d'un baiser d'Orchidée,

 

Du regard bleu dont tu nous aimes, Iris,

 

Et de votre voix très lointaine, Emerise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses yeux cobalt, son regard d'ange,

 

Son timbre de voix fragile,

 

Aussi doux qu'étrange...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois pas dans le jardin, deux brins de romarin

 

Une demoiselle sur une balançoire

 

Je ne serai pas seule ce soir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses lèvres, certains soirs d'automne,

 

Ses yeux, des histoires d'hier,

 

Sa bouche, comme aux temps anciens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est au soleil qu'elle se donne,

 

Sept ou huit ricochets sur la rivière,

 

Pour ne plus penser à demain...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jours de miel

 

Saisons bleues dans les yeux

 

   Jours de peine et soirs sans elle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un éclat de rire

 

La cascade de mes pleurs

 

  La rivière de mes peurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa mèche est voyageuse

 

Le regard bohémien

 

  Et l'épaule vagabonde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses lèvres sont amoureuses

 

Le regard fécond

 

  Et le bonheur dans ses mains...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,

 

je suis tombée amoureuse d'un miroir.  

 

 Hum... J'ai envie de le demander en mariage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était beau comme un dieu...

 

 

Avant de le connaître, j'étais triste...

 

 

Maintenant, je suis déprimée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fine bretelle blanche

 

Chemin de dentelle

 

Eau de Kenzo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Office du tourisme,

 

Je demande l'heure.

 

 A la fille du vent, son cœur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tressautant sur les pavés, frôlés par une brise légère,

 

un brin mutins, rêves de satin, ses petits seins,

 

à dessein animés soudain d'un caressant vertige...

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime qu'il mange dans ma main,

 

mais je n'aime pas

 

qu'il fasse des miettes partout...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma robe invite ses aiguilles

 

Chanson douce des hauts talons 

 

Faut-il vraiment que je m'habille ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aimerais beaucoup

 

un jour avec vous

 

  joindre futile à l'agréable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Eloge du trois !

 

    Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Satins, lignes de mire,

 

Jardins de Longchamp...

 

C'est dans le désir que je suis vivante...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est mon péché mignon.

 

  J'aime embrasser l'horizon...

 

 Mais jamais le premier soir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 les-yeux-de-nos-mondes-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ogre du Printemps

 

Petit Poucet du bonheur

 

  Temps suspendu, tant attendu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Proust a fait beaucoup.

 

Pour la littérature ? Peut-être....

 

 Pour les petites douceurs de Commercy, assurément.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendue à son cou

 

 ou pendue au gibet,

 

il me dit que je suis la plus belle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Les phrases de Proust sont si longues, si longues, si longues,

 

 que, souvent, je fais une pause au milieu.

 

Avec une madeleine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes viennent de mars

 

Les folles de mai

 

  Et la Princesse de Clèves...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les balcons de la mémoire :      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              Flic floc sur la jetée :     Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       C'est le temps de l'attente :     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                            Vers le Tome 2 :   Clic !

 

 

 

 

 

.

 

 

Molière, né Jean-Baptiste Poquelin,
 

George Sand, née Aurore Dupin,
 

Pablo, né Ruda...

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Ecrire !
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 17:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C' E S T    L E    T E M P S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     L' A T T E N T E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M a t e r n i t é

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

libellule-nuages-s.jpg

 

 

 

                                                           Image internet

                                                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  C'est le temps de l'attente

 

La libellule se fait belle

 

Un nuage repasse sa chemise

 

 

Une petite laine, une petite brise

 

J'ai croisé une hirondelle

 

  C'est le temps de l'attente...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E il tempo dell'attesa

 

La libellula si fa bella

 

 Una nuvola stira la sua camicia

 

 

 Una piccola lana, una piccola brezza

 

 Ho incrociato una rondine

 

 E il tempo dell'attesa

 

 

 

 

 

 En Italien

 

grâce à Gabriel Diana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ya beu tèm log biap

 

Tcheung tchoum chè wè tchounzè nhi

 

Tsè kan mè neum wè tchounzè nhi

 

 

Meudo pvè fèh, meudo fok wè khouo

 

Pi meusseung neum yougzèh

 

Ya beu tèm log biap

 

 

 

 

En batié

 

grâce à Frieda de Yaoundé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Είναι ο καιρός της αναμονής


Η λιβελλούλα γίνεται ωραία


Ενα σύννεφο σιδερώνει το πουκάμισό του

 


Ενα μαλλινάκι, ενα μικρό αεράκι


Συνάντησα ενα χελιδόνι


Είναι ο καιρός της αναμονής 

 

 

 

 

En grec

 

grâce à Fanny de Larissa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

It's a time of expectancy...

 

The dragonfly is getting very pretty

 

A cloud is ironing its shirt

 

 

A sweater, a breeze

 

I have just seen a swallow

 

It's a time of expectancy...

 

 

 

 

En anglais

 

grâce à Janet

 

 

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

فصل انتظار است

 

چه زیبا شده سنجاقک!

 

ابری بلوزش را اتو می‌کِشد

 

 

 

تکه پشمی در آسمان، نسیمی ملایم

 

به پرستویی برخوردم

 

فصلِ انتظار است...

 

پنه‌لوپه استرَلاپاز

 

 

 

 

En persan 

 

grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maternités :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 13:12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 10:28

 

 

Un beau conte de Noël

     de Melle Loop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    G E N T I L L E    P E T I T E    B R I O C H E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E    K A R M A L I N G . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bonze-s-s.jpg

 

 

                                                                                                                                Angers

                                                         Décembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes prêts,

             les enfants ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Alors

    voici pour vous,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       La gentille petite brioche

     de

       Karmaling !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la veille de Noël,

alors que Mme La Comtesse

courait chez Séphora et chez Pimkie,

 

Monsieur le Comte

passait régulièrement prendre

une jolie petite brioche

bien ronde, bien croustillante,

sentant délicieusement bon...

 

Hum !

 

...à la Boulangerie des Abbesses,

au pied du Sacré-Coeur de Montmartre,

pour ceux qui connaissent...

 

 

 

Ensuite,

à deux rues de là,

il entrait très discrètement,

par une étroite porte,

astucieusement dérobée,

dans le petit Temple Bouddhiste Karmaling,

installé depuis peu dans notre belle capitale.

 

 

 

 

 

 

                 Ce Temple appartient au courant 

                           du Petit Véhicule.

 

 

                              Mais ce détail

                   n'est pas vraiment important,

                vous pouvez l'oublier tout de suite,

                              les enfants...

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant,

je dois vous le dire tout de suite

pour que vous compreniez bien l'histoire...

 

...Monsieur le Comte venait juste 

de s'éprendre d'un très jeune bonze

au sourire tout à fait craquant,

à la peau délicieusement satinée,

au kesa irréprochablement repassé,

 

            le kesa, les enfants,

               c'est la robe traditionnelle

                   des moines bouddhistes !

 

et ce jeune bonze, donc, répondait,

le soir, surtout,

dans les tendres vapeurs d'encens

de la lointaine Hai Phong,

au doux nom de Bao Phuong...

 

 

 

 

 

 

Donc ,

lorsque Madame La Comtesse courait,

comme chaque jeudi après-midi,

de cinq à sept,

Pimkie et Séphora,

 

Monsieur le Comte venait,

avec ravissement,

offrir son petit présent gourmand

à son vénérable protégé....

 

 

 

 

Bao Phong,

qui avait le coeur sur la main

et le désir dans les étoiles de Bouddha,

remerciait dévotement et silencieusement

d'un doux signe de la tête,

c'était très touchant,

et, comme il était particulièrement généreux

et soucieux du bonheur de son prochain,

               fût-il vietnamien,

il s'empressait de rompre le petit pain,

 

       exactement comme l'avait fait Jésus

                     en son temps,

                         mais ça,

           tout le monde s'en souvient...

 

et, avec un sourire des plus angéliques,

il distribuait toutes les bonnes petites miettes

à ses proches,

à peine plus âgés que lui,

tout de bel orange vêtus...

 

 

 

Dieu que c'était beau...

 

 

 

La scène...

    que dis-je ?

        ...la cène faisait vraiment plaisir à voir !
 

 


Qui a dit que le monde allait si mal ? 

 

 

 

Moi,

je l'avoue,

j'en ai les larmes aux yeux,

rien que d'y penser à nouveau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Moralité :

 

                     " Les bons Comtes font les Bonzes amis..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Joyeux Noël les enfants !

 

                   Soyez bien sages !

 

                        Promis ?

 

 

 

 

 

 

 

                     Pénélope Estrella-Paz

 

                                Décembre 2012

 

 

 

                                    .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa très Sainte main :    Clic !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Ecrire !
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !