Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 03:45

 

 

Loop en Iran

 

   Tome 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T    L E S    M Y S T E R E S

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S    T A P I S    P E R S A N S

 

 

 

 

 

 

 

 

( détails )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-7-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shiraz

 

 

 

Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-2-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-3-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-4-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-6-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-8-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'art des tapis :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-5-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-23.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-24.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un peu d'histoire ?

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-25.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-22-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran

 

 

Tome 3 :      Clic !

 

 

Tome 7 :         Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 22:53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P R E C I E U X     Î L O T S

 

 

 

 

 

 

 

D E    T E N D R E S S E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                            Juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rivages clairs de la tristesse


Délicatesse, précieux îlots de tendresse


Qui m'aime me suive, je est un autre...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 23:53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    A    P O R N I C . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ponton-pornic-s.jpg

 

 

   Au pied du château...

 

Le dernier jour de l'année 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plage-vers-fontaine-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 boules-filets-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 deux-pecheries-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 jeune-goeland-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2015-pecherie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pornic :

 

 

Côte de Jade

 

Pays de Retz

 

Bretagne Sud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chateau-de-pornic-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

port-pornic-manege-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pornic sur Wikipedia :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 canard-mer-plage-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Bretagne :

 

 

      Tome 1 :   Clic !

 

 

            Tome 2 :    Hop !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 20:12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

c h e z

 

 

 

 

 

 

 

 

E L S A    T R I O L E T    E T    A R A G O N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                               Juin 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison Triolet Aragon

 

Moulin de Villeneuve

 

St Arnoult en Yvelines

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand, côte à côte,

 

nous serons des gisants,

 

l'alliance de nos livres nous unira

 

pour le meileur et pour le pire

 

dans cet avenir qui était notre rêve

 

et notre souci majeur, à toi et à moi.

 

 

La mort aidant,

 

on aurait peut-être essayé et réussi

 

à nous séparer plus sûrement que la guere de notre vivant :

 

les morts sont sans défense.

 

 

Alors,

 

nos livres croisés viendront, noir sur blanc,

 

la main dans la main,

 

s'opposer à ce que l'on nous arrache l'un à l'autre.

 

 

 

Elsa Triolet

 

( gravé au bas de la stèle )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Nous dormirons ensemble

 

 

 

 

 

Que ce soit dimanche ou lundi 

 

Soir ou matin minuit midi 
 

Dans l'enfer ou le paradis 
 

Les amours aux amours ressemblent 
 

C'était hier que je t'ai dit 
 

Nous dormirons ensemble

 

 

 

C'était hier et c'est demain 
 

Je n'ai plus que toi de chemin 
 

J'ai mis mon cœur entre tes mains 
 

Avec le tien comme il va l'amble 
 

Tout ce qu'il a de temps humain 
 

Nous dormirons ensemble

 

 

 

 

Mon amour ce qui fut sera 
 

Le ciel est sur nous comme un drap 
 

J'ai refermé sur toi mes bras 
 

Et tant je t'aime que j'en tremble 
 

Aussi longtemps que tu voudras 
 

Nous dormirons ensemble.

 

 

 

 

Aragon

 

Le fou d'Elsa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



D'aimer si fort ses lèvres closes
 

Qu'il n'ait besoin de nulle chose
 

Hormis le souvenir des roses
 

A jamais de toi parfumées

 

 

Heureux celui qui meurt d'aimer
 

Heureux celui qui meurt d'aimer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leurs fantôme discret sous le soleil,
 
la roue à aube envolée,
 
la faïence bleue, intacte, dans la cuisine,
 
30 00 livres dormant dans les bibliothèques,
 
des enfants rieurs, courant, sautant,
 
fêtant, légers, un anniversaire dans le parc...
 
 
 
 
       Pénélope Estrella-Päz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aragon sur l'Orée des Peut-être :     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop chez Elsa Triolet et Aragon
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 20:01




 
 
 







Q U A N D


P A P A


 E S T    P A R T I,


 


 
 
 
 
 







                                                                                                                    Août 2009








 
 
 
 
 
 
 



  On était en plein été...








Il est parti un matin,
 très vite,
presque sans prévenir,
comme s'il partait juste acheter
des cigarettes,


lui
 qui n'avait jamais
  fumé...







Alors,
nous, on est rentrées
en silence,



on a baissé
 tous les volets,



on s'est serrées
 sur le canapé.







On a pleuré,
pleuré,

et

 on s'est promis
que jamais,
au grand jamais,

  on ne commencerait à
  fumer...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pénélope Estrella-Paz
 
 
Novembre 2009














                                             Clic !
 

                                            .

 
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Penelope - dans Les tiroirs de ma mère
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 20:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A R A G O N

 

 

 

 

 

 

 

S U R    L' O R E E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

aragon-sepia-s.jpg

 

                                                             Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop chez Elsa Triolet et Aragon :     Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lucy Eon et Aragon :         Clic !      et       Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elsa et Louis

 

dans le parc du Moulin de St Arnoult.

 

 

Aujourd'hui,

 

tous deux reposent à cet endroit,

 

sous la même stèle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La voix de Lucy :     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un poème de Lucy Eon :      Splash !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT ?

 

 

 

 

 

 

 

Tout est affaire de décor

Changer de lit changer de corps

À quoi bon puisque c'est encore

Moi qui moi-même me trahis

Moi qui me traîne et m'éparpille

Et mon ombre se déshabille

Dans les bras semblables des filles

Où j'ai cru trouver un pays.

 

Coeur léger coeur changeant coeur lourd

Le temps de rêver est bien court

Que faut-il faire de mes nuits

Que faut-il faire de mes jours

Je n'avais amour ni demeure

Nulle part où je vive ou meure

Je passais comme la rumeur

Je m'endormais comme le bruit.

 

C'était un temps déraisonnable

On avait mis les morts à table

On faisait des châteaux de sable

On prenait les loups pour des chiens

Tout changeait de pôle et d'épaule

La pièce était-elle ou non drôle

Moi si j'y tenais mal mon rôle

C'était de n'y comprendre rien

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent

Et leurs baisers au loin les suivent

 

Dans le quartier Hohenzollern

Entre La Sarre et les casernes

Comme les fleurs de la luzerne

Fleurissaient les seins de Lola

Elle avait un coeur d'hirondelle

Sur le canapé du bordel

Je venais m'allonger près d'elle

Dans les hoquets du pianola.

 

Le ciel était gris de nuages

Il y volait des oies sauvages

Qui criaient la mort au passage

Au-dessus des maisons des quais

Je les voyais par la fenêtre

Leur chant triste entrait dans mon être

Et je croyais y reconnaître

Du Rainer Maria Rilke.

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent

Et leurs baisers au loin les suivent.

 

Elle était brune elle était blanche

Ses cheveux tombaient sur ses hanches

Et la semaine et le dimanche

Elle ouvrait à tous ses bras nus

Elle avait des yeux de faïence

Elle travaillait avec vaillance

Pour un artilleur de Mayence

Qui n'en est jamais revenu.

 

Il est d'autres soldats en ville

Et la nuit montent les civils

Remets du rimmel à tes cils

Lola qui t'en iras bientôt

Encore un verre de liqueur

Ce fut en avril à cinq heures

Au petit jour que dans ton coeur

Un dragon plongea son couteau

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent

Et leurs baisers au loin les suivent.

 

 

 

 

                Louis Aragon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si petit et si grand !

 

 

 

 

C’est ici que tu es à ton aise,

homme enfin digne de ton nom,

c’est ici que tu te retrouves

à l’échelle de tes désirs.

 

 

Ce lieu,

ne crains pas d’en approcher ta figure,

et déjà ta langue,

la bavarde,

ne tient plus en place,

ce lieu de délice et d’ombre,

ce patio d’ardeur,

dans ses limites nacrées,

la belle image du pessimisme.

 

 

Ô fente,

fente humide et douce,

 cher abîme vertigineux...

 

 

 

 

 

 

 

" Le con d'Irène "

 

Extrait

 

Louis Aragon

 

 

 

 

 

 

Clic !       et       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discorama

 

1961

 

Monique Morelli : L'affiche rouge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Voulez-vous nous offrir un autre texte d'Aragon ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 aragon-elsa-s.jpg

 

 

        Avec Elsa Triolet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On donnerait cher pour savoir ce qu’elles pensent.

 

Celles qui veulent ne pas être touchées.

 

Celles qui veulent qu’on les laisse faire.

 

Celles qui veulent qu’on les saisisse lentement.

 

Celles qui veulent frémir, celles qui veulent frôler.

 

Celles qui ne savent pas ce qu’elles veulent.

 

Les habituées.

 

   Les novices.

 

Celles qui ne comprendront pas

   comment elles ont, une fois dans leur vie, permis cela.

 

Les désespérées.

 

    Les folles.

 

        Toutes les femmes sans mémoire,

              toutes les femmes sans lendemain…

 

 

 

                           Louis Aragon (1897-1982)

 

 

 

 

 

 

                   Merci Fanny !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Connaissez-vous l’île

Au cœur de la ville

Où tout est tranquille

Eternellement

 

L’ombre souveraine

En silence y traîne

Comme une sirène

Avec son amant

 

La Seine profonde

Dans ses bras de blonde

Au milieu du monde

L’enserre en rêvant

 

 

 

 

Extrait de

" Quai de Béthune "

dans

" Il ne m'est Paris que d'Elsa "

 

 

 

 

Merci Louis-Paul !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard

 

Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson

 

Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson

 

Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson

 

Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare

 

Il n’y a pas d’amour heureux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aragon

 

chanté par Danielle Darrieux

 

dans le film de François Ozon

 

" 8 femmes."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Noëlle !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Rencontres
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 09:45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E S    H I S T O I R E S    D E    L O O P 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E N    F Â R S I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 داستان های لوپ به زبان پارسی

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

shah_mosquee_ispahan-s.jpg

 

                                                                                                            Image internet

 

 

La mosquée du Shah

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Textes de

 

Pénélope Estrella-Paz

 

très aimablement traduits

 

en fârsi

 

par mes amis iraniens et iraniennes.

 

 

Grand merci !

 

 

 

Cunault-v-v.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Comme une eau de parfum...

 

 

همچون یک عطر...

 

 

 

Zip !

 

 

Grâce à Mahsa Ghaemi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la pluie...

 

 

 زیر باران

 

 

Clic !

 

 

 

Grâce à Beh Noush

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le regard des anges.

 

Le geste de la pluie.

 

La voix de son maître...

 

 

 

 

 

نگاه فرشتگان

 

حرکات باران

 

ندای سرورش

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Maryam Baharan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop fête Norouz !

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je marchais dans la rue...

 

J'ai rencontré Dieu.

 

Il ne m'a pas reconnue.

 

 

 

 

 

در خیابان راه می‌رفتم

 

به خدا برخوردم

 

مرا نشناخت

 

 

پنه‌لوپ‌ استره‌له‌پز

 

 

 

 

 

      Traduction Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 پچ پچ مبهمی زیر برف

 

 

 

      Léger murmure sous la neige...

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheveux au vent

 

 

گیسوان در باد

 

 

 

grâce à Zahra Reasei

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les encres bleues d'Ispahan

 

 

 جوهرهای آبی اصفهان

 

 

 

grâce à Mahsa Gaemi

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les jardins d'Avicenne

 

 

grâce à Zahra Rezaei

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Maman, Maman !

 

Il y a un gros monsieur tout rouge

 

assis sur une sorte de traîneau

 

qui veut absolument me donner une DS 3D !!!

 

 

 

Résiste, mon chéri, résiste !

 

 

 

 

 

 

 

مامان ! مامان !

 

یه آقای چاق سرتاپا قرمز، نشسته توی یه جور سورتمه و

 

اصرار داره یه «نینتندوی د - اس» سه بعدی بهم بده

 

 

- مقاومت کن عزیزم! مقاومت کن!

 

 

پنه‌لُپ استرِه‌له‌پَز

 

 

 

 

Traduction Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'en souviens,

 

quelquefois il disait :

 

 

" J'aimais votre voix de petite fille

 

quand vous couliez

 

de désir...

 

 

Ce n'était plus vous,

 

   c'était vraiment vous..."

 

 

 

 

 

 

 

به یاد می آورم

 

گاه که می گفت:

 

صدایت را دوست می داشتم

 

دخترکی که غرق در آرزو بودی

 

این دیگر تو نبودی

 

به راستی تو بودی.

 

 

پِنه لوپه استرلاپَز

 

 

 

Traduction Mihan Tari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le parapluie..

 

 

En persan,

 

grâce à Asal Em

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fille de l'Egée.

 

Crépuscule,

elle survole les Météores.

 

Aurore,

elle effleure les violons de Chagall...

 

 

 

 

 

دخترِ اِژه

 

گرگ و میش ِ غروب

 

او برفرازِ‌ سنگ‌های آسمانی پرواز می‌کند

 

سپیده

 

سرانگشتانش را به ویلون‌های شاگال نزدیک می‌کند

 

پنه‌لوپ استره‌له‌پز

 

 

 

 

En persan,

 

grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On m'a dit que tout était possible...

 

Dois-je le croire ?

 

 

 

 

 

 

...بهم میگن هر چیزی ممکنه

 

باید آیا باور کنم ؟

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Mohamad Ezatpour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jus de mandarine

 

Mes lèvres sont mouillées

 

Rêve bleu marine

 

La pluie dans le jardin, flic floc sur la jetée...

 

 

 

 

 

آبِ نارنگی و

 

لب های خیسِ من

 

رویای سرمه ای

 

باران در باغ و

 

چکاچک روی اسکله

 

 

 

 En persan,

 

grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le temps de l'attente

 

La libellule se fait belle

 

Un nuage repasse sa chemise

 

Une petite laine, une petite brise

 

J'ai croisé une hirondelle

 

C'est le temps de l'attente...

 

 

 

 

 

فصل انتظار است

 

چه زیبا شده سنجاقک!

 

ابری بلوزش را اتو می‌کِشد

 

تکه پشمی در آسمان، نسیمی ملایم

 

به پرستویی برخوردم

 

فصلِ انتظار است...

 

پنه‌لوپه استرَلاپاز

 

 

 

 

 En persan,

 

grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Balcons de la mémoire

 

Deux colombes se posent

 

La lune se balance...

 

 

 

 

 

 

بر بالکن‌های خاطره

 

دو ستون نهاده‌اند

 

ماه بر آن‌ها تاب می‌خورَد

 

 

 

 

 En persan,

 

grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l'aime...

 

 

...من او را دوست دارم

 

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Masoud Sanjarani

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Je pense à Marie...

 

 

En fârsi

 

grâce à Zahra Rezaei

 

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La coulée douce

 

 

 En fârsi

 

grâce à Mihan Tari

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chant de la pluie :

 

 

Hop !

 

 

 

Grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le regard des anges :

 

 

Zip !

 

 

 

Grâce à Maryam Baharan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une musique envoyée par Mohamad

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier tome,

      c'est par ici :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 21:24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 L A    P O E S I E    D E S    M U R S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rue St Laud

 

 

Juin 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 20:19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E V I N E T T E

 

 

 

 

A

 

 

 

 

I S P A H A N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pont-d-ispahan-s.jpg

 

 

 

 

 

Le pont Khadju

 

sur la rivière Zâyanderoud

 

Ispahan

 

 

27 mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devinette :

 

 

 

Dans une rue d'Ispahan,

 

de Téhéran ou de Kermânshâh,

 

comment reconnaît-on une fillette de 9 ans

 

 marchant à côté d'une autre

 

 de 8 ans et 11 mois ?

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Loop en Iran

 

  Tome 6 :

 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran

 

 

Tome 8 :   Norouz !       Clic !

 

 

Tome 9 : Le mystère des tapis persans :     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 22:09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rochefort-sur-Loire-s.jpg

 

 

La Loire à Rochefort sur Loire

 

Septembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les amis de Rochefort

 

 

 

 

 

 

Le ciel et le grand air

La flamme du clocher dégagée du tonnerre

La place de l’église

Les pelouses du toit jonchées de pierres grises

Une table encombrée de feuillage et de mains

Pour chaque ami un lendemain

 

 

Ce soir encore ensemble

Dans mes yeux le rideau de ton regard qui tremble

 

 

Je voudrais tant rester cet hiver parmi vous

Le visage dans la mousse de vos genoux

 

 

Le vent n’efface pas le bruit de vos paroles

Je prends place dans vos poitrines sur ce môle

Où s’attarde déjà la nef de l’horizon

C’est votre sang qui donne une teinte aux saisons

 

 

Vogueurs de grands chemins

Négriers des villages

Les gibiers du soleil tiennent dans votre cage

Vous êtes à l’avant du monde les passeurs

Les rapides du soir empruntent votre cœur

 

 

Je vous regarde aller

Vous marchez bien quand même

C’est à travers vos pas la lumière que j’aime

Au-dessus des étangs le son de votre voix

Et je rejoins la nuit

Très tard

À contre-voie.

 

 

 

 

 

        René-Guy Cadou

        " La vie rêvée "

        Robert Laffont

     1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maison-d-ecole-cadou-s.jpg 

 

                                                                                      2013

 

 

 

 

" La Demeure René Guy Cadou "

 

 

Sa dernière maison d'école

à Louisfert

en Loire Atlantique 

est devenue musée en 1993.

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

René Guy Cadou

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    L'Association Cadou-Poésie :

 

J.F. Jacques

21 Avenue Le Nôtre

92420 Vaucresson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rene-2-ans-s.jpg

 

                                         Source Demeure RG Cadou

 

 

 

René à 2 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Georges-Cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

  Georges Cadou

son papa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna-cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

 

Anna

Sa maman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 carte-postale-Cadou-s.jpg

       

                                                          Source Demeure RG Cadou

 

 

 

 

 

 

De Pornic,

 

René écrit une carte postale à sa maman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-adulte-s.jpg

 

                                             Source Demeure RG Cadou

 

 

      René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 video-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ce dvd est sorti récemment :

 

 

René Guy Cadou

ou 

Les visages de solitude

 

 

 

Un film d'Emilien Awada

Scénario Luc Vidal

 

52 mn

 

Disponible aux Editions du Petit Véhicule

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      * * *

 

 

 

 

 

 

 

 

     Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

 

 

- Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !

 

 

- Les rives de la Seine ont aussi leurs fleuristes...

 

 

- Mais pas assez tristes ! Oh ! Pas assez tristes !

 

      Je suis malade du vert des feuilles et des chevaux,

 

           Des servantes bousculées dans les remises du château...

 

 

- Mais les rues de Paris ont aussi leurs servantes !

 

 

- Que le diable tente ! que le diable tente !

 

     Mais moi seul dans la grande nuit mouillée,

 

        L’odeur des lys et la campagne agenouillée,

 

            Cette amère montée du sol qui m’environne,

 

                 Le désespoir et le bonheur de ne plaire à personne...

 

 

- Tu périras d’oubli et dévoré d’orgueil !

 

 

- Oui, mais l’odeur des lys !

 

                     La liberté des feuilles !

 

 

 

 

                                            René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

Paris :   Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         René Guy Cadou et les poètes bretons :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

Rochefort sur Loire

 

 

 

 

Juillet comme un beau soir dans un jardin sablé

 

L'auberge, la fumée des quinquets de la gare

 

On n'a pas rétabli les deux ponts sur la Loire

 

Mais on a bien gardé celui de la mémoire

 

 

Et tu marches là-bas parmi les oseraies

 

Traînant derrière toi ton unique village

 

Ses faces de buveurs, ses chevaux, son clocher

 

L'ardoise du poète et l'absinthe sauvage

 

Qui nous attend sur le comptoir de l'amitié

 

 

Te souviens-tu de ta maison et du passeur

 

En cotte bleue et qui fumait des cigarettes

 

Mouillées, Te souviens-tu de Béhuard cette cloche

 

Qui nous battait le cœur comme une aile brisée

 

 

Le bruit vague de l'eau, la collégiale rose

 

D'un ciel qui se mourait de son immensité

 

Nous chantons sur la route et déjà se dessinent

 

Les bocaux jaune et vert de ta maison hantée

 

 

Emmène-moi dans la vallée vers la demeure

 

De Marie-Cécile en Saint-Aubin-de-Luigné

 

Que j'y retrouve et que j'y boive ma jeunesse

 

Fraîche et joyeuse dans un décor du Douanier...

 

 

 

 

 

                     René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helene-et-Jean-Francois-s.jpg 

 

 

             Etienne, Hélène et Jean-François

       à La Possonnière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène et Jean-François

ont mis en musique ce poème,

cher au coeur de tous les Angevins

et bien au-delà.

 

Ils le chantent un dimanche béni de mai 2013,

royalement installés sur leur bateau,

une très belle toue traditionnelle,

sur le port de la Possonnière en Anjou,

dans le cadre d'une très inspirée Fête de la Loire.

 

La Possonnière est à un souffle ( poétique ) de Rochefort sur Loire.

 

 

                Leur site :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour écouter :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

feuille-cadou-s.jpg

 

 

                                                             Anjou

                                                                             Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Automne

 

 


Odeur des pluies de mon enfance

 

Derniers soleils de la saison ! 


A sept ans, comme il faisait bon, 


Après d'ennuyeuses vacances,


Se retrouver dans sa maison ! 

 

 

 

 

 



La vieille classe de mon père,


Pleine de guêpes écrasées, 


Sentait l'encre, le bois, la craie


Et ces merveilleuses poussières 


Amassées par tout un été. 

 

 

 

 

 



Ô temps charmant des brumes douces, 


Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,


Le vent souffle sous le préau,


Mais je tiens entre paume et pouce 


 Une rouge pomme à couteau...

 

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plaque-Cadou-s.jpg

 

                                                                      Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai pris cette image l'automne dernier

 

au cours d'une jolie balade à pied

 

dans les vignes automnales

 

de St Aubin de Luigné, en Anjou,

 

tout au bord du Layon tranquille et silencieux

 

qui promenait nochalamment ses feuilles mortes,

 

à peine rousses encore...

 

 

 

 

 

Des cheminées simples et droites

au bord des toits d'ardoise

qui fument en plein après-midi de novembre,

 

un vieux monsieur à casquette,

qui fend son bois avec application dans sa remise,

 

un alambic qui brûle discrètement derrière une haie,

 

l'odeur forte de la râpe

en gros tas lie de vin

le long de l'ancienne voie ferrée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans les années 1940,

 

René Guy Cadou et ses amis poètes

 

de la toute jeune et encore inconnue " Ecole de Rochefort "

 

venaient régulièrement faire ripaille 

 

et écrire dans ces douces contrées ligériennes.

 

 

 

 

 

 

 

Pays de cocagne des vins du Layon,

de la noble Loire toute proche,

une lumière toujours pastel et vibrante,

le souvenir de l'ancien presque voisin

Joachim Du Bellay...


Son petit Liré n'est pas si loin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une lampe naquit sous la mer

Un oiseau chanta

Alors dans un village reculé


Une petite fille se mit à écrire
Pour elle seule

Le plus beau poème.



Elle n'avait pas appris l'orthographe

Elle dessinait dans le sable

Des locomotives

Et des wagons pleins de soleil.



Elle affrontait les arbres gauchement

Avec des majuscules enlacées et des cœurs.


Elle ne disait rien de l'amour

Pour ne pas mentir

Et quand le soir descendait en elle

Par ses joues

Elle appelait son chien doucement

Et disait :


« Et maintenant cherche ta vie ».
 
 
 

              René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou est né en 1920 à Sainte-Reine-de-Bretagne,

en pays briéron, mort en 1951, à Louisfert,

non loin de Châteaubriant, en Loire-Atlantique.

 

René Guy Cadou a su, en l’espace d’une courte vie,

construire une des œuvres poétiques les plus importantes

du XXe siècle. 

 


C’est grâce à la rencontre, à Nantes,

du jeune libraire-poète Michel Manoll,

que René Guy Cadou, lycéen de seize ans, entre en poésie.

 

Dès l’année suivante, il publie son premier recueil de poèmes

 " Brancardiers de l’aube."

 

Devenu instituteur remplaçant,

il va errer, pendant cinq ans,

d’une école de village à une autre,

trouvant dans cette errance même

– autant physique qu’affective –

une puissante source d’inspiration. 

 


La rencontre, en 1943,

d’Hélène Laurent va faire du brillant disciple de Pierre Reverdy,

le grand poète inspiré que l’on connaît,

le poète d’ " Hélène ou le Règne végétal ",

livre qui constitue, sans nul doute,

un des sommets de la poésie amoureuse de langue française. 

 


Titularisé enfin,

René Guy Cadou s’installe avec Hélène

dans la maison d’école de Louisfert,

et c’est là qu’il écrira

dans les cinq années qui le séparent de sa mort,

ses derniers grands poèmes lyriques,

dont l’admirable " Ode à Serge Essenine."

 

 

Au reste, René Guy Cadou ne fut pas seulement poète,

comme le prouvent son autobiographie (partielle)

" Mon enfance est à tout le monde,"

son roman " La Maison d’été,"

les articles de critique littéraire

parus dans diverses revues et rassemblés plus tard

dans " Le Miroir d’Orphée,"

ainsi que son admirable

" Guillaume Apollinaire ou L’Artilleur de Metz."

 

 

          Source : Revue 303.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-Seyes-s.jpg

 

 

                                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Original :

 

Des petits poèmes en bandes dessinées !

 

 

               Cric !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Loop et les chics poètes de la Loire :

 

                       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fleur rouge

 

 

 

A la place du ciel

Je mettrai son visage

Les oiseaux ne seront

Même pas étonnés

Et le jour se levant

Très haut dans ses prunelles

On dira le printemps

Est plus tôt cette année

 

Beaux yeux, belle saison

Vivier de lampes claires

Jardins qui reculez

Sans cesse l'horizon

On fait déjà les foins

Le long de ses paupières

Les animaux peureux

Viennent à la maison

 

La chambre est encombrée

De rivières sauvages

Dans le foyer s'envole

Une épaisse forêt

Et la route qui tient

En laisse les nuages

Traîne sa meute d'or

Jusque sous les volets

 

Tous les fruits merveilleux

Tintent sur son épaule

Son sang est sur ma bouche

Une flûte enchantée

Je lui donne le nom

De la première enfance

De la première fleur

Et du premier été

 

 

 

René Guy Cadou

 

" Hélène ou le règne végétal "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      Hélène et René Guy Cadou

 

                                                                              Vers le Tome 2 :

 

 

                                                                          Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin chante Cadou :

 

 

 

 

 

   

Visite de la Demeure Cadou à Louisfert...

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !