Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O L I A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olia-s.jpg

 

            Août 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle s'appelait Olia.

 

C'était notre nouvelle maîtresse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Elle venait d'Ukraine,


mais personne ne savait


comment elle était arrivée jusqu'à nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Cette année-là,


quand il le pouvait,


papa venait me chercher


de temps en temps,


après l'école.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Olia,


j'aimais bien ses longues nattes blondes,


très sages,


qui sautillaient un peu quelquefois,


quand elle riait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Moi,


j'étais au premier rang.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Elle sentait bon


et


c'était doux,


quand elle se penchait sur moi,


 pour une gentille gronderie


ou


un petit encouragement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je me souviens,


elle portait souvent une longue robe écrue,


un peu échancrée,


assez ample, toute simple,


mais savamment brodée

 

au col et aux manches,

 

avec des motifs très gais

 

et

 

très colorés.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Elle disait

 

d'un air étonnamment sérieux :


 

 

 

 

" Vous savez, les enfants,


elle a été cousiou


dans le village de ma grand-mère,


tout plès de Kirovohrad... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Nous,


on savait pas où c'était,


mais on imaginait que ça devait être


très loin et très joli.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Elle vivait toute seule,


pourtant, certains soirs,


à la petite fenêtre sous les toits,


dans la maison d'école,


on apercevait des ombres lentes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi,

 

ce que je préférais,

 

c'était la dictée...

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son drôle d'accent

 

assez craquant,

 

 

 

Papa disait :

 

" Slave, l'accent, slave... "

 

 

on ne comprenait pas tous les mots,

 

mais on faisait quand même

 

le mieux possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait,

 

on avait très envie

 

de lui faire

 

plaisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens,

 

elle corrigeait les fautes

 

avec sa belle encre Waterman

 

 

" bleu des mers du sud ".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle ne mettait jamais de notes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais,


le jour où elle trouvait


qu'on s'était bien appliqués,


elle ne disait rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle passait


simplement derrière son bureau,


elle se penchait,


c'était beau,


et


elle faisait apparaître soudainement


une petite boîte en bois sombre,


avec des formes bien arrondies

 

qui me plaisaient

 

beaucoup

 

et

 

   qui donnaient tant envie de toucher...



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle écartait doucement quelques cahiers,

 


deux ou trois manuels de sciences naturelles


ou bien


une revue de mode en écriture cyrillique,


et là,


elle déposait délicatement l'étui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était comme une cérémonie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec lenteur, elle l'ouvrait,

 


ça faisait clic, clic,

 


et elle en sortait


un tout petit violon 


qui avait l'air très très vieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Alors,


elle passait et repassait sur les crins de son archet


une petite pierre ronde,


couleur de miel,


 qui faisait de la poussière partout

 

et


qui sentait bon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard,


j'ai appris que c'était de la colophane.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olia


se tenait debout devant nous,


bien droite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacun retenait son souffle.

 

 

 

 

 

 

Au bout d'un moment,


elle fermait les yeux,


elle prenait une grande inspiration


et


elle commençait à jouer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous.

 


 

Pour elle.

 

 

 

 Pour la vie qui court.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un peu comme des airs de danse,


des airs un peu étranges,


des choses


qu'on n'avait jamais vraiment entendues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette année-là,


tout le monde voulait être bon


en orthographe.

 

 

 

 

 

 

Même les garçons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Quand Olia rouvrait les yeux,

 

elle avait, quelquefois,

 

ici,

 

comme une toute petite larme.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais


personne ne s'en rendait vraiment compte...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                       


 


 

 

 

 

 

   



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          L'image :


 

Olia, de l'ensemble Tsarivny

 

         ( Ukraine )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  Donia

     Etienne Perruchon

           Dogora

      ( Ouvrons les yeux )

 

 

 

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               .

Première publication d'Olia :

 

       Septembre 2011

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Tranches de ma vie
commenter cet article

commentaires

Jonas D. 09/02/2015 09:22


J'espère que c'est un récit... En tous cas, cette mémoire déliée nous révèle des moments de grâce et cette éducatrice étrangère prouve que l'enseignement est universel mais que pour le pratiquer
il ne suffit pas de livres, de craies et de cloches, il faut également posséder un feu en soi, un amour parfait pour les femmes et les hommes qui poussent leurs pas sur le chemin de la vie.
Superbe texte Pénélope ! Jonas

Oh ! My Loop ! 09/02/2015 09:31



Merci beaucoup, Jonas...


Qu'ils soient issus de l'imagination ou du réel,


les récits peuvent avoir une portée universelle...

Ce texte est important pour moi...


Très bonne journée à toi,


Pénélope 



k 15/09/2012 11:54


nostalgie de cette époque où nous attendions impatiemment qui était notre nouveau maître ou maîtresse.....

Oh ! My Loop ! 15/09/2012 13:23



Oui


ce sont des souvenirs


qui nous accompagnent très longtemps ! 


Loop



valdy 09/09/2012 23:37


Je me souviens ... j'avais aimé cette histoire et les mots pour la dire

Oh ! My Loop ! 10/09/2012 22:00



Chic !


J'ai découvert hier


ton nouveau très joli blog !


Mes amitiés à Modestine...


Loop 



Suzâme 06/09/2012 22:49


Bonsoir Loop,


La photo, puis ligne par ligne, mot après mot, je revoyais ce que j'avais lu, était-ce l'année dernière. Une belle émotion toute simple, au fond d'un passé qui se compose avec des yeux d'enfants
qui résistent à tous les temps... Olia, comme une apparition. Suzâme

Oh ! My Loop ! 10/09/2012 22:23



Ce texte est important pour moi...

Et ton ressenti,


votre ressenti,


l'est également, beaucoup,


pour moi...


Loop 



covix 06/09/2012 21:44


Bonsoir Pénéloop, 


Comme ces souvenirs sont bien dits, et plein de poésie...de sensibilité.


Merci pour Donia.


Bonne soirée


@mitié


 

Oh ! My Loop ! 10/09/2012 22:40



Donia est tiré du CD Dogora.


Magnifique de bout en bout.


d'Etienne Perruchon. 


Loop



Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !