Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 09:39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O R O U G H    F A R R O K H Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-Farrokhzad-arbre-s.jpg

 

                                                                           Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse iranienne

 

1935 / 1967

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne s’agit pas d’un lien fragile,

 

ni d’une simple étreinte

 

entre les pages froissées d'un cahier.

 

 

Il s’agit du bonheur de mes cheveux

 

brûlés sous les coquelicots

 

de tes baisers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zoom !    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô toi,

 

femme iranienne,

 

soumise à la misère, au malheur et à la cruauté...

 

 

Si un jour

 

tu veux te défaire de tes liens,

 

 alors,

 

enfile aujourd'hui la jupe de l'obstination...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد

 


من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم

 


نگاه کن که چه برفی می بارد...

 

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Forough-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arbre était amoureux du vent.

 

Un vent venu de nulle part,

 

  Un vent follement vagabond...

 

 

Mais où est la maison du vent ?

 

Où est la maison du vent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est moi...

 

 

Je suis une femme seule
 

au seuil d’une saison froide
 

au début du saisissement
 

de l’existence souillée de la terre
 

du désespoir simple et triste du ciel
 

et de l’impuissance de ces mains cimentées.


 

Le temps a passé

 

et l’horloge a frappé quatre coups

 

quatre coups.
 

 

Je connais le secret des saisons
 

et je déchiffre le message des instants.


 

Le sauveur sommeille dans sa tombe
 

et le sol,

 

le sol accueillant
 

est une invitation à la quiétude...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre naissance...

 

 

 

Toute mon existence est un morne verset

 

qui te répète

 

et qui t'amène à l'aube des floraisons

 

et des croissances éternelles.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai soupiré.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai greffé.

 

 

 

A l'arbre, à l'eau, au feu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forough-2-mains-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai commis le péché, un péché succulent

 

dans une étreinte aussi torride

 

qu’un brasier !

 

 

J’ai commis le péché, enlacée par des bras,

 

des bras vengeurs, brûlants et durs

 

comme l’acier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis dénudée
 

dénudée, dénudée

 

comme les silences dans les paroles de tendresse
 

et mes plaies sont toutes d’amour
 

d’amour, d’amour.

 


 

J'ai sauvé cette île errante
 

de la tourmente de l’océan
 

et de l’irruption de la montagne.


 

Le morcellement fut le secret de cet être unifié

 

dont les plus modestes particules
 

donnèrent naissance au soleil.


 

Salut à toi, nuit innocente !
 

Salut à toi, nuit qui transforme

 

les yeux des loups du désert en fosses osseuses

 

où gisent la croyance et la certitude.

 

 

Le long de tes ruisseaux
 

les fantômes des saules
 

respirent les tendres esprits des haches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-sourire-s.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand ma confiance était pendue

 

à la corde souple de la justice

 

et que,

 

dans toute la ville

 

on morcelait les cœurs de mes lumières...

 

 

Quand l’on fermait les yeux enfantins de mon amour

 

avec le bandeau noir de la loi

 

et que,

 

des temps troublés de mes yeux,

 

jaillissait le sang...

 

 

 

Quand dans ma vie, il n’y avait plus rien,

 

rien que le tic-tac de l’horloge,

 

alors j'ai compris :

 

 

 

Il faut, il faut, il faut...

 

           ...que j’aime à la folie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 forugh-sepia-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Des livres :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi

 

je connais une petite fée triste

 

qui vit au milieu d'un océan...

 

 

 

Elle joue la musique de son cœur

 

dans une douce flûte de bois,

 

 doucement, doucement...

 

 

 

Une petite fée triste qui,

 

la nuit venue, meurt d'un baiser

 

  et, à l'aube, renaît d'un autre baiser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-penchee-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ces jours-là.
 

 

 

 

Ces jours-là s’en sont allés.

 

Ces si beaux jours...

 

 

Ces jours purs et majestueux,

 

avec un ciel tout miroitant de paillettes,

 

des branches chargées de cerises...

 

 

Des maisons appuyées les unes contre les autres,

 

à l’abri vert des liserons.

 

 

Des toits survolés d’espiègles cerfs-volants.

 

 

Et,

 

dans les ruelles,

 

le vertige du parfum des acacias...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô les fours brûlants !

 

Laissez-moi !

 

Ô le tintement de la vaisselle de cuivre

 

dans les ténèbres de la cuisine !

 

Ô le cliquetis funèbre de la machine à coudre !
 

Laissez-moi ! 

 

Ô la bataille sans fin des balais et des tapis !

 

Ô les amours jaloux !
 

Laissez-moi !!!

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

Mets dans mes mains suppliantes,

 

les tiennes,

 

comme un souvenir brûlant !

 

 

 

Mets sur mes lèvres amoureuses,

 

les tiennes,

 

comme la sensation

 

la plus chaleureuse de l’existence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-fauteuil-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ma nuit, si brève, hélas !

 

le vent a rendez-vous avec les feuilles.

 

 

Ma nuit, si brève,

 

est envahie par une angoisse dévastatrice.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

De tout bonheur, je me sens étrangère.

 

Au désespoir, je suis accoutumée.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

Là, dans la nuit, quelque chose se passe...

 

 

La lune est rouge et angoissée.

 

 

Elle est comme accrochée à ce toit

 

qui risque de s'effondrer à tout moment !

 

 

Les nuages, comme une foule de pleureuses,

 

attendent l'accouchement de la pluie...

 

 

Un instant, et puis rien !

 

 

Derrière cette fenêtre,

 

c'est la nuit qui tremble

 

et c'est la terre qui s'arrête de tourner...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

une rue très longue où, chaque jour,

 

passe une femme portant un panier...

 

 

 

La vie, c'est peut être cette corde

 

avec laquelle un homme va se pendre

 

à une branche...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet enfant qui revient de l'école.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le temps d'une cigarette,

 

 cette sorte d'engourdissement

 

 entre deux moments où l'on fait l'amour.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le regard ébahi d'un homme

 

 qui soulève machinalement son chapeau 

 

pour saluer un autre passant

 

 avec un pâle sourire sans expression...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet instant minuscule,

 

quand mon regard vient se perdre

 

dans tes pupilles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un hommage de Sohrab Sepehri 

à

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

L'amie.

 

 

 

Elle n’était que grandeur,

 

appartenance à aujourd'hui...
 

 

 

Elle était la fiancée

 

de tous les horizons ouverts...

 

 

Et comme elle comprenait bien

 

 les nuances de l'eau et de la terre !

 

 

 

Sohrab Sepehri 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lyrisme et engagement :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le jardin...

 

 

 

J'enfouis mes mains

dans le jardin pour y grandir...

 

Je suis sûre, sûre que je grandirai

et qu'entre mes doigts tachés d'encre

les hirondelles feront leur nid...

 

Je prends comme boucles d'oreilles

des cerises rouges assorties.

 

Je colle aux ongles de mes doigts

des pétales de dahlias...

 

 

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques poèmes :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une page facebook :

 

 

Forough Farrokhzâd

 

ses textes traduits en français

 

 

 

Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :         Chic !

 

 

 

 

Femmes iraniennes :      Zoom !

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد
.................................... 
من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم
.................................... 
نگاه کن که چه برفی می بارد...

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article

commentaires

noelle 20/02/2016 23:35

Toujours aussi beau !
A lire et à relire
Bisous Loop

covix 20/02/2016 19:38

Toujours un plaisir de lire cette poésie.
@mitié

covix 10/12/2015 21:51

Bonne soirée
@mitié

Oh ! My Loop ! 10/12/2015 22:28

Et bonne nuit !

covix 11/02/2015 18:09


Une belle découverte, merci de ce partage.


Bonne soirée


@mitié.

noelle 12/06/2014 19:03


Loop, c'est magnifique ! et je découvre, merci


Je t'embrasse

Oh ! My Loop ! 13/06/2014 00:09



Je découvre avec bonheur, moi aussi !




***



J'ai
dû, à chaque fois, réinterpréter les traductions



pour que les textes nous soient plus accessibles, en français.

Les traductions que l'on découvre sur internet,



sont réalisées souvent par des personnes très dévouées,



mais qui ne maîtrisent pas vraiment notre langue...

Ce qui signifie que ce que je propose,



dans les extraits de ces œuvres,


c'est
seulement ma propre interprétation !

A vous d'en rechercher d'autres !
Pénélope



Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !