Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 03:53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T R O I S    L I G N E S    E N V O L E E S

 

 

 

 

 

 

T o m e   2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                       Janvier 2016

 

 

                                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime le soleil.


Le soleil m'aime.


Peut-être convolerons-nous un jour en justes noces...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains jours,


j'ai l'impression de n'y voir plus clair du tout.


J'ai l'esprit en comme en Macédoine et le serbo Croate...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nos jours, Chéri, c'est désolant...
 
Il n'y a plus que les vinyles des années 60
 
qui soient vraiment " haute fidélité "...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Moi, par principe,


je donne toujours raison 


aux clochers tors...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin, Mister Freud n'a vraiment plus goût à rien.


Mais Mister Sherlock, fin limier, est sur la piste !


Enquête de sens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvent, 

 

quand je pense à Lune,


  je pense à l'Autre aussi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rêve de dentelle


Trois étoiles dans le noir


Caresse de l'hirondelle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gris pour fleur


Fleur de lotus


Flagrant délit de beauté...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au diable l'espérance !


Pour aller mieux aujourd'hui :


 Penser simplement que demain sera pire ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'aime.


Passionnément.


A la folie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les uns s'en vont,


Les autres restent...


La Terre n'en finit pas de Tournier...

 

 

Hommage à Michel T.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sentiers de la nuit


fleurent bon la menthe, l'origan,


parfois l'arôme à Rhin...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Port est au Prince


la sardine à l'huile


   et le fer à repasser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un quartier d'orange


Deux zestes de bicyclette


 Trois enfants des îles...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :    Clic !   

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 02:47

 

 

Jasmine Sharzad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   P A R F U M S    D' A M B R E . . .

 

 

 

 

 

 

 


Fragrances of amber...

 


 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

miniature-ambre-behzad-s.jpg

 

                                        Hossein Behzâd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfums d'ambre et de musc,

 

Tambur et setâr sous le voile azuré,

 

 Silence aimé, tu bois à ma source...

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine-Sharzad-miniature-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragrances of amber...

 

 

 

Fragrances of amber and musk,

 

Tambur and setar under the veil azured,

 

    Silence liked, you drink at my source ...

 

 

 

 

 

En anglais

 

grâce à Florent Deniaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

تنبک و ستار، زیر پرده ی لاجوردین،

 

سکوت دوست داشتنی، تو از من الهام می گیری...

 

 

 

 

 

 

Merci à

 

Mahsa Ghaemi

 

pour cette découverte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poesie-persane-s-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Published by Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 04:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    E N    I R A N

 

 

 

 

 

 

 

Tome 10

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nouvelles Lettres persanes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant les monts Zagros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un campement nomade

 

entre Ispahan et Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Mosquée Seyed

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jardins du Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jardins du Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Près de Bicetun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont Kadjou

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les monts Zagros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 

Ispahan

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran :

 

 

 

Tome 1            Clic !

 

 

 

Tome 3 :        Hop !          

 

 

 

Tome 5 :        Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 
Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 05:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O R O U G H    F A R R O K H Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse iranienne

 

1934 / 1967

 

 

 

 

 

 

T o m e   2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                  Mars 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison abandonnée.

 

 

Je sais maintenant que la joie de vivre


a quitté cette maison abandonnée.


Je sais maintenant qu'un enfant est en pleurs,

 

car il est séparé de sa mère.

 

 

Pourtant, moi, affligée et perturbée,


j'arpente le chemin de mon souhait :


Mon amie et ma bien-aimée : la poésie.


Je m'en vais pour la retrouver...

 


Téhéran 1955

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chant d'amour

 

 

 

Quand je rêve de toi,


la nuit reprend des couleurs


et mon coeur s'enivre de ton odeur.

 

 

Tu apparais là, à mes yeux,

 


et tu me donnes plaisir et jouissance.

 

 

Comme la pluie qui lave le corps de la terre,


tu purifies mon existence...

 

 

Tout ça, pour moi,


ce n'est plus de l'amour,


c'est de la folie !

 

 

Tu es un soleil qui surgit soudain


au coeur de mon silence, 


au coeur de mes ténèbres...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :    Clic !

 

 

 

 

 

Loop et la Poésie persane :         Hop !      et      Zip !

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes :      Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 05:53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A T E R N I T E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A U T O U R    D U    M O N D E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

riviere-maternite-noire-s.jpg

 

                                                                                                Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maternite-ralliement-s.jpg

 

                                                                     Juillet 2013

 

 

 

 

Hoàng Mai et Linh Thu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Mary-cassat-s.jpg

 

 

 

 

" The child bath "

 

 

Mary Cassat

 

1893

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                          à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres Maternités ? 

 

                     Dix articles :    Hop !

 

 

 

 

 

                         .

Published by Oh ! My Loop ! - dans Maternités
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 18:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

L E    D I V  N     DE     H A F E Z

 

 

 

 

 

 

 

 

لوپ و دیوان حافظ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       Shahrzad Saleh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rose près de moi,


Une coupe de vin à la main,


Ma bien aimée au gré de nos désirs...

 

 

En pareil jour,

 

 le Prince du Monde m'est un esclave...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut avancer en dansant
 
Sous le glaive du Chagrin,
 
Car qui devient un jour sa victime,
 
Trouve, un autre jour, son heureuse Délivrance...
 
 
 
Ghazal 107

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce monde va bientôt
 
nous filer entre les doigts...
 
Vite !
 
Hâtons-nous d'être amoureux !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te réveille pas du sommeil de l'ivresse,
 

car tu marches avec grâce 
 

lorsque tu as bu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tulipe et le narcisse.
 
 
 
 
 
Mon amour a dérobé mon coeur,
 
et puis un jour,
 
puis il m'a soudain dissimulé Son visage...
 
 
 
Mon Dieu,
 
mais qui peut jouer un tel jeu ?
 
 
 
A l'aube, la solitude a fondu sur mon âme,
 
mais L'imaginer seulement un instant
 
me remplit de bonheur !
 
 
 
Pourquoi n'aurais-je pas le coeur en sang
 
comme une tulipe,
 
puisque Son narcisse est fâché contre moi :
 
il baisse la tête...
 
 
 
Zéphyr,
 
si tu as un remède,
 
c'est maintenant le moment,
 
car la douleur de la passion
 
  s'en prend aujourd'hui à ma vie...
 
 
 
 
 
 
Ghazal 132

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rose, le rossignol

et

le poète au jardin.

 

 

 

De grand matin,

je suis allé au jardin cueillir une rose.

 

Soudain,

est parvenu à mon oreille le chant du rossignol.

 

Le pauvre, comme moi,

était pris d’amour pour une rose,

et, par son cri de détresse,

jetait le trouble et la peine autour de ces parterres.

 

Je marchais, marchais parmi les fleurs,

et, à chaque seconde,

je songeais à cette rose et à ce rossignol.

 

Ainsi,

la rose devenait la compagne de la beauté,

et le rossignol, l’intime de l’amour.

 

En lui, nulle altération,

en l’autre, nulle variation.

 

Quand la plainte du rossignol a touché mon coeur,

je me suis senti bientôt transformé

et libéré de toute impatience...

 

 

En ce jardin,

tant et tant de roses fleurissent et s’épanouissent,

mais personne n'en a jamais cueilli une

sans le piquant de ses épines !

 

 

Hâfez,

pour ce monde qui tourne, qui tourne,

souhaite et espère l'avènement de la paix.


Hafez a mille défauts

et ne reçoit aucune faveur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les jardins du mausolée de Hafez

Shiraz

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parfum de ses cheveux...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un jour,
 
 
bien heureux,
 
 
je quitterai ce monde de chaos...
 
 
 
 
 
Et, pour enfin trouver la paix,
 
 
je marcherai sur les traces de mon Amour...
 
 
 
 
 

Je sais que l'on n'arrive jamais nulle part,

 

mais je me mettrai pourtant en route,

 

attiré, aimanté par le parfum de

 

Ses cheveux tout ébouriffés...

 
 
 
 
 
Et même si je dois marcher sur la tête
 
 
comme un calame,
 
 
le cœur brisé, les yeux en pleurs,
 
 
résolument,
 
 
j'avancerai sur Sa voie...
 
 
 
 
 
J'ai fait le vœu que si,
 
 
 
un jour,
 
 
je parviens à échapper
 
 
 
à cette détresse qui est la mienne,
 
 
joyeux, comblé, irradié,
 
 
j'irai à la porte de la Taverne
 
 
 pour y chanter sans fin des ghazals...
 
 
 
 
 
Alors,
 
 
 
dans ma passion pour mon Amour,
 
 
comme un grain de poussière fou,
 
 
je danserai dans Sa lumière,
 
 
encore et encore,
 
 
et j'irai jusqu'à me perdre
 
 
 
 à la source du soleil ardent...

 

 

 

 

 

 

Ghazal 351

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mausolée de Hafez

 

Shiraz

 

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une brise printanière.

 

 

 

Elle vient caresser les roses et les cyprès

 

dans les allées de mon jardin.

 

 

 

Et c'est le désir brûlant

 

des joues et des hanches de mon amour

 

qui la fait vibrer

 

   qui la fait palpiter...

 

 

Ghazal 28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques vers de Hafez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,

 

en me promenant dans la roseraie,

 

j'ai entendu l'oiseau des jardins.

 

 

 

Son chant était celui

 

  des pleurs et des soupirs...

 

 

Ghazal 209

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un magnifique cadeau

 

pour Loop

 

  juste avant de reprendre l'avion...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'ai offert toute mon âme.

 

 

 

Mon coeur espérait

 

une grâce de ta lèvre douce.

 

 

 

Mais, d'un sourire délicieux,

 

ta lèvre a murmuré :

 

 

 

  " Je veux encore davantage..."

 

 

Ghazal 361

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui était Hafez ?        Clic !         et         Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ghazal est un poème lyrique.

 

 

Le divân, c'est l'ensemble des oeuvres d'un poète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vénération pour le poète

 

au-delà des siècles et du temps...

 

 

 

La mausolée de Hafez

 

Shiraz

 

Loop en Iran

 

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie et divination populaire en Iran

 

aujourd'hui :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'intégrale des poèmes de Hafez

 

publiée en français

 

en 2006

 

par les Editions Verdier.

 

 

Traduction et commentaires :

 

Charles-Henri de Fouchécour.

 

 

486 ghazals

 

1275 pages !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :

 

 

Tome 1 :    Clic !

 

Tome 2 :    Zip !

 

 

 

 

Loop en Iran :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                      à suivre...

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 04:11

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X

 

 

 

 

 

 

 

L E S    M O T S    D O U X

 

 

 

 

 

 

 

Tome 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si mes mains sont lascives, enfiévrées,

Elles vont s'égarer, s'apaiser

Au creux fidèle des corsages défaits... "

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle se lava encore le dessous des seins,
 

le sillon secret qui s'ouvrait entre ses cuisses,
 

le creux du nombril, puis, sortant de l'eau,
 

elle courut s'asseoir, trempée et nue, 
 

dans le giron du portefaix...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alidor cherche à son réveil
L'ombre d'Iris qu'il a baisée

 

 

Et

pleure, en son âme abusée,
La fuite d'un si doux sommeil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour atteindre celle qui court lentement
qui avance et recule

 

impétueuse et prudente
brûlante et glaciale
ardente et fraîche
mouillée et sèche
douce et amère


tu jailliras,

liquide blanc
odeur d'océan et d'écume
dévorant la langue et ce qui reste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! Dans cette minute où je ne vieillis pas,

comment penser à autre chose qu'à toi ?

 

à tes seins de colombe,

à ta bouche,

à tes mains,

à ta beauté bien faite,

à tes longues jambes qui m'emportent,

à tes caresses qui fleurissent chaque soir comme un lilas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La très chère aux yeux clairs
apparaît sous la lune,
sous la lune éphémère
et mère des beaux rêves...
 
La lumière, bleuie par les brumes,
cendrait d'une poussière aérienne 
son front fleuri d'étoiles 
et sa légère chevelure flottait dans l'air
derrière ses pas légers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'une avait quinze ans, l'autre en avait seize ; 
Toutes deux dormaient dans la même chambre. 
 
C'était par un soir très lourd de septembre 
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.
 
Chacune a quitté, pour se mettre à l'aise, 
La fine chemise au frais parfum d'ambre. 
 
La plus jeune étend les bras, et se cambre, 
Et sa soeur, les mains sur ses seins, la baise,
Puis tombe à genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent entre dans son corsage, comme chez lui,
il lui coule entre les seins,
il lui descend sur le ventre comme une main,
 
il lui coule entre les cuisses,
il lui baigne toutes les cuisses,
il la rafraîchit comme un bain,
 
elle a les reins et les hanches mouillés de vent,
elle le sent sur elle, frais,
mais tiède aussi,
 
et comme plein de fleurs
et tout en chatouilles,
comme si on la fouettait avec des poignées de foin...
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il patauge dans les flaques d'eau,
 
il maraude dans les vergers,
 
et, sachant bien qu'elles n'aiment pas ça,
 
alors que tout le monde trouve ça drôle,
 
il court derrière les filles
 
qui vont en bandes sur les routes
 
avec des cruches sur la tête
 
et il soulève leurs jupons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher avec elle
Pour le sommeil côte à côte
Pour les rêves parallèles
Pour la double respiration...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'aurore partagée
Pour le minuit identique
Pour les mêmes fantômes...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'amour absolu
Pour le vice pour le vice
Pour les baisers de toute espèce...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon très cher petit Lou, je t'aime

Ma chère petite étoile palpitante, je t'aime

 

Corps délicieusement élastique, je t'aime

Vulve qui serre comme un casse-noisette, je t'aime

 

Sein gauche si rose et si insolent, je t'aime

Sein droit, si tendrement rosé, je t'aime..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle n'a rien sur elle,.

Rien dans tous les sens du terme,

ça me fait chaud derrière les oreilles

et ça m'encourage à des expériences...

 

Ma main gauche remonte le long de ses jambes,

et, au-delà de son bas, je sens sa peu tiède et douce

et, instinctivement,

je recherche l'endroit où c'est le plus tiède et le plus doux... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon hommage, ah, parbleu ! Tu l'as !

 

Tous les soirs, quelle joie et soulas,

 

Ô ma très sortable châtaine,

 

Quand, vers mon lit, tu viens, les seins

 

Roides, et quelque peu hautaine,

 

Sûre de mes humbles desseins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le précipice où mon arbre a grandi.

 

Il y a là un amphithéâtre de jeunes filles roses et blanches.
 

Je me suis couché au bord et j'ai lu des livres.
 

Mes jeunes pensées étaient en robe de dimanche.
 

Elles avaient des fleurs dans leurs cheveux lisses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès,

 

de temps à autre,

 

pour rallumer, avec une nonchalance calculée,

 

mon petit Bolivar,

 

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

 

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et ce fut adorable
 

quand la fille aux tétons énormes,
 

aux yeux vifs, rieuse,
 

m'apporta des tartines de beurre,
 

du jambon tiède, dans un plat colorié...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les auteurs 

 

dans le désordre :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

Guillaume Apollinaire

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

Boris Vian

 

René Guy Cadou

 

Max Jacob

 

Maram al-Masri

 

Rémy de Gourmont

 

Fernando Pessoa

 

Théophile de Viau

 

Jean Giono

 

Robert Desnos

 

Ach. G. Dallay

 

Les Mille et Une Nuits

 

Pablo Neruda

 

Vernon Sullivan

 

Paul Verlaine ( 2 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :     Clic !

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :     Zip !

 

 

 

 

Une petite précision importante :    Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 06:15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    A I M E    L E S    F L E U RS

 

 

 

 

 

 

 

ET 

 

 

 

 

 

 

 

L A    P O E S I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                      

 

 

                                                                                                                 Août 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô femmes...

 

Ô femmes qui croyez qu'un poète vous aime,

N'écoutez pas les mots qu'il prononce tout bas.

Car ces mots qu'il prononce, il ne les pense pas.

Il est pris de vertige et se leurre lui-même...

 

      Edouard Chennevière

              1887 / 1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps a laissé son manteau.

 

 

Le temps a laissé son manteau

De vent, de froidure et de pluie,

Et s’est vêtu de broderie,

De soleil luisant, clair et beau.

 

Il n’y a bête, ni oiseau

Qu’en son jargon ne chante ou crie :

 

" Le temps a laissé son manteau ! "

 

Rivière, fontaine et ruisseau

Portent en livrée jolie

Gouttes d’argent d’orfèvrerie.


Chacun s’habille de nouveau...

Le temps a laissé son manteau !

 

 

               Charles d'Orléans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

 

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

 

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

 

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

 

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur...

 

 

 

Andrée Chédid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       La belle fête.

 

 

 

L'étoile qui tombit
 

― Pardieu la belle fête !
 

l'étoile qui tombit
 

le cheval qui sautit
 

le fleuve qui coulit
 

ils m'ont donné à rire
 

ils m'ont donné à rire
 

Bell'dame !
 

à rire et à chanter.

 

 

 

La branche qui cassit
 

― Pardieu la belle fête !
 

la branche qui cassit
 

le cheval qui chutit
 

le char qui se rompa
 

le pont qui s'écroulit,
 

ils m'ont point tant fait rire,
 

ils m'ont point tant fait rire,
 

Bell'dame !
 

tant rire que trembler.

 

 

 

        Jean Tardieu     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sensation

 

 

 

 

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,


Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :


Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.


Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

 

 

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :


Mais l'amour infini me montera dans l'âme,


Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,


Par la Nature, - heureux comme avec une femme.

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             La province.

 

 

 

Dans le salon en sac arabe,

nous regardions passer le dimanche.

 

Il avait une échelle sous le bras

et une truelle en bandoulière.

 


L’horloge sonnait précieusement,

dans une odeur de poires conservées.

 

 

Sur un fauteuil traînait un bout de fil :

C’était la semaine...

 

 

 

 

        Paul Colinet

 

 

 

            Clic !       et      Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

 

 

Green                                   

 

 

 

 

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches


Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous. 


Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches


Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

 



J'arrive tout couvert encore de rosée


Que le vent du matin vient glacer à mon front.


Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée


Rêve des chers instants qui la délasseront.

 



Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête


Toute sonore encore de vos derniers baisers.


Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête,


Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

 

 

 

 

Paul Marie Verlaine

 

 

 

Hop !    et    Zip !        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chanson d'automne :

 

 

Splash ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Julos Beaucarne

 

chante

 

Verlaine :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 19:40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E S    C I E L S    D E

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chenillé Changé

 

Avril 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 21:34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D A N S    L E S    J A R D I N S

 

 

 

 

 

 

 

D U

 

 

 

 

 

 

 

P R E S B Y T E R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      Avril 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon Père,

 

 

 

je m'accuse très sincèrement d'avoir pris,

 

hier après-midi,

 

beaucoup beaucoup de plaisir

 

à fauter dans les si sages jardins du presbytère,

 

ces jardins qui, sous le soleil d'avril,

 

fleuraient si bon les prémisses du printemps,

 

derrière le si délicat bosquet de lauriers roses,

 

sur le frais gazon odorant,

 

parmi les riantes pervenches et les fraîches cardamines...

 

 

 

 

Hier,

 

je l'avoue, je le confesse,

 

moi, pauvre fille,

 

j'ai donc fauté avec

 

pour ne pas le nommer,

 

Oh ! Honte à moi !

 

 le si distingué, le si honorable

 

 Frère Jean-Siméon...

 

 

 

 

Saint homme, s'il en est,

 

parmi tous les Saints !

 

 

 

 

Mais cette nuit, cette nuit, passé minuit,

 

à l'heure de mon examen de conscience quotidien

 

et sous la douce clarté de la lune,

 

à nouveau toute seule dans mon lit,

 

mon bien trop grand lit,

 

je me suis sentie soudain

 

assez attristée, plutôt angoissée,

 

et pour tout vous confier,

 

bientôt quasi culpablilisée...

 

 

 

 

Vous savez, mon Père,

 

avant que ne sonne l'angélus,

 

aux premières lueurs de l'aube,

 

 j'ai eu grandement le temps de méditer

 

et de réfléchir...

 

 

 

 

En vérité,

 

je ne suis, ici-bas, c'est certain,

 

qu'une pauvre pécheresse ,

 

une presque scélérate,

 

  une indigne bougresse...

 

 

 

Pauvre, parmi les plus pauvres.

 

 

 

Par ailleurs,

 

dans cette triste affaire, s'il s'agit bien de " frère,"

 

il se pourrait donc qu'il y ait, en la matière,

 

hélas,

 

trois fois hélas,

 

 présomption d'inceste !

 

 

 

Oh la la !

 

Madre de dios !

 

 

 

Je l'imagine, je le redoute,

 

la double faute, pour moi, n'est pas loin !

 

 

 

C'est pourquoi,

 

par avance, mon Père,

 

très humblement et à genoux devant vous,

 

je ne réclame, à cette heure,

 

aucune espèce d'Indulgence.

 

 

 

Aucune...

 

 

 

En conséquence,

 

j'accepte solennellement, à cet instant,

 

et de très bonne Grâce,

 

la Double Pénitence...

 

 

 

 

Que votre noble et sacré martinet,

 

à nouveau, soit béni,

 

mon Père,

 

et que Justice soit faite,

 

 sur la Terrre comme au Ciel...

 

 

 

 

Ensuite, promis juré,

 

j'irai en Paix.

 

 

 

Comme à l'habitude.

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Oh ! My Loop !
commenter cet article

Waoh ! Le blog de Pénéloop !!!



A l'Orée
         des  peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?


              
Pénéloop

 

      

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

.
Pénéloop

 ( l'héroïne )



image-facebook-s.jpg

Pénélope Estrella-Paz

( l'auteure )





Sur facebook :



L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !