Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 03:18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je le savais.

 

 

 

 

Il en rêvait depuis si longtemps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

C'était son anniversaire.

 

 

 

 

Nous étions allés au restaurant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eloge de la tendresse, de l'intimité

et des petits secrets partagés...

 

 

 


 

 

 

 

Chandelles,

bougies parfumées,

précieux souvenirs de Dior,


douces,

câlines confidences

et boissons délicates au gingembre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel galant compagnon...

 

Si élégant, si racé, si raffiné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Si soyeux, aussi...

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je portais,

 

pour l'occasion,

 

un tout à fait ravissant petit ensemble Savane

 

de chez Cache Cache

 

 

 

 

 

 

 


 

et non la petite jupe blanche

 

   du Jour du diable

 

        à Montsoreau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les lecteurs avisés comprendront.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un brin malicieuse,

je savais qu'il lui ferait beaucoup d'effet,


ce merveilleux petit ensemble,

tout simple,

vraiment très chou,

acheté juste la veille,


                    just for him...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vendeuse,


une petite rousse très vive,

aux manières un tantinet aristocratiques,


très fine et quelque peu mutine,

craquante à souhait,


    faut-il le dire ?


avait fini par lâcher tout bas :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Mademoiselle Loop,

     c'est désolant.


          Tout vous va... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l'avais embrassée rapidement dans le cou,


   j'avais payé

      et j'étais sortie


             sans autre forme de procès...

 

 

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juste avant le tiramisu,

mon Adoré

avait ouvert son petit paquet cadeau



            qui cliquetait quelque peu,

                          il faut bien le dire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derrière le bar,

le garçon, assez peu discret,

au demeurant,

avait subrepticement levé un regard

à la dérobée

vers notre table...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   J'en étais agacée,

               presque gênée...

 

                         J'ai froncé les sourcils.


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très ému, très touché,

très poli,

et très petit garçon,

mon Chevalier Servant avait murmuré :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Oh ! My Loop !

 

        So wonderful !


 

C'est pour moi, cette magnifique chaînette ?

 

   C'est une folie, c'est trop, je vous assure !


 

         Je suis vraiment trop gâté ! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi,

 

j'aime bien quand ça se passe

 

exactement comme dans les films...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec une infinie bienveillance,


j'avais souri :

 

 

 

 

 

 

   " Jean-Anselme,

 

          vous êtes un Prince.


 

                 Vous méritez le meilleur.

 

 

 

 

 

 

D'ailleurs,

   je vois que vous en mourez d'envie...

 

 


 

          Je vais vous la faire porter

                                 sans attendre...

 

 

 


 

 

 

 

 

Si vous le voulez bien,


     sortons marcher un moment


           dans cette si bucolique campagne... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la-femme-tigre-s-.jpg

 

 

                                              Image S. Chuan Sung

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il jouait du piano debout :             Oh !

 

 

 

 

 

 

 

 

                           .

 

 

 

 



 


Partager cet article

Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 00:12

 

 

L'enfance de Loop...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dimanche midi,

    c'était toujours comme ça,

          à la maison...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

3-kim-s.jpg


                                                                             Septembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y avait

Kim Wilde sur le Teppaz

et Kim Bassinger sur le canapé blanc



ou sur un gros pouf violet

en forme d'oeuf mou et doux



ou bien sur le tapis afghan,

ça dépendait...

 

 

 

 

 


 

 


 

Ma grande soeur pensait à son amoureux

( l'avant-dernier )


ma petite soeur tripotait un tout petit pirate jaune


et moi,

je me demandais

comment ma maîtresse serait habillée demain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Tout allait toujours bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Maman secouait le plat de frites très longtemps.


Juste avant,

elle l'avait bien salé

et un tout petit peu poivré...

 

 

 


 

Je n'ai jamais connu d'autres maisons

où l'on poivre les frites comme ça.

 

 

 


 

Je n'ai jamais connu depuis, non plus,

d'autres maisons où l'on sert,

le dimanche midi,

des frites aussi fines,

aussi croustillantes,

aussi dorées,

aussi tellement tout ça...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait,

on attendait le moment où

Papa allait de se lever

pour découper le poulet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je ne vous raconte pas le poulet.


Ce serait trop long

et trop bon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Alors,

Papa se levait dans un silence infiniment respecteux,

 

 

 


        j'allais dire " religieux "

 

 


il levait très lentement et très haut

le bras qui tenait le couteau spécial,


manche en buis de Valence,

toujours très bien aiguisé

avec une pierre blanche et lourde

que l'on tenait de mon grand-père Antonio

d'Andalousie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Il le brandissait bien haut,

presque au plafond,

et puis il figeait soudain le geste

d'une manière très théâtrale.

 

 

 

 

 

 

 

Son oeil pétillait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Papa,

avant de connaître Maman,

avait joué Sophocle

dans le grand théâtre antique d'Epidaure,


avec un groupe d'étudiants sages,


du moins je le pense,


il y a longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

" Sophocle à Epidaure "


     ça pose un homme,


         et j'ai toujours pensé

              qu'elle avait choisi Papa pour ça,

                  Maman...

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je crois, d'ailleurs,

qu'elle n'a jamais regretté son intuition,

 

 

    même si, quelquefois,

         elle disait tout haut :

              " Celui-là, je vais le pendre ! "


 

 

Nous, on n'en croyait pas un mot.

On s'en fichait.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Donc,

Papa était debout, 

personne ne bronchait,


la lame brillait comme dans les westerns,


même si, à l'époque,

personne n'avait encore vu

" Il était une fois dans l'Ouest. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par la fenêtre ouverte,

on entendait chez les voisins,

en sourdine,

une musique terrible d'Ennio Morricone.

 

 

 

 

 

 

 

 

        Vous voyez laquelle ?

           On pense bien à la même ?

 

 

 

 

 


 

Ma petite soeur était terrorisée,

elle tordait le cou à son pirate préféré

qui virait subitement au violacé.


 

 

 

 

 

 

 


 

Ma grande soeur

se demandait tout intérieurement

si l'amour était bien enfant de Bohême...

 

 

 

 

 

 

 


 

Maman regardait Papa.

 

 

 

 

 

 

 


Elle secouait toujours,

en rythme,

mais un peu moins vite,

ses frites carrément divines,


qui, on peut le dire aujourd'hui en toute honnêteté,

avaient commencé à refroidir un tantinet,


mais stoïquement...

 

 

 

 

 


 

Les poissons rouges

n'en perdaient pas une miette,


tandis que les deux Kim

échangeaient tranquillement

des conseils " minceurs "

avec des minauderies

qui avaient le don de m'agacer sérieusement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Heureusement,

moi, je pensais toujours à ma maîtresse,


elle était vraiment très belle,

un peu comme la fille qui m'invente aujourd'hui,


et ça me faisait du bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

La lame près du plafond

scintillait de plus belle,


Ennio faisait son numéro bien rôdé

de Morricone pro,


et Papa allait enfin pouvoir commencer à déclamer :

 

 

 

 

 

 

 


 

 

" Les filles,

     écoutez bien ce que je vais vous dire... "

 


 

 

 

 

 

 

 


 

On était toutes pendues aux lèvres de Papa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n'y en avait qu'un comme celui-là.


On avait eu de la chance.

C'était le nôtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

D'un seul coup,

   les frites s'étaient tues,

        les deux Kim aussi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poissons rouges également.


           De concert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Ecoutez-bien ce que je vais vous dire... "

 

 

 

 

 

 


 

Dans ces cas-là,

il se croyait vraiment à Epidaure,


et,

en plein midi, le dimanche,

croyez-moi,


le soleil hellène

commençait à taper sacrément dur

dans notre salle à manger à nous,

façon Andy Warhol...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous, on ne connaissait pas

les vrais parfums des collines grecques,


alors, on pensait à la Provence,


en plus loin, en moins cher,

au thym et au serpolet,


et finalement, ça faisait exactement pareil...

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

Maman fait mine de l'interrompre en disant :


 

" Chéri,

     tu les fatigues, tes filles...

 

 

 

 

 

 

 

 

Papa faisait mine

de ne pas l'avoir entendue,


il l'embrassait secrètement dans le cou,


il reprenait très sereinement la pose,

et,

ne croyant qu'en son propre génie,

c'était époustouflant,


il poursuivait, magistral :

 

 

 

 

 


 

 Mes Chéries,

     retenez bien ceci :

 

 


 

        " L'idée de Dieu

              est une idée trop noble et trop fragile

                     pour qu'on la laisse

                            uniquement entre les mains

                                     des croyants ! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors là,

ma petite soeur lançait son playmobil

très haut,

comme dans les meilleurs saloons,


l'amphithéâtre applaudissait à tout rompre,


le Choeur des cigales

de toute la Méditerranée s'y mettait,

à l'unisson,


les deux Kim s'embrassaient à l'envi...

   

 

 



             C'était vraiment très impressionnant,


                                                    infiniment touchant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Papa,

qui avait toujours eu le triomphe modeste,


consentait enfin à sectionner

les deux cuisses bien grillées,

l'une après l'autre.

 

 



           La bonne sauce au fond...

 

 



Avec beaucoup d'application

et en prenant son temps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Et puis,

ça ne ratait pas,

ça faisait partie du rituel,


tout en fredonnant :

 


        " Ce soir,

              je serai plus belle

                   pour aller danser er er... "

 

 

 


                              Et c'est vrai que Maman

                                      était vraiment la plus belle...

 

 

 

 

 

 

 

Elle filait dans la cuisine

          en dansant

                 faire réchauffer les frites...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      Trois minutes,

                                                     pas plus....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                Ensemble, c'est tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                     Loop

 

 

 

 

 

 

                                                .

 


 


Partager cet article

Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 04:49

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C O M M E    U N E    D E F A I L L A N C E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 defaillance-s.jpg

 

 

                                                   Janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour,

 

j'avais dû retourner à la boutique,

 

car mon portable s'était subitement bloqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeune vendeur

 

devait être un stagiaire,

 

car je ne me souvenais pas 

 

l'avoir déjà vu auparavant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne m'a pas fait attendre

 

et il a déclaré tout de suite,

 

très gentiment :

 

 

 


 

" Ne vous inquiétez pas, mademoiselle,

 

ce n'est pas grave du tout.

 

 

Nous allons tout simplement

 

réinitialiser votre système... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, j'ai pensé

 

avec ravissement :


 

" Hum... Ce garçon-là a tout d'un expert..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors,


 

il a approché doucement ses mains,

 

ses mains si fines et si délicates,

 


 

qui tenaient si précautionneusement

 

mon petit appareil made in Korea,

 

 


 

mon very nice,

 

very small bijou d'appareil,

 

qui resssemblait vraiment,

 

à cet instant précis,

 


 

        à un petit oiseau perdu,

 

             juste après un tsunami...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand il a dit,

 

avec une toute exquise politesse,

 

quasi orientale :

 

 

 

 


 

    " Mademoiselle,

 

          si vous voulez bien, maintenant,

 

               introduire votre code pin ici..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

      ...Oh !

 

                     je crois que j'ai failli défaillir...

 

 

 

 

 

 

                                    .

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 19:57

 

 

 

 

 

Svp,

 

    éloignez les Zenfants

 

         qui ont une sainte frousse

 

               du Grand Méchant Piano !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il jouait du piano debout.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

C'est peut-être un détail pour vous,


 

mais,



 quand j'étais dans ses bras,


 

 

 je n'avais jamais froid...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprévisible,

 

 

il était totalement

 

 

  imprévisible !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si attentionné,

 

 

si délicat   et   si câlin !

 

 

 

 

 

 

 

 

   Hum..............

 

 

 

 

 

 

 

 

Là, je vous parle,

 

et

 

 ça me fait encore des choses partout !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madre de dios !

 

 

 

 

" ié souis peldoue... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je peux le dire

 

 

 aujourd'hui,

 

 

 il me rendait littéralement

 

 

folle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Folle, folle, folle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça vous est arrivé, à vous,


 

pour de vrai,


 

des histoires comme ça ?


 

 

 

 

 

 

 

Ça m'étonnerait...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Chaque soir,


on soufflait la bougie

 

et puis,

 

immanquablement,


je me faisais petite fille

 

et

 

 je lui murmurais tendrement :

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

" S'il vous plaît,

  

racontez-moi l'Afrique,


  encore et encore... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un Maître.

 

 

 

Un vrai.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour

 

 

où j'avais perdu toute raison,

 

 

 j'ai failli crier :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" G r i f f e z - m o i ,

 

 

 


 

      j e    v o u s    e n    s u p p l i e   ! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louise-lion-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration :


 

Louise Wolff

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louise :                rHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nine by nine :                    Rrrrrrrrrrrrrrrrrr !

 

 

 

 

 

 

 

                              .

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 22:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' A U T R E    P E N E L O P E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  L'orchestre de Paul Mauriat

 

                 et

 

          Pénélope Cruz  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette vidéo m'a très gentiment été envoyée

 

par Rasa Slekiene

 

de Kaunas

 

  en Lituanie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope C.

 

une grande fille toute simple...

 

 

 

 

 

 

( comme moi )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope chez Pénéloop :   Oh !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

penelope-emma-s.jpg

 

 

                                 Peinture et photographie : Emma

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La galerie d'Emma :       Oh !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lingerie-penelope-bagieu-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Jolicoeur :     Chic !       et        Choc !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pénélope par Brassens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lancome-penelope-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope par Lancôme

 

Angers

 

Décembre 2010





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Penelope's Song

 

par Loreena Mc Kennitt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici deux vidéos proposées


par Fanny


 

( Ambassadrice de l'Orée en Grèce )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope de Fauré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Odissea "

 

de

 

Franco Rossi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Waterhouse_Penelope-s.jpg

 

 

" Pénélope " 

 

John William Waterhouse 

 

1912 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Primaticcio-s.jpg

 

 

 

 

" Ulysse et Pénélope " 

 

Francesco Primaticcio 

 

1545 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     .

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 08:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S U E U R S    F R O I D E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

   P O U R  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P E N E    L O O 7   !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 pene-loo7-s.jpg

 

                                                                  Novembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

My name is Loo7...

 

 

              ... Péné Loo7 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shanghaï

 

31 décembre 2011

 

23 h 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Je n'avais pas encore dit " oui "


                  à Dr No.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A peine la porte du taxi jaune avait-elle claqué

dans la trop tiède nuit orientale,

qu'on m'avait aussitôt bandé les yeux...

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sentais sous mes cuisses, 

si douces, si délicates,

le skaï trop froid de la banquette arrière

de la luxueuse limousine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Une fois de plus,

ma petite jupe de cuir noir

avait dû rétrécir un tantinet

au dernier lavage...

 

 

 


 

 

     ...ce qui n'était pas tout à fait du meilleur augure,

                vous en conviendrez...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On n'entendait, dans l'habitacle,

que le doux ronronnement,

assez sensuel, je dois bien l'avouer,

d'un hypothétique moteur

        " made in Taïwan "

qui ressemblait très étrangement

à celui de notre Aston Martin DB5, 1964.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'ai pas pu m'empêcher de soupirer :


 

 

" Ah ! Mon fidèle Jolly Jumper,


          nous voilà encore dans de beaux draps... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les virages,

je sentais son souffle rauque sur ma nuque


et aussi,

 

la fragance passablement frelatée

d'une eau de toilette

qui n'était pas sans rappeler


" Eau sauvage " de Dior

ou

" Bons baisers " de Russie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques minutes ou quelques siècles plus tard,

je ne sais plus trop,

je me suis retrouvée assez confortablement installée

devant une énorme pizza " Quatre fromages,"

plutôt appétissante, ma foi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par un large et tranquille regard circulaire,

je découvrais le sordide décor

d'un infâme restaurant chinois,


peuplé de Chinois

    quasi patibulaires


et de Chinoises

    carrément superbes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ylang Ylang et Lotus bleu

 

Galipettes savantes de Marco Polo

 

Fumeries d'Opium...

 

 

 

 

 


 

Silhouettes improbables

 

de Corto Maltese

 

et

 

d'Alexandra David-Néel,


bras dessus, bras dessous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'allais attaquer,

avec élégance et distinction,

comme en pareille occasion,

le très séduisant gorgonzola,


lorsque soudain, 

j'ai senti son regard bleu,

métallique et glacial,

se poser impitoyablement sur moi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes deux baguettes filamenteuses

sont restées en suspens

à quelques centimètres de mes lèvres...


          ...par ailleurs si sensuelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Péné Loo7,


votre mission, si vous l'acceptez,


sera, en 2012,


de tenter de nous faire sourire


les jours de grisaille... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, là, mon sang n'a fait qu'un tour !


 

        Et j'ai crié, crié-é :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Damned !

 

Mais c'est un piège !

Une sombre machination !

Une divine diablerie !


 

     Faire sourire !



Vous êtes bien aimable,

    Mister John Sean Chuan !


 

Mais sachez

que je n'ai pas fait aucune étude particulière

pour cela !!! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              S C H L A C K K K K K K K K K K K K K    ! ! !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un terrible coup de fouet

avait retenti dans le bouge !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Les meubles avaient tremblé,

                un verre s'était renversé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Les Chinois inquiétants

et les Chinoises superbes

s'étaient retrouvés,

comme par enchantement,

à quatre pattes sous les tables,


    et, visiblement,

        ils n'en menaient vraiment pas large...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'étais terrorisée.

 

 

 

Je sentais une très cinématographique

mais aussi très désagréable


  Sueur froide


perler et couler lentement,

secrètement,

entre mes cuisses devenues moites...

 

 

 

 

 

 

            Dans le creux du dos, aussi.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Croyez-moi,

j'aurais bien voulu me faire

   Minnie petite souris

ou bien appeler : " Maman ! "

 

 


 

mais,

à cet instant précis,

je ne parvenais pas à me souvenir

de son numéro...

 

 

 

         ...de clown triste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors,

de sa mâle et slave assurance,


quelque peu crâneuse,

il faut bien le dire,


il a continué :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Je n'ai pas ter-mi-né,


         Ma-de-moi-selle Loo7 !!! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son effroyable accent sud caucasien,

il détachait,

avec un cynisme non feint,

chaque syllabe

pour mieux m'impressionner.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Maman !


                Jésus !


                    Bouddha !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

" Donc, votre mission,


pour l'année 2012,


si vous l'acceptez,



et si vous aviez, de surcroît,


l'infinie courtoisie


de ne pas m'interrompre,



 

    thank you, Lady,

 

         gracias, etc...



sera de tenter de nous faire sourire

 

 

les jours de grisaille...

 

 

 

 

 

 

 

 

... mais également,

 

 


 

et j'insiste là sur le " également " :

 

 


 

                   les jours de grand beau temps.

 

 

 

 


 

 

 

                                       C'est tout. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                  The End

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Attention !

 

    Cher lecteur assidu,

    chère lectrice adorée autant que désorientée,

    maintenant, votre ordinateur va s'autodétruire

    dans exactement :


        zéro zéro sept secondes...

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            B e    é e

 

 

                                                   q a n d    ê e !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                  oo7


                                                         oo6


                                                                  oo5...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                       Pénélope Estrella Paz 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                               .


Partager cet article

Repost0
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 20:26

 

 

 

 

 

 

Je choisis de débloquer la modération des commentaires.


 

   Je fais confiance.

 

 

          P.E.P.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 21:01

 

 

 

 

 

 

 

Chères amies, chers amis,

 

depuis ce soir,

 

je dois modérer vos commentaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous le savez,

 

ce sont des choses qui arrivent

 

dans la vie d'un blog.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus,


l'Orée n'est pas un blog exactement comme les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et moi, Loop,

 

vous le savez bien,

 

 

je ne suis pas exactement comme les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donc, je modère.


Je sais faire ça.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne rejetterai pas la pierre 


à la personne qui me l'a lancée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je ne vous dirai pas son nom,


même indirectement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

           " Quelqu'un qui a besoin de nuire,

                          c'est quelqu'un qui souffre."

 

 

                                                ( George Ajar Sullivan )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jette-t-on une pierre à quelqu'un qui souffre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout cela m'ennuie, bien sûr,


je vous l'avoue,


mais je tire ma force de situations telles que celle-ci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma force de création

 

me donne les ressources qu'il me faut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'en veux à personne.

 

 

 

 

 


 

Je remercie celles et ceux

 

        qui m'ont faite telle que je suis.

 

                      ( et non sans défauts... )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

C'est ma ligne de vie,


c'est ma fierté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cleome 1 s

 

                                                                      Octobre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'adresse à vous :

 


 

               Ce soir, choyez vos proches.

 

                      C'est le plus important.

 

 

 

 

 

 

                                   Merci pour tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                 Loop et Pénélope

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Chez George A. S.      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23 h 15

 

Je découvre avec reconnaissance vos messages ici ou là.

 

Je ne les publierai pas.

 

Il y a des jours où la pudeur est de mise...

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 00:00

 

 

 

 

 

 

Un jour prochain,


je vous parlerai


d'un homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rose-c-cile-s-copie-1.jpg

 

                                                    Un jour..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit homme.

 

Un grand homme.

 

Un inventeur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Il s'appelle George Ajar Sullivan.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

L'avez-vous déjà rencontré ?

 

 

C'est possible.

 

 

 

 

 

 


 

Je peux vous l'avouer aujourd'hui,


il est en quelque sorte


mon père spirituel,


le papa tendre et bienveillant


que je n'ai pas connu assez longtemps....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Il dit souvent, tout bas,


quelque chose qui me parle beaucoup :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

" Petite Loop,

 

au lieu, jour après jour,


de considérer que le monde va mal,


allez, lève-toi et pose une pierre.

 

 

 

 

 


 

Sois indulgente.

 

 

 


 

 

      Avec les autres,


               mais surtout avec toi-même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Aime-toi,


     fais-toi confiance,


               et le monde, tu verras,

                               

                                d'un coup ira mieux... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'essaie de faire comme il dit,


même si ce n'est pas tous les jours facile...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                   Bien cordialement,

 

 

 

 

 

 

 

                 

                                     Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PS. George, ces humbles pétales sont pour vous...

 

 

 

 

Mardi 13 Décembre

         12 h 25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce billet,

je choisis de ne rien ajouter

à vos éventuels commentaires...

Ils parleront très bien tout seuls !

 

 

 

 

                   .                                .

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 22:20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M O Z A R T

 

 

 

 

 

 

 

 

   M E     F A T I G U E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

me-fatigue-s.jpg

 

 

                                 Octobre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mozart me fatigue

 

 


La fille couleur menthe à l'eau me fatigue

 

 


Julien Sorel me fatigue

 

 


La soeur cadette de Jeanne d'Arc me fatigue

 

 


La caissière n°12

du Super U de Chènevière sur Lorette me fatigue

 

 


Tous ceux qui ont en eux 

quelque chose de Tennessee me fatiguent

 

 


Les poissons-scies me fatiguent

 

 


Les dessous chics me fatiguent 

 

 


Ceux qui ont voté Mac Mahon

au printemps 1873 me fatiguent

 

 


Ceux qui continuent à prétendre que Desigual,

c'est une espèce rare d'iguanes de Bornéo me fatiguent

 

 

 

Les hirondelles qui ne font pas le printemps me fatiguent

 


Ceux qui n'aiment pas

le poulet basquaise de maman me fatiguent

 


Ceux qui ont pris Sébastopol

et ne l'ont pas rendu me fatiguent

 

 

 

Les crèmes de jour me fatiguent

 

 


Les Editions de minuit me fatiguent

 

 


Le cadet de mes soucis me fatigue

 

 


L'enfant caché de la Vénus de Milo me fatigue

 

 


L'homme qui en savait trop me fatigue

 

 


Les filles habillées trop courts

devant les laveries automatiques de Copacabana me fatiguent

 

 

 

 

La petite nébuleuse prétentieuse qui clignote bleue

juste à droite, après Andromède, me fatigue

 

 

 

 

Les marchandes de barbe à papa,

nées Capricorne, me fatiguent

 

 

 

 

Les nobles Chevaliers me fatiguent

 

 

 


Les Granolas vendus par paquets de six me fatiguent

 

 

 


Les hommes solubles

dans le bleu de Méthylène me fatiguent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          et, pour ne rien vous cacher,

 

 

 

                quelquefois,

 

 

 

                     " je " me fatigue...

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

                                                    ... et puis aussi,

 

                                                                           ...Papa me manque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                              Loop

 

 

 

 

                                         .

Partager cet article

Repost0

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !