Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 21:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

 

E T    L E S    C H I C S    P O E T E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E    L A    L O I R E

 

 

 

 

 

 

 

Tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 louet-a-mantalon-s.jpg

 

 

 

      Le Louet à Mantelon.

 

Le Louet,

un très joli bras de Loire

qui se prend pour une vraie rivière...

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 toue-chalonnes-1-s.jpg

 

 

Chalonnes sur Loire

 

A bord de la toue cabanée

" Rue du tangage "  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suspends tes flots, heureuse Loire,

Dans ces vallons délicieux...

Quels bords t'offriront plus de gloire

et des coteaux plus gracieux ?

 

Pactole, Méandre, Pénée,

Jamais votre onde fortunée

Ne coula sous de plus beaux cieux...

 

 

Jean-Baptiste Louis Gresset

1709 / 1773

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1843-denee-s.jpg

 

 

 

Denée

 

Quand, l'hiver,

le Louet et la Loire montent, montent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est là, dans le trèfle azuré de la crèche

Dormante des chemins, au fond des pailles fraîches,

Belle à fermer les yeux, jalouse du revoir,

Et, quand les portes bleues dérivent dans le soir,

Elle essuie sur sa joue une larme qui sèche...



René Guy Cadou 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 haie-longue-crue-s.jpg

 

 

La Haie Longue

en hiver

 

Rochefort sur Loire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son menu bagage de rêves,

Rose avait apporté ses tonnelles ombreuses,

ses guirlandes de chèvrefeuilles

et de roses du Val de Loire,

ses terrasses de tuffeau et d'ardoise

et les tables rondes

où de bons compagnons

se penchent sur des verres

d'où monte l'incessante raie d'argent

d'une bulle qui éclate et rit

  en mourant dans l'air...

 

 

Maurice Fourré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

table-ste-gemmes.JPG

 

 

Ste Gemmes sur Loire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma mère de source fut la Loire 

qui, par l'incessant et mélodieux bruissement de ses eaux,

me fit pressentir

que les fleuves avaient eux aussi leur langage...

 

 

Jacques Lacarrière

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

confluence-Authion-s.jpg

 

 

Confluence avec l'Authion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'eus donc eu beaucoup de chance de grandir ainsi

au coeur d'un jardin habité de paroles florales

et

sur les bords d'un fleuve

hanté de chuchotis...

 

 

Jacques Lacarrière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ponts-de-Ce-30-12-12.jpg

 

 

Les Ponts de Cé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai traversé les ponts de Cé

C'est là que tout a commencé

 

Une chanson des temps passés

Parle d'un chevalier blessé

 

D'une rose sur la chaussée

Et d'un corsage délacé...

 

 

Aragon

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vagues-behuard-s.jpg

 

 

Béhuard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La

Loire

étant crue,

 je la mangerai cuite...

 

 

Loop

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pres-inondes-behuard-noel-2012-s.jpg

 

 

Béhuard

 

Noël 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Te souviens-tu de la maison

et du passeur en cotte bleue

qui fumait des cigarettes mouillées ?

 

Te souviens-tu de Béhuard,

cette cloche qui nous battait le coeur

comme une aile brisée ?

 

 

René-Guy Cadou

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 preinondable-s.jpg

 

 

 Pré inondable

Ste Gemmes sur Loire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nul n'est censé oublier

 

la Loire !

 

 

Sylvie Augereau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Les Jubeaux "

 

Une chanson de

Jean-Pierre Pellier et Jean-Claude Poiroux

1995 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

" Les Jubeaux "

 

Une chanson de

Jean-Pierre Pellier et Jean-Claude Poiroux

1995 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le tome 2 :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 03:42
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


H A R M O N I E    D U    S O I R . . .

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 



royale s

                                                                 Place Royale
                                                                 Nantes










 
Alors, il m'a dit :



" Chaque fleur, Loop,

s'évapore

   ainsi qu'un encensoir... "



C'est tout ce qu'il a dit ?



Non,

il a posé la main sur mon genou


et


il a ajouté


d'une voix très câline


en me regardant dans les yeux :




" Le violon frémit

comme un coeur qu'on afflige.


 
Valse mélancolique

et

langoureux vertige !



Le ciel est

triste et beau

 comme un grand reposoir..."





 Dis-donc,

 t'as été drôlement gâtée...








 

Pénélope Estrella-Paz


 

Janvier 2010








 

 
 Citation extraite de : 

" Harmonie du soir "
  Les fleurs du mal
      Baudelaire 






Ce texte figure à la page 24

 

       de l'Orée papier.

 

             Clic !

 

 

 

       Le livre de Loop

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Penelope - dans Mots des autres
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 04:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j a C q u E s     p R é V E r T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' O R E E    D E S    P E U T - E T R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                    Image internet

 

 

 

Avec Miro et Chagall

 

au restaurant la Colombe d'or

 

à St Paul de Vence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

prevert-st-paul-s.jpg

 

 

 

 

Prévert à St Paul de Vence

 

Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris est tout petit...

 

 

 

Paris est tout petit,

 

c’est là sa vraie grandeur.

 

 

Tout le monde s’y rencontre,

 

Les montagnes aussi.

 

 

Même, un beau jour, l’une d’elles

 

Accoucha d’une souris

 

 

Alors, en son honneur,

 

Les jardiniers tracèrent le parc Montsouris.

 

 

C’est là sa vraie grandeur,

 

Paris est tout petit.

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre Père qui êtes aux cieux

Restez-y

Et nous nous resterons sur la terrre

Qui est quelquefois si jolie

 

Avec ses mystères de New York

Et puis ses mystères de Paris

Qui valent bien celui de la Trinité

 

Avec son petit canal de l’Ourcq

Sa grande muraille de Chine

Sa rivière de Morlaix

Ses bêtises de Cambrai

 

Avec son Océan Pacifique

Et ses deux bassins aux Tuilleries

Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets

 

Avec toutes les merveilles du monde

Qui sont là

Simplement sur la terre

Offertes à tout le monde

Éparpillées

 

Émerveillées elles-même d’être de telles merveilles

Et qui n’osent se l’avouer

Comme une jolie fille nue qui n’ose se montrer

Avec les épouvantables malheurs du monde

Qui sont légion

 

Avec leurs légionnaires

Aves leur tortionnaires

Avec les maîtres de ce monde

Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres

 

Avec les saisons

Avec les années

Avec les jolies filles et avec les vieux cons

Avec la paille de la misère

pourrissant dans l’acier des canons.

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi

 

 

 

Dîner René.

 

Battre Janine.

 

Fesser Michèle.

 

Boire un verre.

 

Faire autocritique.

 

 

 

 

Les éphémérides

de Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Dieu chassa Adam.

 

 

 

Et Dieu chassa Adam à coups de canne à sucre

 

Et ce fut le premier rhum sur la terre

 

Et Adam et Ève trébuchèrent

 

dans les vignes du Seigneur.

 

 

La Sainte Trinité les traquait

 

mais ils s’obstinaient à chanter

 

d’une enfantine voix d’alphabet :

 

 

Dieu et dieu quatre

 

  Dieu et Dieu quatre !

 

 

Et la sainte Trinité pleurait...

 

 

Sur le triangle isocèle et sacré

 

un biangle isopoivre brillait

 

et l’éclipsait.

 

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévert colle !       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un certain Jacques Prévert :     Boum !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 prevert-vence-2-s.jpg

 

 

 

      Prévert à St Paul de Vence

 

Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour faire le portrait d'un oiseau

 

 

 

 

Peindre d'abord une cage

avec une porte ouverte.

 

Peindre ensuite

quelque chose de joli,

quelque chose de simple,

quelque chose de beau,

quelque chose d'utile pour l'oiseau.

 

Placer ensuite la toile contre un arbre

dans un jardin,

dans un bois ou dans une forêt.

 

Se cacher derrière l'arbre

sans rien dire, sans bouger...

 

Parfois,

l'oiseau arrive vite,

mais il peut aussi mettre de longues années

avant de se décider...

 

Ne pas se décourager,

attendre,

attendre, s'il le faut, pendant des années...

 

La vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau

n'ayant aucun rapport

avec la réussite du tableau.

 

Quand l'oiseau arrive,

s'il arrive,

observer le plus profond silence.

 

Attendre

que l'oiseau entre dans la cage,

et, quand il est entré,

fermer doucement la porte

avec le pinceau...

 

Puis,

effacer un à un tous les barreaux,

en ayant soin

de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau.

 

Faire ensuite le portrait de l'arbre

en choisissant la plus belle de ses branches

pour l'oiseau.

 

Peindre aussi le vert feuillage

et la fraîcheur du vent,

la poussière du soleil

et le bruit des bêtes de l'herbe 

 dans la chaleur de l'été

et puis attendre que l'oiseau

se décide à chanter...

 

Si l'oiseau ne chante pas,

c'est mauvais signe,

signe que le tableau est mauvais.

 

Mais s'il chante, c'est bon signe !

Signe

que vous pouvez signer...

 

Alors,

vous arrachez tout doucement

une des plumes de l'oiseau

et

vous écrivez votre nom

  dans un coin du tableau...

 

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En farsi

 

 grâce à Sara Irani !

 

 

 

 

 

کشیدن تابلوی يك پرنده

ژَک پرِه‌ور- احمد شاملو

نخست قفسی بكشيد

با دری باز

سپس

چند چیز زيبا بكشيد

ساده

ملوس

سودمند

برای پرنده

سپس تابلو را روی درختی بگذاريد

در باغ

در بيشه

يا جنگل

حالا پشت درخت پنهان شوید

بی هيچ حرفی

يا حرکتی

ممكن است پرنده زود سربرسد

ممكن هم هست سال ها بگذرد

تا راضی شود که بیاید

دلسرد نشويد

صبر كنيد

اگر آمدن پرنده

سال ها طول بكشد

باز صبر كنيد

اين که پرنده کی می رسد

دير يا زود

ربطی به خوبی تابلو ندارد

وقتی آمد

او را در سكوت عميق نگاه كنيد

صبر كنيد تا وارد قفس شود

وارد که شد

در را آرام با قلم مو ببنديد

سپس

ميله ها را يك به يك پاك كنيد

حواستان باشد به پرهای پرنده دست نزنيد

حالا تصوير درخت را بكشيد

و زيباترين شاخه هايش را برای پرنده انتخاب كنيد

سپس برگ های سبز را بكشيد

نسيم خنك

ذرات نور

و صدای حشرات را

در سبزه ها

در گرمای تابستان.

سپس صبر كنيد تا آواز بخواند

اگر نخواند

نشانه بدی است

نشان می دهد كه اين تابلوی بدی است

اما اگر خواند نشانه خوبی است

نشان می دهد كه می توانيد امضا كنيد

بنابراين خيلی آرام يكی از پرهای پرنده را بكنيد

ونامتان را در گوشه ای از تابلو بنويسيد

بنابراين خيلی آرام يكی از پرهای پرنده را بكنيد

ونامتان را در گوشه ای از تابلو بنويسيد

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Clin d'oeil :

 

  Mademoiselle Barbara...

     

               Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévert chez Noëlle !  

 

             Zip !    et   Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     à suivre...

 

 

 

 

 

                                             

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 04:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    A I M E

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    P O E S I E    G R E C Q U E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Η Λουπ αγαπάει την ελληνική ποίηση 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

egee-s.jpg

 

                                                                Image : Fanny de Larissa

 

 

 

 

La mer Egée

 

 près de Larissa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une jolie bouche,
 
le plus gros juron
 
est un hymne...
 
 
Yannis Ritsos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si l'arbre brûle...

 

 

 

 

 Et si l'arbre brûle, reste la cendre et la lumière. 
 
Dans le désert, les cactus prennent racine.
 
Si les sources se sont taries, il pleuvra à nouveau.
 
 
 
Le jeune fils reviendra à la maison délaissée.
 
Sous la neige épaisse, les graines veillent.
 
A la limite de la cour, le vent mauvais s'épuise.
 
 
 
Et même si nous sommes nus
 
et entourés de loups,
 
notre décision de nous battre reste intacte.
 

 

 
Angélique Ionatos
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu as dansé...
 
 
 
 
Mon âme, tu as dansé tout l'été
Tous les signaux lumineux l'indiquent...
 
 
Tu as déplié ton corps au soleil de midi
Tu as nagé, tes yeux aux arbres et dans la plaine...
 
 
Tu t'es roulée dans le sable, tu as froissé le ciel
Tu as dansé près de l'eau jusqu'à l'aube
Parmi les gens, les phonographes et la tristesse...
 
 
Mon âme, tu as dansé un seul été...
 
 
 
 
 
 
Nìkos-Alèxis Aslànoglou
 
1931 / 1996 
 
 
Zip !       et       Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu ne seras jamais là

 

avec le tuyau à arroser les fleurs
 

alors que les vieux plafonds dégoulinent
 

chargés de pluie
 

et que ma personnalité s'est diluée
 

dans la tienne
 

tranquillement, comme en automne...
 



Ton cœur d'exception
 

- d'exception parce que je l'ai choisi -
 

sera toujours ailleurs
 

et moi je continuerai à couper avec des mots
 

les fils qui me relient
 

à l'homme particulier
 

qui me manque
 

jusqu'à ce qu'Ulysse devienne symbole de Nostalgie
 

et qu'il arpente les mers
 

dans l'esprit de tout un chacun.
 

 


Katerina Anghelaki-Rooke



" Les papiers épars de Pénélope "

1977
in " Poèmes 1963-1977 " 

 

 

 

Clic !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Quand la nuit ne prend que peu de place dans le coeur
 
 
 
Et que les cheminées nous montrent du doigt 
 
 
 
le chemin du bonheur,
 
 
 
 
 
 
 
Quand le poète et le prolétaire peuvent à égalité
 
 
Respirer le parfum du grand oeillet du crépuscule,
 
 
 
c'est la Paix.
 
 
 
 
 
 
 
Mes frères, c'est dans la Paix 
 
 
 
que nous respirons à pleins poumons
 
 
L'univers entier avec tous ses rêves...
 
 
 
 
 
 
Mes frères, mes soeurs,  donnez-vous la main, 
 
 
 
c'est cela la Paix...
 
 
 
 

Yannis Ritsos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le corps du silence est vivement agité,

 

comme une femme jouissant dans son sommeil,

 

ou lors d'une ardente étreinte amoureuse

 

ou comme le corps d'une jeune fille prise d'une fureur sacrée,

 

quand, sans motif et de façon inespérée,

 

une petite fille relève sa robe

 

et révèle à tous le tendre abricot de son publis,

 

dans toute sa grâce duveteuse et gonflée,

 

sans pudeur, sans honte...

 

 

 

Andrèas Embirikos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit oiseau rose

 

lié par un fil

 

avec ses petites ailes ondulées

 

vole vers le soleil...

 

 

 

 

Si tu le regardes une seule fois,

 

il te sourira.

 

 

 

 

Si tu le regardes deux ou trois fois,

 

   tu te mettras à chanter...

 

 

 

 

Yannis Ritsos

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous jouons ce soir avec ce poème.

 

 

 

 

 

Je vous le lance

 

et

 

vous me le renvoyez.

 

 

 

 

 

On l'ouvre en deux

 

les mots se répandent.

 

 

 

 

Car il nous faut,

 

salaud de poème,

 

te désarmer à temps,

 

   sinon tu nous étendras tous...

 

 

 

 

Andonis Fostieris

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un rêve qui passe.

 

 

 

 

Elle lui parle doucement

 

  mais il ne l'entend pas...

 

 

Où marches-tu ?

 

murmurait-elle.

 

 

 

Mais ses mots

 

ne parviennent pas jusqu'à lui.

 

 

 

Lui,

 

il cherche la fraîcheur dans les ravines,

 

dans les épineux,

 

dans une couche creusée de part en part

 

et dans les draps d'un paradis...

 

 

 

Elle murmure :

 

 

Tu étais si bon...

 

 

Hum... Tu n'entends rien...

 

 

Allez, ne te tracasse pas.

 

 

C'était un rêve,

 

ce n'est qu'un rêve qui passe...

 

 

 

N'aie pas peur,

 

toi qui marches la nuit

 

  dans d'étranges sommeils...

 

 

 

 

Jenny Mastoraki

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les souffrances de la pluie.

 

 

 

 

En pleins raisonnements et déraisonnements,

 

la pluie s'est mise à faire fondre minuit,

 

avec, toujours, ce bruit de défaite :

 

 

Tu, tu, tu...

 

 

Bruit sourd, tout plein de solitude,

 

bruit normal

 

d'une pluie normale...

 

 

 

 

Kiki Dimoula

 

Née en 1931

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La poésie grecque dans Grèce Hebdo :        Hop ! 

 

 

Les histoires de Loop en grec :       Clic !

 

 

Loop et la poésie persane :       Boum !

 

 

Doux, les mots doux :        Chic !

 

 

 

 

 

 

 

Un poème de Georges Séféris

 

Clic !

 

dit par Mélina Mercouri.

 

Musique : Vangelis

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 12:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une iranienne en France :

 

 

 

 

 

 

N A H A L    T A J A D O D

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal Tajadod

 

 

parle de son dernier livre

 

 

qui est le fruit de ses rencontres

 

 

avec Golshifteh Farahani :

 

 

 

" Elle joue "

 

 

 

Editions Albin Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal Tajadod et Goshifteh Faharani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensemble, sur France Culture

 

à propos de l'exil :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa vie ?

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal-Tajadod-s.jpg

 

Image internet

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un précédent livre :

 

    " Roumi, le brûlé "

 

 

Ding !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nahal et Golshifteh

 

" Elle joue "

 

 chez Noëlle :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un petit mot de Nahal :

 

                 Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                   

 

 

 

 

 

 

Golshifeh joue du hang drum :

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Cd audio:

 

 

Des poèmes de

Rûmi

dits en farsi par Nahal Tajadod 

en français par Jean-Claude Carrière

 

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 10:38

 

 

 

 

              Noël provençal

                Henno de Rose   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C H A N T E R

 

 

 

 

 

 

L E S

 

 

 

 

 

    N O Ë L S . . .

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

chanter-les-noels-s.jpg 

 

                                                                               Décembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A quoi tenait ce bonheur,

sinon à des grandes petites choses...

 

 

 

 

 

A ces santons,

qu'avec ma soeur,

nous allions désemmailloter de leur papier de soie.

 

 

 

 

 


A Nadalet, 

qui, dix jours avant la fête,

ferait carillonner les cloches de la paroisse.

 

 

 

 

 


A la répétition des chants de Noël,

surtout,

qui peuplaient l'Evangile

de personnages charmants et si proches de moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

La naissance d'un enfant pauvre,

le dénuement d'une étable,

une mangeoire qui sert de berceau,

les petits, les très humbles connaissent cela...

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui douterait de l'utilité des femmes lors d'une naissance ?


Et les voilà partout,

gaies et bavardes,

effficaces, portant de grands tabliers blancs,

langeant l'enfant, soutenant la mère,

cuisant la soupe,

chantant et même dansant !

 

 

 

 

 

 


 

Bientôt,

je vais commencer à fredonner les noëls,

je vais puiser dans leur fraîche beauté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cinq-bougies-s.jpg

 

                             Cunault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Au milieu du fatras commercial,

  dans le gaspillage,

    à travers tant de foies gras, de superflu,

      ils me seront fil d'ariane

        vers la divine pauvreté...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

          Marie Rouanet

       L'ordinaire de dieu

           Albin Michel

 

       " Chanter les noëls "

               ( extraits )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Marie-rouanet.jpg

                 Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                        Clic !

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

        . 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 22:09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rochefort-sur-Loire-s.jpg

 

 

La Loire à Rochefort sur Loire

 

Septembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les amis de Rochefort

 

 

 

 

 

 

Le ciel et le grand air

La flamme du clocher dégagée du tonnerre

La place de l’église

Les pelouses du toit jonchées de pierres grises

Une table encombrée de feuillage et de mains

Pour chaque ami un lendemain

 

 

Ce soir encore ensemble

Dans mes yeux le rideau de ton regard qui tremble

 

 

Je voudrais tant rester cet hiver parmi vous

Le visage dans la mousse de vos genoux

 

 

Le vent n’efface pas le bruit de vos paroles

Je prends place dans vos poitrines sur ce môle

Où s’attarde déjà la nef de l’horizon

C’est votre sang qui donne une teinte aux saisons

 

 

Vogueurs de grands chemins

Négriers des villages

Les gibiers du soleil tiennent dans votre cage

Vous êtes à l’avant du monde les passeurs

Les rapides du soir empruntent votre cœur

 

 

Je vous regarde aller

Vous marchez bien quand même

C’est à travers vos pas la lumière que j’aime

Au-dessus des étangs le son de votre voix

Et je rejoins la nuit

Très tard

À contre-voie.

 

 

 

 

 

        René-Guy Cadou

        " La vie rêvée "

        Robert Laffont

     1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maison-d-ecole-cadou-s.jpg 

 

                                                                                      2013

 

 

 

 

" La Demeure René Guy Cadou "

 

 

Sa dernière maison d'école

à Louisfert

en Loire Atlantique 

est devenue musée en 1993.

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

René Guy Cadou

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    L'Association Cadou-Poésie :

 

J.F. Jacques

21 Avenue Le Nôtre

92420 Vaucresson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rene-2-ans-s.jpg

 

                                         Source Demeure RG Cadou

 

 

 

René à 2 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Georges-Cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

  Georges Cadou

son papa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna-cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

 

Anna

Sa maman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 carte-postale-Cadou-s.jpg

       

                                                          Source Demeure RG Cadou

 

 

 

 

 

 

De Pornic,

 

René écrit une carte postale à sa maman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-adulte-s.jpg

 

                                             Source Demeure RG Cadou

 

 

      René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 video-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ce dvd est sorti récemment :

 

 

René Guy Cadou

ou 

Les visages de solitude

 

 

 

Un film d'Emilien Awada

Scénario Luc Vidal

 

52 mn

 

Disponible aux Editions du Petit Véhicule

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      * * *

 

 

 

 

 

 

 

 

     Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

 

 

- Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !

 

 

- Les rives de la Seine ont aussi leurs fleuristes...

 

 

- Mais pas assez tristes ! Oh ! Pas assez tristes !

 

      Je suis malade du vert des feuilles et des chevaux,

 

           Des servantes bousculées dans les remises du château...

 

 

- Mais les rues de Paris ont aussi leurs servantes !

 

 

- Que le diable tente ! que le diable tente !

 

     Mais moi seul dans la grande nuit mouillée,

 

        L’odeur des lys et la campagne agenouillée,

 

            Cette amère montée du sol qui m’environne,

 

                 Le désespoir et le bonheur de ne plaire à personne...

 

 

- Tu périras d’oubli et dévoré d’orgueil !

 

 

- Oui, mais l’odeur des lys !

 

                     La liberté des feuilles !

 

 

 

 

                                            René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

Paris :   Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         René Guy Cadou et les poètes bretons :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

Rochefort sur Loire

 

 

 

 

Juillet comme un beau soir dans un jardin sablé

 

L'auberge, la fumée des quinquets de la gare

 

On n'a pas rétabli les deux ponts sur la Loire

 

Mais on a bien gardé celui de la mémoire

 

 

Et tu marches là-bas parmi les oseraies

 

Traînant derrière toi ton unique village

 

Ses faces de buveurs, ses chevaux, son clocher

 

L'ardoise du poète et l'absinthe sauvage

 

Qui nous attend sur le comptoir de l'amitié

 

 

Te souviens-tu de ta maison et du passeur

 

En cotte bleue et qui fumait des cigarettes

 

Mouillées, Te souviens-tu de Béhuard cette cloche

 

Qui nous battait le cœur comme une aile brisée

 

 

Le bruit vague de l'eau, la collégiale rose

 

D'un ciel qui se mourait de son immensité

 

Nous chantons sur la route et déjà se dessinent

 

Les bocaux jaune et vert de ta maison hantée

 

 

Emmène-moi dans la vallée vers la demeure

 

De Marie-Cécile en Saint-Aubin-de-Luigné

 

Que j'y retrouve et que j'y boive ma jeunesse

 

Fraîche et joyeuse dans un décor du Douanier...

 

 

 

 

 

                     René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helene-et-Jean-Francois-s.jpg 

 

 

             Etienne, Hélène et Jean-François

       à La Possonnière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène et Jean-François

ont mis en musique ce poème,

cher au coeur de tous les Angevins

et bien au-delà.

 

Ils le chantent un dimanche béni de mai 2013,

royalement installés sur leur bateau,

une très belle toue traditionnelle,

sur le port de la Possonnière en Anjou,

dans le cadre d'une très inspirée Fête de la Loire.

 

La Possonnière est à un souffle ( poétique ) de Rochefort sur Loire.

 

 

                Leur site :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour écouter :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

feuille-cadou-s.jpg

 

 

                                                             Anjou

                                                                             Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Automne

 

 


Odeur des pluies de mon enfance

 

Derniers soleils de la saison ! 


A sept ans, comme il faisait bon, 


Après d'ennuyeuses vacances,


Se retrouver dans sa maison ! 

 

 

 

 

 



La vieille classe de mon père,


Pleine de guêpes écrasées, 


Sentait l'encre, le bois, la craie


Et ces merveilleuses poussières 


Amassées par tout un été. 

 

 

 

 

 



Ô temps charmant des brumes douces, 


Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,


Le vent souffle sous le préau,


Mais je tiens entre paume et pouce 


 Une rouge pomme à couteau...

 

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plaque-Cadou-s.jpg

 

                                                                      Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai pris cette image l'automne dernier

 

au cours d'une jolie balade à pied

 

dans les vignes automnales

 

de St Aubin de Luigné, en Anjou,

 

tout au bord du Layon tranquille et silencieux

 

qui promenait nochalamment ses feuilles mortes,

 

à peine rousses encore...

 

 

 

 

 

Des cheminées simples et droites

au bord des toits d'ardoise

qui fument en plein après-midi de novembre,

 

un vieux monsieur à casquette,

qui fend son bois avec application dans sa remise,

 

un alambic qui brûle discrètement derrière une haie,

 

l'odeur forte de la râpe

en gros tas lie de vin

le long de l'ancienne voie ferrée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans les années 1940,

 

René Guy Cadou et ses amis poètes

 

de la toute jeune et encore inconnue " Ecole de Rochefort "

 

venaient régulièrement faire ripaille 

 

et écrire dans ces douces contrées ligériennes.

 

 

 

 

 

 

 

Pays de cocagne des vins du Layon,

de la noble Loire toute proche,

une lumière toujours pastel et vibrante,

le souvenir de l'ancien presque voisin

Joachim Du Bellay...


Son petit Liré n'est pas si loin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une lampe naquit sous la mer

Un oiseau chanta

Alors dans un village reculé


Une petite fille se mit à écrire
Pour elle seule

Le plus beau poème.



Elle n'avait pas appris l'orthographe

Elle dessinait dans le sable

Des locomotives

Et des wagons pleins de soleil.



Elle affrontait les arbres gauchement

Avec des majuscules enlacées et des cœurs.


Elle ne disait rien de l'amour

Pour ne pas mentir

Et quand le soir descendait en elle

Par ses joues

Elle appelait son chien doucement

Et disait :


« Et maintenant cherche ta vie ».
 
 
 

              René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou est né en 1920 à Sainte-Reine-de-Bretagne,

en pays briéron, mort en 1951, à Louisfert,

non loin de Châteaubriant, en Loire-Atlantique.

 

René Guy Cadou a su, en l’espace d’une courte vie,

construire une des œuvres poétiques les plus importantes

du XXe siècle. 

 


C’est grâce à la rencontre, à Nantes,

du jeune libraire-poète Michel Manoll,

que René Guy Cadou, lycéen de seize ans, entre en poésie.

 

Dès l’année suivante, il publie son premier recueil de poèmes

 " Brancardiers de l’aube."

 

Devenu instituteur remplaçant,

il va errer, pendant cinq ans,

d’une école de village à une autre,

trouvant dans cette errance même

– autant physique qu’affective –

une puissante source d’inspiration. 

 


La rencontre, en 1943,

d’Hélène Laurent va faire du brillant disciple de Pierre Reverdy,

le grand poète inspiré que l’on connaît,

le poète d’ " Hélène ou le Règne végétal ",

livre qui constitue, sans nul doute,

un des sommets de la poésie amoureuse de langue française. 

 


Titularisé enfin,

René Guy Cadou s’installe avec Hélène

dans la maison d’école de Louisfert,

et c’est là qu’il écrira

dans les cinq années qui le séparent de sa mort,

ses derniers grands poèmes lyriques,

dont l’admirable " Ode à Serge Essenine."

 

 

Au reste, René Guy Cadou ne fut pas seulement poète,

comme le prouvent son autobiographie (partielle)

" Mon enfance est à tout le monde,"

son roman " La Maison d’été,"

les articles de critique littéraire

parus dans diverses revues et rassemblés plus tard

dans " Le Miroir d’Orphée,"

ainsi que son admirable

" Guillaume Apollinaire ou L’Artilleur de Metz."

 

 

          Source : Revue 303.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-Seyes-s.jpg

 

 

                                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Original :

 

Des petits poèmes en bandes dessinées !

 

 

               Cric !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Loop et les chics poètes de la Loire :

 

                       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fleur rouge

 

 

 

A la place du ciel

Je mettrai son visage

Les oiseaux ne seront

Même pas étonnés

Et le jour se levant

Très haut dans ses prunelles

On dira le printemps

Est plus tôt cette année

 

Beaux yeux, belle saison

Vivier de lampes claires

Jardins qui reculez

Sans cesse l'horizon

On fait déjà les foins

Le long de ses paupières

Les animaux peureux

Viennent à la maison

 

La chambre est encombrée

De rivières sauvages

Dans le foyer s'envole

Une épaisse forêt

Et la route qui tient

En laisse les nuages

Traîne sa meute d'or

Jusque sous les volets

 

Tous les fruits merveilleux

Tintent sur son épaule

Son sang est sur ma bouche

Une flûte enchantée

Je lui donne le nom

De la première enfance

De la première fleur

Et du premier été

 

 

 

René Guy Cadou

 

" Hélène ou le règne végétal "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      Hélène et René Guy Cadou

 

                                                                              Vers le Tome 2 :

 

 

                                                                          Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin chante Cadou :

 

 

 

 

 

   

Visite de la Demeure Cadou à Louisfert...

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 09:26

 

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 rose-larmor-oct-s.jpg

 

                                                                                                                   Octobre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, comme elle ne s'éloignait pas,

je plongeai l'une de mes mains dans le flot d'or

de ses cheveux dénoués,

alors que l'autre alla se perdre

dans la bâillure de la chemise,

entre les mamelons tentateurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit que les dattiers femelles

entourent à plusieurs un arbre mâle,

s'inclinent vers lui pour le caresser

de leur couronne de feuillage,

tandis que lui se dresse et hérisse ses feuilles...


Ensuite, de son souffle,

de sa seule vue et de sa poussière,

il les féconde tous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne pus résister à ce mamelon tendu

sur lequel je mis et refermai la bouche.

Je reconnus la parfum de Christine.

En remontant la tête pour chercher sa bouche,

je sentis... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presque nue et non nue

   à travers une nue de dentelles

      montrant ta chair où va courant

         ma bouche délirante...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Je vous aime, mon corps,

qui fûtes son désir,

son champ de jouissance

et son jardin d'extase,

où se retrouve encor le goût de son plaisir,

comme un rare parfum

dans un précieux vase...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre bouche avide a respiré ma bouche

et je fus en vos mains

celle qui vit et qui soupire

et dont on touche le doux ventre

et les seins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un long pied nu sur ma bouche

un long pied contre le coeur,

tu es ma soif, ma fièvre,

ma cravache, ma douleur,

inapaisable soif,

désert sans issue...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacune a quitté, pour se mettre à l’aise,

La fine chemise au frais parfum d’ambre.

 

La plus jeune étend les bras et se cambre,

Et sa sœur, les mains sur ses seins, la baise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis notre âme est comme une ombrelle chinoise,

elle rit au soleil et se déchire à la pluie...


Quant au poème,

c'est une joie mécanique,

il suffit de trouver le bouton

sur lequel on appuie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personne ne vous avait demandé

De souffler les bougies,

Pourtant, la nuit s'était allumée

Dès que vous aviez rougi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle les prit toutes deux

plus haut que la ceinture

et, refermant ses mains caressantes

sur leurs petits seins presque nus,

elle les emmena d'un pas pressé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison vide,

Volets fermés,

Nue, palpitante, étendue sur le lit

L'absence de ton corps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perfection de la jupe,

Au delà des chaussettes blanches roulées...

La jupe,

Et les jambes nues très haut...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre regard hirondelle

Vos façons démodées

Votre souffle tourterelle

Vos poignets liés

Je suis folle à lier... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps,

L'odeur de tes cheveux...

 

Y plonger tout mon visage,

Comme un homme altéré dans l'eau de source 

Et les agiter avec ma main

Comme un mouchoir odorant,

Pour secouer des souvenirs dans l'air...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vous épargnerai pas,

 Hélas, les démons de la nuit...

 

J'ai le feu aux frousses,

Peut-être, la peur de ma vie...

 
Je vais sans doute ce soir relire

Le Diable au corps...

 

A la grotte bénie,

Je prierai pour vous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leurs mains, perversement câlines,

En servant,

Ont d'heureux hasards...

 

Et leurs bouches rouges de fard

Ont des paroles si félines

Qu'on est fou de ces libertines...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crois-moi,

il ne faut pas hâter le terme de la volupté,

mais y arriver insensiblement,

après des retards qui la diffèrent...

 

Quand tu auras trouvé l'endroit

que la femme aime à se sentir caressée,

la pudeur ne doit pas t'empêcher de le caresser...

 

Tu verras les yeux de ton amie

brilller d'un éclat tremblant,

comme il arrive souvent aux rayons du soleil,

répétés par une eau transparente...

 

 

Puis, viendront des plaintes...

 

Viendra un tendre murmure

et de doux gémissements

et les paroles qui conviennent à l'amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne sentirai-je point avec mille caresses

Le doux chatouillement des plus douces liesses ?

 

Ne serai-je amoureux mignonnement aimé ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le long de ton intimité,

Bien savamment grimée,

J'appose mes mains animées

Et les fais glisser pour te dévoiler...

 

 

             Tu me fais mouiller.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un frisson du corps

Ondoyant

 Sur la vague du désir comblé.

 

     A tout jamais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai aimé votre robe opaline

Votre halte bleue, Place du Change,

Vos colères d'ambre et d'embruns...
 

Vous étiez bénie des anges

Et, dans un souffle,

Marie-Caroline, vous avez crié ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

Je regardais briller les bagues

d'une jeune femme

qui était assise

sur la Terrasse des Oiseaux de Bronze.



Elle peignait ses sourcils.

Sa robe rouge chatoyait dans le soleil.


Un messager est venu lui dire

que le Roi l'attendait.

 

Elle a parfumé ses bras, ses genoux

et elle s'est levée... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te caresse

au passé, au présent et au futur

 

Tu m'embrasses

Entre maintenant et tout à l'heure

 

On s'entrelace à tout instant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etait-ce une nuit maghrebine ?

Je laisse Mogador aux filles de platine...

 

Etait-ce une nuit maghrebine ?

C'était la nuit d'avant notre naissance,

Tu te coiffais devant le miroir de mes yeux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes merveilleuses mains

A qui d'autres rêvèrent

 

Téméraires blancheurs

Oiseaux de paradis

Et que jalousement

mes longs baisers révèrent

 

Automne, été, printemps, hiver !

 

Tes mains que j'aime tant

Que je n'en ai rien dit... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélas ! Hélas !

 

C'est peut-être

le sanglot le plus profond

et

le plus amer de ma vie

que le bruit de cette vague

qui m'a détachée

de la rive de Fusine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a maintenant,

sous la blouse qu'il a refermée,

les seins libres et nus

comme elle a,

nus et libres,

les reins et le ventre,

de la taille aux genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Pétales de toi

 Demain matin à la ronde

    La nuit sera féconde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime.


Je te sais près d'un homme que tu aimes

et, cependant,

je suis tranquille...

 

Les larmes coulent abondamment

sur mes mains

tandis que je t'écris,

mais ce sont les plus douces,

les plus chères larmes que j'aie versé... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie est longue

    Le désir tenace

         Et vos culottes...

 

                              si légères...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ouvre encore les lèvres

   pour demander que ce voyage ne finisse pas.

 

J'ai le temps de lui annoncer qu'il va finir,

   comme tous les voyages,

 

Avant de renverser ma tête en arrière,

   dans l'eau profonde... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       feu

    ici

cernant

          l'éveil

des lendemains

                     latents

         éventuels

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La femme des longues patiences

Se met lentement au monde

 

La femme des longues patiences

Se donne lentement le jour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui me rassure en mon attente,

    C'est que j'ai reçu son hommage,

 

Et quand souffle la brise douce,

    Volontiers,

         Je tourne vers là-bas mon visage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A deux mains,

elle releva la soie craquante

et le linon qui la doublait,

découvrant un ventre doré,

des cuisses et des genoux polis

et un noir triangle clos...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est des parfums frais

    Comme des chairs d’enfants,

 
Doux comme les hautbois,

    Verts comme les prairies,

 
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

    Ayant l’expansion des choses infinies,

 
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,

    Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La lumière du jour

Et les tréfonds de la nuit

 

Se mêlent si bien

Dans sa chevelure dorée..

 

Et le soleil est au zénith

En contemplant son Orée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vin dans les feuillages

Fait éclater les beaux yeux

Et battre les coeurs joyeux

A l'étroit sous les corsages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme j'aime faire le puzzle

que je suis

pelotonné contre toi !

 

Et toi, celui que tu es,

contre moi...

 

...même si on l'a fait des dizaines

et des dizaines de fois...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ascèse et piété...
 

Vous n'aviez que ces mots-là

A la bouche,

Et pourtant, de laudes à matines,

De vêpres à complies,

Vos lèvres tant bénies coulaient,

Roucoulaient pieusement, silencieusement,

Et moi je pleurais à chaudes larmes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La courbe de tes yeux

Fait le tour de mon coeur,

Un rond de danse et de douceur...

 

... Et si je ne sais plus

Tout ce que j'ai vécu,

C'est que tes yeux

Ne m'ont pas toujours vu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agenouille-toi, mon amour,

 Mille pieds plus bas que moi,

  Si loin,

   Que je puisse à peine voir

    Ta bouche et tes mains

     Accomplir la cérémonie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assise sur la terrasse de sa demeure,

elle attend son fiancé...

 

Que la nuit a été longue...

 

Le vent du matin effeuille les glycines.

 

Elle regarde ces gouttes d'aube

qui tombent sur ses bras

et elle soupire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'écris pas ces mots doux

Que je n'ose plus lire.

 

Il semble

Que ta voix les répand sur mon coeur,

Que je les vois brûler à travers ton sourire.

 

Il semble

Qu'un baiser les empreint sur mon coeur.

 

N'écris pas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un désert sans méharée.

 

   Seule.

 

Le sable crisse un

 " Je t'aime "

      évaporé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   J'ai aimé cent femmes.

Je n'ai jamais dit deux fois

    Le même mensonge...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maîtresse,

Embrasse-moi, baise-moi, serre-moi,

Haleine contre haleine...

 

Echauffe-moi la vie !

 

Mille et mille baisers,

donne-moi, je te prie !

 

Amour veut tout sans nombre,

Amour n'a point de loi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chevaux de la cascade

 

  L'écheveau de nos jours...

 

 

     Ma main sur ta joue,

 

       Trois îles, la Désirade...



         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agile et noble

avec sa jambe de statue...

 

 

Moi, je buvais,

                            crispé comme un extravagant,

dans son oeil,

                           ciel livide où germe l'ouragan,

 

la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un si délicat bouquet...

 

J'habitais

Rue des oiseaux.

 

J'ai reçu l'amour en cage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle

  ne pensait pas au lendemain,

alors que

Lui, 

gravait sur le tronc d'un vieux chêne,

un coeur refermant

                leurs initiales entrelacées...

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forme abstraite du coeur,

Langage des cartes à jouer,

Des graffiti...

 

De deux coeurs,

La main d'une femme

Et la main d'un homme

Sortent et s'étreignent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Voici les auteurs de ces lignes,

 

mais dans le désordre.

 

C'est exprès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léopold Sédar Senghor

 

Guiot de Dijon

 

Andrée Chédid

 

Paul Verlaine 

 

Leonard Cohen

 

Alfred de Musset

 

Antonio Lisboa

 

Pierre de Ronsard

 

Pierre Louÿs

 

Tyco Moon

 

Pierre Albert-Birot

 

Anne Desclos

 

Pline l'Ancien

 

Henry Miller

 

Louis Scutenaire

 

Valdy

 

Yànnis Ritsos 

 

George Sand

 

Georges Bataille

 

Henri de Régnier

 

Marie Nizet

 

Charles Baudelaire

 

Marc Papillon de Lasphrise

 

Henri Guillaumin

 

Rima

 

Louis Aragon

 

Pauline Réage

 

Geert De Kockere

 

Maria Lova

 

Paul Eluard

 

Raymond Jean

 

Aurélie Lesage

 

P. Estrella-Paz

 

Jean Lorrain

 

Ovide

 

Paul Verlaine

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

Poétesse chinoise d'autrefois

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une précision importante à propos de cette page :

 

 

                              Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 2 :       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 3 :      Chic !

 

 

 

 

 

 

 

                                    .

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:56

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  P O E S I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 S A N S     F R O N T I E R E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poesies-sans-frontieres-s.jpg

 

                                                                                              Eté 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi, tu n'es semblable à personne

 

 Et personne ne t'est semblable

 

 Tu ne ressembles qu'à ma mélancolie

 

      Tu ne ressembles qu'à mes poèmes...

 

 

 

 

Nizar Qabânî

 

1923 / 1998

 

Syrie

 

 

Clic !

 

 

Proposé par Covix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les souffrances de la pluie.

 

 

 

 

En pleins raisonnements et déraisonnements,

 

la pluie s'est mise à faire fondre minuit,

 

avec, toujours, ce bruit de défaite :

 

 

Tu, tu, tu...

 

 

Bruit sourd, tout plein de solitude,

 

bruit normal

 

  d'une pluie normale...

 

 

 

 

Kiki Dimoula

 

Poétesse grecque contemporaine

 

 

( proposé par Fanny de Larissa )

 

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les quinze choses

 

que je n'ai jamais pu faire :

 

 

 

 

Courber le front devant plus grand que moi,

 

Marcher sur plus petit, montrer du doigt,

 

Crier avec la foule, ou bien me taire,

 

Reconnaître parmi les Blancs, le Noir,

 

Choisir dix justes, nommer un coupable,

 

Trouver telle attitude convenable,

 

Lire un autre que moi dans les miroirs,

 

Conjuguer l'amour à plusieurs personnes,

 

Résister à la tentation, blesser exprès,

 

Rester dans l'indécis, dire " Cambronne "

 

Au lieu de " merde ", qui est plus français."

 

 

 

 

Liliane Wouters

 

 

Poétesse belge contemporaine

 

 

      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
La nuit n’est jamais complète...
 
 
Il y a toujours, puisque je le dis,
 
Puisque je l’affirme,
 
Au bout du chagrin, une fenêtre ouverte,,
 
Une fenêtre éclairée...
 
 
Il y a toujours un rêve qui veille,
 
Désir à combler faim à satisfaire,
 
Un cœur généreux
 
Une main tendue, une main ouverte,

 

Des yeux attentifs...

 

 
Une vie, la vie à se partager...
 
 
 
 
Paul Eluard
 
 
1895 / 1952
 
France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 16:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C L A I R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D A N S    L E    S O L E I L

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

claire-soleil-s.jpg

 

                                                                                           Juin 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claire dans le soleil...

 

 

 

" En baissant cette culotte minuscule,

 

il me sembla que j'enlevais

 

une peau, comme d'un bulbe...

 

 

 

... En même temps,

 

je le sertissais, je le découvrais,

 

le mettais en valeur comme l'opale d'une bague...

 

 

 

... Si éclatant et si pur,

 

si soyeux, si pulpeux,

 

si féminin et si tendre...

 

 

 

... A la fin,

 

il avait pris la couleur émue,

 

veloutée et brûlante d'une framboise,

 

claire dans le soleil... "

 

 

 

 

Jacques Serguine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" J'installerai donc ma petite souris de femme

 

à plat ventre sur mes genoux,

 

la dévêtirai promptement, et..."

 

 

 

Jacques Serguine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fesser...

 

 

Fesser à loisir,

 

Fesser à souhait,

 

Fesser en pleine conscience...

 

 

Fesser à outrance,

 

Fesser en urgence,

 

Fesser à corps perdus...

 

 

Fesser à cor et à cris,

 

Fesser à fleur de peau.

 

Fesser, tout simplement...

 

 

Naturellement, en toute confiance...

 

 

 

Nina K.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les muses

 

océaniques

 

tendent leurs fesses

 

tyranniques

 

à la fièvre des marins

 

effarés...

 

 

Elles peuplent

 

leurs rêves égarés

 

de poésie

 

publique

 

dans les matins chagrins…

 

 

 

Betty Gini

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tablier de sapeur, ma moustache, pensez
 
Cette comparaison méritait la fessée .
 
Retroussant l'insolente avec nulle tendresse
 
Conscient d'accomplir, somme toute un devoir,
 
Mais en fermant les yeux pour ne pas trop en voir
 
Paf ! j'abattis sur elle une main vengeresse !
 
 
 
« Aïe ! Vous m'avez fêlé le postérieur en deux !»
 
Se plaignit-elle, et je baissai front, piteux
 
Craignant avoir frappé de façon trop brutale
 
Mais j'appris par la suite, et j'en fus bien content
 
Que cet état de choses durait depuis longtemps
 
Menteuse ! la fêlure était congénitale.
 
 
 
Quand je levai la main pour la deuxième fois
 
Le coeur n'y était plus, j'avais perdu la foi,
 
Surtout qu'elle s'était enquise, la bougresse
 
« Avez-vous remarqué que j'avais un beau cul ? »
 
Et ma main vengeresse est retombée vaincue
 
Et le troisième coup ne fut qu'une caresse...
 
 
 
Georges Brassens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                       à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !