Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A M A N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     L I T    T R O P    B I E N . . . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maman-lit-s.jpg

 

 

                                                           Janvier 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était dimanche soir.


 

Je venais juste de finir de relire

mes lettres d'amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Maman a frappé doucement.

 

 

 

 

 

 

 


 

  Je te fais un bisou, ma Loop,

       avant de dormir ?

 

 

 

 

 


 

Moi, j'ai dit :


 

  Tu me racontes une histoire, avant ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est allée dans sa chambre.

 

 

 

 

 

 


 

Elle est revenue avec un petit livre,


genre Livre de Poche...

 

 

 

 

 

 

 

 



Exprès, elle cachait la couverture...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a approché silencieusement

le tabouret de mon lit.

 


     Bois de pin.

 

 

          Scandinave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Elle a allumé sa lampe poche, clic,


et


elle a éteint la lumière, clac...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Scratt !

 

 

 


 

     Elle a allumé aussi 

          toutes les fines bougies rouges

                 du chandelier en étain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Hum...

 

                   ça sent bon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis que je suis toute petite,

c'est son rituel...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle le tient de sa Maman, 

                                Mamie Carmen

                                                de Cantillana.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Et elle y tient beaucoup, à ce rituel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

J'ai toujours adoré ce moment-là...

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

             Tu es prête ? 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

J'ai bien remonté doucement

   ma couette bleu nuit

       jusque sous mon menton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Dimanche soir,


      j'avais ma petite nuisette blanche,

          celle qui est très légère,

                je ne la sentais presque pas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maman ne pouvait pas le savoir,

   mais je tenais mon petit félin,

      bien sagement,

         sur mon ventre.


 

 

                  Sans bouger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

  J'ai fait :


         Mmmmmm...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                             Alors, ferme bien les yeux, maintenant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Maman

     a attendu encore

           quelques instants...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Elle dit toujours :

 

 

 


 

Le silence,

     ma Loop,

           c'est très important,

                 avant une histoire

                       ou avant les câlins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Papa aimait quand elle disait ça,


               je m'en souviens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis elle a commencé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

        Maman lit trop bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette femme me fascinait.

 

 

 



J'aurais voulu

que le monde s'arrête de tourner.

 

 

 



Que cette nuit ne finisse jamais.

 

 

 



Je ne voulais plus la quitter.

 

 

 



Plus jamais.

 

 

 



Je voulais rester avachi dans le fauteuil

 

et l'écouter raconter sa vie

 

jusqu'à la fin des temps.

 

 

 


 


Je voulais l'impossible...

 

 


 

 


 

Sans le savoir,

j'inaugurais là

la teneur de notre histoire...

 

 



...des heures supendues,

irréelles,

impossibles à retenir,

à endiguer.

 

 

 


 

Et puis,

elle s'est levée.

 

 

 


Elle travaillait tôt le lendemain.

 

 

 

 


 

Je me suis levé en même temps qu'elle.


Mon coeur me lâchait de nouveau.


J'avais peur de la perdre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Elle a souri.


Elle ne disait rien.


Elle souriait.

 

 

 

 

 

 


Je l'ai embrassée.

Sa bouche était fermée.

 

 


J'ai embrassé son sourire.


Elle a secoué la tête

et m'a repoussé gentiment.

 

 


 

" J'aurais pu tomber à la renverse... "

 

 

 

 

 

 

 

 

                       ***

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons traversé Paris

en nous donnant la main.

 


 

Le soleil n'en finissait pas

de se coucher.

 

 

 

 

 

Je me souviens du premier soir,

de son goût salé.

 

 


Elle avait dû se baigner

juste avant de prendre le train...

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Devant la porte d'embarquement,

elle m'a déclaré :

 

 

 

 

 


 

" Je vais essayer de vivre sans vous.


          J'espère que j'y arriverai.... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

                                      Je n'ai pas eu le courage

                                                de l'embrasser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais moi,

   je dormais déjà...

 

 

 

 

 


 

Maman a dû souffler

   les bougies une à une,


         et sortir,

             comme à son habitude,

                  à petits pas de souris...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Quelqu'un a reconnu le livre ?


 


Je vais bientôt préparer

 

une page " ouverte "


sur cet auteur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B r a v o   !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna-je-l-aimais-s.jpg

 

 

 

                                               Mars 2012

 

 

 

 

 

.              

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Maman lit trop bien...
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 00:00

 

 

 

Maman lit trop bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    F E N Ê T R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S U R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L E    F L E U V E  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

palais-sultanat--bis-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maman avait approché

le tabouret blond

de mon lit blond...

 

 

 

 

 

 

Elle avait allumé le chandelier,

ajusté un peu ma couette

et puis

elle avait dit :

 

 

 

 


 

" Ma Loop,


ce soir,

je te raconte une histoire d'ailleurs,

une histoire d'un autre temps.

 

Une époque

où tu n'étais pas encore née

et moi non plus..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi,

j'aime bien les histoires

de quand je n'étais pas née.


J'ai toujours l'impression

de les avoir déjà écrites...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

palais-sultanat-s.jpg

 

 

 

                             Images Frieda

                              Février 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1925

 

Parfum de croisière noire.




 

 

 

 

 

 

 

 

 


   Silencieusement,

 

 

 

 

 


Ils conduisirent la Dame


   jusqu'à la Chambre bleue,


      celle qui, à l'époque,


         était la plus à l'écart...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





La jeune servante,

 
muette de naissance,

 
avait été choisie, dès l'enfance,

 
parmi une lointaine ethnie

 

de l'est du pays.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Depuis toujours,

 
les femmes, les jeunes filles, les fillettes,

 
là-bas,

 
passent pour être remarquablement

 
fines, fidèles et dévouées...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Humilité du discours

 
et port de déesse...





 

 

 

 

 

 

 






                    Depuis l'aube des temps,

 
                              les griots chantent leurs légendes.




 

 

 

 

 

 

 

 




La fille

 
des Légendes immémoriales

 
a très gracieusement

 
déposé un petit bouquet de bougainvillées

 

 

 

 
                      vase d'ivoire ciselé

 

 



sur la petite table basse

 
toute d'ébène veiné,

 



près de la fenêtre,


 
celle qui ouvrait sur le sud

 
et sur le Fleuve...

 

 

 

 

 

 




                  Très vieille grille ouvragée...




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 bougainvillees-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
On entendait, au loin,


      le ramage


            des oiseaux libres des eaux libres...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 
                        Mais, les entendait-Elle ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Doum doums, koras et balafons

 


      en sourdine,

 


            bien au-delà de la ligne des toits...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Cliquetis poussiéreux des autochenilles…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Un peu avant,


 
Il avait fait préparer et monter


 
des boissons fraîches et sucrées,


 
ainsi que plusieurs plateaux de mets


 
simples et rares,


 
plus appétissants les uns que les autres...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

survie-1-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Fèves et arachides,


 
     pamplemousses et ananas


 
           délicieusement juteux...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Fête des couleurs espérées


 
                et

 


           des saveurs oubliées...



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L'eau à la bouche...

 

 

 

 

 



                                  Peut-on le dire ?


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Et puis,


 
   assez soudainement,



      d'une voix ferme et calme,


 
          autant que rassurante,


 

              il avait dit :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






" Voilà, Madame,


 de quoi vous sustenter suffisamment et agréablement


 pendant plusieurs jours,


 si nécessaire...

 

 

 

 

 

 

 








Si vous le voulez bien,


nous allons maintenant prendre congé


vous laisser à votre particulière et précieuse retraite


et


vous confier


aux Dieux du fleuve et des nuages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 









Vous le savez depuis hier,

 


vous ne sortirez d'ici

 


qu'après saine et mûre réflexion.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Lorsque aurez finalement choisi d'exprimer


à voix haute


votre libre désir


de me choisir comme maître..."




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Depuis leur entrée,


    la fine servante était restée en retrait


         dans un carré d'ombre,


               les yeux baissés...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Mais,


    juste avant de quitter la chambre...


    avec beaucoup de déférence


    et d'affection sincère,

 

 

 

 

 



l’adolescente à la muette peau cuivrée


s'agenouilla et embrassa


avec une grâce toute religieuse,


les mains, les genoux et les pieds de sa maîtresse...


 

 

 

 

 

 

 

 




La porte se referma bientôt

 
   en grinçant un peu.

 

 

 



On fit jouer à serrure

 

   à un ou deux tours.






Les pas s'estompèrent peu à peu


     dans le couloir dallé.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




               Eloge de la sérénité.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

porte fleuve s

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Profitant du grand silence,


    dans un souffle,


        Elle s'est enfin laissée tomber


              sur le grand lit


                    couvert d'un drap maure écru,


                          richement ajouré.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



On dit qu'à cet instant


      elle a poussé


             un imperceptible soupir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Seuls,


    des insectes invisibles l'entendirent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dende-aqua-fleuve-s.JPG

 

 

               Dende O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Lentement,


Elle fit descendre sa main


le long de sa hanche, de sa cuisse...

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Centimètre après centimètre,


avec une infinie lenteur,


Elle remonta 


le bas de sa longue robe bleu nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 



                                                             Juste ce qu'il fallait...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Tout en confiance,


        car les oiseaux du fleuve veillaient,


                  ses yeux se sont très doucement refermés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wouri-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, seulement,


       ses doigts ont bougé sensiblement


               et


                  Elle a commencé à se caresser doucement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



                                                          Qu'importe le temps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais je crois que je n'ai pas entendu

 

la fin de l'histoire.

 

 

 

 

 

 

J'étais déjà endormie...

 

 

 

 

 

 

Maman a dû souffler les bougies

 

une à une,

 

m'embrasser délicatement sur le front 

 

et puis ressortir

 

en refermant la porte très doucement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                              Février 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wouri titre s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le blog de Frieda :

 

                Hum !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Dende O :

 

                    Oh !

 

 

 

 

 

 

 

 

Maman a déjà lu :


" Des heures suspendues... "

 

 

                   Clic !

 

 

 

               .

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Maman lit trop bien...
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 13:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ne plus s'ennuyer


 

en attendant son tour


 

 chez la coiffeuse :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Le plus grand feuilleton

 

 

 

depuis

 

 

 

 

 

 

o l a     e t     m e   d e   é v i g n é

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wouri--titre-s.jpg

 

 

 

                                                               Le fleuve Wouri au Cameroun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eminemment

 

moral

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carrément

 

international

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voluptueusement

 

sensuel !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il suffit de taper délicatement sur Google :

 

 

 

fenêtre   fleuve   orée

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Maman lit trop bien...
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !