Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A R A M    A L - M A S R I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maram-al-masri.jpg

 

                                                                                                 Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse contemporaine

venue de Syrie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi on se retrouve

face à face

poitrine contre poitrine

ventre contre ventre

 

On se colle, on se mélange

on se ramasse, on s'allonge, on s'enroule

on s'éloigne, on se rapproche

on se repousse, on s'attire

on tremble

on transpire

jusqu'à la...

 

             la délivrance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me fonds dans toutes les femmes

m'efface pour devenir chacune d'elles

 

Je vois mon regard dans celle-ci

mon sourire sur les lèvres de celle-là

mes larmes dans leurs yeux

et dans leur corps circule mon âme

 

elles me ressemblent et je leur ressemble

Je me reconnais en elles

en elles

 

je m'accomplis

 

et me divise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je mouille mon lit d'un liquide blanc

d'un liquide noir

ou bleu

et parfois

d'un surplus de sang

 

je mouille mon lit d'un liquide

salé

de sueur

 

d'une bouche entrouverte

d'où s'écoule

la salive

 

dans le lit dorment

un cahier et un stylo

et quand je me réveille

je rassemble mes pensées humides

et mes rêves fuyants

confuse

des taches qui trahissent

la solitude

 

 

 

 

 

 

 

            Maram al-Masri

 

" Par la fontaine de ma bouche "

 

           Ed Bruno Doucet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

livre-maram-s.jpg

 

                                                                              Juillet 2012

 

 

 

 

 

 Découvert au

Marché de la Poésie

de Rochefort sur Loire

 

Le 5 juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Croix :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

Wikipedia :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

Facebook :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 09:39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O R O U G H    F A R R O K H Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-Farrokhzad-arbre-s.jpg

 

                                                                           Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse iranienne

 

1935 / 1967

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne s’agit pas d’un lien fragile,

 

ni d’une simple étreinte

 

entre les pages froissées d'un cahier.

 

 

Il s’agit du bonheur de mes cheveux

 

brûlés sous les coquelicots

 

de tes baisers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zoom !    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô toi,

 

femme iranienne,

 

soumise à la misère, au malheur et à la cruauté...

 

 

Si un jour

 

tu veux te défaire de tes liens,

 

 alors,

 

enfile aujourd'hui la jupe de l'obstination...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد

 


من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم

 


نگاه کن که چه برفی می بارد...

 

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Forough-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arbre était amoureux du vent.

 

Un vent venu de nulle part,

 

  Un vent follement vagabond...

 

 

Mais où est la maison du vent ?

 

Où est la maison du vent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est moi...

 

 

Je suis une femme seule
 

au seuil d’une saison froide
 

au début du saisissement
 

de l’existence souillée de la terre
 

du désespoir simple et triste du ciel
 

et de l’impuissance de ces mains cimentées.


 

Le temps a passé

 

et l’horloge a frappé quatre coups

 

quatre coups.
 

 

Je connais le secret des saisons
 

et je déchiffre le message des instants.


 

Le sauveur sommeille dans sa tombe
 

et le sol,

 

le sol accueillant
 

est une invitation à la quiétude...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre naissance...

 

 

 

Toute mon existence est un morne verset

 

qui te répète

 

et qui t'amène à l'aube des floraisons

 

et des croissances éternelles.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai soupiré.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai greffé.

 

 

 

A l'arbre, à l'eau, au feu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forough-2-mains-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai commis le péché, un péché succulent

 

dans une étreinte aussi torride

 

qu’un brasier !

 

 

J’ai commis le péché, enlacée par des bras,

 

des bras vengeurs, brûlants et durs

 

comme l’acier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis dénudée
 

dénudée, dénudée

 

comme les silences dans les paroles de tendresse
 

et mes plaies sont toutes d’amour
 

d’amour, d’amour.

 


 

J'ai sauvé cette île errante
 

de la tourmente de l’océan
 

et de l’irruption de la montagne.


 

Le morcellement fut le secret de cet être unifié

 

dont les plus modestes particules
 

donnèrent naissance au soleil.


 

Salut à toi, nuit innocente !
 

Salut à toi, nuit qui transforme

 

les yeux des loups du désert en fosses osseuses

 

où gisent la croyance et la certitude.

 

 

Le long de tes ruisseaux
 

les fantômes des saules
 

respirent les tendres esprits des haches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-sourire-s.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand ma confiance était pendue

 

à la corde souple de la justice

 

et que,

 

dans toute la ville

 

on morcelait les cœurs de mes lumières...

 

 

Quand l’on fermait les yeux enfantins de mon amour

 

avec le bandeau noir de la loi

 

et que,

 

des temps troublés de mes yeux,

 

jaillissait le sang...

 

 

 

Quand dans ma vie, il n’y avait plus rien,

 

rien que le tic-tac de l’horloge,

 

alors j'ai compris :

 

 

 

Il faut, il faut, il faut...

 

           ...que j’aime à la folie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 forugh-sepia-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Des livres :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi

 

je connais une petite fée triste

 

qui vit au milieu d'un océan...

 

 

 

Elle joue la musique de son cœur

 

dans une douce flûte de bois,

 

 doucement, doucement...

 

 

 

Une petite fée triste qui,

 

la nuit venue, meurt d'un baiser

 

  et, à l'aube, renaît d'un autre baiser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-penchee-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ces jours-là.
 

 

 

 

Ces jours-là s’en sont allés.

 

Ces si beaux jours...

 

 

Ces jours purs et majestueux,

 

avec un ciel tout miroitant de paillettes,

 

des branches chargées de cerises...

 

 

Des maisons appuyées les unes contre les autres,

 

à l’abri vert des liserons.

 

 

Des toits survolés d’espiègles cerfs-volants.

 

 

Et,

 

dans les ruelles,

 

le vertige du parfum des acacias...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô les fours brûlants !

 

Laissez-moi !

 

Ô le tintement de la vaisselle de cuivre

 

dans les ténèbres de la cuisine !

 

Ô le cliquetis funèbre de la machine à coudre !
 

Laissez-moi ! 

 

Ô la bataille sans fin des balais et des tapis !

 

Ô les amours jaloux !
 

Laissez-moi !!!

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

Mets dans mes mains suppliantes,

 

les tiennes,

 

comme un souvenir brûlant !

 

 

 

Mets sur mes lèvres amoureuses,

 

les tiennes,

 

comme la sensation

 

la plus chaleureuse de l’existence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-fauteuil-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ma nuit, si brève, hélas !

 

le vent a rendez-vous avec les feuilles.

 

 

Ma nuit, si brève,

 

est envahie par une angoisse dévastatrice.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

De tout bonheur, je me sens étrangère.

 

Au désespoir, je suis accoutumée.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

Là, dans la nuit, quelque chose se passe...

 

 

La lune est rouge et angoissée.

 

 

Elle est comme accrochée à ce toit

 

qui risque de s'effondrer à tout moment !

 

 

Les nuages, comme une foule de pleureuses,

 

attendent l'accouchement de la pluie...

 

 

Un instant, et puis rien !

 

 

Derrière cette fenêtre,

 

c'est la nuit qui tremble

 

et c'est la terre qui s'arrête de tourner...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

une rue très longue où, chaque jour,

 

passe une femme portant un panier...

 

 

 

La vie, c'est peut être cette corde

 

avec laquelle un homme va se pendre

 

à une branche...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet enfant qui revient de l'école.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le temps d'une cigarette,

 

 cette sorte d'engourdissement

 

 entre deux moments où l'on fait l'amour.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le regard ébahi d'un homme

 

 qui soulève machinalement son chapeau 

 

pour saluer un autre passant

 

 avec un pâle sourire sans expression...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet instant minuscule,

 

quand mon regard vient se perdre

 

dans tes pupilles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un hommage de Sohrab Sepehri 

à

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

L'amie.

 

 

 

Elle n’était que grandeur,

 

appartenance à aujourd'hui...
 

 

 

Elle était la fiancée

 

de tous les horizons ouverts...

 

 

Et comme elle comprenait bien

 

 les nuances de l'eau et de la terre !

 

 

 

Sohrab Sepehri 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lyrisme et engagement :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le jardin...

 

 

 

J'enfouis mes mains

dans le jardin pour y grandir...

 

Je suis sûre, sûre que je grandirai

et qu'entre mes doigts tachés d'encre

les hirondelles feront leur nid...

 

Je prends comme boucles d'oreilles

des cerises rouges assorties.

 

Je colle aux ongles de mes doigts

des pétales de dahlias...

 

 

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques poèmes :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une page facebook :

 

 

Forough Farrokhzâd

 

ses textes traduits en français

 

 

 

Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :         Chic !

 

 

 

 

Femmes iraniennes :      Zoom !

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد
.................................... 
من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم
.................................... 
نگاه کن که چه برفی می بارد...

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

Partager cet article

Repost0
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 10:24

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulipes-mots-doux-s.jpg

 

                                                                                         Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non que je veuille ôter la liberté
A qui est né pour être sur moi maître...
 
Non que je veuille abuser de fierté
Qui à lui humble et à tous devrais être...
 
Non que je veuille à dextre et à senestre
Le gouverner et faire à mon plaisir...
 
Mais je voudrais, pour nos deux coeurs repaistre,
Que son vouloir fût joint à mon désir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La seconde chambre est carrée.
 
Une seule fenêtre l'éclaire
où s'encadre toute la nature.
 
Au milieu,
un chevalet de bois porte une motte d'argile rouge
et, dans un coin,
sur une chaise courbe,
une fille nue se tait...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chanson la plus paisible

est la chanson des bergers...

 

La chanson la plus joyeuse
est la chanson des oiseaux...

 

La chanson la plus charmante
est la chanson des amours...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un baiser qui la fit rire,
d'un bon rire qui voulait bien...
 
Elle était fort déshabillée
et des grands arbres indiscrets
aux vitres jetaient leur feuillée
malinement, tout près, tout près...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le chemisier,

la femme a les seins libres.

Ce sont deux fruits mûrs,

des oranges amères.

Ce sont deux lanternes

qui rendent les nuits douces...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perrette,

légère et court vêtue, allait à grand pas

ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

cotillon simple et souliers plats
 

Notre laitière, ainsi troussée

comptait déjà...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En éveillant ses charmes

cette belle lui fait savoir,

le teint baigné de larmes,

quel ennui la va consumant

d'être si loin de son amant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils entrent.

Un lieu habité par des demoiselles et des dames.

La vie y est plus grande et plus magnifique.
 

Les baisers plus fougueux...

Ma peau plus belle...

Mes lèvres plus douces...

Mon ventre plus affamé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le corps du silence est vivement agité,

comme une femme jouissant dans son sommeil,

ou lors d'une ardente étreinte amoureuse

ou comme le corps d'une jeune fille prise d'une fureur sacrée,

quand, sans motif et de façon inespérée,

une petite fille relève sa robe

et révèle à tous le tendre abricot de son publis,

dans toute sa grâce duveteuse et gonflée,

sans pudeur, sans honte...
 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 Je pense qu'une fois 

 on me fit blanche et belle

 et qu'on serra ma tête

 d'une tresse de fleurs,

 comme pour une fête,

 qu'une gaze tombait

 sur mes souliers plus beaux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbesse, je le sais,

on vante vos talents

et vous êtes, en tout, très savante...

 

Si vous me montrez, Madame,

le dur métier de baiser,

et que, grâce à vous je sache...

 

... par Dieu, qui m'a ainsi faite,

quand je baiserai, 

 je dirai le Pater Noster

et je prierai pour votre âme... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne l'éclat des joies et des chagrins,

des yeux qui regardent et voient,

qui embrassent et jouissent...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

Le fleuve à la renverse sous les saules

Entre ton corps et la colline.

L'innocence de la mémoire.

Je tenais l'essaim des chansons

Sur mon cœur, comme une pivoine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dame qui m'avez tant fait souffrir,

il y a bien longtemps, mon Dieu,

que je ne vous ai vue.


J'ai vécu déjà loin de vous, pourtant,

mais jamais je n'ai ainsi vécu l'ancien proverbe :

 

" Loin des yeux, loin du coeur... "   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous disais que la main

j’allais mettre sur votre sein...
 

Le voulez-vous permettre ?

Ne fuyez pas sans parler !

 

Je vois bien, à vos regards,

que vous le voulez bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous... prosternés

devant les boules du grand Khan

à cheval, en canot sur les Chinoises fines

tailles d'oiseau, toison de soie, roses tétines

la boussole volée, avons prise en partant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fragiles libellules bleues au sommet d'un jonc,

Un nénuphar bien ouvert et puis quelques grenouilles...

 

Pieds nus dans la rosée, une petite robe blanche...

Premiers soubresauts du désir, légère odeur de mouille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu vas nue,

constellée d'échardes

secrète, tiède et disponible,

attachée au sol indolent...

A te mordre,

les jours grandissent... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je parle de toi, 

de tes seins 

à l’avant-garde des prairies,

de l’eau claire,

de tes seins endormis

et des rives qu’elle noie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été, l’hiver, je t’ai vue,

Dans ma maison, je t’ai vue,

Entre mes bras, je t’ai vue,

Dans mes rêves, je t’ai vue,

Je ne te quitterai plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime chaque jour

sous le soleil et la chandelle...

 

Je t'aime de tout mon souffle, 

 de tous mes rires, 

 de toutes les larmes de ma vie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la nuit,

les amoureux s'embrassent,

les étoiles en sont jalouses...

 

Car, sous leurs cils,

naissent de petites étincelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une perle plus grosse que les autres,

argentine et allongée,

luisait entre ses deux seins,

comme un croisssant de lune

entre deux nuages ronds...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est supplique de tous les dons,

des connaissances, des souvenirs,

des baisers vécus et rêvés,

la jouissance qui nous a saisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes doigts possèdent le secret de t'éveiller,

de t'épanouir,

de te perdre, avant de t'endormir,

comme un enfant dans la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chute de reins,

Chute du rêve enfantin d'être sage...

 

 

Fesses, trône adoré de l'impudeur,

Fesses dont la blancheur divinise encor la rondeur...


Seins, double mont d'azur et de lait,

Aux deux cimes brunes,

Commandant quel vallon, quel bois sacré ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le champ, sous la brise du soir, frissonnait.

 

Notre égoïsme, dans sa cachette,

oubliait le préjudice,

sacrifiant le blé au confort de notre amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime de ta voix,

de tes yeux, de tes seins,

et de ma vie à toi,

toi dont les desseins sont d'aimer

celui qui t'aime tant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jambes nues très haut,

la grandeur folie des yeux,

au fond de la gorge,

ce peu de voix pour des bas noirs,

bon gré, mal gré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tâtonnant toujours de tout son corps

vers l'oubli de la brûlure profonde,

sa bouche trouva la bouche de l'Indien...

 

Et elle ne se souvint plus d'aucune douleur.

 

Il leur restait, avant minuit,

trente minutes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis elle évoque,

en des remords sans accalmies,

ces temps où rayonnait, pure,

la jeune gloire de ses amours chantées en vers

que la mémoire de l’âme

va redire aux vierges endormies...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aimons gaîment
Et franchement

 

Aimons bien fort
Jusqu'à la mort

 

Aimons drûment
Et verdement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La double pêche de tes seins

dans la coupe de la journée...

 

Voici que ton ventre se lève

entre les branches du figuier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'arbre en arbre, feuille à feuille,

 

Pierre à pierre, eaux et flammes...

 

Ma main la tienne accueille,

 

Ta main la mienne accueille...

 

 

...Je t'aime !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'extase langoureuse,

 

 C'est la fatigue amoureuse,

 

 C'est tous les frissons des bois,

 

 Parmi l'étreinte des brises,

 

C'est, vers les ramures grises,

 

 Le coeur des petites voix....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton amour m'a appris à être triste...

 

Il y a longtemps que j'avais besoin

d'une femme qui me rende triste

 

D'une femme dans les bras de laquelle je puisse pleurer

comme un passereau

 

D'une femme qui rassemble tous mes morceaux

comme les pièces d'un cristal brisé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 J'aimais m'approcher 

  doucement de votre visage,

 vous sentir respirer plus fort,

 voir, avec bonheur,

 vos lèvres s'entrouvrir,

 accueillir doucement, gémir,

 et puis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle portait une robe de foulard,

chiffonnée depuis qu’elle s’était assise.

 

Je ne pus m’empêcher d’imaginer les dessins

que le cannage imprime sur la peau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime pour toutes les femmes

que je n'ai pas connues,

 

Je t'aime pour tous les temps

où je n'ai pas vécu,

 

Pour l'odeur du grand large

et l'odeur du pain chaud...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les yeux des filles bienheureuses

qui s'avancent, 

 les seins touchant l'onde,

l'eau pure des ruisseaux

jusqu'à sentir dans leur corps et leur âme

sans conditions et sans limites

la montée acquise du plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mademoiselle mon coeur,

mise à nu dans la dentelle,

la bouche parfumée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame,

savez-vous que d'être sucé,

souvent, j'ai besoin...

 

Quelques secondes, quelques minutes,

mais souvent...

 

A l'ombre d'un pilier d'église oubliée

ou sous les couverts d'une chantante futaie...

 

Sous une porte cochère,

à l'heure où, sur les quais, on allume les réverbères,

ou bien, dans les brumes du petit matin,

derrière le lourd rideau dansant, riant,

d'un fiacre cahotant...

 

Selon votre bon plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

ton âme de la mienne,

que ce que tu rêves,

je le sais...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur des lits moelleux,

dans mes bras, tendrement,

tu faisais s'épanouir tous tes désirs...

 

Aux rites sacrés,

jamais nous ne manquions...

 

Nous n'étions absentes

ni pour le bosquet sacré,

ni pour la danse,

ni pour la musique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le désordre :

 

 

 

Pierre Louÿs

Andrèas Embirikos

Marie-Maure Dagoit

Marc-Antoine de St Amant

Jean de la Fontaine

Arthur Rimbaud

Elizabeth Browning

Paul Eluard

Nikos Kavvadias

Nizar Qabbani

Sapphô

Rûmî

Georges Bataille 

Andreas Embirikos

Pénélope Estrella-Paz

Raymond Radiguet

Fernando Esquio

Alfred Jarry

René Guy Cadou

André Verdet 

Gustave Kahn

Victor Hugo

Emily Swindale

Marceline Desbordes-Valmore 

Ronsard 

Boris Vian

Hélène Cadou

Pierre Louÿs

       Tüzes Balint

Maram al-Masri

Alfonso Eanes de Coton

René Char

Maxime Ollivier

Tahar Ben Jelloun

Paul Verlaine

Louis Scutenaire

      Edmond Jabès

Pernette du Guillet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre...                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

Une précision importante :    Hop !                    

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 1 :    Clic !    

 

 

 

Les mots doux, tome 3 :     Hop !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 10:34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V A P E U R S    D' O P I U M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fernande-picasso-v.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vapeurs d'opium qui flottent

 

Bateau Lavoir qui danse

 

  Picasso pense à Fernande...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fernande-picasso-s.jpg

 

 

 

Fernande

 

Picasso

 

1906

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 10:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H E L E N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Helene-et-Rene-Guy-Cadou-s.jpg

 

 

      Hélène et René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne voit pas

L’herbe grandir

 

La terre

Tourner

 

On ne voit Dieu

Dans son ciel

Et pourtant

La terre tourne

 

L’amour s’épanouit

Et Dieu existe

Dans le regard de l’homme

 

Plus vrai

Que le temps qui nous ronge.

 

 

 

Hélène Cadou 

 

1991

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte-d-identite-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Professions :

 

Poète et instituteur

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Hélène
 

 


Je t'atteindrai Hélène

À travers les prairies

À travers les matins de gel et de lumière

Sous la peau des vergers

Dans la cage de pierre

Où ton épaule fait son nid

 

Tu es de tous les jours

L'inquiète la dormante

Sur mes yeux

Tes deux mains sont des errantes

À ce front transparent

On reconnaît l'été

Et lorsqu'il me suffit de savoir ton passé

Les herbes les gibiers les fleuves me répondent

 

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille en tombant

Me rappelait ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

Et tu étais l'auberge

Aux portes des villages.

 

 

 

René Guy Cadou

  La vie rêvée

       1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Une courte biographie :

 

             Hop !

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-bernerie.jpg

 

 

 

 

René photographie Hélène

 

à la Bernerie en Retz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène Cadou

 

poète et femme de René Guy Cadou

 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mariage-clermont-s.jpg

 

 

 

 

 

Le repas de mariage

 

à Clermont sur Loire

 

le 23 avril 1946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        C'était lui...

 

 

 

 

C’était lui dans le vent glacé

 

Je vous dis qu’il vient de passer

 

C’est encore elle qui l’entraîne

 

Il faut me laisser m’en aller

 

 

 

Je ne vais pas me faire belle

 

Il ne se retournera pas

 

Elle a la douceur de la neige

 

Et sait mieux lui parler que moi

 

 

 

Mais laissez laissez-moi aller

 

Il est là de l’autre coté

 

Peut-être qu’il aurait bien froid

 

Dans une éternité sans moi !

 

 

 

 

           Hélène Cadou

 

        Le bonheur du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cette heure, dans le monde,
 

il y a peut-être une petite fille 
 

qui cueille des fleurs sur le bord de la voie
 

dans un pays meilleur,
 

et, dans un port de mer,
 

quelqu'un qui agite son mouchoir longuement,
 

comme un télégramme chiffré...

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rochefort sur Loire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre-clisson-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Première rencontre à Clisson

 

le 17 juin 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te retourne pas

 

Le souvenir est devant toi

 

Car ce printemps est advenu

 

Comme d'une étoile écorchée

 

Dans la grande allée du royaume

 

À jamais perdu retrouvé

 

Douceur des larmes dans la chair

 

Enfance aiguë

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-rene-Germigny-des-pres-1948-s.jpg

 

 

 

Hélène et René

 

à Germigny les Prés

 

en 1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir

 

La nuit est bleue

 

Avec un parfum de girofle

 

Sous la pierre lente et chaude

 

Tu vas et viens

 

De ton cœur

 

Au jardin

 

Et le pouls des planètes

 

Pourrait cesser de battre

 

Sans que la peur

 

Ne soit nommée

 

Dans la douceur des choses.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-rene-a-Louisfert-s.jpg

 

 

 

A Louisfert,

 

près de Châteaubriant

 

en Loire-Atlantique.

 

 

 

 


René Guy Cadou

 

y était instituteur

 

pendant la dernière partie de sa vie. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi

Dans une tour de soleil

 

Toi

Dans la terre

Avec mes ongles retournés

 

Toi

N'en déplaise aux loups

Qui cernent mon sommeil

 

Toi

Dans la mer

À la pelure fraîche lavée

Avec les mille doigts du bonheur

Avec le fuseau des heures enlacées

Avec les continents en dérive

 

Toi

Dans la chambre où je veille

Épaule contre ma joue

Fougère qui parle dans les vitres

Arbre du sang qui me dessine

 

Toi

À plein cœur à pleine voix

 

Toi

Dans les souvenirs à venir

Pour l'enfant que nous n'avons pas.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

musee-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A Louisfert

 

la salle de classe de René

 

est devenue musée.

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

Les photos publiées ici

 

proviennent de cette exposition.

 

 

Grand merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! Dans cette minute où je ne vieillis pas,
 
comment penser à autre chose qu'à toi ?
 
 
à tes seins de colombe,
 
à ta bouche
 
à tes mains,
 
à ta beauté bien faite,
 
à tes longues jambes qui m'emportent,
 
à tes caresses qui fleurissent chaque soir comme un lilas...
 
 
 
René Guy Cadou
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plumes-rene-guy-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 Les outils

 

 du maître d'école et du poète...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la place du ciel, je mettrai son visage.

 

Les oiseaux ne seront même pas étonnés...

 

Et, le jour se levant,

très haut dans ses prunelles,

on dira :

 

Le printemps est plus tôt cette année...

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les fruits merveilleux tintent sur son épaule.

Son sang est sur ma bouche une flûte enchantée.

Je lui donne le nom de ma première enfance,

de la première fleur et du premier été...

 

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu es dans un jardin et tu es sur mes lèvres.

 

Je ne sais quel oiseau t'imitera jamais.

 

Ce soir, je te confie mes mains

pour que tu dises à Dieu de s'en servir

pour des besognes bleues,

car tu es écoutée de l'ange...

 

Tes paroles ruissellent dans le vent

comme un bouquet de blé

 

Et les enfants du ciel, revenus de l'école

t'appréhendent avec des mines extasiées...

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les itinérances de René Guy Cadou

 

en Loire Inférieure

 

( aujourd'hui Loire Atlantique )

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin

 

chante en public

 

" Hélène "

 

à Nantes

en mars 2014

dans le cadre du colloque

 

" René Guy et Hélène Cadou, poésie et éternité "

 

organisé par les Cahiers des Poètes de l'École de Rochefort-sur-Loire

et l'Université Permanente de Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Editions du Petit Véhicule

 

ont réalisé 3 CD

 

où Môrice Bénin chante Cadou

 

ainsi que de nombreux ouvrages autour 

 

du poète de l'Ecole de Rochefort

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

 

Le fleuve à la renverse sous les saules

 

Entre ton corps et la colline.

 

L'innocence de la mémoire.

 

Je tenais l'essaim des chansons

 

Sur mon cœur, comme une pivoine.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 helene--livre-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cahiers cadou s

 

 

 

      Editions du Petit Véhicule

 

2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Dans l'émission Ça rime à quoi ?

 

Luc Vidal évoque Cadou

 

 sur France Culture :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

  Cadou Poésie :

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et les Chics poètes de la Loire :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadou sur l'Orée :

 

Vers le Tome 1

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 03:45

 

 

Loop en Iran

 

   Tome 9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T    L E S    M Y S T E R E S

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S    T A P I S    P E R S A N S

 

 

 

 

 

 

 

 

( détails )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-7-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shiraz

 

 

 

Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-2-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-3-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-4-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-6-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-8-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'art des tapis :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-persan-5-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-23.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-24.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un peu d'histoire ?

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-25.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tapis-22-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran

 

 

Tome 3 :      Clic !

 

 

Tome 7 :         Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 12:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F R A N Ç O I S E    C H A U V I G N E

 

 

 

 

 

 

 

A

 

 

 

 

 

 

 

L' A B B A Y E    D E    B O U C H E M A I N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Totem-Papillon "

 

 

 

 

 

 

du 29 novembre au 7 décembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

immersion-s.jpg

 

 

      Immersion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

profondeurs-aquatiques-s.jpg

 

 

Profondeurs aquatiques    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

metamorphose-s.jpg

 

Métamorphose     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

la caresse s

 

La caresse    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

coeur-exister-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

francoise-foulards-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Françoise Chauvigné

        à l'Abbaye en 2014 :

 

                Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E S    T R O I S   G R Â C E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    a u   f i l    d u    t e m p s . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 3-femme-chapeau-s.jpg

 

                                                                             Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 joshua-2-s.jpg

 

 

 

      Joshua Burbank

 

2008

 

 

                 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

thomas dodd 2010    

 

 

 

 Thomas Dodd

 

2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les-3-graces-mariella-s.jpg

 

 

 

      par Mariella

 

 

( auriez-vous des informations complémentaires ? )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-3-graces-Botticelli.jpg

 

 

 

 

Sandro Botticelli

 

1482

 

 

Détail du " Printemps "

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David-Rourke-variation-s-copie-1.jpg    

 

 

 

 Variation

 

    par David Rourke   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 3-Graces-Raphael-s.jpg

 

 

 

 

      Raphaël


 

   1504 / 1505

 

 

  Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 3-graces-alessandro-mercury-s.jpg

 

 

 

       Une variation

 

      chez Alessandro Mercuri


 

     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 au-louvre-s.jpg

 

 

 

 

      Antiquité romaine

 IIe s


 

 Restaurée en 1603 par Nicolas Cordier

 

Musée du Louvre

 

 

Oh !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-graces-regnault-s.jpg 

 

 

 

Jean-Baptiste Regnault

 

 

1797 / 1798

 

Musée du Louvre


 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-graces-cranach.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lucas Cranach l'Ancien

 

1472 / 1553

 

 

peint en 1531

 

 

 

 

 

 

Ce tableau a été acquis par

le musée du Louvre

grâce à une formidable souscription publique

en 2010

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 duncan-s.jpg

 

 

 

Isadora Duncan's dancers

New York, 1920

 

Arnold Genthe

1869-1942

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-graces-plage-fanny-s.jpg

 

 

 

En Egée

 

Fanny

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les-3-graces-par-Dende-O-s.jpg 

 

                                                   Image Frieda

 

 

 

 

 

" Retour de la source "

 

 

 

Dende O


Yaoundé

 

 

2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chez Frieda :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 mer et fille griffe s

 

 

Dende O à la Loop Galerie :    Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

moni-jana-2-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Moni Jana

 

Angers

 

 1997

 

 

 

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 3-filles-3-graces-s.jpg

 

                                        Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Qui sont les Trois Grâces ?

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je complèterai cette page

   au fil de nos découvertes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                     à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 12:27

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F A T I M A    A L    N E M E R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fatima-al-Nemar-2-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fatima-al-Nemer-s-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fatima-al-nemer-3-s.jpg

 

                                                                                                                                Images internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fatimah Al Nemer est une artiste peintre saoudienne

spécialiste également de la conception de bijoux.


Ses peintures sont basées sur des collages.


Elle a exposé à de nombreuses reprises

en Arabie Saoudite ainsi qu’en Jordanie, à Oman, au Qatar,

au Koweït, en Scandinavie, en Inde,

au Kazakhstan, au Turkménistan et au Japon.


Elle a obtenu plusieurs prix,

notamment le premier prix d’Art Moderne Saoudien en 2010.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Son exposition au Consulat de France à Djeddah en 2013 :

 

          Clic !

 

 

 

 

 


 

Ses pages fb :

 

        Zoom !      et      Hop !

 

 


 

 

 

 

La Loop Galerie :

 

               Hop !

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop

 

vue par Soakette

 

 

 

 

 

loop-by-soakette-s.jpg

 

                                      Juin 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

loop soakette 2 s

 

                                                    Juin 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      La-Passante-jonas-s.jpg

 

 

 

 

      Loop imaginée par

 

   Jonas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Loop,

 

pour la beauté de ses textes,

véritables promenades

dans un univers de bonheur.

 

Tu mériterais d'être mondialement connue,

histoire d'apporter au monde entier

sa dose de soleil journalier.

 

Des " billiers de misous,"

bulles de savon en florilège !

 

 

Soakette

 

Clic !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop

 

 vue par

 

 LiZa de Nafplio

 


 

 

 

 

 

 

Juste un rire de fille

 

avec de la crème sur le nez, 

 

enroulée dans un peignoir en soie

 

qui sent bon

 

   la poudre de riz... 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par K

 

 

( bouquet de mots )

 

 

 

 

 

 

 

 


Quelques taches de rousseur


Des yeux verts...


 Une crinière rousse....

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Elfie


 

( dessinatrice de Mangas )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

elfie 2 s

 

 

 

 

 

 

 

         Boom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Valdy

 

 

( bouquet de mots )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop est délirante,


délicieuse,


délictueuse,


désirable

(là, normalement elle craque)


désopilante,


dépoilée

(dépoilante ?)


décalée,


déraisonnable,


  déjantée ...

 

 

 

 

 

 

        Smack !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Tal

 

chez Gibrat

 

 

 

 

 

 

 

 


 

       Elle m'avait dit :


" Prends-moi l'affiche, c'est Pénéloop dans le train..."

 

 

 

 

 


 

 

 

gibrat-1-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Smack !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par K.

 

chez Marlène et Mr To

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chat-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Tal

 


 

 

 

 

Peneloop-Tal-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Emma

 

 

 

 

 

 

 

 

betty-1-.gif

 

 

 

 

 

 

 

Bip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Abc

 

( bouquet de mots )

 

 

 


 

 

 

Pénéloop,


 


je la vois volante

et

pleine d'esprit



Je la crois maline

et

de bonne compagnie

 

 

 

Je la sens curieuse

et

un rien malicieuse



Je la découvre littéraire

et

   extraordinaire...



 

 

 

 

Ding !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

 

 par


Adamante

 

 


 

 

adamante-poupee-carcasse-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

 

par Inès

13 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop-par-Ines-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénéloop

 

vue par Sofu

 

 

 

 

 

 

 

 

Sofu-dicta-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Clac !

 

 

 

 

 

 

 

*

*

*

 

 

 

 

 

 

 

Et

maintenant,

si vous nous envoyiez

votre Pénéloop

à vous ?

 

On

peut aussi

utiliser sa palette

 de mots tout simples...

 

Merci...



 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

.


Partager cet article

Repost0

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !