Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 15:09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C H E V E U X    A U    V E N T

 

 

 

 

 

 

 

Tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

                                                                                                      Image Internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Masih Alinejad

 

 

 

 

 

 

 

Le sommet de Genève pour les droits de l’homme et la démocratie

a décerné, en février 2015,

le Prix des droits des femmes

à la journaliste iranienne Masih Alinejad.

 

Son combat ?

 

Elle a créé une page Facebook

 

" My Stealthy Freedom "

 

invitant les femmes qui vivent en Iran à poster

des photos d’elles sans leur hijab,

le voile islamique obligatoire.

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La  page facebook de Masih :

 

" My Stealthy Freedom "

 

" Ma liberté en cachette ! "

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le blog :      Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des images de l'Iran

 

dans les années 60 et 70 :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je trouve mon Dieu dans la beauté.
 

Je trouve mon Dieu dans la liberté.


 

 

Je trouve mon Dieu partout 
 

sauf dans la prison du hijab, 
 

devant ces yeux indécents qui me scrutent.

 

 

Je trouve mon Dieu dans une rare source de lumière
 

qui contraste avec la noirceur du tchador

 

 qui m'enferme...

 

 

 

 

‪#‎MyStealthyFreedom‬

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois,
une femme est voilée.

 

Quelquefois,
le soleil est voilé.

 

Certains disent : c'est pareil.

Moi je dis, non, ce n'est pas pareil...

 

Le soleil, lui,

il n'est obligé par personne...

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Masih Alinedjad à Genève :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 Mars 1979

 

Téhéran

 

Des femmes dans la rue, cheveux au vent...

 

Une vidéo : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un écho en Chine :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheveux au vent .....      Tome 1 :

 

 

 

Clic ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise

 

politique, économique ou religieuse

 

pour que les droits des femmes soient remis en question.

 

 

Ces droits ne sont jamais acquis.

 

Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.

 

 

 

Simone de Beauvoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 12:30

 

 

 

E-business n° 35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    L I B E R T E

 

 

 

 

 

 

 

 

G U I D A N T    L E    P E U P L E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" La liberté guidant le peuple "

 

 

by Loop

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Huile sur aluminium anodisé

 

 

85 cm / 85 cm

 

 

 

 

 

765, 39 euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demi-tarif

 

pour les ouvrières

 

des Conserveries de St Guénolé

 

à la chevelure auburn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutes les oeuvres de la série E-business :    Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans E-business
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 10:59

 

 

En fârsi, anglais, portugais...    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C H E V E U X

 

 

 

 

 

 

                            A U    V E N T . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

گیسوان در باد

 

 

 

 

 

 

  H a i r   i n   t h e   w i n d . . . 

 

 

 

 

 

 

 C a b e l o s   a o   v e n t o . . .

 

 

 

 

 

 

 

cheveux-au-vent-s.jpg

 

                                                                                  Août 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheveux au vent.

 

 

 

 

La mer est calme, ce matin,

 

riche de promesses nouvelles

 

et de rivages inconnus...

 

 

 

 

J'ai mis les voiles, cheveux au vent.

 

 

 

 

Ce que l'on cache suscite le désir,

 

alors, j'ai désiré très fort

 

jeter les interdits par-dessus bord.

 

 

 

 

  Cheveux au vent, j'ai mis les voiles.

 

 

 

 

Ce matin, la mer est calme,

 

riche de rivages inconnus

 

   et de promesses nouvelles...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cheveux-au-vent-couleur-s.jpg

                                Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 گیسوان در باد

 

 

 

 

امروز صبح دریا آرام است

 

پرا از وعده های تازه و رودهای ناشناخته

 

گیسوانم در دست باد و به دوردست ها سفر میکنم

 

چیزی را که پنهان می کنیم شور و شوق آدم را بر می انگیزد

 

آن موقع خیلی دلم می خواست

 

ممنوعه ها را کنار بگذارم

 

گیسوانم در دست باد و به دوردست ها سفر میکنم

 

امروز صبح، دریا آرام است

 

پر از رودهای ناشناخته و وعده های تازه

 

 

 

 

 

 

 

En fârsi grâce à 

 

Zahra Rezaei

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cheveux-au-vent-fillette.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hair in the wind...

 

 

 

 

The sea is calm this morning

 

rich new promises

 

and unknown shores ...

 

 

 

I set sail, wind in your hair.

 

 

 

What is hidden arouse desire,

 

then I desired strong

 

throw overboard prohibited.

 

 

 

Hair in the wind, I set sail.

 

 

 

This morning, the sea is calm,

 

rich unknown shores

 

  and new promises ...

 

 

 

 


En anglais

 

grâce à Florent Deniaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cabelos ao vento...

 

 

 

O mar está calmo esta manhã

 

Rico de novas promessas

 

E horizontes desconhecidos...

 

 

Eu iço as velas e Zarpo

 

  Cabelos ao vento...

 

 

Suscita-me este desejo oculto

 

Então, este desejo tão forte

 

de atirar borda fora estes desejos proibidos...

 

 

 

Cabelos ao vento, eu iço as velas...

 

 

Esta manhã, o mar está calmo

 

Rico de novas terras

 

   E de novas promessas...

 

 

 

 

En portugais

 

grâce à Isabel Dias Regengos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En hommage aux femmes courageuses

 

 

    du Mouvement " Libertés furtives " 

 

 

" Stealthy Freedoms of Iranian women "

 

 

 

 

Les Inrocks :   Clic !

 

 

 

     RFI :      Hop !

 

 

 

          Libertés furtives :    Zoom !

 

 

 

Une interview de Masih Alinejad :     Hop !

 

 

 

                     Le Grand Livre de Loop :      Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hommes-nikab-s.jpg

 

 

 

 

 

 

خوبه اینا مجبور نیستن حجاب بگیرن وگرنه من که همه ش می خندیدم

 

 

 

 

Si les hommes aussi portaient le hidjab,

 

on rirait jour et nuit...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image : My Stealthy freedom

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aryana Sayeed

 

Afghane, belle et rebelle : :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheveux au vent....   Tome 2 :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 10:24

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulipes-mots-doux-s.jpg

 

                                                                                         Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non que je veuille ôter la liberté
A qui est né pour être sur moi maître...
 
Non que je veuille abuser de fierté
Qui à lui humble et à tous devrais être...
 
Non que je veuille à dextre et à senestre
Le gouverner et faire à mon plaisir...
 
Mais je voudrais, pour nos deux coeurs repaistre,
Que son vouloir fût joint à mon désir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La seconde chambre est carrée.
 
Une seule fenêtre l'éclaire
où s'encadre toute la nature.
 
Au milieu,
un chevalet de bois porte une motte d'argile rouge
et, dans un coin,
sur une chaise courbe,
une fille nue se tait...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chanson la plus paisible

est la chanson des bergers...

 

La chanson la plus joyeuse
est la chanson des oiseaux...

 

La chanson la plus charmante
est la chanson des amours...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un baiser qui la fit rire,
d'un bon rire qui voulait bien...
 
Elle était fort déshabillée
et des grands arbres indiscrets
aux vitres jetaient leur feuillée
malinement, tout près, tout près...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le chemisier,

la femme a les seins libres.

Ce sont deux fruits mûrs,

des oranges amères.

Ce sont deux lanternes

qui rendent les nuits douces...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perrette,

légère et court vêtue, allait à grand pas

ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

cotillon simple et souliers plats
 

Notre laitière, ainsi troussée

comptait déjà...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En éveillant ses charmes

cette belle lui fait savoir,

le teint baigné de larmes,

quel ennui la va consumant

d'être si loin de son amant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils entrent.

Un lieu habité par des demoiselles et des dames.

La vie y est plus grande et plus magnifique.
 

Les baisers plus fougueux...

Ma peau plus belle...

Mes lèvres plus douces...

Mon ventre plus affamé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le corps du silence est vivement agité,

comme une femme jouissant dans son sommeil,

ou lors d'une ardente étreinte amoureuse

ou comme le corps d'une jeune fille prise d'une fureur sacrée,

quand, sans motif et de façon inespérée,

une petite fille relève sa robe

et révèle à tous le tendre abricot de son publis,

dans toute sa grâce duveteuse et gonflée,

sans pudeur, sans honte...
 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 Je pense qu'une fois 

 on me fit blanche et belle

 et qu'on serra ma tête

 d'une tresse de fleurs,

 comme pour une fête,

 qu'une gaze tombait

 sur mes souliers plus beaux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbesse, je le sais,

on vante vos talents

et vous êtes, en tout, très savante...

 

Si vous me montrez, Madame,

le dur métier de baiser,

et que, grâce à vous je sache...

 

... par Dieu, qui m'a ainsi faite,

quand je baiserai, 

 je dirai le Pater Noster

et je prierai pour votre âme... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne l'éclat des joies et des chagrins,

des yeux qui regardent et voient,

qui embrassent et jouissent...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

Le fleuve à la renverse sous les saules

Entre ton corps et la colline.

L'innocence de la mémoire.

Je tenais l'essaim des chansons

Sur mon cœur, comme une pivoine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dame qui m'avez tant fait souffrir,

il y a bien longtemps, mon Dieu,

que je ne vous ai vue.


J'ai vécu déjà loin de vous, pourtant,

mais jamais je n'ai ainsi vécu l'ancien proverbe :

 

" Loin des yeux, loin du coeur... "   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous disais que la main

j’allais mettre sur votre sein...
 

Le voulez-vous permettre ?

Ne fuyez pas sans parler !

 

Je vois bien, à vos regards,

que vous le voulez bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous... prosternés

devant les boules du grand Khan

à cheval, en canot sur les Chinoises fines

tailles d'oiseau, toison de soie, roses tétines

la boussole volée, avons prise en partant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fragiles libellules bleues au sommet d'un jonc,

Un nénuphar bien ouvert et puis quelques grenouilles...

 

Pieds nus dans la rosée, une petite robe blanche...

Premiers soubresauts du désir, légère odeur de mouille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu vas nue,

constellée d'échardes

secrète, tiède et disponible,

attachée au sol indolent...

A te mordre,

les jours grandissent... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je parle de toi, 

de tes seins 

à l’avant-garde des prairies,

de l’eau claire,

de tes seins endormis

et des rives qu’elle noie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été, l’hiver, je t’ai vue,

Dans ma maison, je t’ai vue,

Entre mes bras, je t’ai vue,

Dans mes rêves, je t’ai vue,

Je ne te quitterai plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime chaque jour

sous le soleil et la chandelle...

 

Je t'aime de tout mon souffle, 

 de tous mes rires, 

 de toutes les larmes de ma vie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la nuit,

les amoureux s'embrassent,

les étoiles en sont jalouses...

 

Car, sous leurs cils,

naissent de petites étincelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une perle plus grosse que les autres,

argentine et allongée,

luisait entre ses deux seins,

comme un croisssant de lune

entre deux nuages ronds...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est supplique de tous les dons,

des connaissances, des souvenirs,

des baisers vécus et rêvés,

la jouissance qui nous a saisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes doigts possèdent le secret de t'éveiller,

de t'épanouir,

de te perdre, avant de t'endormir,

comme un enfant dans la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chute de reins,

Chute du rêve enfantin d'être sage...

 

 

Fesses, trône adoré de l'impudeur,

Fesses dont la blancheur divinise encor la rondeur...


Seins, double mont d'azur et de lait,

Aux deux cimes brunes,

Commandant quel vallon, quel bois sacré ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le champ, sous la brise du soir, frissonnait.

 

Notre égoïsme, dans sa cachette,

oubliait le préjudice,

sacrifiant le blé au confort de notre amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime de ta voix,

de tes yeux, de tes seins,

et de ma vie à toi,

toi dont les desseins sont d'aimer

celui qui t'aime tant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jambes nues très haut,

la grandeur folie des yeux,

au fond de la gorge,

ce peu de voix pour des bas noirs,

bon gré, mal gré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tâtonnant toujours de tout son corps

vers l'oubli de la brûlure profonde,

sa bouche trouva la bouche de l'Indien...

 

Et elle ne se souvint plus d'aucune douleur.

 

Il leur restait, avant minuit,

trente minutes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis elle évoque,

en des remords sans accalmies,

ces temps où rayonnait, pure,

la jeune gloire de ses amours chantées en vers

que la mémoire de l’âme

va redire aux vierges endormies...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aimons gaîment
Et franchement

 

Aimons bien fort
Jusqu'à la mort

 

Aimons drûment
Et verdement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La double pêche de tes seins

dans la coupe de la journée...

 

Voici que ton ventre se lève

entre les branches du figuier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'arbre en arbre, feuille à feuille,

 

Pierre à pierre, eaux et flammes...

 

Ma main la tienne accueille,

 

Ta main la mienne accueille...

 

 

...Je t'aime !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'extase langoureuse,

 

 C'est la fatigue amoureuse,

 

 C'est tous les frissons des bois,

 

 Parmi l'étreinte des brises,

 

C'est, vers les ramures grises,

 

 Le coeur des petites voix....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton amour m'a appris à être triste...

 

Il y a longtemps que j'avais besoin

d'une femme qui me rende triste

 

D'une femme dans les bras de laquelle je puisse pleurer

comme un passereau

 

D'une femme qui rassemble tous mes morceaux

comme les pièces d'un cristal brisé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 J'aimais m'approcher 

  doucement de votre visage,

 vous sentir respirer plus fort,

 voir, avec bonheur,

 vos lèvres s'entrouvrir,

 accueillir doucement, gémir,

 et puis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle portait une robe de foulard,

chiffonnée depuis qu’elle s’était assise.

 

Je ne pus m’empêcher d’imaginer les dessins

que le cannage imprime sur la peau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime pour toutes les femmes

que je n'ai pas connues,

 

Je t'aime pour tous les temps

où je n'ai pas vécu,

 

Pour l'odeur du grand large

et l'odeur du pain chaud...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les yeux des filles bienheureuses

qui s'avancent, 

 les seins touchant l'onde,

l'eau pure des ruisseaux

jusqu'à sentir dans leur corps et leur âme

sans conditions et sans limites

la montée acquise du plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mademoiselle mon coeur,

mise à nu dans la dentelle,

la bouche parfumée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame,

savez-vous que d'être sucé,

souvent, j'ai besoin...

 

Quelques secondes, quelques minutes,

mais souvent...

 

A l'ombre d'un pilier d'église oubliée

ou sous les couverts d'une chantante futaie...

 

Sous une porte cochère,

à l'heure où, sur les quais, on allume les réverbères,

ou bien, dans les brumes du petit matin,

derrière le lourd rideau dansant, riant,

d'un fiacre cahotant...

 

Selon votre bon plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

ton âme de la mienne,

que ce que tu rêves,

je le sais...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur des lits moelleux,

dans mes bras, tendrement,

tu faisais s'épanouir tous tes désirs...

 

Aux rites sacrés,

jamais nous ne manquions...

 

Nous n'étions absentes

ni pour le bosquet sacré,

ni pour la danse,

ni pour la musique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le désordre :

 

 

 

Pierre Louÿs

Andrèas Embirikos

Marie-Maure Dagoit

Marc-Antoine de St Amant

Jean de la Fontaine

Arthur Rimbaud

Elizabeth Browning

Paul Eluard

Nikos Kavvadias

Nizar Qabbani

Sapphô

Rûmî

Georges Bataille 

Andreas Embirikos

Pénélope Estrella-Paz

Raymond Radiguet

Fernando Esquio

Alfred Jarry

René Guy Cadou

André Verdet 

Gustave Kahn

Victor Hugo

Emily Swindale

Marceline Desbordes-Valmore 

Ronsard 

Boris Vian

Hélène Cadou

Pierre Louÿs

       Tüzes Balint

Maram al-Masri

Alfonso Eanes de Coton

René Char

Maxime Ollivier

Tahar Ben Jelloun

Paul Verlaine

Louis Scutenaire

      Edmond Jabès

Pernette du Guillet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre...                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

Une précision importante :    Hop !                    

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 1 :    Clic !    

 

 

 

Les mots doux, tome 3 :     Hop !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 20:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R Û M I

 

 

 

 

 

 

Poète persan du 13e s

 

 

 

 

 

 

Tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                            Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'étais mort, vivant me voici !


J'étais larme, riant me voici !


Submergé soudain par le bonheur d'amour,


Bonheur éternel, me voici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rûmi :      Vers le Tome 1 :    Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 20:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 R  Û  M  Î

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rumi-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Viens, viens, viens !

Qui que tu sois, viens !

 

Viens aussi, que tu sois infidèle,

idolâtre ou païen !

 

Notre monastère n'est pas un lieu de désespoir !

 

Même si cent fois tu es revenu

sur ton serment,

viens !

 

 

 

Rûmi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant, 

j'avais toujours un morne livre entre les mains...

 

Aujourd'hui,

l'amour m'a offert une très joyeuse clochette !

 

Avant,

ne sortaient de ma bouche 

que tristes litanies ou ennuyeuses prières...

 

Aujourd'hui,

voici que jaillissent de moi

poèmes pétillants, chants et quatrains !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Djalāl ad-Dīn Muḥammad
 
Rūmī
               
    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
est un mystique persan musulman
qui a profondément influencé le soufisme.
 
 
Il existe une demi-douzaine de transcriptions
du prénom Djalal-el-dine, « majesté de la religion »
(de djalal, majesté, et dine, religion, mémoire, culte).
 
 
Il reçut très tôt le surnom de Mawlānā,
qui signifie « notre maître ».
Son nom est intimement lié à l'ordre des « derviches tourneurs »
ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l'islam,
qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie;
 
 
Il écrivait tous ses poèmes en persan ( farsi ).
 
 
La plupart de ses écrits
lui ont été inspirés par son meilleur ami, Shams ed Dîn Tabrîzî
dont le nom peut être traduit par « soleil de la religion »
originaire de Tabriz, ville d'Iran.
 
 
Il était originaire de cité de Balkh,
dans le nord de l'Afghanistan actuel,
appelée à l'époque Khorasan.
 
 
Rûmî a également repris à son compte les fables d'Ésope
dans son principal ouvrage le « Masnavî »
(« Mathnawî », « Mesnevi »),
ces mêmes fables d'Ésope que reprendra La Fontaine en français
sans en cacher l'origine.
 
 
Les Iraniens d'aujourd'hui continuent d'aimer ses poèmes.
 
 
 
Reconnu de son vivant comme un saint, féru de spiritualité,
il aimait à fréquenter les chrétiens et les juifs
tout autant que ses coreligionnaires.
 

 

L'UNESCO a proclamé l'année 2007 année en son honneur
pour célébrer le huitième centenaire de sa naissance.
 
 
Ainsi, le 30 septembre furent organisées à Konya
des festivités avec la participation des derviches tourneurs
et d'ensembles de musique traditionnelle d'Iran.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rumi-carre-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sachez percevoir les réponses de votre âme

dans toute parole,

même si votre bouche ne s'ouvre point.

 

Combien de bonheurs avez-vous écrasé

dans le mortier de votre existence ?

 

Faites-en maintenant du kohl

et embellissez vos regards !

 

Vous étiez morts lorsque vous êtes nés...

Mourez et naissez une seconde fois en amour.

 

Naissez ! Naissez !

 

Que vous naissiez hindou ou turc, peu importe !

 

Naissez en amour,

Le jour se lève lorsque vous rejetez votre voile.

 

 

 

Hz Mevlânâ

 

Djâlâl Od Dîn Rûmî

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 mowlana-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Rûmî l'Eveilleur :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 derviches-de-Mohammad-s.jpg

 

 

 

Dessin de

 

Mohammad Ezatpour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu peux étudier Dieu à travers toute chose

et toute personne dans l'univers,

 

parce que Dieu n'est pas confiné

dans une mosquée, une synagogue ou une église.

 

Mais si tu as encore besoin de savoir précisement

où IL réside,

il n'y a qu'une place où LE chercher :

 

 dans le coeur

d'un amoureux sincère...

 

 

 

 

Rûmî

 

cité dans

" Soufi , mon amour " d'Elif Shafak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les derviches tourneurs.

 

Danseurs soufis.

 

Parvenir à l'extase divine grâce à une danse hypnotique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le poète Djalâl ad-Dîn Rûmî,

qui était d'origine afghane (il est né à Balkh)

et qui vécut de 1207 à 1273,

est connu pour ses textes religieux influencés

par les styles littéraires derviches.

 

Il fut un chantre de l'« Amour mystique ».

C'est le fondateur de l'ordre des soufis de Mevlevi.

 

Les soufis de Mevlevi sont en réalité les ancêtres

les plus proches et les plus directs

des actuels derviches tourneurs.

 

 

Wikipédia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Elle est si proche, ton âme, de la mienne,

 

Que ce que tu rêves, je le sais...."

 

 

Rûmî

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite fiancée de Rûmî.

 

           معشوق مولانا

 

 

 

Quand elle chantait Rûmî,

tous les tailleurs de Konya posaient aussitôt leur ouvrage

et fermaient doucement les yeux,

longtemps, religieusement...

 

Sa peau d'ambre fleurait bon le jasmin,

son ventre frissonnant invitait à la danse

Véga et Casssiopée.

 

Son voix très pure enchantait

les colombes, les colibris, les oiseaux de paradis,

et jamais elle ne pensait à demain.

 

Jamais elle ne portait le voile

lorsque, chaque matin, juste après la prière,

elle traversait, aérienne et menue, le grand bazar,

légère et diaphane comme une ombre bénie

qui effleurait à peine la poussière ocre des ruelles sombres.

 

Ses paniers d'osier semblaient danser autour de sa taille.

 

Elle ne se couvrait d'un long voile bleu,

joliment soyeux, moiré à contre-jour, à peine transparent,

offert par le Prince de Balkh, disait-on,

à la dernière lune de mai...

 

...Elle ne se couvrait d'un long voile bleu qu'après le coucher du soleil,

pour le temps sacré de la danse, sur les terrasses embaumées,

ou bien pour l'heure des câlins...

 

Quand elle chantait Rûmî,

tous les tailleurs de Konya posaient aussitôt leur ouvrage

et fermaient doucement les yeux,

longtemps, religieusement...

 

 

 

     Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 rumi-bleu-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Mais n'ayant qu'une seule âme,

 

toi et moi,

 

les couleurs du bosquet et les chants des oiseaux

 

nous conféreront l'immortalité.

 

 

Lorsque nous entrerons dans le jardin,

 

toi et moi,

 

les étoiles du ciel viendront nous regarder.

 

 

Nous leur montrerons la lune et sa lumière,

 

toi et moi.

 

 

Toi et moi,

 

libérés de nous-mêmes, serons unis dans l'extase,

 

  joyeux et sans vaines paroles..."

 

 

Rûmî

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Douce amertume

 

 

 

Dans mon hallucination

 

J'ai vu mon cher jardin fleuri

 

Dans mon vertige, dans mon étourdissement

 

Dans ma brume ivre

 

Tourbillonnant et dansant comme un rouet

 

Je me suis vu comme source d'existence

 

J'étais là au commencement

 

Et j'étais l'esprit de l'amour

 

Maintenant je suis sobre

 

Il me reste seulement la gueule de bois

 

Et la mémoire de l'amour

 

Et seulement la douleur

 

Je désire le bonheur

 

Je demande l'aide

 

Je veux la pitié

 

Et mon amour dit :

 

Regarde moi et écoute moi

 

Puisque je suis ici

 

Juste pour ça

 

Je suis ta lune et aussi ton clair de lune

 

Je suis ton jardin fleuri et aussi ton eau

 

Je suis venue jusqu'au bout, désireuse pour toi

 

Sans chaussures ou châle

 

Je veux te voir rire

 

Pour tuer toute tes inquiétudes

 

Pour t'aimer

 

Pour te nourrir

 

Oh Douce Amertume

 

Je te calmerai et te guérirai

 

Je t'apporterai des roses

 

Je te les apporterai recouvertes de trop d'épines

 

Juste pour ça !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une page délicate sur facebook :   Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 rumi-aquarelle-s.jpg

 

                                            Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis ivre de toi...

 

Non de vin, ni d'opium.

 

 

Je suis fou,

 

Ne cherche pas la raison chez un fou.

 

 

De mon âme débordante naissent mille fleuves,

 

 

De ma danse tournoyante,

 

  Le monde est étourdi...

 

 

 

 

Rûmî

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie d'un derviche tourneur :   Hop !

 

 

 

 

 

 

Loop et la Poésie Persane :    Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rumi-1-copie-1.jpg

 

 

 

La suite :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    " Il y a dans mon coeur

 

     Un artiste magicien.

 

  De chaque plume de l'oiseau,

 

    Je fais naître cent jardins..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Le Livre de Chams de Tabriz "

 

est un chant d'amour du très grand poète persan

du XIIIe siècle Mowlânâ,

plus connu sous le nom de Rûmi.

 

Il parle de la rencontre de Rûmi avec Chams,

un étrange derviche,

qui métamorphosa sa vie,

fit de lui le plus grand poète de son temps,

et un danseur effréné

auquel on doit la tradition des derviches tourneurs.

 

Ce sont certains de ces poèmes

que nous lisent ici Nahal Tajadod en persan,

et Jean-Claude Carrière en français.

 

Deux grands musiciens,

le flûtiste Kudsi Erguner,

et le percussionniste Pierre Rigopoulos

créent une interprétation musicale de ces textes.

 

Un dialogue profond à quatre voix se tisse,

résonne en nous, nous élève...

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Cd Collection " A voix haute "

Gallimard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cd-chants-d-amour.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Claude Carrière :

 

                                    Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                       

 

 

 

Nahal Tajadod et Jean-Claude Carrière :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rûmi :    Vers le Tome 2 :     Clic !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Rencontres
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 02:34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    E N    I R A N

 

 

 

 

 

 

 

Tome 10

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nouvelles Lettres persanes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 18:07

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E    P R E M I E R    S O I R 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                           Décembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier soir,

 

tout en frôlant ma jambe,

 

il avait murmuré :

 

 

 

C'est merveilleux,

 

Oh my Loop !


On dirait que vous irradiez de l'intérieur... 

 

 

 

Le lendemain,

 

il avait vu de la lumière 

 

et puis

 

 il était entré...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 12:31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Une iranienne en France :

 

 

 

 

 

 

N A H A L    T A J A D O D

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal Tajadod

 

 

parle de son dernier livre

 

 

qui est le fruit de ses rencontres

 

 

avec Golshifteh Farahani :

 

 

 

" Elle joue "

 

 

 

Editions Albin Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal Tajadod et Goshifteh Faharani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensemble, sur France Culture

 

à propos de l'exil :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa vie ?

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nahal-Tajadod-s.jpg

 

Image internet

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un précédent livre :

 

    " Roumi, le brûlé "

 

 

Ding !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nahal et Golshifteh

 

" Elle joue "

 

 chez Noëlle :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Un petit mot de Nahal :

 

                 Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                   

 

 

 

 

 

 

Golshifeh joue du hang drum :

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Cd audio:

 

 

Des poèmes de

Rûmi

dits en farsi par Nahal Tajadod 

en français par Jean-Claude Carrière

 

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 17:22

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S    E C H O S    D E    l' I R A N 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D' A U J O U R D' H U I

 

 

 

 

 

 

 

       e t   d' h i e r . . .

 

 

 

 

 

 

 

    Choses glanées ici et là...

 

 

 

 

 

 

 

 

 پژواك هايي از ايران زمين

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bazar-Tajrish-2-s-copie-1.jpg

 

 

 

Le bazar Tajrish

 

Téhéran

 

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nazarin Pouyandeh

 

Artiste peintre 

 

 

Clic !             Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yalda !

 

La fête de la Lumière...

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cher Jafar Panahi, chers Iraniens...

 

Marielle Billy

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Ours d'Or de Berlin pour " Taxi "

 

de Jafar Panahi

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

Bong !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Drôle !
 

Courageux !
 

Rusé !
 

Intelligent !
 

Tendre !
 

Rythmé !
 

Instructif !

 

    ( Une jolie mise en abyme )

 

Génial !

 

 

Il ne sortira pas bien sûr dans les salles en Iran,
 

mais, comme tous les autres films occidentaux un brin  " dérangeants,"
 

tout le monde pourra le voir chez soi, entre amis,
 

sur sa tablette, son ordinateur, mais... sous le manteau !

 

 

Aucun bien culturel, aujourd'hui, ne peut être confisqué.

 

Grâce à internet, grâce aux copies de DVD, 

 

grâce à la vie qui va...

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marielle Billy

 

sur le blog de Médiapart,

 

14 mars 2013

 

 

 

Si vous partiez en reportage, où iriez-vous ?

 

 

Je retournerais en Iran et plus particulièrement à Ispahan, sous les

 

voûtes du pont Khadju, qui enjambe le Zayadeh (désormais à sec

 

tout l’été)

 

Là, j’interrogerais ces hommes qui se tiennent à l’ombre

 

et, régulièrement, chantent ou disent un poème. Je chercherais à

 

mieux comprendre la place que tient la poésie dans la vie de tous

 

ces gens simples, car c’est une des choses qui m’a le plus frappée en

 

Iran.

 

 

 

De la même façon, j’irais à la rencontre de tous ces Iraniens qui, le

 

vendredi, vont pique-niquer autour des mausolées des poètes

 

persans…

 

 

 

 

 

 

Si vous vouliez faire une interview, qui iriez-vous rencontrer ?

 

 

A la suite de ma virée à Ispahan, je retournerais ensuite à Téhéran

 

pour interviewer Jafar Panahi et lui reparler, entre autres, d’un des

 

ses films, " Le Miroir."

 

 

Mais je chercherais aussi à comprendre quel est

 

son fonds poétique personnel, et quelle force le nourrit.

 

 

Je lui demanderais de me parler de son dernier film, montré au

 

Festival de Berlin et récompensé par l'Ours d'argent du meilleur

 

scénario, " Closed curtain " : huis clos schizophrène, tourné avec une

 

équipe réduite, qui évoque les états d'âme et les interrogations

 

existentielles de Jafar Panahi, sa dépression autant que de ses

 

envies suicidaires vécues lors de son assignation à résidence chez

 

lui, et son aspiration à filmer.

 

 

 

 

 

 

 

 

* * * 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran :    Clic !

 

 

 

Loop et la poésie persane :   Hop !

 

 

 

Les histoires de Loop en fârsi : Dring !

 

 

 

Le Tarot d'Ispahan :    Chic !

 

 

 

Femmes iraniennes :       Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Light in Babylon "

 

un groupe de Turquie

 

chante 

 

" Women of Téhéran "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                         à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

Nazanin Pouyandeh

 

 

Clic !

 
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !