Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 04:11

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X

 

 

 

 

 

 

 

L E S    M O T S    D O U X

 

 

 

 

 

 

 

Tome 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si mes mains sont lascives, enfiévrées,

Elles vont s'égarer, s'apaiser

Au creux fidèle des corsages défaits... "

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle se lava encore le dessous des seins,
 

le sillon secret qui s'ouvrait entre ses cuisses,
 

le creux du nombril, puis, sortant de l'eau,
 

elle courut s'asseoir, trempée et nue, 
 

dans le giron du portefaix...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alidor cherche à son réveil
L'ombre d'Iris qu'il a baisée

 

 

Et

pleure, en son âme abusée,
La fuite d'un si doux sommeil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour atteindre celle qui court lentement
qui avance et recule

 

impétueuse et prudente
brûlante et glaciale
ardente et fraîche
mouillée et sèche
douce et amère


tu jailliras,

liquide blanc
odeur d'océan et d'écume
dévorant la langue et ce qui reste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! Dans cette minute où je ne vieillis pas,

comment penser à autre chose qu'à toi ?

 

à tes seins de colombe,

à ta bouche,

à tes mains,

à ta beauté bien faite,

à tes longues jambes qui m'emportent,

à tes caresses qui fleurissent chaque soir comme un lilas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La très chère aux yeux clairs
apparaît sous la lune,
sous la lune éphémère
et mère des beaux rêves...
 
La lumière, bleuie par les brumes,
cendrait d'une poussière aérienne 
son front fleuri d'étoiles 
et sa légère chevelure flottait dans l'air
derrière ses pas légers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'une avait quinze ans, l'autre en avait seize ; 
Toutes deux dormaient dans la même chambre. 
 
C'était par un soir très lourd de septembre 
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.
 
Chacune a quitté, pour se mettre à l'aise, 
La fine chemise au frais parfum d'ambre. 
 
La plus jeune étend les bras, et se cambre, 
Et sa soeur, les mains sur ses seins, la baise,
Puis tombe à genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent entre dans son corsage, comme chez lui,
il lui coule entre les seins,
il lui descend sur le ventre comme une main,
 
il lui coule entre les cuisses,
il lui baigne toutes les cuisses,
il la rafraîchit comme un bain,
 
elle a les reins et les hanches mouillés de vent,
elle le sent sur elle, frais,
mais tiède aussi,
 
et comme plein de fleurs
et tout en chatouilles,
comme si on la fouettait avec des poignées de foin...
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il patauge dans les flaques d'eau,
 
il maraude dans les vergers,
 
et, sachant bien qu'elles n'aiment pas ça,
 
alors que tout le monde trouve ça drôle,
 
il court derrière les filles
 
qui vont en bandes sur les routes
 
avec des cruches sur la tête
 
et il soulève leurs jupons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher avec elle
Pour le sommeil côte à côte
Pour les rêves parallèles
Pour la double respiration...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'aurore partagée
Pour le minuit identique
Pour les mêmes fantômes...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'amour absolu
Pour le vice pour le vice
Pour les baisers de toute espèce...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon très cher petit Lou, je t'aime

Ma chère petite étoile palpitante, je t'aime

 

Corps délicieusement élastique, je t'aime

Vulve qui serre comme un casse-noisette, je t'aime

 

Sein gauche si rose et si insolent, je t'aime

Sein droit, si tendrement rosé, je t'aime..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle n'a rien sur elle,.

Rien dans tous les sens du terme,

ça me fait chaud derrière les oreilles

et ça m'encourage à des expériences...

 

Ma main gauche remonte le long de ses jambes,

et, au-delà de son bas, je sens sa peu tiède et douce

et, instinctivement,

je recherche l'endroit où c'est le plus tiède et le plus doux... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon hommage, ah, parbleu ! Tu l'as !

 

Tous les soirs, quelle joie et soulas,

 

Ô ma très sortable châtaine,

 

Quand, vers mon lit, tu viens, les seins

 

Roides, et quelque peu hautaine,

 

Sûre de mes humbles desseins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le précipice où mon arbre a grandi.

 

Il y a là un amphithéâtre de jeunes filles roses et blanches.
 

Je me suis couché au bord et j'ai lu des livres.
 

Mes jeunes pensées étaient en robe de dimanche.
 

Elles avaient des fleurs dans leurs cheveux lisses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès,

 

de temps à autre,

 

pour rallumer, avec une nonchalance calculée,

 

mon petit Bolivar,

 

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

 

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et ce fut adorable
 

quand la fille aux tétons énormes,
 

aux yeux vifs, rieuse,
 

m'apporta des tartines de beurre,
 

du jambon tiède, dans un plat colorié...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les auteurs 

 

dans le désordre :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

Guillaume Apollinaire

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

Boris Vian

 

René Guy Cadou

 

Max Jacob

 

Maram al-Masri

 

Rémy de Gourmont

 

Fernando Pessoa

 

Théophile de Viau

 

Jean Giono

 

Robert Desnos

 

Ach. G. Dallay

 

Les Mille et Une Nuits

 

Pablo Neruda

 

Vernon Sullivan

 

Paul Verlaine ( 2 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :     Clic !

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :     Zip !

 

 

 

 

Une petite précision importante :    Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 21:34

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D A N S    L E S    J A R D I N S

 

 

 

 

 

 

 

D U

 

 

 

 

 

 

 

P R E S B Y T E R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      Avril 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon Père,

 

 

 

je m'accuse très sincèrement d'avoir pris,

 

hier après-midi,

 

beaucoup beaucoup de plaisir

 

à fauter dans les si sages jardins du presbytère,

 

ces jardins qui, sous le soleil d'avril,

 

fleuraient si bon les prémisses du printemps,

 

derrière le si délicat bosquet de lauriers roses,

 

sur le frais gazon odorant,

 

parmi les riantes pervenches et les fraîches cardamines...

 

 

 

 

Hier,

 

je l'avoue, je le confesse,

 

moi, pauvre fille,

 

j'ai donc fauté avec

 

pour ne pas le nommer,

 

Oh ! Honte à moi !

 

 le si distingué, le si honorable

 

 Frère Jean-Siméon...

 

 

 

 

Saint homme, s'il en est,

 

parmi tous les Saints !

 

 

 

 

Mais cette nuit, cette nuit, passé minuit,

 

à l'heure de mon examen de conscience quotidien

 

et sous la douce clarté de la lune,

 

à nouveau toute seule dans mon lit,

 

mon bien trop grand lit,

 

je me suis sentie soudain

 

assez attristée, plutôt angoissée,

 

et pour tout vous confier,

 

bientôt quasi culpablilisée...

 

 

 

 

Vous savez, mon Père,

 

avant que ne sonne l'angélus,

 

aux premières lueurs de l'aube,

 

 j'ai eu grandement le temps de méditer

 

et de réfléchir...

 

 

 

 

En vérité,

 

je ne suis, ici-bas, c'est certain,

 

qu'une pauvre pécheresse ,

 

une presque scélérate,

 

  une indigne bougresse...

 

 

 

Pauvre, parmi les plus pauvres.

 

 

 

Par ailleurs,

 

dans cette triste affaire, s'il s'agit bien de " frère,"

 

il se pourrait donc qu'il y ait, en la matière,

 

hélas,

 

trois fois hélas,

 

 présomption d'inceste !

 

 

 

Oh la la !

 

Madre de dios !

 

 

 

Je l'imagine, je le redoute,

 

la double faute, pour moi, n'est pas loin !

 

 

 

C'est pourquoi,

 

par avance, mon Père,

 

très humblement et à genoux devant vous,

 

je ne réclame, à cette heure,

 

aucune espèce d'Indulgence.

 

 

 

Aucune...

 

 

 

En conséquence,

 

j'accepte solennellement, à cet instant,

 

et de très bonne Grâce,

 

la Double Pénitence...

 

 

 

 

Que votre noble et sacré martinet,

 

à nouveau, soit béni,

 

mon Père,

 

et que Justice soit faite,

 

 sur la Terrre comme au Ciel...

 

 

 

 

Ensuite, promis juré,

 

j'irai en Paix.

 

 

 

Comme à l'habitude.

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 14:27

 

 

Ce qu'Omar a confié à Loop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O M A R    K H A Y A M

 

 

 

 

 

 

Poète persan

 

1048 / 1131

 

 

 

 

 

 

 

 

 

omar-khayyam-and-saqi-s.jpg

 

                                                                                                   Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le théâtre du Temps.

 

 

 

Ce n'est pas une simple métaphore,


mais une très exacte vérité :

 

 

Sur la Terre, en fait,


nous ne sommes que des marionnettes.


Le montreur, c'est le Ciel.

 

 

C'est ainsi que, sur le théâtre du Temps,


on fait nos trois petits tours...

 

 

Et puis, un jour,


on retombe, l'un après l'autre,


dans la grande boîte du Néant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puisque je n'ai pas choisi le jour de ma naissance...

 

 

Puisqu'on ne pas pas demandé mon avis 
 

pour l'heure de mon inéluctable départ...

 

 

Alors... Jolie serveuse, lève-toi, prépare tes reins...

 

 

Je veux, avec du vin,

 

effacer la tristesse de l'univers..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au milieu des prés en fleurs, de mille éclats,

 

brille la rose...

 

 

Allez...
 

Installons-nous tranquillement au bord de la rivière...

 

 

Autour de nous,
 

une guirlande de jolies filles aux yeux noirs...

 

 

Allez !
 

Amis, que chacun d'entre nous lève son verre !

 

 

Le savez-vous ?

 

 

Ceux qui boivent du bon vin dès l'aurore
 

sont exemptés des mosquées,
 

dispensés des temples,
 

libérés des synagogues !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour,

vous et moi,

du grand livre de l'existence,

nous serons effacés...

 

 

Un jour,

viendra notre ruine, c'est inévitable.

 

 

Alors,

dans cette existence-ci,

ne manque pas un instant de

vivre ta vie !

 

 

Tu n'es pas une plante du jardin

qu'on peut facilement déplanter ici aujourd'hui

   pour la replanter ailleurs un autre jour.

 

 

Tu es une jolie fleur d'aujourd'hui,

 tout simplement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne suis fait ni pour la mosquée,

Ni pour la cellule du couvent...

 

Libertin comme une tulipe,

A la fois infidèle et croyant...

 

Sans foi, sans destinée,

Sans espoir du paradis, sans peur de l'enfer !

 

Seul Dieu peut dire :

" Je l'ai pétri de telle ou telle argile..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu'un pain de froment nous soit offert

Ainsi qu'une gourde de vin et un gigot de mouton...

Et que toi et moi soyons assis dans le désert...

Voilà une joie qui n'est à la portée d'aucun sultan !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand commence le mois du jeûne

et qu'il fait très beau,

c'est comme si on mettait aux fers

l'esprit et le coeur,

quand il fait très beau...

 

Seigneur,

je t'en prie,

fais-moi rêver...

 

Que je puisse voir déjà

la si plaisante pleine lune 

 du mois prochain...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Semblable à l'eau du fleuve,

au vent du désert,

une journée vient encore de quitter

le fil de mes jours...

 

Dans ma vie,

il y a deux journées

dont ce ne me soucie pas du tout :

celle d'hier et celle de demain...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boire du vin

courir les Jolies comme des tulipes,

c'est mieux qu'être un dévôt

dont les moeurs...

 

S'il y a un enfer

pour ceux qui font l'amour et qui boivent,

alors personne ne verra jamais

le paradis des âmes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, c'est vendredi, le jour sacré...

 

Puisque le verre est interdit,

bois le vin directement à la carafe !

 

Les jours de la semaine,

bois et fais la fête !

 

Le vendredi,

puisque c'est le premier des jours,

bois double !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triste est le cœur

      où il n'y a pas le feu !

 

En détresse est le cœur

      qui n'est pas aimé d'une Jolie !

 

Et, si un jour tu passes un jour sans vin,

      il n'y aura pas plus perdu

      que ce jour-là !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que l'on fasse le mal ou le bien,

      le bien ou le mal, quand c'est notre destin,

      tous nos actes ne nous sont pas dictés par le Ciel...

 

 

Car le ciel est, lui-même,

      encore plus impuissant que nous

      à trouver son propre chemin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie d'Omar Khayam ?

 


Clic !

 

 

 

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 livre-omar-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un dossier de

 

la Revue de Téhéran :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poesie-persane-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                       à suivre...

 

 

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :   Hop !

 

 

 

Loop en Iran :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Rencontres
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 22:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C E N T    R A I S O N S

 

 

 

 

 

 

 

D' A I M E R    L A    P L U I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bouchemaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 parapluie-bleu-paris-s.jpg

 

 

Décembre 2014

 

Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

45       Parce tout est toujours à recommencer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il pleut.

 

On dirait bien

Qu'il pleut.

 

Mais le temps de le dire

Le temps de me le dire

Et de savoir comment

Je vais le dire

 

La dernière

Goutte

Tombe.

 

Et tout

Comme toujours

  Est à recommencer...

 

 

 

Gilbert Trolliet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chant-de-la-pluie-s-copie-1.jpg

 

 

 

Décembre 2014

 

Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

46     Entre deux gouttes,

            Fait passer l'âme du corps

                       Aimer la pluie...

 

                                 Covix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et vous ?



Quelle est votre bonne raison

 

d'aimer la pluie ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cent raisons d'aimer la pluie...

 

Vers le Tome 1 :    Clic !

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Bouteilles à la mer
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 05:19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            L A    P E R S E

 

 

 

 

 

               V U E    D ' I C I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


" L’idole de Somnâth "

 

Miniature persane


Ecole de Bokhârâ


Khanat Sheybanide


1553-1554.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Paysage persan

 

 

 

 

 

Un jet d’eau, parmi des tulipes,

 

Tremble comme un arbuste frais.

 

Un derviche fume sa pipe

 

Près d’un mur jaune et d’un cyprès.

 

 

 

Sous un dôme d’un blanc de camphre

 

Une dame, que fond l’été,

 

Avec un éventail de chanvre

 

Rafraîchit son sein exalté.

 

 

 

Dans une douce frénésie,

 

Une adolescente, en turban,

 

Sur un balcon rose d’Asie,

 

Jette du blé vert à des paons.

 

 

 

Le monde est une vasque tiède,

 

Bain de lait, bain de volupté !

 

Le poids brûlant du lilas cède

 

Aux caresses du vent d’été.

 

 

 

Sur l’indigo des nuits persanes,

 

Le croissant de lune apparaît.

 

L’air a des parfums de tisanes

 

Et des empressements secrets.

 

 

 

Un homme accorde une guitare

 

Près du jet d’eau bas, argentin,

 

Tandis qu’une femme prépare

 

Un lit charmant dans un jardin…

 

 

 

 

              Anna de Noailles       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Saadi :                           

        

 

Le Jardin qui séduit le cœur .           

 

 

 

Je l'ai lu dans un livre odorant, tendre et triste


Dont je sors plein de langueur,

 

Et maintenant je sais qu'on le voit, qu'il existe,


Le jardin-qui-séduit-le-cœur !

 

Il s'étend vers Chirâz, au bas de la montagne


Qui porte le nom de Saadi.

 

Mon âme, se peut-il que mon corps t'accompagne


Et vole vers ce paradis ?

 

 

 

Anna de Noailles

 

  1876-1933     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faiza Maghni

 

Peintre contemporaine 
fascinée par l'orient et les miniatures persanes :

 

Née à Oran
Vit à Paris

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Les roses de Saadi

 

 

 

J'ai voulu ce matin te rapporter des roses


Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes


Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.

 

 

Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées


Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées. 


Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir.

 

 

La vague en a paru rouge et comme enflammée. 


Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée.


Respires-en sur moi l'odorant souvenir...

 

 

 


            Marceline Desbordes -Valmore


                           1786-1859

 

 

                               Clic !                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début de son poème " Novembre",


Victor Hugo cite Saadi :           

 

 

 

" La rose du jardin, comme tu sais, dure peu 


et la saison des roses est bien vite écoulée. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

 

  Loop et la poésie persane :

 

 

 

Tome 1 :        Zip !

 

 

Tome 2        Clic !

 

 

Forough Farrokhzad :      Zip !

 

 

Jasmine Sharzad :      Hop !

 

 

Hafez :          Ding !

 

 

Rûmi :          Chic !

 

 

Omar Khayam :      Hop!

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 09:39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O R O U G H    F A R R O K H Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-Farrokhzad-arbre-s.jpg

 

                                                                           Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse iranienne

 

1935 / 1967

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne s’agit pas d’un lien fragile,

 

ni d’une simple étreinte

 

entre les pages froissées d'un cahier.

 

 

Il s’agit du bonheur de mes cheveux

 

brûlés sous les coquelicots

 

de tes baisers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zoom !    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô toi,

 

femme iranienne,

 

soumise à la misère, au malheur et à la cruauté...

 

 

Si un jour

 

tu veux te défaire de tes liens,

 

 alors,

 

enfile aujourd'hui la jupe de l'obstination...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد

 


من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم

 


نگاه کن که چه برفی می بارد...

 

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Forough-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arbre était amoureux du vent.

 

Un vent venu de nulle part,

 

  Un vent follement vagabond...

 

 

Mais où est la maison du vent ?

 

Où est la maison du vent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est moi...

 

 

Je suis une femme seule
 

au seuil d’une saison froide
 

au début du saisissement
 

de l’existence souillée de la terre
 

du désespoir simple et triste du ciel
 

et de l’impuissance de ces mains cimentées.


 

Le temps a passé

 

et l’horloge a frappé quatre coups

 

quatre coups.
 

 

Je connais le secret des saisons
 

et je déchiffre le message des instants.


 

Le sauveur sommeille dans sa tombe
 

et le sol,

 

le sol accueillant
 

est une invitation à la quiétude...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre naissance...

 

 

 

Toute mon existence est un morne verset

 

qui te répète

 

et qui t'amène à l'aube des floraisons

 

et des croissances éternelles.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai soupiré.

 

 

 

Dans ce verset,

 

je t'ai greffé.

 

 

 

A l'arbre, à l'eau, au feu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forough-2-mains-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai commis le péché, un péché succulent

 

dans une étreinte aussi torride

 

qu’un brasier !

 

 

J’ai commis le péché, enlacée par des bras,

 

des bras vengeurs, brûlants et durs

 

comme l’acier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis dénudée
 

dénudée, dénudée

 

comme les silences dans les paroles de tendresse
 

et mes plaies sont toutes d’amour
 

d’amour, d’amour.

 


 

J'ai sauvé cette île errante
 

de la tourmente de l’océan
 

et de l’irruption de la montagne.


 

Le morcellement fut le secret de cet être unifié

 

dont les plus modestes particules
 

donnèrent naissance au soleil.


 

Salut à toi, nuit innocente !
 

Salut à toi, nuit qui transforme

 

les yeux des loups du désert en fosses osseuses

 

où gisent la croyance et la certitude.

 

 

Le long de tes ruisseaux
 

les fantômes des saules
 

respirent les tendres esprits des haches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh-sourire-s.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand ma confiance était pendue

 

à la corde souple de la justice

 

et que,

 

dans toute la ville

 

on morcelait les cœurs de mes lumières...

 

 

Quand l’on fermait les yeux enfantins de mon amour

 

avec le bandeau noir de la loi

 

et que,

 

des temps troublés de mes yeux,

 

jaillissait le sang...

 

 

 

Quand dans ma vie, il n’y avait plus rien,

 

rien que le tic-tac de l’horloge,

 

alors j'ai compris :

 

 

 

Il faut, il faut, il faut...

 

           ...que j’aime à la folie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 forugh-sepia-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Des livres :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi

 

je connais une petite fée triste

 

qui vit au milieu d'un océan...

 

 

 

Elle joue la musique de son cœur

 

dans une douce flûte de bois,

 

 doucement, doucement...

 

 

 

Une petite fée triste qui,

 

la nuit venue, meurt d'un baiser

 

  et, à l'aube, renaît d'un autre baiser...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-penchee-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ces jours-là.
 

 

 

 

Ces jours-là s’en sont allés.

 

Ces si beaux jours...

 

 

Ces jours purs et majestueux,

 

avec un ciel tout miroitant de paillettes,

 

des branches chargées de cerises...

 

 

Des maisons appuyées les unes contre les autres,

 

à l’abri vert des liserons.

 

 

Des toits survolés d’espiègles cerfs-volants.

 

 

Et,

 

dans les ruelles,

 

le vertige du parfum des acacias...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ô les fours brûlants !

 

Laissez-moi !

 

Ô le tintement de la vaisselle de cuivre

 

dans les ténèbres de la cuisine !

 

Ô le cliquetis funèbre de la machine à coudre !
 

Laissez-moi ! 

 

Ô la bataille sans fin des balais et des tapis !

 

Ô les amours jaloux !
 

Laissez-moi !!!

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

Mets dans mes mains suppliantes,

 

les tiennes,

 

comme un souvenir brûlant !

 

 

 

Mets sur mes lèvres amoureuses,

 

les tiennes,

 

comme la sensation

 

la plus chaleureuse de l’existence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forugh-fauteuil-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ma nuit, si brève, hélas !

 

le vent a rendez-vous avec les feuilles.

 

 

Ma nuit, si brève,

 

est envahie par une angoisse dévastatrice.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

De tout bonheur, je me sens étrangère.

 

Au désespoir, je suis accoutumée.

 

 

Ecoute !

 

Entends-tu le souffle des ténèbres ?

 

 

Là, dans la nuit, quelque chose se passe...

 

 

La lune est rouge et angoissée.

 

 

Elle est comme accrochée à ce toit

 

qui risque de s'effondrer à tout moment !

 

 

Les nuages, comme une foule de pleureuses,

 

attendent l'accouchement de la pluie...

 

 

Un instant, et puis rien !

 

 

Derrière cette fenêtre,

 

c'est la nuit qui tremble

 

et c'est la terre qui s'arrête de tourner...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

une rue très longue où, chaque jour,

 

passe une femme portant un panier...

 

 

 

La vie, c'est peut être cette corde

 

avec laquelle un homme va se pendre

 

à une branche...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet enfant qui revient de l'école.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le temps d'une cigarette,

 

 cette sorte d'engourdissement

 

 entre deux moments où l'on fait l'amour.

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

le regard ébahi d'un homme

 

 qui soulève machinalement son chapeau 

 

pour saluer un autre passant

 

 avec un pâle sourire sans expression...

 

 

 

La vie, c'est peut être

 

cet instant minuscule,

 

quand mon regard vient se perdre

 

dans tes pupilles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un hommage de Sohrab Sepehri 

à

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

L'amie.

 

 

 

Elle n’était que grandeur,

 

appartenance à aujourd'hui...
 

 

 

Elle était la fiancée

 

de tous les horizons ouverts...

 

 

Et comme elle comprenait bien

 

 les nuances de l'eau et de la terre !

 

 

 

Sohrab Sepehri 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lyrisme et engagement :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le jardin...

 

 

 

J'enfouis mes mains

dans le jardin pour y grandir...

 

Je suis sûre, sûre que je grandirai

et qu'entre mes doigts tachés d'encre

les hirondelles feront leur nid...

 

Je prends comme boucles d'oreilles

des cerises rouges assorties.

 

Je colle aux ongles de mes doigts

des pétales de dahlias...

 

 

Forugh Farrokhzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quelques poèmes :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une page facebook :

 

 

Forough Farrokhzâd

 

ses textes traduits en français

 

 

 

Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :         Chic !

 

 

 

 

Femmes iraniennes :      Zoom !

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

در کوچه باد می آید 
و این ابتدای ویرانیست 
آن روز هم که دست های تو ویران شدند باد می آمد
.................................... 
من از کجا می آیم؟ 
به مادرم گفتم دیگر تمام شد
گفتم همیشه پیش از آن که فکر کنی اتفاق می افتد
باید برای روزنامه تسلیتی بفرستیم
.................................... 
نگاه کن که چه برفی می بارد...

( ایمان بیاوریم به آغاز فصل سرد - فروغ فرخزاد )

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 19:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T    L O O P    C R E A    D I E U . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre Dame de Paris

 

Septembre 2014

 

                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ocre et poudreux :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai bien connu Jésus...



Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, quand je sens


que je ne vais plus très bien,


je joue carrément ma vie à pile ou face.

 

 

Pile, je crois en Dieu.


  Face , je crois en Diable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela devait arriver...

 

A force de fréquenter ses douze épeautres,
 

un jour, fatalement,
 

Jésus a eu très envie de multiplier les pains...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Foire aux Dieux :

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des preuves de l'existence de Dieu :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès ce soir,
 

envoyez-moi 100 000 euros
 

et prouvons ensemble, magnifiquement, que

 

" Dieu est Générosité et Amour ! "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime Dieu,
 

mais il me le rend très mal,

 

je trouve...

 

 

La preuve ?
 

Aujourd'hui encore, j'ai perdu au loto...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cathédrale Ste Croix Orléans 

 

Septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre Ciel et Terre :      Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains jours,
 
Dieu n'a pas trop le moral...
 
 
Par exemple...
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ennui, avec le Bon Dieu,
 

c'est qu'on ne peut même pas
 

lui préparer une petite surprise
 

pour son anniversaire...

 

 

Il sait déjà tout d'avance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime Dieu.

 

Il m'inspire beaucoup d'amour,
 

mais rarement les bons chevaux
 

lorsque je joue aux courses...

 

Dommage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jésus avait-il un grand frère ? 
 

Un sauveur aîné !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le silence de la nef :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était une très belle et très longue
 
étreinte amoureuse...
 
 
Dans un ultime râle de plaisir,
 
Dieu,
 
dans son extase,
 
tout ruisselant de divine sueur,
 
et comme transfiguré
 
par une si ardente jouissance,
 
lâcha :
 
 
 
 Enfin ! Enfin !
 
 Je me sens Un ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurore à l'abbaye :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu a-t-il eu quelquefois
 
des faims de moi
 
difficiles ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu aime la Vérité.
 
 
Dieu aime la Vérité nue.
 
 
 
Dieu aime les Femmes.
 
 
Dieu aime les Femmes nues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route de Jérusalem,
 
comme disait Godefroy de Bouillon,
 
Dieu ne reste jamais longtemps
 
 les bras Croisés...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Abbaye de Lagrasse
 
Septembre 2012
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dans le christianisme,

 

Dieu est amour.

 

 

Dans l'hindouisme,

 

les dieux eux-mêmes font l'amour.

 

 

 

Exposition Le Kama-Sutra

 

La Pinacothèque

 

Paris

Automne 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décembre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime Dieu.
 
 
Mais je n'aime pas
 
quand il me regarde sortir
 
toute nue de la salle de bains.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le plus doux, avec Dieu,
 

c'est, pour moi, le dimanche matin,
 

comme du miel, le doux partage de la messe,
 

à la petite église de notre village...

 

 

 

C'est quand, à l'orée du printemps,
 

les premières jonquilles batifolent

 

comme des folles

 

dans les fossés profonds,

 

quand les mauves primevères

 

gentiment se cajolent sur les talus,
 

quand les timides narcisses orangés

 

innocemment roucoulent et se mirent sans pudeur

 

dans une jeune flaque d'eau,

 

toute pure, toute cristalline...

 

 

 

Le plus dur, avec Dieu,
 

c'est quand il a une très soudaine érection...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vers le Tome 1 :
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 19:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O C R E    E T    P O U D R E U X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                               Février 2016

                                                                                                                Asnières sur Vègre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cheminant seule,


ce jour-là,


juste avant l'aube,


sur ce vieux chemin ocre et poudreux


qu'elle connaissait trop...

 

 

 

...en cheminant tranquillement

 

vers le marché voisin,


tout là-haut,


 au petit village abrité juste derrière les crêtes...

 

 

... Marie se disait toute seule


que ce n'était pas vraiment une sinécure 


d'être devenue,


un jour,


pour qui, pour quoi,


allez savoir,


la mère du Fils de Dieu...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Loop créa Dieu :

 

 

Tome 1 :    Clic !

 

 

Tome 2 :       Zip !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 21:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    F Ê T E    N O R O U Z 

 

 

 

 

 

 

 

E N    I R A N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P r i n t e m p s    2 0 1 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'heure de chaque nouveau printemps,

 

 

 

 

c'est le Nouvel An persan

 

 

 

 

avec ses rites,

 

 

 

 

ses coutumes, ses fêtes, ses traditions...

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un rituel, les Haft Sîn :

 

 

 

 

7 " choses "

 

commençant par la lettre S

 

et joliment disposées 

 

 dans chaque maison, sur une table de fête...

 

 

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Norouz :

 

 

une très ancienne tradition zoroastrienne

 

 

des Perses :

 

 

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous sommes souhaités la Bonne Année

 

le 20 mars 2014

 

à l'heure astronomique du printemps,

 

vers 20 h 35 !

 

 

 

 

 

 

Nous avons écouté le décompte des minutes

 

à la radio de Téhéran.

 

 

 

 

 

 

 

Alors, à l'instant précis,

 

tout le monde s'est embrassé affectueusement...

 

 

 

 

 

 

Il y a eu des souhaits de bonheur,

 

des petits cadeaux pour chacun

 

et puis un repas de fête...

 

 

 

 

 

 

Sur le calendrier persan,

 

l'année 1393

 

commençait ainsi, 

 

dans la simplicité, la joie et le partage !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran 

 

Tome 7 :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 21:35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J' A I    B I E N    C O N N U

 

 

 

 

 

 

 

J E S U S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            

Eglise St Hilaire

Asnières sur Vègre

Février 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai bien connu Jésus.

 

 

A l'époque,


il était candidat à la Nouvelle Star.

 

 

Au début,


comme il était un peu mat de peau,


plutôt méditerranéen,

 

accent gentiment ensoleillé...

 

 

 


Bah oui,

 

Bethléem, Nazareth,


ce n'est pas tout à fait Neuilly sur Seine !

 

 

 


...personne ne voulait miser

 

un kopek sur lui...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Loop créa Dieu :

 

 

 

Tome 1 :    Hop !

 

 

Tome 2 :      Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !