Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J A R D I N

 

 

 

 

 

 

D E S   T U I L E R I E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                Décembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Le soir du réveillon,
 
à la station Austerlitz,
 
j'ai rencontré un homme.
 
 
 
Plutôt beau, un brin prétentieux,
 
un peu petit à mon goût.
 
Quoique...
 
 
 
Très vite, je me suis rendu compte
 
qu'il avait parfois tendance
 
à se prendre un tantinet pour Napoléon...
 
Nobody's perfect...
 
 
 
Comme nous longions la Seine
 
d'un pas alerte, tendre et complice,
 
il m'a raconté avec force détails,
 
les yeux pétillants et non sans brio,
 
ses précédentes campagnes,
 
ses dernières compagnes...
 
 
 
A vrai dire,
 
les choses ont commencé à se corser sérieusement
 
quand, peu après minuit,
 
il m'a gentiment persuadée de m'allonger
 
sur le gazon frais du jardin des Tuileries.
 
 
 
J'avais ma petite robe Cache Cache,
 
je ne vous raconte pas...
 
 
 
Ce n'était pas tout à fait la Bérézina,
 
mais on a vraiment frôlé Waterloo...
 
 
 
 
 
 
 
 
Pénélope Estrella -Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A R A M    A L - M A S R I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maram-al-masri.jpg

 

                                                                                                 Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse contemporaine

venue de Syrie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi on se retrouve

face à face

poitrine contre poitrine

ventre contre ventre

 

On se colle, on se mélange

on se ramasse, on s'allonge, on s'enroule

on s'éloigne, on se rapproche

on se repousse, on s'attire

on tremble

on transpire

jusqu'à la...

 

             la délivrance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me fonds dans toutes les femmes

m'efface pour devenir chacune d'elles

 

Je vois mon regard dans celle-ci

mon sourire sur les lèvres de celle-là

mes larmes dans leurs yeux

et dans leur corps circule mon âme

 

elles me ressemblent et je leur ressemble

Je me reconnais en elles

en elles

 

je m'accomplis

 

et me divise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je mouille mon lit d'un liquide blanc

d'un liquide noir

ou bleu

et parfois

d'un surplus de sang

 

je mouille mon lit d'un liquide

salé

de sueur

 

d'une bouche entrouverte

d'où s'écoule

la salive

 

dans le lit dorment

un cahier et un stylo

et quand je me réveille

je rassemble mes pensées humides

et mes rêves fuyants

confuse

des taches qui trahissent

la solitude

 

 

 

 

 

 

 

            Maram al-Masri

 

" Par la fontaine de ma bouche "

 

           Ed Bruno Doucet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

livre-maram-s.jpg

 

                                                                              Juillet 2012

 

 

 

 

 

 Découvert au

Marché de la Poésie

de Rochefot sur Loire

 

Le 5 juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Croix :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

Wikipedia :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

Facebook :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 18:58

 

 

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

              et

 

    Pablo Neruda

 

( Oeuvres croisées )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S P E D I D A

 

 

 

 

 

 

                              V A L P A R A I S O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

                                                                                           

                                                                                                                                       Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Los oros se me fueron
 
detras de una morena que paso...
 
 
Era de nacar negro, era de uvas moradas
 
y me azoto la sangre con su cola de fuego.
 
 
Detras de todas
 
me voy...
 
 
 
 
 
 
Mes yeux s'en sont allés
 
derrière une brunette qui passait.
 
 
Elle était de nacre noire, ellle était de raisin violet,
 
de sa traîne de feu, elle a fouetté mon sang.
 
 
Après toutes les filles,
 
je vais toujours ainsi...
 
 
 
 
 
 
        Pablo Neruda.
 
" Les vers du capitaine "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Niña morena y ágil...

 

 

 

 

Elle était née un soir d'avril

dans la poussière ocre d’un village oublié et perdu,
quelque part au sud du Nouveau Mexique.

 

 

Longtemps, enfant, petite brunette un peu sauvage,
regard de braise et nattes sautillantes,
elle avait été bercée par les poèmes d'Antonio Machado,

 

 

les vers si lumineux de Federico Garcia Lorca,
le trop langoureux Concerto d'Aranjuez,
mais aussi et surtout l'Amour Sorcier de Manuel de Falla...

 

 

Ah... Manuel de Falla...

 

 

De Santa Fe, elle en avait souvent rêvé,
tout comme d'une bonne petite fessée,
un matin, dans l'herbe rase et dans la fraîche rosée...

 

 

 

 

 

  Sylvano Ruiz Soledad


" Despedida Valparaiso "


                1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tus rodillas, tus senos, tu cintura
 

faltan en mi como en el hueco
 

de na tierra sedienta...

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...


 

 

" Los versos del capitan "


Pablo Neruda        

 

1952              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           La Bodeguita del Medio.

 

 

 

 

 

Son père disait qu’il avait connu Castro,

Allende, Hemingway et Neruda.

Excusez du peu...

 

 

La nuit, il conduisait un vieux taxi mauve assez rutilant,

mais complètement cabossé et déglingué

dans les quartiers un peu troubles de La Havane.

 

 

Dans une boîte à gants qui n’avait, semble-t-il, jamais fermé,

il y avait, toujours à portée de main, une fiole de mojito crasseuse.

 

 

L’autoradio, antédiluvien, couleur poussière,

crachotait du crépuscule ocre aux aurores roses

des rengaines fatiguées et souvent très fatigantes.

 

 

Buena vista social club.

Bongos, congas, guiros et maracas...

Bonjour la compagnie...

 

 

Quand j’ai connu Dolorès,

elle était serveuse, le soir, à la Bodiguita del Medio,

dans le quartier de l’Empedrado,

à deux pas titubants du port.

 

 

Si ma mémoire est bonne,

elle portait toujours une petite jupe noire

qui faisait très classe,

très classe et très courte.

 

 

Un tissu bien doux, ma foi, bien doux,

un peu comme, le velours,

le velours d'une robe de maman,

très longue, très sombre, avec des reflets grenat.

 

 

C'était au temps jadis, quand j'étais niño pequeño,

mais je m'en souviens comme si c'était hier...

 

 

Madre de Dios !

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès, de temps à autre,

pour rallumer, avec une nonchalance calculée, mon petit Bolivar,

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

Un parfum de brune agacée et d’amandiers blessés,

si vous voyez ce que je veux dire...

 

 

Dolorès était brune dessus et brune dessous,

comme toutes les filles d’ici, d’ailleurs…

 

 

Très vite, je m’étais aperçu qu’elle ne portait jamais de culotte.

 

 

Avec la chaleur moite et poisseuse qu’il faisait ici,

dès la fin de la matinée, ça se comprenait, c’est sûr…

 

 

Et quand, par distraction,

il m’arrivait quelquefois, d’un petit doigt innocent,

de lui effleurer à peine son petit trou du cul,

elle faisait toujours mine de faire les gros yeux.

 

 

C’était très touchant,

ça donnait presque envie de faire la révolution

sur le champ...

 

 

A deux rues bringuebalantes de là,

le sinistre autoradio d’Ernesto n’en finissait pas de nous saouler

avec ses sales rengaines piteuses et calamiteuses…

 

 

L’air était immobile, comme les souvenirs,

et la nuit n’en finissait pas…

 

 

 

 

    Sylvano Ruiz Soledad

 

  " Despedida Valparaíso "

 

                 1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Me inclino sobre el fuego de tu cuerpo nocturno

 
y no sólo tus senos amo sino el otoño 


que esparce por la niebla su sangre ultramarina.

 

 

 

 

Je m'incline sur le feu de ton corps nocturne.
 

Il n'est pas que tes seins que j'aime,
 

Mais l'automne et ce sang d'outremer
 

Qu'il épand dans la brume...
 

 

" Cent poèmes d'amour "

Pablo Neruda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ojos cerrados…

 

 

 

 

Emiliana avait baissé la lumière.
Elle s'était laissé glisser dans le grand fauteuil.
Elle avait fermé les yeux.

 

Elle pensait soudain à sa toute première fois…
Une à une, toutes les images lui revenaient doucement...
Les sons, les couleurs, les murmures...

 

Les couleurs, les parfums, les murmures...
Comme si c'était hier...
Elle se mit bientôt à couler...

 

 

 

 

 

           Sylvano Ruiz Soledad   


             " Despedida Valparaíso "

 

                                1961                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 10:10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 03:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 02:47

 

 

Jasmine Sharzad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   P A R F U M S    D' A M B R E . . .

 

 

 

 

 

 

 


Fragrances of amber...

 


 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

miniature-ambre-behzad-s.jpg

 

                                        Hossein Behzâd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfums d'ambre et de musc,

 

Tambur et setâr sous le voile azuré,

 

 Silence aimé, tu bois à ma source...

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine-Sharzad-miniature-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragrances of amber...

 

 

 

Fragrances of amber and musk,

 

Tambur and setar under the veil azured,

 

    Silence liked, you drink at my source ...

 

 

 

 

 

En anglais

 

grâce à Florent Deniaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

تنبک و ستار، زیر پرده ی لاجوردین،

 

سکوت دوست داشتنی، تو از من الهام می گیری...

 

 

 

 

 

 

Merci à

 

Mahsa Ghaemi

 

pour cette découverte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poesie-persane-s-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 04:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    E N    I R A N

 

 

 

 

 

 

 

Tome 10

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nouvelles Lettres persanes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant les monts Zagros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un campement nomade

 

entre Ispahan et Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Mosquée Seyed

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jardins du Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jardins du Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mausolée de Hafiz

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Près de Bicetun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shiraz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont Kadjou

 

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les monts Zagros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 

Ispahan

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran :

 

 

 

Tome 1            Clic !

 

 

 

Tome 3 :        Hop !          

 

 

 

Tome 5 :        Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si o se Pol

 

Le pont aux 33 arches 

 
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 05:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O R O U G H    F A R R O K H Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse iranienne

 

1934 / 1967

 

 

 

 

 

 

T o m e   2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                               

                                                                                            Image internet

                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec quelle main ?

 

 

 

 

Si seulement, avec ce silence-là

 

et avec cette sincérité-là,

 

tu fondais en poussière dans mes bras,

 

 

 

Avec ce silence-là

 

et avec cette sincérité-là,

 

dans mes bras,

 

à l'ombre de ma chevelure,

 

 

Au moment où t'attire 

 

la terre asoiffée de mon jeune corps

 

comme une tendre pluie,

 

comme une caresse de la lune...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison abandonnée.

 

 

Je sais maintenant que la joie de vivre


a quitté cette maison abandonnée.


Je sais maintenant qu'un enfant est en pleurs,

 

car il est séparé de sa mère.

 

 

Pourtant, moi, affligée et perturbée,


j'arpente le chemin de mon souhait :


Mon amie et ma bien-aimée : la poésie.


Je m'en vais pour la retrouver...

 


Téhéran 1955

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chant d'amour

 

 

 

Quand je rêve de toi,


la nuit reprend des couleurs


et mon coeur s'enivre de ton odeur.

 

 

Tu apparais là, à mes yeux,

 


et tu me donnes plaisir et jouissance.

 

 

Comme la pluie qui lave le corps de la terre,


tu purifies mon existence...

 

 

Tout ça, pour moi,


ce n'est plus de l'amour,


c'est de la folie !

 

 

Tu es un soleil qui surgit soudain


au coeur de mon silence, 


au coeur de mes ténèbres...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :    Clic !

 

 

 

 

 

Loop et la Poésie persane :         Hop !      et      Zip !

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes :      Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 05:53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A T E R N I T E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A U T O U R    D U    M O N D E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

riviere-maternite-noire-s.jpg

 

                                                                                                Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maternite-ralliement-s.jpg

 

                                                                     Juillet 2013

 

 

 

 

Hoàng Mai et Linh Thu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Mary-cassat-s.jpg

 

 

 

 

" The child bath "

 

 

Mary Cassat

 

1893

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                          à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres Maternités ? 

 

                     Dix articles :    Hop !

 

 

 

 

 

                         .

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Maternités
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 18:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

L E    D I V  N     DE     H A F E Z

 

 

 

 

 

 

 

 

لوپ و دیوان حافظ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       Shahrzad Saleh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rose près de moi,


Une coupe de vin à la main,


Ma bien aimée au gré de nos désirs...

 

 

En pareil jour,

 

 le Prince du Monde m'est un esclave...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut avancer en dansant
 
Sous le glaive du Chagrin,
 
Car qui devient un jour sa victime,
 
Trouve, un autre jour, son heureuse Délivrance...
 
 
 
Ghazal 107

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce monde va bientôt
 
nous filer entre les doigts...
 
Vite !
 
Hâtons-nous d'être amoureux !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te réveille pas du sommeil de l'ivresse,
 

car tu marches avec grâce 
 

lorsque tu as bu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tulipe et le narcisse.
 
 
 
 
 
Mon amour a dérobé mon coeur,
 
et puis un jour,
 
puis il m'a soudain dissimulé Son visage...
 
 
 
Mon Dieu,
 
mais qui peut jouer un tel jeu ?
 
 
 
A l'aube, la solitude a fondu sur mon âme,
 
mais L'imaginer seulement un instant
 
me remplit de bonheur !
 
 
 
Pourquoi n'aurais-je pas le coeur en sang
 
comme une tulipe,
 
puisque Son narcisse est fâché contre moi :
 
il baisse la tête...
 
 
 
Zéphyr,
 
si tu as un remède,
 
c'est maintenant le moment,
 
car la douleur de la passion
 
  s'en prend aujourd'hui à ma vie...
 
 
 
 
 
 
Ghazal 132

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La rose, le rossignol

et

le poète au jardin.

 

 

 

De grand matin,

je suis allé au jardin cueillir une rose.

 

Soudain,

est parvenu à mon oreille le chant du rossignol.

 

Le pauvre, comme moi,

était pris d’amour pour une rose,

et, par son cri de détresse,

jetait le trouble et la peine autour de ces parterres.

 

Je marchais, marchais parmi les fleurs,

et, à chaque seconde,

je songeais à cette rose et à ce rossignol.

 

Ainsi,

la rose devenait la compagne de la beauté,

et le rossignol, l’intime de l’amour.

 

En lui, nulle altération,

en l’autre, nulle variation.

 

Quand la plainte du rossignol a touché mon coeur,

je me suis senti bientôt transformé

et libéré de toute impatience...

 

 

En ce jardin,

tant et tant de roses fleurissent et s’épanouissent,

mais personne n'en a jamais cueilli une

sans le piquant de ses épines !

 

 

Hâfez,

pour ce monde qui tourne, qui tourne,

souhaite et espère l'avènement de la paix.


Hafez a mille défauts

et ne reçoit aucune faveur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les jardins du mausolée de Hafez

Shiraz

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parfum de ses cheveux...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un jour,
 
 
bien heureux,
 
 
je quitterai ce monde de chaos...
 
 
 
 
 
Et, pour enfin trouver la paix,
 
 
je marcherai sur les traces de mon Amour...
 
 
 
 
 

Je sais que l'on n'arrive jamais nulle part,

 

mais je me mettrai pourtant en route,

 

attiré, aimanté par le parfum de

 

Ses cheveux tout ébouriffés...

 
 
 
 
 
Et même si je dois marcher sur la tête
 
 
comme un calame,
 
 
le cœur brisé, les yeux en pleurs,
 
 
résolument,
 
 
j'avancerai sur Sa voie...
 
 
 
 
 
J'ai fait le vœu que si,
 
 
 
un jour,
 
 
je parviens à échapper
 
 
 
à cette détresse qui est la mienne,
 
 
joyeux, comblé, irradié,
 
 
j'irai à la porte de la Taverne
 
 
 pour y chanter sans fin des ghazals...
 
 
 
 
 
Alors,
 
 
 
dans ma passion pour mon Amour,
 
 
comme un grain de poussière fou,
 
 
je danserai dans Sa lumière,
 
 
encore et encore,
 
 
et j'irai jusqu'à me perdre
 
 
 
 à la source du soleil ardent...

 

 

 

 

 

 

Ghazal 351

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mausolée de Hafez

 

Shiraz

 

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une brise printanière.

 

 

 

Elle vient caresser les roses et les cyprès

 

dans les allées de mon jardin.

 

 

 

Et c'est le désir brûlant

 

des joues et des hanches de mon amour

 

qui la fait vibrer

 

   qui la fait palpiter...

 

 

Ghazal 28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques vers de Hafez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,

 

en me promenant dans la roseraie,

 

j'ai entendu l'oiseau des jardins.

 

 

 

Son chant était celui

 

  des pleurs et des soupirs...

 

 

Ghazal 209

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un magnifique cadeau

 

pour Loop

 

  juste avant de reprendre l'avion...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'ai offert toute mon âme.

 

 

 

Mon coeur espérait

 

une grâce de ta lèvre douce.

 

 

 

Mais, d'un sourire délicieux,

 

ta lèvre a murmuré :

 

 

 

  " Je veux encore davantage..."

 

 

Ghazal 361

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui était Hafez ?        Clic !         et         Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ghazal est un poème lyrique.

 

 

Le divân, c'est l'ensemble des oeuvres d'un poète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vénération pour le poète

 

au-delà des siècles et du temps...

 

 

 

La mausolée de Hafez

 

Shiraz

 

Loop en Iran

 

Printemps 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie et divination populaire en Iran

 

aujourd'hui :

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'intégrale des poèmes de Hafez

 

publiée en français

 

en 2006

 

par les Editions Verdier.

 

 

Traduction et commentaires :

 

Charles-Henri de Fouchécour.

 

 

486 ghazals

 

1275 pages !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et la poésie persane :

 

 

Tome 1 :    Clic !

 

Tome 2 :    Zip !

 

 

 

 

Loop en Iran :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                      à suivre...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !