Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 20:49
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
S P I R A L E S
 
 
 
 
 
 
 
 E T    T R I S K E L S 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
                                                                                      Avril 2016
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Spirales et triskels,
 
 
 
   comme un parfum d'Armorique...
 
 
 
 
 
Rendez-vous secret,
 
 
  hier soir, au coeur des dunes...
 
 
 
 
 
Ce soir,
 
 
 
dans la crique aux elfes et aux korrigans,
 
 
 
  le souvenir évanescent
 
 
 
  d'un bain minuit silencieux...
 
 
 
 
 
Hum...
 
 
 
Vague après vague, 
 
 
 
à peine effleurée...
 
 
 
 
 
 Je suis triste qu'elle parte.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pénélope Estrella-Paz
 
 
 
 
Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 05:44

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F O L I E    D O U C E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                Janvier 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Folie douce...

 

 

 

C'est la vie qui éclabousse


Elle est partie ce matin en douce


Sa petite culotte sur la mousse...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 04:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C O S M O S    N O S T A L G I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                    Décembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, je ne demandais qu'à traverser...
 
La voie lactée semblait à portée de coeur.
 
Riche déraison, maigre consolation.
 
 
 
Si seule, si fragile,
 
Andromède au bord du chemin.
 
Moi, je ne demandais qu'à traverser...
 
 
 
Qui donc me prendra la main ?
 
 
 
 
 
Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 04:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P    A I M E

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    P O E S I E    G R E C Q U E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Η Λουπ αγαπάει την ελληνική ποίηση 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

egee-s.jpg

 

                                                                Image : Fanny de Larissa

 

 

 

 

La mer Egée

 

 près de Larissa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une jolie bouche,
 
le plus gros juron
 
est un hymne...
 
 
Yannis Ritsos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si l'arbre brûle...

 

 

 

 

 Et si l'arbre brûle, reste la cendre et la lumière. 
 
Dans le désert, les cactus prennent racine.
 
Si les sources se sont taries, il pleuvra à nouveau.
 
 
 
Le jeune fils reviendra à la maison délaissée.
 
Sous la neige épaisse, les graines veillent.
 
A la limite de la cour, le vent mauvais s'épuise.
 
 
 
Et même si nous sommes nus
 
et entourés de loups,
 
notre décision de nous battre reste intacte.
 

 

 
Angélique Ionatos
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu as dansé...
 
 
 
 
Mon âme, tu as dansé tout l'été
Tous les signaux lumineux l'indiquent...
 
 
Tu as déplié ton corps au soleil de midi
Tu as nagé, tes yeux aux arbres et dans la plaine...
 
 
Tu t'es roulée dans le sable, tu as froissé le ciel
Tu as dansé près de l'eau jusqu'à l'aube
Parmi les gens, les phonographes et la tristesse...
 
 
Mon âme, tu as dansé un seul été...
 
 
 
 
 
 
Nìkos-Alèxis Aslànoglou
 
1931 / 1996 
 
 
Zip !       et       Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu ne seras jamais là

 

avec le tuyau à arroser les fleurs
 

alors que les vieux plafonds dégoulinent
 

chargés de pluie
 

et que ma personnalité s'est diluée
 

dans la tienne
 

tranquillement, comme en automne...
 



Ton cœur d'exception
 

- d'exception parce que je l'ai choisi -
 

sera toujours ailleurs
 

et moi je continuerai à couper avec des mots
 

les fils qui me relient
 

à l'homme particulier
 

qui me manque
 

jusqu'à ce qu'Ulysse devienne symbole de Nostalgie
 

et qu'il arpente les mers
 

dans l'esprit de tout un chacun.
 

 


Katerina Anghelaki-Rooke



" Les papiers épars de Pénélope "

1977
in " Poèmes 1963-1977 " 

 

 

 

Clic !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Quand la nuit ne prend que peu de place dans le coeur
 
 
 
Et que les cheminées nous montrent du doigt 
 
 
 
le chemin du bonheur,
 
 
 
 
 
 
 
Quand le poète et le prolétaire peuvent à égalité
 
 
Respirer le parfum du grand oeillet du crépuscule,
 
 
 
c'est la Paix.
 
 
 
 
 
 
 
Mes frères, c'est dans la Paix 
 
 
 
que nous respirons à pleins poumons
 
 
L'univers entier avec tous ses rêves...
 
 
 
 
 
 
Mes frères, mes soeurs,  donnez-vous la main, 
 
 
 
c'est cela la Paix...
 
 
 
 

Yannis Ritsos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le corps du silence est vivement agité,

 

comme une femme jouissant dans son sommeil,

 

ou lors d'une ardente étreinte amoureuse

 

ou comme le corps d'une jeune fille prise d'une fureur sacrée,

 

quand, sans motif et de façon inespérée,

 

une petite fille relève sa robe

 

et révèle à tous le tendre abricot de son publis,

 

dans toute sa grâce duveteuse et gonflée,

 

sans pudeur, sans honte...

 

 

 

Andrèas Embirikos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un petit oiseau rose

 

lié par un fil

 

avec ses petites ailes ondulées

 

vole vers le soleil...

 

 

 

 

Si tu le regardes une seule fois,

 

il te sourira.

 

 

 

 

Si tu le regardes deux ou trois fois,

 

   tu te mettras à chanter...

 

 

 

 

Yannis Ritsos

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous jouons ce soir avec ce poème.

 

 

 

 

 

Je vous le lance

 

et

 

vous me le renvoyez.

 

 

 

 

 

On l'ouvre en deux

 

les mots se répandent.

 

 

 

 

Car il nous faut,

 

salaud de poème,

 

te désarmer à temps,

 

   sinon tu nous étendras tous...

 

 

 

 

Andonis Fostieris

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un rêve qui passe.

 

 

 

 

Elle lui parle doucement

 

  mais il ne l'entend pas...

 

 

Où marches-tu ?

 

murmurait-elle.

 

 

 

Mais ses mots

 

ne parviennent pas jusqu'à lui.

 

 

 

Lui,

 

il cherche la fraîcheur dans les ravines,

 

dans les épineux,

 

dans une couche creusée de part en part

 

et dans les draps d'un paradis...

 

 

 

Elle murmure :

 

 

Tu étais si bon...

 

 

Hum... Tu n'entends rien...

 

 

Allez, ne te tracasse pas.

 

 

C'était un rêve,

 

ce n'est qu'un rêve qui passe...

 

 

 

N'aie pas peur,

 

toi qui marches la nuit

 

  dans d'étranges sommeils...

 

 

 

 

Jenny Mastoraki

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les souffrances de la pluie.

 

 

 

 

En pleins raisonnements et déraisonnements,

 

la pluie s'est mise à faire fondre minuit,

 

avec, toujours, ce bruit de défaite :

 

 

Tu, tu, tu...

 

 

Bruit sourd, tout plein de solitude,

 

bruit normal

 

d'une pluie normale...

 

 

 

 

Kiki Dimoula

 

Née en 1931

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La poésie grecque dans Grèce Hebdo :        Hop ! 

 

 

Les histoires de Loop en grec :       Clic !

 

 

Loop et la poésie persane :       Boum !

 

 

Doux, les mots doux :        Chic !

 

 

 

 

 

 

 

Un poème de Georges Séféris

 

Clic !

 

dit par Mélina Mercouri.

 

Musique : Vangelis

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J A R D I N

 

 

 

 

 

 

D E S   T U I L E R I E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                Décembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Le soir du réveillon,
 
à la station Austerlitz,
 
j'ai rencontré un homme.
 
 
 
Plutôt beau, un brin prétentieux,
 
un peu petit à mon goût.
 
Quoique...
 
 
 
Très vite, je me suis rendu compte
 
qu'il avait parfois tendance
 
à se prendre un tantinet pour Napoléon...
 
Nobody's perfect...
 
 
 
Comme nous longions la Seine
 
d'un pas alerte, tendre et complice,
 
il m'a raconté avec force détails,
 
les yeux pétillants et non sans brio,
 
ses précédentes campagnes,
 
ses dernières compagnes...
 
 
 
A vrai dire,
 
les choses ont commencé à se corser sérieusement
 
quand, peu après minuit,
 
il m'a gentiment persuadée de m'allonger
 
sur le gazon frais du jardin des Tuileries.
 
 
 
J'avais ma petite robe Cache Cache,
 
je ne vous raconte pas...
 
 
 
Ce n'était pas tout à fait la Bérézina,
 
mais on a vraiment frôlé Waterloo...
 
 
 
 
 
 
 
 
Pénélope Estrella -Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M A R A M    A L - M A S R I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maram-al-masri.jpg

 

                                                                                                 Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poétesse contemporaine

venue de Syrie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi on se retrouve

face à face

poitrine contre poitrine

ventre contre ventre

 

On se colle, on se mélange

on se ramasse, on s'allonge, on s'enroule

on s'éloigne, on se rapproche

on se repousse, on s'attire

on tremble

on transpire

jusqu'à la...

 

             la délivrance...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me fonds dans toutes les femmes

m'efface pour devenir chacune d'elles

 

Je vois mon regard dans celle-ci

mon sourire sur les lèvres de celle-là

mes larmes dans leurs yeux

et dans leur corps circule mon âme

 

elles me ressemblent et je leur ressemble

Je me reconnais en elles

en elles

 

je m'accomplis

 

et me divise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je mouille mon lit d'un liquide blanc

d'un liquide noir

ou bleu

et parfois

d'un surplus de sang

 

je mouille mon lit d'un liquide

salé

de sueur

 

d'une bouche entrouverte

d'où s'écoule

la salive

 

dans le lit dorment

un cahier et un stylo

et quand je me réveille

je rassemble mes pensées humides

et mes rêves fuyants

confuse

des taches qui trahissent

la solitude

 

 

 

 

 

 

 

            Maram al-Masri

 

" Par la fontaine de ma bouche "

 

           Ed Bruno Doucet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

livre-maram-s.jpg

 

                                                                              Juillet 2012

 

 

 

 

 

 Découvert au

Marché de la Poésie

de Rochefot sur Loire

 

Le 5 juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Croix :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

Wikipedia :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

Facebook :

 

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 18:58

 

 

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

              et

 

    Pablo Neruda

 

( Oeuvres croisées )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S P E D I D A

 

 

 

 

 

 

                              V A L P A R A I S O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

                                                                                           

                                                                                                                                       Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Los oros se me fueron
 
detras de una morena que paso...
 
 
Era de nacar negro, era de uvas moradas
 
y me azoto la sangre con su cola de fuego.
 
 
Detras de todas
 
me voy...
 
 
 
 
 
 
Mes yeux s'en sont allés
 
derrière une brunette qui passait.
 
 
Elle était de nacre noire, ellle était de raisin violet,
 
de sa traîne de feu, elle a fouetté mon sang.
 
 
Après toutes les filles,
 
je vais toujours ainsi...
 
 
 
 
 
 
        Pablo Neruda.
 
" Les vers du capitaine "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Niña morena y ágil...

 

 

 

 

Elle était née un soir d'avril

dans la poussière ocre d’un village oublié et perdu,
quelque part au sud du Nouveau Mexique.

 

 

Longtemps, enfant, petite brunette un peu sauvage,
regard de braise et nattes sautillantes,
elle avait été bercée par les poèmes d'Antonio Machado,

 

 

les vers si lumineux de Federico Garcia Lorca,
le trop langoureux Concerto d'Aranjuez,
mais aussi et surtout l'Amour Sorcier de Manuel de Falla...

 

 

Ah... Manuel de Falla...

 

 

De Santa Fe, elle en avait souvent rêvé,
tout comme d'une bonne petite fessée,
un matin, dans l'herbe rase et dans la fraîche rosée...

 

 

 

 

 

  Sylvano Ruiz Soledad


" Despedida Valparaiso "


                1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tus rodillas, tus senos, tu cintura
 

faltan en mi como en el hueco
 

de na tierra sedienta...

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...


 

 

" Los versos del capitan "


Pablo Neruda        

 

1952              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           La Bodeguita del Medio.

 

 

 

 

 

Son père disait qu’il avait connu Castro,

Allende, Hemingway et Neruda.

Excusez du peu...

 

 

La nuit, il conduisait un vieux taxi mauve assez rutilant,

mais complètement cabossé et déglingué

dans les quartiers un peu troubles de La Havane.

 

 

Dans une boîte à gants qui n’avait, semble-t-il, jamais fermé,

il y avait, toujours à portée de main, une fiole de mojito crasseuse.

 

 

L’autoradio, antédiluvien, couleur poussière,

crachotait du crépuscule ocre aux aurores roses

des rengaines fatiguées et souvent très fatigantes.

 

 

Buena vista social club.

Bongos, congas, guiros et maracas...

Bonjour la compagnie...

 

 

Quand j’ai connu Dolorès,

elle était serveuse, le soir, à la Bodiguita del Medio,

dans le quartier de l’Empedrado,

à deux pas titubants du port.

 

 

Si ma mémoire est bonne,

elle portait toujours une petite jupe noire

qui faisait très classe,

très classe et très courte.

 

 

Un tissu bien doux, ma foi, bien doux,

un peu comme, le velours,

le velours d'une robe de maman,

très longue, très sombre, avec des reflets grenat.

 

 

C'était au temps jadis, quand j'étais niño pequeño,

mais je m'en souviens comme si c'était hier...

 

 

Madre de Dios !

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès, de temps à autre,

pour rallumer, avec une nonchalance calculée, mon petit Bolivar,

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

Un parfum de brune agacée et d’amandiers blessés,

si vous voyez ce que je veux dire...

 

 

Dolorès était brune dessus et brune dessous,

comme toutes les filles d’ici, d’ailleurs…

 

 

Très vite, je m’étais aperçu qu’elle ne portait jamais de culotte.

 

 

Avec la chaleur moite et poisseuse qu’il faisait ici,

dès la fin de la matinée, ça se comprenait, c’est sûr…

 

 

Et quand, par distraction,

il m’arrivait quelquefois, d’un petit doigt innocent,

de lui effleurer à peine son petit trou du cul,

elle faisait toujours mine de faire les gros yeux.

 

 

C’était très touchant,

ça donnait presque envie de faire la révolution

sur le champ...

 

 

A deux rues bringuebalantes de là,

le sinistre autoradio d’Ernesto n’en finissait pas de nous saouler

avec ses sales rengaines piteuses et calamiteuses…

 

 

L’air était immobile, comme les souvenirs,

et la nuit n’en finissait pas…

 

 

 

 

    Sylvano Ruiz Soledad

 

  " Despedida Valparaíso "

 

                 1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Me inclino sobre el fuego de tu cuerpo nocturno

 
y no sólo tus senos amo sino el otoño 


que esparce por la niebla su sangre ultramarina.

 

 

 

 

Je m'incline sur le feu de ton corps nocturne.
 

Il n'est pas que tes seins que j'aime,
 

Mais l'automne et ce sang d'outremer
 

Qu'il épand dans la brume...
 

 

" Cent poèmes d'amour "

Pablo Neruda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ojos cerrados…

 

 

 

 

Emiliana avait baissé la lumière.
Elle s'était laissé glisser dans le grand fauteuil.
Elle avait fermé les yeux.

 

Elle pensait soudain à sa toute première fois…
Une à une, toutes les images lui revenaient doucement...
Les sons, les couleurs, les murmures...

 

Les couleurs, les parfums, les murmures...
Comme si c'était hier...
Elle se mit bientôt à couler...

 

 

 

 

 

           Sylvano Ruiz Soledad   


             " Despedida Valparaíso "

 

                                1961                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 10:10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 03:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 02:47

 

 

Jasmine Sharzad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   P A R F U M S    D' A M B R E . . .

 

 

 

 

 

 

 


Fragrances of amber...

 


 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

miniature-ambre-behzad-s.jpg

 

                                        Hossein Behzâd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfums d'ambre et de musc,

 

Tambur et setâr sous le voile azuré,

 

 Silence aimé, tu bois à ma source...

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine-Sharzad-miniature-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragrances of amber...

 

 

 

Fragrances of amber and musk,

 

Tambur and setar under the veil azured,

 

    Silence liked, you drink at my source ...

 

 

 

 

 

En anglais

 

grâce à Florent Deniaud

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

عطر عنبر و مشک

 

تنبک و ستار، زیر پرده ی لاجوردین،

 

سکوت دوست داشتنی، تو از من الهام می گیری...

 

 

 

 

 

 

Merci à

 

Mahsa Ghaemi

 

pour cette découverte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poesie-persane-s-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Babel
commenter cet article

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !