Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 04:14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' H E U R E    D E S

 

 

 

 

 

 

M U L T I P L I C A T I O N S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(   P a r t i e   2   )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( Un loop hommage à Johnny )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                Juillet 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première partie :     Clic !

 

 

 

 

 

La suite : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Alors, très théâtral, le Maître entre en scène.

 

D'un pas leste, il grimpe sur l'estrade

 

et c'est très beau...

 

 

On pense à Pagnol, à Daudet ou à Caubère...

 

 


" Les enfants, vous le savez, aujourd'hui,

 

c'est le jour des funérailles nationales de Johnny.. "

 

 


Sa voix est claire, belle et forte.

 

Pour un peu, elle nous donnerait des frissons...

 

 


" Quelqu'un veut-il venir nous écrire

 

comme il faut " funérailles " au tableau ? "

 


***

 


Quelques instants plus tard :

 

 

" Bon, les amis... 

 

Tout ça ne va pas nous empêcher de travailler...

 

C'est d'accord, Sylvain ?

 


" Oui, M'sieur, c'est d'accord... "

 

 


" Vous savez, les amis, vous avez de la chance...

 

Aujourd'hui, on va apprendre à faire

 

des multiplications hyper compliquées... "

 


Silence un peu gêné,

 

mais respectueux, dans l'assistance.

 

 

 

 


Une salle de classe, dans un coin de campagne,

 

dix heures moins le quart, 

 

encore allumée, le feu,

 

allumée, le feu !

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                     La suite :    Clic !                 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 


 

 


 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 18:35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L e s   b e l l e s   p e n s é e s   m a t i n a l e s

 

 

 

d e

 

 

 

  M a d e m o i s e l l e   L o o p   !

 

 

 

 

 

 

Tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Bon réveil s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai un ancêtre qui se prénommait Urbain.


On dit qu'il battait parfois la Campagne...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai demandé à Baudelaire ses rimes


et à Albert Samain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la Sainte Catherine,

 

      toute âme prend racine....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je guette les pulsations simples de la vie

 

dans les intervalles entre les événements :

 

une fumée blanche qui monte dans un hameau,

 

un ruisseau qui miroite,

 

une feuille de bouleau qui tremble...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,

 

je décide qu'au cours de cette journée,

 

à un moment,

 

et au moins pendant cinq minutes,

 

je vivrai avec la conscience d'être heureuse,

 

tout simplement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seules, les très bonnes idées 

 

viennent en marchant.

 

Ou en dormant.

 

C'est à peu près pareil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,

si on me dit dans la rue,

en souriant :

 

" Bonjour, Mademoiselle Audrey Tautou !

    J'aime beaucoup ce que vous faites..."

Je ne détrompe pas la personne.

Je fais comme si. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On vit tous avec des habitudes,

des routines qui nous sécurisent...

 

Aujourd'hui,

volontairement,

je modifie une de ces petites habitudes.

 

Par exemple,

pour aller à la boulangerie,

je choisis l'autre trottoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,

je dévalise une banque.

 

J'ai dit " une "

pas " deux."

 

En toute occasion,

il faut rester raisonnable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,

je joue à dire " non " gentiment

à une personne, au moins, dans la journée.

 

J'observe, ensuite,

non pas tant sa réaction,

mais comment je vis la chose...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde tourne mieux,

j'ai remarqué,

lorsque, le soir,

je me félicite de toutes les petites choses

que j'ai réussies sans effort

dans la journée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est bizarre,

je recherche toujours les hommes

qui ressemblent à Papa...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les boutiques sont pleines

de Princes Charmants

à des prix souvent abordables.

 

C'est tout à fait vrai. 

 

Un conseil, cependant :

Attendre les soldes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle est la chose dont je rêvais fort

quand j'étais adolescente

et que je n'ai pas encore réalisée ?

Hum... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une bonne nouvelle ?

Une mauvaise nouvelle ?

Une bonne nouvelle ?

Une mauvaise nouvelle ?

Une bonne nouvelle ?

Une mauvaise nouvelle ?

 

Quoi qu'il arrive,

je reste dans mon centre.

Et le monde, quant à lui,

fait tranquillement son travail.

Il continue à tourner... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour,

j'ai réalisé que je me trouvais toujours

inmanquablement

à la bonne place, au bon moment...

Bien joué, my Loop ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tel qui rit vendredi,

dimanche s'esclaffera...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour,

j'ai réalisé que l'attente

et l'espoir trompeur étaient des impasses.

 

Alors,

j'ai décidé d'aimer tout ce qui m'arrive.

 

C'est aussi simple que ça.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ennemi,

c'est quelqu'un avec qui on n'a pas marché

pendant au moins trois heures...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie n'est qu'un grand jeu...

 

Si j'ai ri

au moins une fois dans cette journée,

ce soir,

je gagnerai une partie gratuite

pour demain...

 

Chic ! J'aime ce jeu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,

  je me garde du temps pour l'essentiel :

    l'imprévu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On gagne toujours à pardonner.

  Surtout à soi-même... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hum...

Qu'il est doux

de laisser les autres avoir raison...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je préfère avoir raté quelque chose

plutôt que de ne pas l'avoir essayée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que j'aime dans les rails,

c'est que l'on peut toujours choisir de les quitter...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jésus a un lumbago.

  Cette semaine,

    je suis donc payée pour faire le bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la journée,

à quel moment est-on un parent " nourrissant,"

à quel moment est-on un parent "critique " ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'ai pas peur du changement...

 

Je ne résiste pas au nouveau

à la transformation,

à l'inconnu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand je suis triste,

je goûte la saveur de la tristesse...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les coeurs qui s'aiment

   ne sont pas forcément

      ceux qui se touchent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vis le plaisir du changement...

 

L'important consiste à ne pas agir chaque jour

de la même façon...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,

c'est le premier jour

de tous ceux qu'il me reste à vivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'accorde pas une importance inconsidérée

au regard des autres...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'oisiveté est un temps nécessaire,

un indispensable " lâcher prise "

qui nous permet de nous recentrer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                          à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            .

 

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 18:32

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' H E U R E    D E S

 

 

 

 

 

 

M U L T I P L I C A T I O N S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( Un loop hommage à Johnny )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                Juillet 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une école, un automne comme un hiver,


dans un village perdu.

 

 

 

Un préau, deux tilleuls, trois balles dans la gouttière,


un ballon jaune à moitié dégonflé,


qui traîne, triste, dans un coin de la cour,


contre un tas de feuilles mouillées...

 

 

Une salle de classe allumée, le feu...

 

 

Un Maître, un peu vieille école,


blouse grise et lunettes bleues,


comme dans les films d'antan, en noir et blanc...

 

 

Senteurs de craie, d'encre violette, 


de poussières vieilles et de pommes à couteau.

 

 

Au mur, juste sous le grand alphabet,


un beau portrait très sobre et au fusain


de René Guy Cadou.

 

 

Voilà le Maître qui pose méticuleusement, lentement,


son portable sur un coin droit du bureau.


Tranquillement, il le règle en mode silencieux.

 

 

 

Juste à côté,  un peu de travers,  

 

un exemplaire presque jauni d'un bulletin académique

 

qui n'a vraisemblablement jamais été lu.

 

 

 

Le vieux poêle à bois,


tout rond, tout en fonte, tout Rosières,


crépite royalement


dans un silence de pokémons givrés...

 

 

 

Liberté, égalité, fraternité...

 

 

 

Tout autour, de-ci de-là,


une douzaine de pupitres doubles et bien rangés.

 

 

 

Odeurs de miel et de cire fraîche, 


de plumiers usés, griffés,


de buvards rose bonbon et de crayons d'ardoise...

 

 

 

Une douzaine de bambins le nez en l'air,


sages comme des images...

 

 

Comme on n'en fait plus...

 

 

Il remuent machinalement leur porte-plume,


leur règle ou leur gomme,


Waterman, Superman et Compagnie,


en attendant quelque chose...

 

 

 

Moteur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   La suite :     Clic !...

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 09:33

 

 

 

 

              Noël provençal

                Henno de Rose   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C H A N T E R

 

 

 

 

 

 

L E S

 

 

 

 

 

    N O Ë L S . . .

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

chanter-les-noels-s.jpg 

 

                                                                               Décembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A quoi tenait ce bonheur,

sinon à des grandes petites choses...

 

 

 

 

 

A ces santons,

qu'avec ma soeur,

nous allions désemmailloter de leur papier de soie.

 

 

 

 

 


A Nadalet, 

qui, dix jours avant la fête,

ferait carillonner les cloches de la paroisse.

 

 

 

 

 


A la répétition des chants de Noël,

surtout,

qui peuplaient l'Evangile

de personnages charmants et si proches de moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

La naissance d'un enfant pauvre,

le dénuement d'une étable,

une mangeoire qui sert de berceau,

les petits, les très humbles connaissent cela...

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui douterait de l'utilité des femmes lors d'une naissance ?


Et les voilà partout,

gaies et bavardes,

effficaces, portant de grands tabliers blancs,

langeant l'enfant, soutenant la mère,

cuisant la soupe,

chantant et même dansant !

 

 

 

 

 

 


 

Bientôt,

je vais commencer à fredonner les noëls,

je vais puiser dans leur fraîche beauté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cinq-bougies-s.jpg

 

                             Cunault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Au milieu du fatras commercial,

  dans le gaspillage,

    à travers tant de foies gras, de superflu,

      ils me seront fil d'ariane

        vers la divine pauvreté...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

          Marie Rouanet

       L'ordinaire de dieu

           Albin Michel

 

       " Chanter les noëls "

               ( extraits )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Marie-rouanet.jpg

                 Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                        Clic !

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

        . 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2017 7 03 /12 /décembre /2017 20:01

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X

 

 

 

 

 

 

 

L E S    M O T S    D O U X

 

 

 

 

 

 

 

Tome 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                             Chaumont sur Loire

 

                                                                                                        Juillet 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! pour être dévot, je n'en suis pas moins homme


Et lorsqu'on vient à voir vos célestes appas,


Un cœur se laisse prendre, et ne raisonne pas.


Je sais qu'un tel discours de moi paroît étrange,


Mais, Madame, après tout, je ne suis pas un ange...
 

 

 

 

                         

                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si mes mains sont lascives, enfiévrées,

Elles vont s'égarer, s'apaiser

Au creux fidèle des corsages défaits... "

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle se lava encore le dessous des seins,
 

le sillon secret qui s'ouvrait entre ses cuisses,
 

le creux du nombril, puis, sortant de l'eau,
 

elle courut s'asseoir, trempée et nue, 
 

dans le giron du portefaix...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alidor cherche à son réveil
L'ombre d'Iris qu'il a baisée

 

 

Et

pleure, en son âme abusée,
La fuite d'un si doux sommeil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour atteindre celle qui court lentement
qui avance et recule

 

impétueuse et prudente
brûlante et glaciale
ardente et fraîche
mouillée et sèche
douce et amère


tu jailliras,

liquide blanc
odeur d'océan et d'écume
dévorant la langue et ce qui reste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! Dans cette minute où je ne vieillis pas,

comment penser à autre chose qu'à toi ?

 

à tes seins de colombe,

à ta bouche,

à tes mains,

à ta beauté bien faite,

à tes longues jambes qui m'emportent,

à tes caresses qui fleurissent chaque soir comme un lilas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La très chère aux yeux clairs
apparaît sous la lune,
sous la lune éphémère
et mère des beaux rêves...
 
La lumière, bleuie par les brumes,
cendrait d'une poussière aérienne 
son front fleuri d'étoiles 
et sa légère chevelure flottait dans l'air
derrière ses pas légers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'une avait quinze ans, l'autre en avait seize ; 
Toutes deux dormaient dans la même chambre. 
 
C'était par un soir très lourd de septembre 
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.
 
Chacune a quitté, pour se mettre à l'aise, 
La fine chemise au frais parfum d'ambre. 
 
La plus jeune étend les bras, et se cambre, 
Et sa soeur, les mains sur ses seins, la baise,
Puis tombe à genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent entre dans son corsage, comme chez lui,
il lui coule entre les seins,
il lui descend sur le ventre comme une main,
 
il lui coule entre les cuisses,
il lui baigne toutes les cuisses,
il la rafraîchit comme un bain,
 
elle a les reins et les hanches mouillés de vent,
elle le sent sur elle, frais,
mais tiède aussi,
 
et comme plein de fleurs
et tout en chatouilles,
comme si on la fouettait avec des poignées de foin...
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il patauge dans les flaques d'eau,
 
il maraude dans les vergers,
 
et, sachant bien qu'elles n'aiment pas ça,
 
alors que tout le monde trouve ça drôle,
 
il court derrière les filles
 
qui vont en bandes sur les routes
 
avec des cruches sur la tête
 
et il soulève leurs jupons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher avec elle
Pour le sommeil côte à côte
Pour les rêves parallèles
Pour la double respiration...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'aurore partagée
Pour le minuit identique
Pour les mêmes fantômes...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'amour absolu
Pour le vice pour le vice
Pour les baisers de toute espèce...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon très cher petit Lou, je t'aime

Ma chère petite étoile palpitante, je t'aime

 

Corps délicieusement élastique, je t'aime

Vulve qui serre comme un casse-noisette, je t'aime

 

Sein gauche si rose et si insolent, je t'aime

Sein droit, si tendrement rosé, je t'aime..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle n'a rien sur elle,.

Rien dans tous les sens du terme,

ça me fait chaud derrière les oreilles

et ça m'encourage à des expériences...

 

Ma main gauche remonte le long de ses jambes,

et, au-delà de son bas, je sens sa peu tiède et douce

et, instinctivement,

je recherche l'endroit où c'est le plus tiède et le plus doux... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon hommage, ah, parbleu ! Tu l'as !

 

Tous les soirs, quelle joie et soulas,

 

Ô ma très sortable châtaine,

 

Quand, vers mon lit, tu viens, les seins

 

Roides, et quelque peu hautaine,

 

Sûre de mes humbles desseins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le précipice où mon arbre a grandi.

 

Il y a là un amphithéâtre de jeunes filles roses et blanches.
 

Je me suis couché au bord et j'ai lu des livres.
 

Mes jeunes pensées étaient en robe de dimanche.
 

Elles avaient des fleurs dans leurs cheveux lisses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès,

 

de temps à autre,

 

pour rallumer, avec une nonchalance calculée,

 

mon petit Bolivar,

 

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

 

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et ce fut adorable
 

quand la fille aux tétons énormes,
 

aux yeux vifs, rieuse,
 

m'apporta des tartines de beurre,
 

du jambon tiède, dans un plat colorié...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les auteurs 

 

dans le désordre :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

Guillaume Apollinaire

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

Boris Vian

 

René Guy Cadou

 

Max Jacob

 

Maram al-Masri

 

Rémy de Gourmont

 

Fernando Pessoa

 

Théophile de Viau

 

Jean Giono

 

Robert Desnos

 

Molière

 

Ach. G. Dallay

 

Les Mille et Une Nuits

 

Pablo Neruda

 

Vernon Sullivan

 

Paul Verlaine ( 2 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :     Clic !

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :     Zip !

 

 

 

 

Une petite précision importante :    Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 12:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j a C q u E s     p R é V E r T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' O R E E    D E S    P E U T - E T R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                    Image internet

 

 

 

Avec Miro et Chagall

 

au restaurant la Colombe d'or

 

à St Paul de Vence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'être qui dort seul


est bercé par tous les êtres qu'il aime,


qu'il a aimés, qu'il aimera...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

prevert-st-paul-s.jpg

 

 

 

 

Prévert à St Paul de Vence

 

Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris est tout petit...

 

 

 

Paris est tout petit,

 

c’est là sa vraie grandeur.

 

 

Tout le monde s’y rencontre,

 

Les montagnes aussi.

 

 

Même, un beau jour, l’une d’elles

 

Accoucha d’une souris

 

 

Alors, en son honneur,

 

Les jardiniers tracèrent le parc Montsouris.

 

 

C’est là sa vraie grandeur,

 

Paris est tout petit.

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre Père qui êtes aux cieux

Restez-y

Et nous nous resterons sur la terrre

Qui est quelquefois si jolie

 

Avec ses mystères de New York

Et puis ses mystères de Paris

Qui valent bien celui de la Trinité

 

Avec son petit canal de l’Ourcq

Sa grande muraille de Chine

Sa rivière de Morlaix

Ses bêtises de Cambrai

 

Avec son Océan Pacifique

Et ses deux bassins aux Tuilleries

Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets

 

Avec toutes les merveilles du monde

Qui sont là

Simplement sur la terre

Offertes à tout le monde

Éparpillées

 

Émerveillées elles-même d’être de telles merveilles

Et qui n’osent se l’avouer

Comme une jolie fille nue qui n’ose se montrer

Avec les épouvantables malheurs du monde

Qui sont légion

 

Avec leurs légionnaires

Aves leur tortionnaires

Avec les maîtres de ce monde

Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres

 

Avec les saisons

Avec les années

Avec les jolies filles et avec les vieux cons

Avec la paille de la misère

pourrissant dans l’acier des canons.

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi

 

 

 

Dîner René.

 

Battre Janine.

 

Fesser Michèle.

 

Boire un verre.

 

Faire autocritique.

 

 

 

 

Les éphémérides

de Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Dieu chassa Adam.

 

 

 

Et Dieu chassa Adam à coups de canne à sucre

 

Et ce fut le premier rhum sur la terre

 

Et Adam et Ève trébuchèrent

 

dans les vignes du Seigneur.

 

 

La Sainte Trinité les traquait

 

mais ils s’obstinaient à chanter

 

d’une enfantine voix d’alphabet :

 

 

Dieu et dieu quatre

 

  Dieu et Dieu quatre !

 

 

Et la sainte Trinité pleurait...

 

 

Sur le triangle isocèle et sacré

 

un biangle isopoivre brillait

 

et l’éclipsait.

 

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévert colle !       Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un certain Jacques Prévert :     Boum !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 prevert-vence-2-s.jpg

 

 

 

      Prévert à St Paul de Vence

 

Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour faire le portrait d'un oiseau

 

 

 

 

Peindre d'abord une cage

avec une porte ouverte.

 

Peindre ensuite

quelque chose de joli,

quelque chose de simple,

quelque chose de beau,

quelque chose d'utile pour l'oiseau.

 

Placer ensuite la toile contre un arbre

dans un jardin,

dans un bois ou dans une forêt.

 

Se cacher derrière l'arbre

sans rien dire, sans bouger...

 

Parfois,

l'oiseau arrive vite,

mais il peut aussi mettre de longues années

avant de se décider...

 

Ne pas se décourager,

attendre,

attendre, s'il le faut, pendant des années...

 

La vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau

n'ayant aucun rapport

avec la réussite du tableau.

 

Quand l'oiseau arrive,

s'il arrive,

observer le plus profond silence.

 

Attendre

que l'oiseau entre dans la cage,

et, quand il est entré,

fermer doucement la porte

avec le pinceau...

 

Puis,

effacer un à un tous les barreaux,

en ayant soin

de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau.

 

Faire ensuite le portrait de l'arbre

en choisissant la plus belle de ses branches

pour l'oiseau.

 

Peindre aussi le vert feuillage

et la fraîcheur du vent,

la poussière du soleil

et le bruit des bêtes de l'herbe 

 dans la chaleur de l'été

et puis attendre que l'oiseau

se décide à chanter...

 

Si l'oiseau ne chante pas,

c'est mauvais signe,

signe que le tableau est mauvais.

 

Mais s'il chante, c'est bon signe !

Signe

que vous pouvez signer...

 

Alors,

vous arrachez tout doucement

une des plumes de l'oiseau

et

vous écrivez votre nom

  dans un coin du tableau...

 

 

 

 

 

Jacques Prévert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En farsi

 

 grâce à Sara Irani !

 

 

 

 

 

کشیدن تابلوی يك پرنده

ژَک پرِه‌ور- احمد شاملو

نخست قفسی بكشيد

با دری باز

سپس

چند چیز زيبا بكشيد

ساده

ملوس

سودمند

برای پرنده

سپس تابلو را روی درختی بگذاريد

در باغ

در بيشه

يا جنگل

حالا پشت درخت پنهان شوید

بی هيچ حرفی

يا حرکتی

ممكن است پرنده زود سربرسد

ممكن هم هست سال ها بگذرد

تا راضی شود که بیاید

دلسرد نشويد

صبر كنيد

اگر آمدن پرنده

سال ها طول بكشد

باز صبر كنيد

اين که پرنده کی می رسد

دير يا زود

ربطی به خوبی تابلو ندارد

وقتی آمد

او را در سكوت عميق نگاه كنيد

صبر كنيد تا وارد قفس شود

وارد که شد

در را آرام با قلم مو ببنديد

سپس

ميله ها را يك به يك پاك كنيد

حواستان باشد به پرهای پرنده دست نزنيد

حالا تصوير درخت را بكشيد

و زيباترين شاخه هايش را برای پرنده انتخاب كنيد

سپس برگ های سبز را بكشيد

نسيم خنك

ذرات نور

و صدای حشرات را

در سبزه ها

در گرمای تابستان.

سپس صبر كنيد تا آواز بخواند

اگر نخواند

نشانه بدی است

نشان می دهد كه اين تابلوی بدی است

اما اگر خواند نشانه خوبی است

نشان می دهد كه می توانيد امضا كنيد

بنابراين خيلی آرام يكی از پرهای پرنده را بكنيد

ونامتان را در گوشه ای از تابلو بنويسيد

بنابراين خيلی آرام يكی از پرهای پرنده را بكنيد

ونامتان را در گوشه ای از تابلو بنويسيد

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Clin d'oeil :

 

  Mademoiselle Barbara...

     

               Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prévert chez Noëlle !  

 

             Zip !    et   Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     à suivre...

 

 

 

 

 

                                             

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 03:55

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S H A K E S P E A R E

 

 

 

 

 

E T    M O I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                   Juillet 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre jour, 


Shakespeare est passé à la maison,


un peu à l'improviste...

 

 

 

Simple visite de courtoisie.

 

 

 

En fait, il voulait mon avis


sur les ébauches de quelques unes 


de ses dernières histoires.

 

 

 

Je lui ai sorti une bonne bière bien fraîche,


brassée tout spécialement à Sratford-upon-Avon,


et, finalement, 


un bon mot en entraînant un autre,


il est resté dîner.

 

 

 

J'aime son commerce.

 

 

 

J'adore son petit accent,


very funny, du Warwickshire...

 

 

 

Gentil, courtois, un brin taquin...

 

 

 

Comme j'étais allée aux cèpes le matin,


je nous ai préparé, sans me vanter,


une délicieuse petite

 

Hamlet aux champignons...

 

 

 

Tout simplement...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 10:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P A R I S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

foulards-paris-s.jpg

 

                                                                              Mai 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris

 

 

 

 

 

 

Paris est une image.

 

 

Paris est une image mythique...

 

 

Idéale pour les poètes,

les écrivains, les flâneurs,

les amoureux, les pigeons,

 les amoureux des pigeons...

 

 

 

Pour Robert Doisneau, Jacques Prévert et Boris Vian...

 

 

 

Pour tous les visiteurs en goguette,

toujours un peu pressés,

qu'ils viennent de Bordeaux ou du Japon,

de Barcelonnette ou de Honolulu...

 

 

 

Tour Eiffel et Mont-St Michel,

Montmartre et sable fin,

Notre Dame et vague à l'âme...

 

 

 

Mais la vraie France,

c'est quand on s'installe

paisiblement

à la terrasse ensoleillée d'un café de village,

tout près d'une petite église,

en France,

à l'ombre changeante d'un platane,

au fin fond d'une campagne sage et perdue...

 

 

 

Là où l'on n'a jamais vendu aucune carte postale,

là où les gens ont comme un petit accent...

 

 

 

Alors,

on commande quelque chose de frais,

on sourit,

on offre discrètement ses jambes nues au soleil,

 

on ajuste un brin son corsage,

on attend sans rien attendre,

 

on regarde tranquillement passer les silhouettes,

sautiller les moineaux

et

passer le temps...

 

 

Longtemps.

 

 

Certaines passantes,

on l'imagine, rêvent à Baudelaire...

 

 

Parfois,

elles portent des jupes légères,

un sourire presque aérien

ou

un foulard qui vole...

 

 

Le feston et l'ourlet, trois fois rien...

 

 

Certaines fins d'après-midis,

en France,

on ferme les yeux,

et on sent comme un parfum

de bonheur dans l'air...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

Septembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paris-loves-Loop-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

Loop à Paris

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La traduction en grec !

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

.

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:24











 

I L   A V A I T   D I T   :







 
Mademoiselle Loop,


  montez, je vous prie...





 
Soyez

   sans crainte...










 
                                       
                                                       Août 2008











Moi

j'avais répondu :






D'accord,

je veux bien monter,

Jean-Emile,

mais,


auparavant,

 promettez-moi

que vous essaierez

 ensuite

  de m'embrasser...


 

 

 

 (  sauvagement... )
 
 
 
 


Pénélope Estrella-Paz
 
Septembre 2008











 

با اشتیاق بوسیدنم

 

 

 

پسرک به او گفت: پنه لوپ سوار شو،

 

خواهش می کنم

 

نترس

 

من پاسخ دادم:

 

قبول، می خواهم سوار شوم

 

ژان امیل،

 

اما اول به من قول بده

 

که بعد مرا با اشتیاق می بوسی...

 

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Zahra Rezaei !

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 05:20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     S I X T I E S  .  .  .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1962, 


juste après son bac philo,


quand maman était au pair à Liverpool,


elle achetait ses petites robes à la mode des sixties,


très courtes, bien sûr, à la Mary Quant,


carrément psychédéliques, indeed !


dans une boutique très colorée, très folle,


tenue par la tante de Paul,

 

  Susie...

 

 

 

Quand Susie s'absentait un après-midi 


pour une vente de charité 


au profit de l'église anglicane du coin,


c'est souvent Paul qui, pour quelques heures,


tenait gentiment l'échoppe.

 

 

 

Il était très gentil avec tout le monde.

 

 


Il aimait bien le petit accent de maman.

 

 

 

Il adorait, paraît-il,


ses délicieuses fossettes, son regard candide


et, surtout, son petit air effronté...

 

 

 

Ah... Maman...

 

 

 

Paul lui avait dédié une chanson,


mais je n'ai pas le droit de dire laquelle.

 

 

 

Maman disait qu'Il fredonnait tout le temps 


" The fool on the hill ",


mais le titre a été enregistré bien plus tard


sur le fameux  " Magical Mystery Tour. "

 

 

 

 

Coucou Mister Paul !


Merci pour tout.

 

 

 

 

 


 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !