Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 22:35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C O M M E    U N E    E A U

 

 

 

 

 

 

 

D E    P A R F U M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

eau-de-parfum-chambiers-s.jpg

 

                                                                                    Novembre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La littérature,

 

  comme une eau de parfum...

 

 

Un parfum,

 

  comme une promesse de voyage...

 

 

Un voyage,

 

comme un train qui roule,

 

sans fin,

 

au bout de la nuit, les yeux fermés...

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kaip parfumuotas vanduo ...
 

 

Literatūra,
 

kaip parfumuotas vanduo ...
 

 

Kvepalai,
 

kaip pažadų kelionė ...
 

 

Kelionės,
 

kaip judantis traukinys
 

begalinis,
 

link nakties pabaigos, užmerktomis akimis...

 

 

 

 

En lituanien

 

grâce à Rasa Slekiené

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ادبیات،

 

همچون یک عطر...

 

 

عطر،

 

همچون قول سفر...

 

 

سفر،

 

مانند قطاری که می رود،

 

 

بی انتها،

 

در انتهای شب، با چشمان بسته...

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Mahsa Ghaemi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 16:05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C L A I R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D A N S    L E    S O L E I L

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

claire-soleil-s.jpg

 

                                                                                           Juin 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claire dans le soleil...

 

 

 

" En baissant cette culotte minuscule,

 

il me sembla que j'enlevais

 

une peau, comme d'un bulbe...

 

 

 

... En même temps,

 

je le sertissais, je le découvrais,

 

le mettais en valeur comme l'opale d'une bague...

 

 

 

... Si éclatant et si pur,

 

si soyeux, si pulpeux,

 

si féminin et si tendre...

 

 

 

... A la fin,

 

il avait pris la couleur émue,

 

veloutée et brûlante d'une framboise,

 

claire dans le soleil... "

 

 

 

 

Jacques Serguine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" J'installerai donc ma petite souris de femme

 

à plat ventre sur mes genoux,

 

la dévêtirai promptement, et..."

 

 

 

Jacques Serguine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fesser...

 

 

Fesser à loisir,

 

Fesser à souhait,

 

Fesser en pleine conscience...

 

 

Fesser à outrance,

 

Fesser en urgence,

 

Fesser à corps perdus...

 

 

Fesser à cor et à cris,

 

Fesser à fleur de peau.

 

Fesser, tout simplement...

 

 

Naturellement, en toute confiance...

 

 

 

Nina K.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les muses

 

océaniques

 

tendent leurs fesses

 

tyranniques

 

à la fièvre des marins

 

effarés...

 

 

Elles peuplent

 

leurs rêves égarés

 

de poésie

 

publique

 

dans les matins chagrins…

 

 

 

Betty Gini

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tablier de sapeur, ma moustache, pensez
 
Cette comparaison méritait la fessée .
 
Retroussant l'insolente avec nulle tendresse
 
Conscient d'accomplir, somme toute un devoir,
 
Mais en fermant les yeux pour ne pas trop en voir
 
Paf ! j'abattis sur elle une main vengeresse !
 
 
 
« Aïe ! Vous m'avez fêlé le postérieur en deux !»
 
Se plaignit-elle, et je baissai front, piteux
 
Craignant avoir frappé de façon trop brutale
 
Mais j'appris par la suite, et j'en fus bien content
 
Que cet état de choses durait depuis longtemps
 
Menteuse ! la fêlure était congénitale.
 
 
 
Quand je levai la main pour la deuxième fois
 
Le coeur n'y était plus, j'avais perdu la foi,
 
Surtout qu'elle s'était enquise, la bougresse
 
« Avez-vous remarqué que j'avais un beau cul ? »
 
Et ma main vengeresse est retombée vaincue
 
Et le troisième coup ne fut qu'une caresse...
 
 
 
Georges Brassens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                       à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 03:13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L A    P E T I T E    F I A N C E E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E    R Û M Î

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fiancée de rûmi s

 

                                                    Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite fiancée de Rûmî.


 

معشوق مولانا

 

 


 

 

 

Quand elle chantait Rûmî,

 

tous les tailleurs de Konya posaient aussitôt leur ouvrage

 

et fermaient doucement les yeux,

 

longtemps, religieusement...

 

 

 

 

Sa peau d'ambre fleurait bon le jasmin,

 

son ventre frissonnant invitait à la danse

 

Véga et Casssiopée.

 

 

 

 

Sa voix très pure enchantait

 

les colombes, les colibris, les oiseaux de paradis,

 

et jamais elle ne pensait à demain.

 

 

 

Jamais elle ne portait le voile

 

lorsque, chaque matin,

 

juste après la prière,

 

elle traversait, aérienne et menue,

 

le grand bazar,

 

légère et diaphane comme une ombre bénie

 

qui effleurait à peine

 

la poussière ocre des ruelles sombres.

 

 

 

 

Ses paniers d'osier semblaient danser autour de sa taille.

 

 

 

 

Elle ne se couvrait d'un long voile bleu,

 

joliment soyeux, moiré à contre-jour,

 

à peine transparent,

 

offert par le Prince de Balkh, disait-on,

 

à la dernière lune de mai.

 

 

 

Elle ne se couvrait d'un long voile bleu

 

qu'après le coucher du soleil,

 

pour le temps sacré de la danse,

 

sur les terrasses embaumées,

 

ou bien

 

pour l'heure des câlins...

 

 

 

 

Quand elle chantait Rûmî,

 

tous les tailleurs de Konya posaient aussitôt leur ouvrage

 

et fermaient doucement les yeux,

 

longtemps, religieusement...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rûmî sur l'Orée :      Clic !

 


 

 

Loop et la Poésie persane :      Zip !

 


 

 

Le Tarot d'Ispahan :      Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 02:48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T R E S    S A G E

 

 

 

 

 

 

 

R E N D E Z - V O U S

 

 

 

 

 

 

 

     D A N S    U N    J A R D I N    P E R S A N . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 قرار ملاقات بسیار عاقلانه در یک باغ فارسی ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hafez-interview-s.jpg

 

                                                                                      Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 1

 

 

 

 

 

 

L'autre jour,

 

alors que je séjournais

 

dans une grande capitale du Moyen Orient,


 

je ne vous dirai pas laquelle,


 

j'ai été très gentiment l'invitée

 

d'un magazine people assez en vue,

 

là-bas...

 

 

 

 

 

 


 

Un élégant périodique

 

à grand tirage et sur papier glacé.


 

 

Vraiment très joli...

 

 


 

Son seul défaut, me semblait-il,

 

était qu'on devait le lire

 

carrément à l'envers...

 

 


 

Une subtilité qui m'échappe encore,

 

mais là n'est pas l'essentiel...

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

medaillon-Hafez-1--s.jpg

              

     

 

 

 

 

 

Chapitre 2

 

 

 

 

 

C'est une très jeune journaliste,

 

fraîchement émoulue

 

de

 

 

دانشکده تحصیلات تکمیلی روزنامه نگاری شیراز


 

 J'espère que je n'ai pas fait d'erreur

avec les accents !


 

l'Ecole Supérieure de Journalisme de Shiraz,

 

qui m'a accueillie très chaleureusement,

 

 

 

avec un sourire

 

à faire pâlir

 

un séminariste bénédictin

 

de l'Abbaye de la Chaise-Dieu

 

ou


damner

 

les plus pieux des étudiants 

 

 de la Madrasseh d'Ispahan !

 

 

 

 

 


 

Le rendez-vous avait donc été fixé

 

début avril,

 

en plein Norouz,

 

un jeudi, en tout début d'après-midi,

 

dans les jardins frais et ensoleillés

 

d'une brasserie très chic de Téhéran,


 

dont je tairai le nom par souci de discrétion


 

fréquentée apparemment essentiellement

 

par l'intelligentsia artistique

 

  de la cité...

 

 

 

 

 

 

Après les politesses d'usage

 

et les petits échanges de cadeaux,

 

 

 

On était en pleine période du Nouvel An !

 

 

 

moi,

 

j'adore les petits cadeaux,

 

 ceux que je reçois, ceux que j'offre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

hafez-3-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 3

 

 

 

 

 

 

Avec ma permission,

 

elle a allumé son dictaphone,

 

un joli petit bijou d'une grande marque coréenne

 

que je ne citerai pas,


 

mais cette jeune femme avait,

 

c'est sûr,

 

un goût certain pour la high tech,


 

puisque,

 

et c'est un pur hasard,

 

je possède exactement le même

 

depuis un mois !!!

 

 

 

 

 

 

 


Un génial YP-VP1 gris rose,

 

équipé d'un écran TFT LCT couleur

 

de 1,1", 128 x 128 px !

 

 


 

 

 

 

Ceci dit,

 

et je dois l'avouer très humblement,

 

ma troublante interlocutrice paraissait manier

 

cette petite merveille électronique

 

avec infiniment plus de brio que moi !

 


 

Quelles jolies mains !

 

 

 

 Nobody's pefect...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 jardin-persan-4-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chapitre 4

 

 

 

 

 

 


 

De son doigt fin,


 

 

elle avait des mains très fines, très douces,


ses ongles étaient vraiment très...

 

comment dire ?

 

.... très sensuels...

 

 

Secrètement,

 

je me demandais si ces ongles-là,

 

racés, quasiment divins,

 

pouvaient s'égarer, quelquefois,

 

jusqu'à... griffer...


 

Bon, mais là n'est pas exactement la question...

 

 

 

 

 

De son doigt fin,

 

avec une grâce orientale très subtile,

 

elle avait mis en marche son petit appareil...

 

 

 

Le voyant rouge s'était discrètement allumé,

 

et moi, à cet instant,

 

je commençais, je l'avoue, à avoir un peu le trac...

 

 

 

Avec élégance,

 

elle but une petite gorgée de thé noir de Gilan...

 


 

 Gilan, c'est une région qui borde la mer Caspienne.

 


 

... Elle s'éclaicit un peu la voix,

 

puis elle posa sa première question

 

avec un naturel qui me désarma...

 

 

 

Tout en l'écoutant,

 

avec autant de politesse que d'attention,

 

mon regard me pouvait pas se retenir

 

de caresser, bien malgré moi,

 

la peau si douce et si brune de son cou,

 

à la lisière de son foulard mauve,

 

qui était orné d'un liseré rose vif,

 

du plus bel effet...

 

 


 

 

Elle était assise, dans un fauteuil de rotin,

 

à une distance certaine distance de moi,

 

mais son eau de toilette,

 

très délicate, précieuse, légère,

 

à base d'agrumes, je pense,

 

n'était pas sans me parvenir imperceptiblement,

 

et me déstabiliser un brin...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

oiseau-orange-hafez-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors,

 

elle a commencé...

 

 

 

Moi, je pensais à Shéhérazade

 

et aux Mille et une nuits

 

que j'aurais pu passer tout près elle...

 

 

 

 

      Mais je m'égare, là n'est pas la question...

 

 

 

 

" Mademoiselle Loop... "


 

 

Elle s'exprimait dans un français quasi parfait,

 

avec, peut-être,

 

mais je n'en suis pas vraiment sûre,

 

une légère pointe de l'accent de Tabriz...

 


 

" Mademoiselle, Loop...

 

Je ne voudrais pas avoir l'impression

 

de m'immiscer dans votre vie privée,

 

mais, je dois vous confier qu'il y a une question, ici,

 

qui nous brûle les lèvres depuis longtemps... "

 

 

 

 

Moi :

 

" Mais je vous en prie, Mademoiselle... "

 

 

 

 

 

En Iran, les gens sont délicieusement polis et courtois.

 

C'est toujours très touchant.

 

Je les adore...

 

 

 

 

 

Elle reprit...

 


 

Bien malgré moi,

 

    son regard très doux, je crois,

 

          me faisait des choses...


 

 

" Mademoiselle Loop,

 

les iraniens et surtout les iraniennes !

 

depuis plusieurs années,

 

vous admirent et savent presque tout de vous...


 

Mais...

   

... comment dire...

 

... comment se peut-il...

 

... euh... on ne vous connaît pas d'amants... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jardin-persan-fin-s.jpg

 

 

 

 

      Chapitre 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cet instant,

 

je crois que mes joues ont rosi un peu,

 

mais je n'en ai rien laissé paraître...

 

 

Pour prendre le temps de réfléchir,

 

j'ai croisé, puis recroisé mes jambes, tranquillement...

 


 

 

Je n'en suis pas vraiment sûre,

 

mais son regard d'enfant suivait le moindre de mes gestes,

 

et j'ai cru voir ses pommettes se colorer légèrement, 

 

sur son teint déjà hâlé, très naturel...

 

 


 

Alors, j'ai bu une bonne gorgée de thé vert de Gilan,

 

je me suis éclairci un peu la gorge

 

et j'ai déclaré le plus naturellement du monde,

 

avec un air que je souhaitais tout à fait détaché :


 

 

" Mon amie,

 

je vais vous faire une confidence... "


 

J'ai fait exprès de baisser le ton de ma voix.

 

Imperceptiblement elle s'est penchée un peu vers moi...

 

Oui, c'était bien un parfum de douces agrumes...

 


 

" Mon amie,

 

si l'on ne me connaît pas d'amants...

 

... c'est peut-être que je suis très fidèle à mes amantes..."

 

 

 

Alors, son regard est allé subitement

 

se perdre doucement quelque part dans les nuages...
 

 

 

A cette minute, dans le jardin,

 

le temps était comme suspendu,

 

et il s'est fait comme un grand silence persan...

 

 

 

 

 

                                   Fin

 

 

 

 

 

 

            Pénélope Estrella-Paz


 

                       Juin 2014

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonus !

 

 

Loop en Iran :   Hop !   

 

 

 

 

Cri du coeur :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

Les illustrations sont tirées

     du magnifique livre


           " Hafez "


    Editions Mirdhashti

           Téhéran

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O L I A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olia-s.jpg

 

            Août 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle s'appelait Olia.

 

C'était notre nouvelle maîtresse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Elle venait d'Ukraine,


mais personne ne savait


comment elle était arrivée jusqu'à nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Cette année-là,


quand il le pouvait,


papa venait me chercher


de temps en temps,


après l'école.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Olia,


j'aimais bien ses longues nattes blondes,


très sages,


qui sautillaient un peu quelquefois,


quand elle riait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Moi,


j'étais au premier rang.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Elle sentait bon


et


c'était doux,


quand elle se penchait sur moi,


 pour une gentille gronderie


ou


un petit encouragement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Je me souviens,


elle portait souvent une longue robe écrue,


un peu échancrée,


assez ample, toute simple,


mais savamment brodée

 

au col et aux manches,

 

avec des motifs très gais

 

et

 

très colorés.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Elle disait

 

d'un air étonnamment sérieux :


 

 

 

 

" Vous savez, les enfants,


elle a été cousiou


dans le village de ma grand-mère,


tout plès de Kirovohrad... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Nous,


on savait pas où c'était,


mais on imaginait que ça devait être


très loin et très joli.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Elle vivait toute seule,


pourtant, certains soirs,


à la petite fenêtre sous les toits,


dans la maison d'école,


on apercevait des ombres lentes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi,

 

ce que je préférais,

 

c'était la dictée...

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec son drôle d'accent

 

assez craquant,

 

 

 

Papa disait :

 

" Slave, l'accent, slave... "

 

 

on ne comprenait pas tous les mots,

 

mais on faisait quand même

 

le mieux possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait,

 

on avait très envie

 

de lui faire

 

plaisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens,

 

elle corrigeait les fautes

 

avec sa belle encre Waterman

 

 

" bleu des mers du sud ".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle ne mettait jamais de notes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais,


le jour où elle trouvait


qu'on s'était bien appliqués,


elle ne disait rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle passait


simplement derrière son bureau,


elle se penchait,


c'était beau,


et


elle faisait apparaître soudainement


une petite boîte en bois sombre,


avec des formes bien arrondies

 

qui me plaisaient

 

beaucoup

 

et

 

   qui donnaient tant envie de toucher...



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle écartait doucement quelques cahiers,

 


deux ou trois manuels de sciences naturelles


ou bien


une revue de mode en écriture cyrillique,


et là,


elle déposait délicatement l'étui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était comme une cérémonie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec lenteur, elle l'ouvrait,

 


ça faisait clic, clic,

 


et elle en sortait


un tout petit violon 


qui avait l'air très très vieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Alors,


elle passait et repassait sur les crins de son archet


une petite pierre ronde,


couleur de miel,


 qui faisait de la poussière partout

 

et


qui sentait bon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard,


j'ai appris que c'était de la colophane.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olia


se tenait debout devant nous,


bien droite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacun retenait son souffle.

 

 

 

 

 

 

Au bout d'un moment,


elle fermait les yeux,


elle prenait une grande inspiration


et


elle commençait à jouer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous.

 


 

Pour elle.

 

 

 

 Pour la vie qui court.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un peu comme des airs de danse,


des airs un peu étranges,


des choses


qu'on n'avait jamais vraiment entendues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette année-là,


tout le monde voulait être bon


en orthographe.

 

 

 

 

 

 

Même les garçons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Quand Olia rouvrait les yeux,

 

elle avait, quelquefois,

 

ici,

 

comme une toute petite larme.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais


personne ne s'en rendait vraiment compte...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                       


 


 

 

 

 

 

   



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

          L'image :


 

Olia, de l'ensemble Tsarivny

 

         ( Ukraine )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  Donia

     Etienne Perruchon

           Dogora

      ( Ouvrons les yeux )

 

 

 

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               .

Première publication d'Olia :

 

       Septembre 2011

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T R O I S    G O U T T E S

 

 

 

 

 

 

D E    P L U I E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gouttes-de-pluie-s.jpg

 

                                                                                                     Septembre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois gouttes de pluie sur ta joue étonnée,

 

 

Soie sauvage caressée sous un porche,

 

 

Souvenirs effacés, oubli de soi, silence...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Tre gocce di pioggia...

 

 

 


Tre gocce di pioggia sulla tua giornata folgorante...

 

Seta selvaggia carezzata sotto un portico...

 

Ricordi infranti... Oblio di te... Silenzio...

 

 

 

 

 

En italien grâce à 

 

Carla Cecilia Collalto Berardi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

سه قطره باران،

 

 

سه قطره باران روی گونه متعجب تو،

 

با دستمال حریر وحشی پژمرده در جیبت،

 

خاطرات فراموش شده را از خود دور کن،

 

در سکوت...

 

 

 

 

 

 En fârsi,

 

grâce à Afsané Momo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Tom mbeung ya tàh...

 


 

 

Tom beung ya tàh noh heugh zou

 

 

Po*ô peuh leugneu nouw wang

 

 

  Bè meu leugneu, mitchouè...

 


 


En ghomàla batié

 

grâce à Frieda

 

Clic !

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recto-flyer-Tarot-d-Ispahan-s.jpg

 

 

 

 

 

 

                                                                        Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !