Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 13:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T R O I S    L I G N E S

 

 

 

 

 

 

 

      E N V O L E E S . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T o m e   1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3-lignes-s.jpg

 

                                                                               Juin 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En général,
 

ceux qui ont du vice,

 

on les écroue... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Molière, né Jean-Baptiste Poquelin,
 

George Sand, née Aurore Dupin,
 

Pablo, né Ruda...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand les pigeons sont musiciens,
 

Soufflet n'est pas jouer.
 

Mais il n'est jamais trottoir pour bien faire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La roche, le torrent, la femme.


Paysage minéral, rêve d'eaux vives,


Secrets désirs de schistes bleus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Education sentimentale...

 

 

 

A 7 ans, on m'a offert Martine à la plage.

 

A 13 ans, la Princesse de Clèves.

 

A 18 ans, Histoire d'O...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rivages clairs de la tristesse


Délicatesse, précieux îlots de tendresse


Qui m'aime me suive, je est un autre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bleu des cimes...


Quels plaisirs aujourd'hui


Se dessinent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En revenant des Etats-Unis, je suis devenue illico anticapitaliste.
 

En rentrant d'Afrique, complètement anticolonialiste.
 

Là, j'arrive de Grèce et je me sens... très Antigone...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je trouve vos coquelicots vraiment très émouvants,
 

vos églantines très délicates,
 

et même, dois-je le dire, vos roses... très mières...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vol 
 
d'hirondelles...
 
La police est sur les dents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut toujours mener une lutte sur deux fronts.
 
Sur les joues et sur les fesses.
 
Équitablement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

Caresses matinales dans la rosée
 

Sourire discret des cardamines et des fritillaires
 

  Soleil d'avril, découvrons-nous d'un fil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passe le tant...
 
 
 
Je pense à Wolfgang, tant choyé...
 
Je pense à un Opéra, tant aimé...
 
Je pense à sa Flûte, tant chantée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baiser du soir
 

Sa main dans le noir
 

Derrière le voile, un frisson d'espoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il avait fait mine de me frôler le genou

 

M'avait sans doute pris pour Marilyn

 

 You know what I mean, pou pou pidou !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux femmes jouent sur du velours

 

Deux poupées volages frôlent le miroir

 

L'ours est au comptoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne porte jamais de culotte

 

en coton

 

  Cela va de Soie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois gouttes de pluie sur ta joue étonnée,

 

 

Soie sauvage caressée sous un porche,

 

 

Souvenirs effacés, oubli de soi, silence...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vapeurs d'opium qui flottent

 

Bateau Lavoir qui danse

 

   Picasso pense à Fernande...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai un ami.

 

Il est dompteur de jacinthes.

 

C'est très impressionnant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois, le natin,

 

je me temande

 

si j'existe fraiment...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les yeux de nos mondes intérieurs

 

Ne savent pas mentir.

 

Léger murmure sous la neige...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi, j'aimerais bien me marier avec Niki...

 

Mais je pense qu'elle préfère ses Nanas...

 

Snifff !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux mésanges jouent aux cartes sur l'abreuvoir

 

Rouge ou noir ? Jouer pile, espérer face

 

Ne plus bouger, simplement s’asseoir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au théâtre ce soir

 

Plus jamais je n'aurai peur dans le noir

 

Seulement se dire bonsoir..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il se disait expert en réchauffement climatique...

 

C'est vrai que, certains soirs d'automne,

 

il savait le prouver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime

 

les jolies filles à bicyclette

 

  et les beaux verres à pied...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle honore volley-ball.

 

Elle honore football.

 

Eleanor Rigby.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est une toile, un tableau.

 

Douceur des teintes, elle se tient droite.

 

 Douceur des étreintes, elle est prête à fauter...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B.B. : le mythe est éternel.

 

Dieu le sait.

 

 Chaque jour, il se réjouit de l'avoir inventée un jour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un soir.

 

Il jouait, dans le noir, de l'ophicléide à 11 clés.

 

  J'étais bouche bée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de magie, attention !

 

Je pense très fort à une plume.

 

Zut ! Elle s'est envolée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T r o p

 

d e    j o u r

 

n u i t

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hier, vers minuit,

 

On a chipé mon seul exemplaire du Petit Prince...

 

Vol de nuit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Joseph Kessel

 

Le vieux lion guette les derniers cavaliers

 

Une larme sur son rimmel...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premières senteurs de l'automne

 

Un oiseau blanc frôle la Sorbonne

 

Peut-on être et avoir été ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivre un présent

 

Plus que parfait

 

  Inconditionnellement...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvent, je pense à la fillette d'Andersen,

 

si gentille, si princesse,

 

si petite, si reine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelquefois, le soir, la caresse d'un livre...

 

Rose comme le plaisir, doux comme les souvenirs...

 

Les souvenirs, dont quelquefois, le soir, on s'enivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne choisis pas les mots.

 

Ce sont eux qui me choisissent.

 

 En fait, j'aime bien me laisser faire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai rencontré Papa, j'avais juste 18 ans.

 

Très vite, on a voulu fonder une famille.

 

 Maman a été un enfant de l'amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femme dune

 

Femme oasis

 

   Femme fontaine...

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son regard effleure en silence mes rivières pâles

 

Doux baisers bleus sur les galets blancs

 

Je ne compte plus les heures...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez le temps filer,

 

Regardez, dans la rosée, les araignées défiler,

 

Défilez sur les champs et lisez !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Charme, orme et charmant bouleau...

 

Tilleul, amandier et si doux tulipier de Virginie...

 

Dites-moi... Peut-on hêtre et avoir été ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un petit coin d'herbe sous les toits de Paris.

 

Trois pronoms, pas un seul verbe,

 

Un seul prénom et le souvenir de lui...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je rêve d'un baiser d'Orchidée,

 

Du regard bleu dont tu nous aimes, Iris,

 

Et de votre voix très lointaine, Emerise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses yeux cobalt, son regard d'ange,

 

Son timbre de voix fragile,

 

Aussi doux qu'étrange...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois pas dans le jardin, deux brins de romarin

 

Une demoiselle sur une balançoire

 

Je ne serai pas seule ce soir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses lèvres, certains soirs d'automne,

 

Ses yeux, des histoires d'hier,

 

Sa bouche, comme aux temps anciens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est au soleil qu'elle se donne,

 

Sept ou huit ricochets sur la rivière,

 

Pour ne plus penser à demain...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jours de miel

 

Saisons bleues dans les yeux

 

   Jours de peine et soirs sans elle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un éclat de rire

 

La cascade de mes pleurs

 

  La rivière de mes peurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa mèche est voyageuse

 

Le regard bohémien

 

  Et l'épaule vagabonde...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses lèvres sont amoureuses

 

Le regard fécond

 

  Et le bonheur dans ses mains...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,

 

je suis tombée amoureuse d'un miroir.  

 

 Hum... J'ai envie de le demander en mariage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il était beau comme un dieu...

 

 

Avant de le connaître, j'étais triste...

 

 

Maintenant, je suis déprimée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fine bretelle blanche

 

Chemin de dentelle

 

Eau de Kenzo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Office du tourisme,

 

Je demande l'heure.

 

 A la fille du vent, son cœur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tressautant sur les pavés, frôlés par une brise légère,

 

un brin mutins, rêves de satin, ses petits seins,

 

à dessein animés soudain d'un caressant vertige...

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aime qu'il mange dans ma main,

 

mais je n'aime pas

 

qu'il fasse des miettes partout...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma robe invite ses aiguilles

 

Chanson douce des hauts talons 

 

Faut-il vraiment que je m'habille ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aimerais beaucoup

 

un jour avec vous

 

  joindre futile à l'agréable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Eloge du trois !

 

    Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Satins, lignes de mire,

 

Jardins de Longchamp...

 

C'est dans le désir que je suis vivante...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est mon péché mignon.

 

  J'aime embrasser l'horizon...

 

 Mais jamais le premier soir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 les-yeux-de-nos-mondes-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ogre du Printemps

 

Petit Poucet du bonheur

 

  Temps suspendu, tant attendu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Proust a fait beaucoup.

 

Pour la littérature ? Peut-être....

 

 Pour les petites douceurs de Commercy, assurément.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendue à son cou

 

 ou pendue au gibet,

 

il me dit que je suis la plus belle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Les phrases de Proust sont si longues, si longues, si longues,

 

 que, souvent, je fais une pause au milieu.

 

Avec une madeleine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes viennent de mars

 

Les folles de mai

 

  Et la Princesse de Clèves...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Les balcons de la mémoire :      Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              Flic floc sur la jetée :     Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       C'est le temps de l'attente :     Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                            Vers le Tome 2 :   Clic !

 

 

 

 

 

.

 

 

Molière, né Jean-Baptiste Poquelin,
 

George Sand, née Aurore Dupin,
 

Pablo, né Ruda...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Ecrire !
commenter cet article

commentaires

audeterrienne 26/03/2016 19:29

Je retiendrai trop de jour nuit...

suzâme 17/01/2016 19:58

Quel régal Pénélope! Ta plume jouit à chaque mot...

Oh ! My Loop ! 19/01/2016 11:08

Un souffle de vent,
ma plume sans vol...

Une légère brise derrière,
la dune s'envole;..

Loop

covix 26/12/2015 14:49

J'espère que le Barbu a été sympa.
Bonne journée
@mitié

Oh ! My Loop ! 19/01/2016 11:11

Le barbu est aux anges,
la sardine est à l'huile...

Loop

covix 19/12/2015 19:54

Période où l'on peu glisser dans l'onde de la douceur des mots.
Bonne soirée
@mitié

Oh ! My Loop ! 19/01/2016 11:14

Ici l'onde...
Souvenirs sur la Tamise...

Loop

Jonas D. 07/11/2015 11:24

Ta poésie, Loop', est un habit de fête étrange, cette fête même qu'une nuit Augustin Meaulnes croisa. Jonas

Oh ! My Loop ! 07/11/2015 21:45

Un soupçon d'eau de Sologne ?
Bonne nuit !

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !