Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 00:58

 

 

Jasmine Sharzad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U N E    P E T I T E    P O I G N E E

 

 

 

 

 

 

 

 

D' A M A N D E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 مشت کوچک بادام

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

malek-miroir-laque-s.jpg

 

                                                                            Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis,

 

 à l'angle de l'Avenue du Dr Fâtemi...

 

 

 

 

 

Mais je n'en suis plus trop sûre..

 

 

 

La journée avait été chaude,

 

le quartier était presque désert,

 

à cette heure égarée,

 

presque volée...

 

 

 

Le dernier bus vieux jaune

 

venait de s'éloigner,

 

en cahotant, sans un klaxon...

 

 

 

Elle avait maintenant le soleil

 

en plein dans les yeux...

 

 

 

Contre son dos frémissant,

 

un mur de briques rouges,

 

usé, très doux, presque brûlant...

 

 

Presque aveuglée.

 

 

 

Il s'est approchée d'elle

 

doucement...

 

 

 

Jusqu'à ce que ses épaules touchent ses épaules.

 

Et puis son ventre aussi,

 

je crois...

 

 

 

Délicatement.

 

 

 

Des parfums d'ailleurs,

 

des fleurs d'orangers,

 

le pays des citronniers de son enfance...

 

 

 

Shiraz.

 

 

 

Elle a fermé les yeux,

 

vous comprenez,

 

le soleil l'aveuglait...

 

 

 

La brique était encore chaude.

 

 

 

Elle serrait sans sa main, nerveusement,

 

une petite poignée d'amandes

 

de Jarhom...

 

 

 

Son ventre frémissait déjà.

 

Elle n'y pouvait rien.


 

 

Conquêtes mongholes et déroutes afghanes...


 

 

Sa main vint délicatement se poser

 

sur sa hanche bleue, à elle,

 

comme un oiseau,

 

  très purdans l'azur...

 

 

 

Fleurs de pavot dans l'éther...

 

 

 

Ses doigts si légers, à lui,

 

vinrent bientôt dessiner

 

de folles arabesques sur l'étoffe pâle

 

de ce coton, 

 

pâli à force d'hésitations...

 

 

 

 

Soudain,

 

bien malgré elle,

 

elle a senti son foulard frémir...


 

Mais il tint bon.

 

  L'honneur serait sauf...

 

 

 

Souvenirs évanescents de Shiraz,

 

peut-être le Palais Qâvam,

 

une nuit d'avril...

 

 

 

Plus rien n'avait d'importance,

 

semblait-t-il, désormais....

 

 

 

Son dos bien calé

 

contre le mur encore chaud...

 

 

 

Les briques rouges usées, 

 

  si usées, si rassurantes...

 

 

 

 

A cet instant précieux,

 

sa main était déjà partie en voyage.

 

 

 

Résolument.

 

 

 

Vers des contrées plus soyeuses,

 

plus rieuses, plus sauvages,

 

davantage vers le sud...

 

 

 

Des contrées de soie et d'agrumes,

 

des contrées un peu oubliées,

 

comme, jadis,

 

certaines oasis incertaines,

 

ou bien interdites...

 

 

 

Une itinérance quasi vagabonde,

 

 audacieuse,

 

et qui dura longtemps,

 

semble-t-il...

 

 

 

 

C'est du moins ce que murmurèrent,

 

secrètement,

 

les premières étoiles...

 

 

 

 

Le vieux bus n'était plus qu'un souvenir.

 

 

 

La journée avait été très chaude

 

pour la saison...

 

 

 

Sa main bénie erra longtemps

 

dans le silence des rues

 

maintenant complètement désertées...

 

 

 

Les prunelles étonnées d'un très beau chat,

 

 furtif, sur un toit, tout proche...


 

Son regard persan,

 

  énigmatique...

 

 

 

 

Froissée,

 

l'étoffe de coton pâle

 

n'en finissait pas d'obéir,

 

sans broncher,

 

comme les herbes folles au courant,

 

sur les rivages mouillés,

 

  à l'orée de Tabriz...

 

 

 

Le pays secret de son ventre,

 

sa main douce, l'étoffe intimidée,

 

le silence des rues, sa respiration plus forte,

 

et puis,

 

il fallait s'y attendre,

 

un murmure assoiffé, jusqu'à un cri.

 

 

 

Un cri silencieux.


 

Le plus silencieux des cris de la terre.

 

 

 

Petites amandes,

 

tombées, un soir, de sa main,

 

une à une, sur le trottoir,

 

 dans la poussière rouge et dans le noir...

 

 

 

Sa jambe fine.


 

 

Petites perles de rosée

 

  sur les rives de

 

  l'éternité...

 

 

 

 

Les étoiles,

 

complices,

 

Andromède et la Pléïade,

 

 à trois cents années-lumière...


 

 

***

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis...

 

 

 

 

 Dans ma mémoire,

 

une fraction de seconde...

 


 

 

Mais parfois, c'est vrai,

 

 mes souvenirs m'égarent...

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'image :   Miroir laqué    Clic !

               Musée Malek

                 Téhéran

 

                 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Tranches de ma vie
commenter cet article

commentaires

noelle 22/07/2014 23:09


C'est beau ! très beau !


Merci Loop ! bises

Oh ! My Loop ! 08/09/2014 10:06



Merci Princesse...

Loop 



Éric G. Delfosse 20/07/2014 11:21


C'est ... beau ... tout simplement.

Oh ! My Loop ! 08/09/2014 10:07



Que ta journée soit belle, Eric !


Loop



armelle 23/04/2014 19:53


quel beau moment


on le ressent..

Jonas D. 23/04/2014 09:30


Superbe Loop'. Voyage au coeur de la mémoire et du sentiment. Bravo !


 


J'ai senti combien


Cette pierre sur moi convient


Sa chaleur à mon teint


Sa mémoire au tien


Jonas


 

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !