Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 04:16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                     L E S    S A I N T S,

 

 

 

 

 

 


                                M E S    L È V R E S . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

eglise-jarze-s.jpg

 

                                    Septembre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n'avait sûrement jamais croisé


de tatami de sa vie,


mais,


en entrant,


et avec une certaine ostentation,


il avait laissé tomber


quelques belles pièces jaunes


au fond


 de la vieille boîte en fer...

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Ça avait fait un grand


" gling ! "


qui avait résonné longtemps


dans toute l'église,


qui était, à cette heure campagnarde,


 complètement vide et déserte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Je m'en souviens,


                       c'était la fin de l'été...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je portais, ce jour-là, ma petite jupe blanche,


celle du jour du diable,


à Montsoreau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On avait silencieusement remonté

 

toute l'alllée centrale,

 

et,

 

d'un geste discret,

 

il m'avait fait asseoir

 

vers le haut, sur le côté droit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

La chaise de bois fatiguée avait grincé un peu,

 

la paille ébréchée

 

me piquait un peu les cuisses,

 

mais

 

 ce n'était pas franchement désagréable...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me tenais bien droite.


Je ne bougeais pas.


Je respirais bien tranquillement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Quelque part dans la nef,


derrière nous,


il y avait deux moineaux qui voletaient


en piaillant.

 


 

On aurait dit qu'ils se cherchaient.


  

 

 

Ça faisait

 

comme une aérienne très jolie danse...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Moi, j'aimais bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Je regardais aussi, là-haut,


les langues dorées du soleil du soir,


qui jouaient gentiment,


 à travers les hauts vitraux,

 

avec la chaux si blanche et si pure


des colonnades.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

A cet instant,


on sentait dans l'air


comme une odeur de fraîcheur,


 de légère humidité,


  de presque moisissure...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Et puis,


au moment où je m'y attendais le moins, 

 

 

 

 

j'ai senti sa main,


 avec douceur et légèreté,


se poser, simplement, comme ça,


sur ma cuisse gauche...



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ça faisait soudainement chaud,


mais je ne savais pas


si je devais dire quelque chose.


 

 


Ou pas.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait,

 

 

il ne m'avait pas tout à fait laissé le temps de réfléchir,


 

il s'était penché un peu contre mon épaule,


 

 

 

 

j'aimais bien son eau de toilette,


 

 




et


il m'a demandé, très poliment,


tout bas :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

" Pénéloop,


dites une coquinerie, tout haut, 


 pour voir... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Tout à coup,


j'ai eu l'impression assez bizarre


que les mille Saints


 de la terre


avaient soudainement tourné 


leurs doux regards vers moi,




et

 



qu'ils étaient comme suspendus


 à mes lèvres un peu frémissantes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça faisait drôle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Moi,


je sentais toujours la paille sèche


 sous mes cuisses...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


J'avais les jambes sagement croisées,


je regardais, assez fixement,


la jolie pointe de mon escarpin,


qui se balançait doucement,


sans bruit...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme un petit vertige.

 

 

 

 

 

 

Un ange.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Et puis,


après un certain temps,


et sans faire aucun effort,


je me suis ressaisie,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelqu'un devait veiller sur moi

 

 

 

 

 

 



et, très dignement,


 j'ai dit :





 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Jean-Jérémie, je vous en prie,


pas maintenant... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.




Partager cet article

Repost0

commentaires

Elo 18/11/2011 09:51


Magnifique ton histoire... Je ne sais pas où tu trouves tout ça mais c'est sublime ! Bisous

ADAMANTE 17/11/2011 19:39



Quel  bonheur de lire peneloop, c'est toujours trop court ! comme sa jupe. Amitiés



valdy 17/11/2011 16:27



Tu nous tiens en haleine jusqu'à la fin de tes histoires ensorcellantes.


D'ailleurs, je crois que la poésie est un sortilège ...


A bientôt,


Délicieuse Pénéloop,


Valdy



covix 17/11/2011 14:57



Bonjour Pénéloop,


La rencontre avec le "diable"... le lieu est plein de tentation...mais les regards veillent!


magnifique.


Bonne journée


Bises



touig 17/11/2011 10:20



Di vin transept fois ... encore du bonheur Jean-Jérémie !



Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !