Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 09:26

 

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tome 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 rose-larmor-oct-s.jpg

 

                                                                                                                   Octobre 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, comme elle ne s'éloignait pas,

je plongeai l'une de mes mains dans le flot d'or

de ses cheveux dénoués,

alors que l'autre alla se perdre

dans la bâillure de la chemise,

entre les mamelons tentateurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit que les dattiers femelles

entourent à plusieurs un arbre mâle,

s'inclinent vers lui pour le caresser

de leur couronne de feuillage,

tandis que lui se dresse et hérisse ses feuilles...


Ensuite, de son souffle,

de sa seule vue et de sa poussière,

il les féconde tous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne pus résister à ce mamelon tendu

sur lequel je mis et refermai la bouche.

Je reconnus la parfum de Christine.

En remontant la tête pour chercher sa bouche,

je sentis... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presque nue et non nue

   à travers une nue de dentelles

      montrant ta chair où va courant

         ma bouche délirante...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Je vous aime, mon corps,

qui fûtes son désir,

son champ de jouissance

et son jardin d'extase,

où se retrouve encor le goût de son plaisir,

comme un rare parfum

dans un précieux vase...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre bouche avide a respiré ma bouche

et je fus en vos mains

celle qui vit et qui soupire

et dont on touche le doux ventre

et les seins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un long pied nu sur ma bouche

un long pied contre le coeur,

tu es ma soif, ma fièvre,

ma cravache, ma douleur,

inapaisable soif,

désert sans issue...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacune a quitté, pour se mettre à l’aise,

La fine chemise au frais parfum d’ambre.

 

La plus jeune étend les bras et se cambre,

Et sa sœur, les mains sur ses seins, la baise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis notre âme est comme une ombrelle chinoise,

elle rit au soleil et se déchire à la pluie...


Quant au poème,

c'est une joie mécanique,

il suffit de trouver le bouton

sur lequel on appuie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personne ne vous avait demandé

De souffler les bougies,

Pourtant, la nuit s'était allumée

Dès que vous aviez rougi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle les prit toutes deux

plus haut que la ceinture

et, refermant ses mains caressantes

sur leurs petits seins presque nus,

elle les emmena d'un pas pressé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison vide,

Volets fermés,

Nue, palpitante, étendue sur le lit

L'absence de ton corps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perfection de la jupe,

Au delà des chaussettes blanches roulées...

La jupe,

Et les jambes nues très haut...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre regard hirondelle

Vos façons démodées

Votre souffle tourterelle

Vos poignets liés

Je suis folle à lier... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps,

L'odeur de tes cheveux...

 

Y plonger tout mon visage,

Comme un homme altéré dans l'eau de source 

Et les agiter avec ma main

Comme un mouchoir odorant,

Pour secouer des souvenirs dans l'air...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vous épargnerai pas,

 Hélas, les démons de la nuit...

 

J'ai le feu aux frousses,

Peut-être, la peur de ma vie...

 
Je vais sans doute ce soir relire

Le Diable au corps...

 

A la grotte bénie,

Je prierai pour vous...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leurs mains, perversement câlines,

En servant,

Ont d'heureux hasards...

 

Et leurs bouches rouges de fard

Ont des paroles si félines

Qu'on est fou de ces libertines...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crois-moi,

il ne faut pas hâter le terme de la volupté,

mais y arriver insensiblement,

après des retards qui la diffèrent...

 

Quand tu auras trouvé l'endroit

que la femme aime à se sentir caressée,

la pudeur ne doit pas t'empêcher de le caresser...

 

Tu verras les yeux de ton amie

brilller d'un éclat tremblant,

comme il arrive souvent aux rayons du soleil,

répétés par une eau transparente...

 

 

Puis, viendront des plaintes...

 

Viendra un tendre murmure

et de doux gémissements

et les paroles qui conviennent à l'amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne sentirai-je point avec mille caresses

Le doux chatouillement des plus douces liesses ?

 

Ne serai-je amoureux mignonnement aimé ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le long de ton intimité,

Bien savamment grimée,

J'appose mes mains animées

Et les fais glisser pour te dévoiler...

 

 

             Tu me fais mouiller.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un frisson du corps

Ondoyant

 Sur la vague du désir comblé.

 

     A tout jamais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai aimé votre robe opaline

Votre halte bleue, Place du Change,

Vos colères d'ambre et d'embruns...
 

Vous étiez bénie des anges

Et, dans un souffle,

Marie-Caroline, vous avez crié ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    

Je regardais briller les bagues

d'une jeune femme

qui était assise

sur la Terrasse des Oiseaux de Bronze.



Elle peignait ses sourcils.

Sa robe rouge chatoyait dans le soleil.


Un messager est venu lui dire

que le Roi l'attendait.

 

Elle a parfumé ses bras, ses genoux

et elle s'est levée... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te caresse

au passé, au présent et au futur

 

Tu m'embrasses

Entre maintenant et tout à l'heure

 

On s'entrelace à tout instant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etait-ce une nuit maghrebine ?

Je laisse Mogador aux filles de platine...

 

Etait-ce une nuit maghrebine ?

C'était la nuit d'avant notre naissance,

Tu te coiffais devant le miroir de mes yeux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes merveilleuses mains

A qui d'autres rêvèrent

 

Téméraires blancheurs

Oiseaux de paradis

Et que jalousement

mes longs baisers révèrent

 

Automne, été, printemps, hiver !

 

Tes mains que j'aime tant

Que je n'en ai rien dit... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélas ! Hélas !

 

C'est peut-être

le sanglot le plus profond

et

le plus amer de ma vie

que le bruit de cette vague

qui m'a détachée

de la rive de Fusine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a maintenant,

sous la blouse qu'il a refermée,

les seins libres et nus

comme elle a,

nus et libres,

les reins et le ventre,

de la taille aux genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Pétales de toi

 Demain matin à la ronde

    La nuit sera féconde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime.


Je te sais près d'un homme que tu aimes

et, cependant,

je suis tranquille...

 

Les larmes coulent abondamment

sur mes mains

tandis que je t'écris,

mais ce sont les plus douces,

les plus chères larmes que j'aie versé... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie est longue

    Le désir tenace

         Et vos culottes...

 

                              si légères...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ouvre encore les lèvres

   pour demander que ce voyage ne finisse pas.

 

J'ai le temps de lui annoncer qu'il va finir,

   comme tous les voyages,

 

Avant de renverser ma tête en arrière,

   dans l'eau profonde... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       feu

    ici

cernant

          l'éveil

des lendemains

                     latents

         éventuels

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La femme des longues patiences

Se met lentement au monde

 

La femme des longues patiences

Se donne lentement le jour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui me rassure en mon attente,

    C'est que j'ai reçu son hommage,

 

Et quand souffle la brise douce,

    Volontiers,

         Je tourne vers là-bas mon visage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A deux mains,

elle releva la soie craquante

et le linon qui la doublait,

découvrant un ventre doré,

des cuisses et des genoux polis

et un noir triangle clos...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est des parfums frais

    Comme des chairs d’enfants,

 
Doux comme les hautbois,

    Verts comme les prairies,

 
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

    Ayant l’expansion des choses infinies,

 
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,

    Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La lumière du jour

Et les tréfonds de la nuit

 

Se mêlent si bien

Dans sa chevelure dorée..

 

Et le soleil est au zénith

En contemplant son Orée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vin dans les feuillages

Fait éclater les beaux yeux

Et battre les coeurs joyeux

A l'étroit sous les corsages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme j'aime faire le puzzle

que je suis

pelotonné contre toi !

 

Et toi, celui que tu es,

contre moi...

 

...même si on l'a fait des dizaines

et des dizaines de fois...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ascèse et piété...
 

Vous n'aviez que ces mots-là

A la bouche,

Et pourtant, de laudes à matines,

De vêpres à complies,

Vos lèvres tant bénies coulaient,

Roucoulaient pieusement, silencieusement,

Et moi je pleurais à chaudes larmes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La courbe de tes yeux

Fait le tour de mon coeur,

Un rond de danse et de douceur...

 

... Et si je ne sais plus

Tout ce que j'ai vécu,

C'est que tes yeux

Ne m'ont pas toujours vu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agenouille-toi, mon amour,

 Mille pieds plus bas que moi,

  Si loin,

   Que je puisse à peine voir

    Ta bouche et tes mains

     Accomplir la cérémonie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assise sur la terrasse de sa demeure,

elle attend son fiancé...

 

Que la nuit a été longue...

 

Le vent du matin effeuille les glycines.

 

Elle regarde ces gouttes d'aube

qui tombent sur ses bras

et elle soupire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N'écris pas ces mots doux

Que je n'ose plus lire.

 

Il semble

Que ta voix les répand sur mon coeur,

Que je les vois brûler à travers ton sourire.

 

Il semble

Qu'un baiser les empreint sur mon coeur.

 

N'écris pas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un désert sans méharée.

 

   Seule.

 

Le sable crisse un

 " Je t'aime "

      évaporé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   J'ai aimé cent femmes.

Je n'ai jamais dit deux fois

    Le même mensonge...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maîtresse,

Embrasse-moi, baise-moi, serre-moi,

Haleine contre haleine...

 

Echauffe-moi la vie !

 

Mille et mille baisers,

donne-moi, je te prie !

 

Amour veut tout sans nombre,

Amour n'a point de loi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chevaux de la cascade

 

  L'écheveau de nos jours...

 

 

     Ma main sur ta joue,

 

       Trois îles, la Désirade...



         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agile et noble

avec sa jambe de statue...

 

 

Moi, je buvais,

                            crispé comme un extravagant,

dans son oeil,

                           ciel livide où germe l'ouragan,

 

la douceur qui fascine et le plaisir qui tue...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un si délicat bouquet...

 

J'habitais

Rue des oiseaux.

 

J'ai reçu l'amour en cage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle

  ne pensait pas au lendemain,

alors que

Lui, 

gravait sur le tronc d'un vieux chêne,

un coeur refermant

                leurs initiales entrelacées...

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forme abstraite du coeur,

Langage des cartes à jouer,

Des graffiti...

 

De deux coeurs,

La main d'une femme

Et la main d'un homme

Sortent et s'étreignent...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Voici les auteurs de ces lignes,

 

mais dans le désordre.

 

C'est exprès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léopold Sédar Senghor

 

Guiot de Dijon

 

Andrée Chédid

 

Paul Verlaine 

 

Leonard Cohen

 

Alfred de Musset

 

Antonio Lisboa

 

Pierre de Ronsard

 

Pierre Louÿs

 

Tyco Moon

 

Pierre Albert-Birot

 

Anne Desclos

 

Pline l'Ancien

 

Henry Miller

 

Louis Scutenaire

 

Valdy

 

Yànnis Ritsos 

 

George Sand

 

Georges Bataille

 

Henri de Régnier

 

Marie Nizet

 

Charles Baudelaire

 

Marc Papillon de Lasphrise

 

Henri Guillaumin

 

Rima

 

Louis Aragon

 

Pauline Réage

 

Geert De Kockere

 

Maria Lova

 

Paul Eluard

 

Raymond Jean

 

Aurélie Lesage

 

P. Estrella-Paz

 

Jean Lorrain

 

Ovide

 

Paul Verlaine

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

Poétesse chinoise d'autrefois

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une précision importante à propos de cette page :

 

 

                              Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 2 :       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 3 :      Chic !

 

 

 

 

 

 

 

                                    .

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Mots des autres
commenter cet article

commentaires

Frieda 20/02/2013 11:05


Bonjour Pénéloop


Doux doux ces mots que j'm lire et relire


Ces petits mots subtils qui parlent à nos fantasmes


Je lisais dans "Histoires de bouches câlines" 


"J'ai besoin de folies douces...


Envie de savoir le haut de tes cuisses


Ce sont des secrets comme ça qui rassurent"


Juste pour le partage


Bisous Loop


Frieda

Oh ! My Loop ! 22/02/2013 16:50




"J'ai besoin de folies douces...


Envie de savoir le haut de tes cuisses


Ce sont des secrets comme ça qui rassurent "

Grand merci, Frieda !


Loop 



ABC 20/02/2013 09:50


Si un jour tu veux faire un atelier d'écriture dans la région, (45mn de St Étienne, 45mn de Roanne, 70mn de Lyon), un lieu sympathique et accueillant :


http://www.chateaudegoutelas.fr/

Oh ! My Loop ! 22/02/2013 16:53



Un atelier d'écriture dans le Forez ?


Cela pourrait faire un beau projet ensemble...


Même dans dans un lieu plus modeste !


Pourquoi pas ?


Bonne soirée...


Loop


 



noelle 20/02/2013 09:33


Un billet , à lire tous les matins !


Ce matin, j'ai posé ce poème ,


Il y a les maquis couleur de sang d'Espagne
Il y a les maquis couleur de ciel de
Grèce
Le pain le sang le ciel et le droit à l'espoir
Toi que j'aime à jamais toi qui m'a inventé
Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre
Tu rêvais d'être libre et je te continue


Merci Loop , pour tous ces mots doux


Je t'embrasse

Oh ! My Loop ! 22/02/2013 16:48



Il y a les maquis couleur de sang


d'Espagne
Il y a les maquis couleur de ciel


de Grèce
Le pain le sang le ciel et le droit


à l'espoir
Toi que j'aime à jamais toi qui m'as
inventé
Tu chantais en rêvant le bonheur sur la
terre
Tu rêvais d'être libre


 et


je te continue...


 


Grand merci, Noëlle !


Loop



FANNY 28/01/2013 16:17



......la chair recouvre
les os et la
chair cherche
plus cher
que la chair.
« il n’y a aucun
salut :
nous sommes tous
soumis
à un destin singulier.......

Oh ! My Loop ! 22/02/2013 16:46



Destins singuliers


Chemins pluriels


Avenirs légers


Loop



Frieda 25/01/2013 19:18


Bonsoir Loop


Ces mots doux nous fait du bien


Bisous douceur


Frieda

Oh ! My Loop ! 26/01/2013 03:48



Surtout dans le froid de l'hiver !


Il vient de neiger un peu à nouveau...


Chic !


Loop



Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !