Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 10:24

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulipes-mots-doux-s.jpg

 

                                                                                         Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non que je veuille ôter la liberté
A qui est né pour être sur moi maître...
 
Non que je veuille abuser de fierté
Qui à lui humble et à tous devrais être...
 
Non que je veuille à dextre et à senestre
Le gouverner et faire à mon plaisir...
 
Mais je voudrais, pour nos deux coeurs repaistre,
Que son vouloir fût joint à mon désir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La seconde chambre est carrée.
 
Une seule fenêtre l'éclaire
où s'encadre toute la nature.
 
Au milieu,
un chevalet de bois porte une motte d'argile rouge
et, dans un coin,
sur une chaise courbe,
une fille nue se tait...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chanson la plus paisible

est la chanson des bergers...

 

La chanson la plus joyeuse
est la chanson des oiseaux...

 

La chanson la plus charmante
est la chanson des amours...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un baiser qui la fit rire,
d'un bon rire qui voulait bien...
 
Elle était fort déshabillée
et des grands arbres indiscrets
aux vitres jetaient leur feuillée
malinement, tout près, tout près...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le chemisier,

la femme a les seins libres.

Ce sont deux fruits mûrs,

des oranges amères.

Ce sont deux lanternes

qui rendent les nuits douces...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Perrette,

légère et court vêtue, allait à grand pas

ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

cotillon simple et souliers plats
 

Notre laitière, ainsi troussée

comptait déjà...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En éveillant ses charmes

cette belle lui fait savoir,

le teint baigné de larmes,

quel ennui la va consumant

d'être si loin de son amant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils entrent.

Un lieu habité par des demoiselles et des dames.

La vie y est plus grande et plus magnifique.
 

Les baisers plus fougueux...

Ma peau plus belle...

Mes lèvres plus douces...

Mon ventre plus affamé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le corps du silence est vivement agité,

comme une femme jouissant dans son sommeil,

ou lors d'une ardente étreinte amoureuse

ou comme le corps d'une jeune fille prise d'une fureur sacrée,

quand, sans motif et de façon inespérée,

une petite fille relève sa robe

et révèle à tous le tendre abricot de son publis,

dans toute sa grâce duveteuse et gonflée,

sans pudeur, sans honte...
 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 Je pense qu'une fois 

 on me fit blanche et belle

 et qu'on serra ma tête

 d'une tresse de fleurs,

 comme pour une fête,

 qu'une gaze tombait

 sur mes souliers plus beaux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbesse, je le sais,

on vante vos talents

et vous êtes, en tout, très savante...

 

Si vous me montrez, Madame,

le dur métier de baiser,

et que, grâce à vous je sache...

 

... par Dieu, qui m'a ainsi faite,

quand je baiserai, 

 je dirai le Pater Noster

et je prierai pour votre âme... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne l'éclat des joies et des chagrins,

des yeux qui regardent et voient,

qui embrassent et jouissent...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

Le fleuve à la renverse sous les saules

Entre ton corps et la colline.

L'innocence de la mémoire.

Je tenais l'essaim des chansons

Sur mon cœur, comme une pivoine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dame qui m'avez tant fait souffrir,

il y a bien longtemps, mon Dieu,

que je ne vous ai vue.


J'ai vécu déjà loin de vous, pourtant,

mais jamais je n'ai ainsi vécu l'ancien proverbe :

 

" Loin des yeux, loin du coeur... "   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous disais que la main

j’allais mettre sur votre sein...
 

Le voulez-vous permettre ?

Ne fuyez pas sans parler !

 

Je vois bien, à vos regards,

que vous le voulez bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous... prosternés

devant les boules du grand Khan

à cheval, en canot sur les Chinoises fines

tailles d'oiseau, toison de soie, roses tétines

la boussole volée, avons prise en partant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fragiles libellules bleues au sommet d'un jonc,

Un nénuphar bien ouvert et puis quelques grenouilles...

 

Pieds nus dans la rosée, une petite robe blanche...

Premiers soubresauts du désir, légère odeur de mouille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu vas nue,

constellée d'échardes

secrète, tiède et disponible,

attachée au sol indolent...

A te mordre,

les jours grandissent... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je parle de toi, 

de tes seins 

à l’avant-garde des prairies,

de l’eau claire,

de tes seins endormis

et des rives qu’elle noie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été, l’hiver, je t’ai vue,

Dans ma maison, je t’ai vue,

Entre mes bras, je t’ai vue,

Dans mes rêves, je t’ai vue,

Je ne te quitterai plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime chaque jour

sous le soleil et la chandelle...

 

Je t'aime de tout mon souffle, 

 de tous mes rires, 

 de toutes les larmes de ma vie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la nuit,

les amoureux s'embrassent,

les étoiles en sont jalouses...

 

Car, sous leurs cils,

naissent de petites étincelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une perle plus grosse que les autres,

argentine et allongée,

luisait entre ses deux seins,

comme un croisssant de lune

entre deux nuages ronds...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est supplique de tous les dons,

des connaissances, des souvenirs,

des baisers vécus et rêvés,

la jouissance qui nous a saisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes doigts possèdent le secret de t'éveiller,

de t'épanouir,

de te perdre, avant de t'endormir,

comme un enfant dans la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chute de reins,

Chute du rêve enfantin d'être sage...

 

 

Fesses, trône adoré de l'impudeur,

Fesses dont la blancheur divinise encor la rondeur...


Seins, double mont d'azur et de lait,

Aux deux cimes brunes,

Commandant quel vallon, quel bois sacré ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le champ, sous la brise du soir, frissonnait.

 

Notre égoïsme, dans sa cachette,

oubliait le préjudice,

sacrifiant le blé au confort de notre amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime de ta voix,

de tes yeux, de tes seins,

et de ma vie à toi,

toi dont les desseins sont d'aimer

celui qui t'aime tant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jambes nues très haut,

la grandeur folie des yeux,

au fond de la gorge,

ce peu de voix pour des bas noirs,

bon gré, mal gré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tâtonnant toujours de tout son corps

vers l'oubli de la brûlure profonde,

sa bouche trouva la bouche de l'Indien...

 

Et elle ne se souvint plus d'aucune douleur.

 

Il leur restait, avant minuit,

trente minutes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis elle évoque,

en des remords sans accalmies,

ces temps où rayonnait, pure,

la jeune gloire de ses amours chantées en vers

que la mémoire de l’âme

va redire aux vierges endormies...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aimons gaîment
Et franchement

 

Aimons bien fort
Jusqu'à la mort

 

Aimons drûment
Et verdement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La double pêche de tes seins

dans la coupe de la journée...

 

Voici que ton ventre se lève

entre les branches du figuier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'arbre en arbre, feuille à feuille,

 

Pierre à pierre, eaux et flammes...

 

Ma main la tienne accueille,

 

Ta main la mienne accueille...

 

 

...Je t'aime !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'extase langoureuse,

 

 C'est la fatigue amoureuse,

 

 C'est tous les frissons des bois,

 

 Parmi l'étreinte des brises,

 

C'est, vers les ramures grises,

 

 Le coeur des petites voix....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton amour m'a appris à être triste...

 

Il y a longtemps que j'avais besoin

d'une femme qui me rende triste

 

D'une femme dans les bras de laquelle je puisse pleurer

comme un passereau

 

D'une femme qui rassemble tous mes morceaux

comme les pièces d'un cristal brisé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 J'aimais m'approcher 

  doucement de votre visage,

 vous sentir respirer plus fort,

 voir, avec bonheur,

 vos lèvres s'entrouvrir,

 accueillir doucement, gémir,

 et puis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle portait une robe de foulard,

chiffonnée depuis qu’elle s’était assise.

 

Je ne pus m’empêcher d’imaginer les dessins

que le cannage imprime sur la peau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime pour toutes les femmes

que je n'ai pas connues,

 

Je t'aime pour tous les temps

où je n'ai pas vécu,

 

Pour l'odeur du grand large

et l'odeur du pain chaud...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les yeux des filles bienheureuses

qui s'avancent, 

 les seins touchant l'onde,

l'eau pure des ruisseaux

jusqu'à sentir dans leur corps et leur âme

sans conditions et sans limites

la montée acquise du plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mademoiselle mon coeur,

mise à nu dans la dentelle,

la bouche parfumée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame,

savez-vous que d'être sucé,

souvent, j'ai besoin...

 

Quelques secondes, quelques minutes,

mais souvent...

 

A l'ombre d'un pilier d'église oubliée

ou sous les couverts d'une chantante futaie...

 

Sous une porte cochère,

à l'heure où, sur les quais, on allume les réverbères,

ou bien, dans les brumes du petit matin,

derrière le lourd rideau dansant, riant,

d'un fiacre cahotant...

 

Selon votre bon plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

ton âme de la mienne,

que ce que tu rêves,

je le sais...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur des lits moelleux,

dans mes bras, tendrement,

tu faisais s'épanouir tous tes désirs...

 

Aux rites sacrés,

jamais nous ne manquions...

 

Nous n'étions absentes

ni pour le bosquet sacré,

ni pour la danse,

ni pour la musique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le désordre :

 

 

 

Pierre Louÿs

Andrèas Embirikos

Marie-Maure Dagoit

Marc-Antoine de St Amant

Jean de la Fontaine

Arthur Rimbaud

Elizabeth Browning

Paul Eluard

Nikos Kavvadias

Nizar Qabbani

Sapphô

Rûmî

Georges Bataille 

Andreas Embirikos

Pénélope Estrella-Paz

Raymond Radiguet

Fernando Esquio

Alfred Jarry

René Guy Cadou

André Verdet 

Gustave Kahn

Victor Hugo

Emily Swindale

Marceline Desbordes-Valmore 

Ronsard 

Boris Vian

Hélène Cadou

Pierre Louÿs

       Tüzes Balint

Maram al-Masri

Alfonso Eanes de Coton

René Char

Maxime Ollivier

Tahar Ben Jelloun

Paul Verlaine

Louis Scutenaire

      Edmond Jabès

Pernette du Guillet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre...                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

Une précision importante :    Hop !                    

 

 

 

 

 

 

Les mots doux, tome 1 :    Clic !    

 

 

 

Les mots doux, tome 3 :     Hop !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop ! - dans Créatrices - Créateurs
commenter cet article

commentaires

covix 05/03/2016 12:30

Au boulevard des délices.
Bonne fin de semaine
@mitié

covix 14/11/2014 12:55


la douceur de l'âme illumine les jours brumeux d'automne.


Bonne journée


@mitié

Éric G. Delfosse 07/07/2014 07:45


C'est beau...


On dirait du Loop !

Oh ! My Loop ! 07/07/2014 09:26



Eric,


ce sont des choses que je découvre au fil des jours


que j'aime et que j'ai envie de partager...


Bonne journée !


Loop 

Ma dernière découverte :


la poétesse syrienne Maram al-Masri 

( sur ma page fb ) 



noelle 29/05/2014 13:42


Et rien de Loop ni d'Emily ? bises Loop , bises à tous et toutes, petit bonheur de se perdre dans ces mots doux....


 


 


 


 

Oh ! My Loop ! 29/05/2014 14:08



Hum...

Je vais y penser,

Noëlle...

Douceurs pour ta soirée...


Loop 



noelle 16/05/2014 19:38


Venue relire les mots doux....


Une bise

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !