Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 18:58

 

 

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

              et

 

    Pablo Neruda

 

( Oeuvres croisées )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E S P E D I D A

 

 

 

 

 

 

                              V A L P A R A I S O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

                                                                                           

                                                                                                                                       Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Los oros se me fueron
 
detras de una morena que paso...
 
 
Era de nacar negro, era de uvas moradas
 
y me azoto la sangre con su cola de fuego.
 
 
Detras de todas
 
me voy...
 
 
 
 
 
 
Mes yeux s'en sont allés
 
derrière une brunette qui passait.
 
 
Elle était de nacre noire, ellle était de raisin violet,
 
de sa traîne de feu, elle a fouetté mon sang.
 
 
Après toutes les filles,
 
je vais toujours ainsi...
 
 
 
 
 
 
        Pablo Neruda.
 
" Les vers du capitaine "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Niña morena y ágil...

 

 

 

 

Elle était née un soir d'avril

dans la poussière ocre d’un village oublié et perdu,
quelque part au sud du Nouveau Mexique.

 

 

Longtemps, enfant, petite brunette un peu sauvage,
regard de braise et nattes sautillantes,
elle avait été bercée par les poèmes d'Antonio Machado,

 

 

les vers si lumineux de Federico Garcia Lorca,
le trop langoureux Concerto d'Aranjuez,
mais aussi et surtout l'Amour Sorcier de Manuel de Falla...

 

 

Ah... Manuel de Falla...

 

 

De Santa Fe, elle en avait souvent rêvé,
tout comme d'une bonne petite fessée,
un matin, dans l'herbe rase et dans la fraîche rosée...

 

 

 

 

 

  Sylvano Ruiz Soledad


" Despedida Valparaiso "


                1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tus rodillas, tus senos, tu cintura
 

faltan en mi como en el hueco
 

de na tierra sedienta...

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...


 

 

" Los versos del capitan "


Pablo Neruda        

 

1952              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           La Bodeguita del Medio.

 

 

 

 

 

Son père disait qu’il avait connu Castro,

Allende, Hemingway et Neruda.

Excusez du peu...

 

 

La nuit, il conduisait un vieux taxi mauve assez rutilant,

mais complètement cabossé et déglingué

dans les quartiers un peu troubles de La Havane.

 

 

Dans une boîte à gants qui n’avait, semble-t-il, jamais fermé,

il y avait, toujours à portée de main, une fiole de mojito crasseuse.

 

 

L’autoradio, antédiluvien, couleur poussière,

crachotait du crépuscule ocre aux aurores roses

des rengaines fatiguées et souvent très fatigantes.

 

 

Buena vista social club.

Bongos, congas, guiros et maracas...

Bonjour la compagnie...

 

 

Quand j’ai connu Dolorès,

elle était serveuse, le soir, à la Bodiguita del Medio,

dans le quartier de l’Empedrado,

à deux pas titubants du port.

 

 

Si ma mémoire est bonne,

elle portait toujours une petite jupe noire

qui faisait très classe,

très classe et très courte.

 

 

Un tissu bien doux, ma foi, bien doux,

un peu comme, le velours,

le velours d'une robe de maman,

très longue, très sombre, avec des reflets grenat.

 

 

C'était au temps jadis, quand j'étais niño pequeño,

mais je m'en souviens comme si c'était hier...

 

 

Madre de Dios !

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès, de temps à autre,

pour rallumer, avec une nonchalance calculée, mon petit Bolivar,

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

Un parfum de brune agacée et d’amandiers blessés,

si vous voyez ce que je veux dire...

 

 

Dolorès était brune dessus et brune dessous,

comme toutes les filles d’ici, d’ailleurs…

 

 

Très vite, je m’étais aperçu qu’elle ne portait jamais de culotte.

 

 

Avec la chaleur moite et poisseuse qu’il faisait ici,

dès la fin de la matinée, ça se comprenait, c’est sûr…

 

 

Et quand, par distraction,

il m’arrivait quelquefois, d’un petit doigt innocent,

de lui effleurer à peine son petit trou du cul,

elle faisait toujours mine de faire les gros yeux.

 

 

C’était très touchant,

ça donnait presque envie de faire la révolution

sur le champ...

 

 

A deux rues bringuebalantes de là,

le sinistre autoradio d’Ernesto n’en finissait pas de nous saouler

avec ses sales rengaines piteuses et calamiteuses…

 

 

L’air était immobile, comme les souvenirs,

et la nuit n’en finissait pas…

 

 

 

 

    Sylvano Ruiz Soledad

 

  " Despedida Valparaíso "

 

                 1961

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Me inclino sobre el fuego de tu cuerpo nocturno

 
y no sólo tus senos amo sino el otoño 


que esparce por la niebla su sangre ultramarina.

 

 

 

 

Je m'incline sur le feu de ton corps nocturne.
 

Il n'est pas que tes seins que j'aime,
 

Mais l'automne et ce sang d'outremer
 

Qu'il épand dans la brume...
 

 

" Cent poèmes d'amour "

Pablo Neruda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ojos cerrados…

 

 

 

 

Emiliana avait baissé la lumière.
Elle s'était laissé glisser dans le grand fauteuil.
Elle avait fermé les yeux.

 

Elle pensait soudain à sa toute première fois…
Une à une, toutes les images lui revenaient doucement...
Les sons, les couleurs, les murmures...

 

Les couleurs, les parfums, les murmures...
Comme si c'était hier...
Elle se mit bientôt à couler...

 

 

 

 

 

           Sylvano Ruiz Soledad   


             " Despedida Valparaíso "

 

                                1961                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article

commentaires

cauvin 05/01/2017 15:59

Bonjour,
Mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année avec tout le bonheur de ces poèmes.
Bonne journée
@mitié

Loop 06/01/2017 11:07

Grand merci à toi...
Que cette année nouvelle te soit douce et lumineuse...

noelle 06/09/2015 23:12

Un très joli billet que je viendrais relire !
Des poètes que j'aime !
Bisous Loop

Oh ! My Loop ! 07/09/2015 10:13

Que ta journée soit douce, Noëlle...

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !