Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 04:11

 

Loop aime la poésie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X

 

 

 

 

 

 

 

L E S    M O T S    D O U X

 

 

 

 

 

 

 

Tome 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                         

                                                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si mes mains sont lascives, enfiévrées,

Elles vont s'égarer, s'apaiser

Au creux fidèle des corsages défaits... "

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle se lava encore le dessous des seins,
 

le sillon secret qui s'ouvrait entre ses cuisses,
 

le creux du nombril, puis, sortant de l'eau,
 

elle courut s'asseoir, trempée et nue, 
 

dans le giron du portefaix...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alidor cherche à son réveil
L'ombre d'Iris qu'il a baisée

 

 

Et

pleure, en son âme abusée,
La fuite d'un si doux sommeil...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour atteindre celle qui court lentement
qui avance et recule

 

impétueuse et prudente
brûlante et glaciale
ardente et fraîche
mouillée et sèche
douce et amère


tu jailliras,

liquide blanc
odeur d'océan et d'écume
dévorant la langue et ce qui reste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ! Dans cette minute où je ne vieillis pas,

comment penser à autre chose qu'à toi ?

 

à tes seins de colombe,

à ta bouche,

à tes mains,

à ta beauté bien faite,

à tes longues jambes qui m'emportent,

à tes caresses qui fleurissent chaque soir comme un lilas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La très chère aux yeux clairs
apparaît sous la lune,
sous la lune éphémère
et mère des beaux rêves...
 
La lumière, bleuie par les brumes,
cendrait d'une poussière aérienne 
son front fleuri d'étoiles 
et sa légère chevelure flottait dans l'air
derrière ses pas légers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes genoux, tes seins et tes hanches
 

me manquent comme au creux
 

d'une terre assoiffée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'une avait quinze ans, l'autre en avait seize ; 
Toutes deux dormaient dans la même chambre. 
 
C'était par un soir très lourd de septembre 
Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise.
 
Chacune a quitté, pour se mettre à l'aise, 
La fine chemise au frais parfum d'ambre. 
 
La plus jeune étend les bras, et se cambre, 
Et sa soeur, les mains sur ses seins, la baise,
Puis tombe à genoux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent entre dans son corsage, comme chez lui,
il lui coule entre les seins,
il lui descend sur le ventre comme une main,
 
il lui coule entre les cuisses,
il lui baigne toutes les cuisses,
il la rafraîchit comme un bain,
 
elle a les reins et les hanches mouillés de vent,
elle le sent sur elle, frais,
mais tiède aussi,
 
et comme plein de fleurs
et tout en chatouilles,
comme si on la fouettait avec des poignées de foin...
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il patauge dans les flaques d'eau,
 
il maraude dans les vergers,
 
et, sachant bien qu'elles n'aiment pas ça,
 
alors que tout le monde trouve ça drôle,
 
il court derrière les filles
 
qui vont en bandes sur les routes
 
avec des cruches sur la tête
 
et il soulève leurs jupons...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher avec elle
Pour le sommeil côte à côte
Pour les rêves parallèles
Pour la double respiration...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'aurore partagée
Pour le minuit identique
Pour les mêmes fantômes...
 
 
Coucher avec elle
Pour l'amour absolu
Pour le vice pour le vice
Pour les baisers de toute espèce...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon très cher petit Lou, je t'aime

Ma chère petite étoile palpitante, je t'aime

 

Corps délicieusement élastique, je t'aime

Vulve qui serre comme un casse-noisette, je t'aime

 

Sein gauche si rose et si insolent, je t'aime

Sein droit, si tendrement rosé, je t'aime..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle n'a rien sur elle,.

Rien dans tous les sens du terme,

ça me fait chaud derrière les oreilles

et ça m'encourage à des expériences...

 

Ma main gauche remonte le long de ses jambes,

et, au-delà de son bas, je sens sa peu tiède et douce

et, instinctivement,

je recherche l'endroit où c'est le plus tiède et le plus doux... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon hommage, ah, parbleu ! Tu l'as !

 

Tous les soirs, quelle joie et soulas,

 

Ô ma très sortable châtaine,

 

Quand, vers mon lit, tu viens, les seins

 

Roides, et quelque peu hautaine,

 

Sûre de mes humbles desseins...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le précipice où mon arbre a grandi.

 

Il y a là un amphithéâtre de jeunes filles roses et blanches.
 

Je me suis couché au bord et j'ai lu des livres.
 

Mes jeunes pensées étaient en robe de dimanche.
 

Elles avaient des fleurs dans leurs cheveux lisses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand elle se penchait, Dolorès,

 

de temps à autre,

 

pour rallumer, avec une nonchalance calculée,

 

mon petit Bolivar,

 

j’adorais respirer, sentir, humer, je l’avoue,

 

son doux parfum d’épices et d’agrumes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et ce fut adorable
 

quand la fille aux tétons énormes,
 

aux yeux vifs, rieuse,
 

m'apporta des tartines de beurre,
 

du jambon tiède, dans un plat colorié...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                 A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les auteurs 

 

dans le désordre :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud

 

Guillaume Apollinaire

 

Sylvano Ruiz Soledad

 

Boris Vian

 

René Guy Cadou

 

Max Jacob

 

Maram al-Masri

 

Rémy de Gourmont

 

Fernando Pessoa

 

Théophile de Viau

 

Jean Giono

 

Robert Desnos

 

Ach. G. Dallay

 

Les Mille et Une Nuits

 

Pablo Neruda

 

Vernon Sullivan

 

Paul Verlaine ( 2 )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le Tome 1 :     Clic !

 

 

 

 

Vers le Tome 2 :     Zip !

 

 

 

 

Une petite précision importante :    Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pénélope Estrella-Paz... Oh ! My Loop !
commenter cet article

commentaires

covix 30/04/2016 22:54

Bonsoir, Tout le parfum, l'érotisme, la douceur des pétales de la rose, de l'amour dans ses vers.
Bonne soirée
Bon 1 er mai
@mitié

suzâme 03/03/2016 18:23

Une lecture délicieuse, parfumée, ensorcelante...

covix 14/12/2015 14:53

Bonjour Peneloop;
comment dire, j'aime le bleu, et cette évocation aa quelque chose de… je m'égare.
Bonne journée
@mitié

Jonas D. 01/12/2015 11:49

Ce désordre est une volupté dans laquelle je me noie. Jonas

Oh ! My Loop ! 02/12/2015 20:21

Et le reste est littérature...

audeterrienne 28/11/2015 09:02

Ben dis donc, les sens sont en émoi ici ! ;-))

Oh ! My Loop ! 02/12/2015 20:22

Oui...
Impérieuse nécessité par es temps qui courent et qui galopent...
Bonne soirée...

Pénélope Estrella-Paz



A l'Orée
         des peut-être...



On m'a dit
   que tout était possible...

       Dois-je le croire ?

 


                    Loop
                  

 

L'aimé des dieux !

 

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic !

 

 

Le livre préféré

de Boris Vian !

 

 


Magic potion !!!


   Maman
     ne veut pas
       que j'écoute
         ça...

 

 

     Dido

Life for rent

 

 

Qui, moi ?

 

Loop
 
 ( l'héroïne )
 
 
 
image-facebook-s.jpg
 
Pénélope Estrella-Paz
 
( l'auteure )
 
 
 
 
 
Sur facebook :
 
 
 

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !