Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

En français et ef fârsi 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  A    L A    P L U I E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 زیر باران

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration Tim A la pluie s

 

 

 

Illustration

 

Tim Thackeray

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 A la pluie...

 

 

 

 

 

 

Un oiseau de désir

 

venait soudain de caresser

 

le ciel d'azur...

 

 

 

Sans même s'en rendre compte,

 

elle avait légèrement écarté ses cuisses...

 

 

 

C'était ce matin, très tôt,

 

et sa main en avait presque frémi...

 

 

 

Nul nuage à l'horizon,

 

mais le temps était, semblait-t-il,

 

ce matin, pourtant, à la pluie...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

زیر باران

 

 

 

 

 

ناگهان پرنده تمنا، آسمان لاجوردی را نوازش می کند

 

 

با پاهایی اندکی از هم گشوده، بی آنکه حتی متوجه باشد...

 

 

صبح خیلی زود بود، دستش اندکی لرزان

 

 

هیچ ابری در افق نبود، ولی هوا هوای باران به نظر می رسید....

 

 

 

 

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Beh Noush

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le graphiste britannique Tim Thackeray

      a réalisé cette oeuvre originale

            il y a quelques jours

           pour illustrer ce texte.

 

              Grand merci, Tim !

 

                   Son site :  


                  Clic !

 

 

 

 

 

 

 



 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Ecrire ! - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L E S    H I S T O I R E S    D E    L O O P 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E N    F Â R S I

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 داستان های لوپ به زبان پارسی

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

shah_mosquee_ispahan-s.jpg

 

                                                                                                            Image internet

 

 

La mosquée du Shah

Ispahan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Textes de

 

Pénélope Estrella-Paz

 

très aimablement traduits

 

en fârsi

 

par mes amis iraniens et iraniennes.

 

 

Grand merci !

 

 

 

Cunault-v-v.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A la pluie...


 

 زیر باران


 

Clic !

 

 

 

Grâce à Beh Noush

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je marchais dans la rue...

 

J'ai rencontré Dieu.

 

Il ne m'a pas reconnue.

 

 

 

 

 

در خیابان راه می‌رفتم

 

به خدا برخوردم

 

مرا نشناخت

 

 

پنه‌لوپ‌ استره‌له‌پز

 

 

 

 

 

      Traduction Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 پچ پچ مبهمی زیر برف

 

 

 

      Léger murmure sous la neige...

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheveux au vent



گیسوان در باد

 


 

grâce à Zahra Reasei

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les encres bleues d'Ispahan


 

 جوهرهای آبی اصفهان

 


 

grâce à Mahsa Gaemi

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les jardins d'Avicenne

 

 

grâce à Zahra Rezaei

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Maman, Maman !

 

Il y a un gros monsieur tout rouge

 

assis sur une sorte de traîneau

 

qui veut absolument me donner une DS 3D !!!

 

 

 

Résiste, mon chéri, résiste !

 

 

 

 

 

 

 

مامان ! مامان !

 

یه آقای چاق سرتاپا قرمز، نشسته توی یه جور سورتمه و

 

اصرار داره یه «نینتندوی د - اس» سه بعدی بهم بده

 

 

- مقاومت کن عزیزم! مقاومت کن!

 

 

پنه‌لُپ استرِه‌له‌پَز

 


 

 

Traduction Sara Irani


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'en souviens,

 

quelquefois il disait :

 

 

" J'aimais votre voix de petite fille

 

quand vous couliez

 

de désir...

 

 

Ce n'était plus vous,

 

   c'était vraiment vous..."

 

 

 

 

 

 

 

به یاد می آورم

 

گاه که می گفت:

 

صدایت را دوست می داشتم

 

دخترکی که غرق در آرزو بودی

 

این دیگر تو نبودی

 

به راستی تو بودی.

 

 

پِنه لوپه استرلاپَز

 

 

 

Traduction Mihan Tari


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le parapluie..

 

 

En persan,


grâce à Asal Em

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fille de l'Egée.

 

Crépuscule,

elle survole les Météores.

 

Aurore,

elle effleure les violons de Chagall...

 

 

 

 

 

دخترِ اِژه

 

گرگ و میش ِ غروب

 

او برفرازِ‌ سنگ‌های آسمانی پرواز می‌کند

 

سپیده

 

سرانگشتانش را به ویلون‌های شاگال نزدیک می‌کند

 

پنه‌لوپ استره‌له‌پز

 

 

 

 

En persan,


grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On m'a dit que tout était possible...

 

Dois-je le croire ?

 

 

 

 

 

 

...بهم میگن هر چیزی ممکنه

 

باید آیا باور کنم ؟

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Mohamad Ezatpour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jus de mandarine

 

Mes lèvres sont mouillées

 

Rêve bleu marine

 

La pluie dans le jardin, flic floc sur la jetée...

 

 

 

 

 

آبِ نارنگی و

 

لب های خیسِ من

 

رویای سرمه ای

 

باران در باغ و

 

چکاچک روی اسکله

 

 

 

 En persan,


grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le temps de l'attente

 

La libellule se fait belle

 

Un nuage repasse sa chemise

 

Une petite laine, une petite brise

 

J'ai croisé une hirondelle

 

C'est le temps de l'attente...

 

 

 

 

 

فصل انتظار است

 

چه زیبا شده سنجاقک!

 

ابری بلوزش را اتو می‌کِشد

 

تکه پشمی در آسمان، نسیمی ملایم

 

به پرستویی برخوردم

 

فصلِ انتظار است...

 

پنه‌لوپه استرَلاپاز

 

 

 

 

 En persan,


grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Balcons de la mémoire

 

Deux colombes se posent

 

La lune se balance...

 

 

 

 

 

 

بر بالکن‌های خاطره

 

دو ستون نهاده‌اند

 

ماه بر آن‌ها تاب می‌خورَد

 

 

 

 

 En persan,


grâce à Sara Irani

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je l'aime...

 

 

...من او را دوست دارم

 

 

 

 

 

En fârsi

 

grâce à Masoud Sanjarani



 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Je pense à Marie...

 

 

En fârsi

 

grâce à Zahra Rezaei

 

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La coulée douce

 

 

 En fârsi

 

grâce à Mihan Tari

 

 

Clic !

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une musique envoyée par Mohamad

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier tome,

      c'est par ici :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Babel - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 18:32

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J A S M I N E    S H A R Z A D

 

 

 

 

 

 

 

 

S U R 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' O R E E    D E S    P E U T - Ê T R E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ِیاسمن شهرزاد بر لبه ی شایدها

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine-Sharzad-miniature-s.jpg

 

                                                          Image internet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma douce étoile :     Hop !

 

 

 

 

Parfums d'ambre :        Zoom !

 

 

 

 

Caravansérail :     Clic !

 

 

 

 

Dans les jardins d'Avicenne :     Hop !

 

 

 

 

Une petite poignée d'amandes :     Chic !

 

 

 

 

Mon coeur à la fête :     Zoom !   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Poesie-persane-s

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

est née à

 

Shiraz.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et la Poésie persane :

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 


 

 

Omar Khayam :

 

 

Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forugh Farrokhzad :

 

 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rûmi :    Chic !

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Ecrire ! - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 00:03

 

 

 

Jasmine Sharzad


 

En français, en persan, en anglais et en arabe...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M O N    C O E U R

 

 

 

 

 

 

 

       A    L A    F E T E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 قلبم در سرور

 

 

 

 

 

 

 

 

      My heart at the feast

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 قلبيى فرحان

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mosquee-kermanshah-s.jpg

 

                                                                           Mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Mon coeur à la fête...

 

 

 

 

 

 

C'est le temps béni du recueillement,

 

Le doux temps du jeûne et des prières quotidiennes,

 

Des pensées pures et de l'adoration divine...

 

 

 

Mon cœur est à la fête pour honorer le Prophète,

 

Mais, hélas, en silence, je soupire...

 

 

 

Je pense à lui, il pense à moi...

 

Mais pas de divines caresses avant longtemps...

 

 

 

 

 

 

 

                Jasmine Sharzad

 

 

       Anthologie de la poésie persane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En persan

 

 


 

 

 

قلبم در سرور

 

 

 

 

 

لحظه ی مبارک تعمق است

 

لحظه ی شیرین روزه و نمازهای روزانه

 

خلوص نیت و ستایش پروردگار...

 

روح من در سرور ستایش پیامبر است

 

اما، افسوس، از درون آه می کشم

 

من به او فکر می کنم، او به من...

 

اما دیرگاهی از نوازش های دلپذیر دور خواهیم ماند...

 

 

ژاسمین الهام شهرزاد

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

My heart at the feast...

 

 

 

 

This is the blessed time of contemplation

 

Sweet time of fasting and daily prayers,

 

Pure thoughts and the divine worship ...

 

 

My soul is in the feast to honor the Prophet,

 

but, alas, in secret, my heart sighs...

 

 

I think of him, he thinks of me...

 

but not divine caresses before long.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En arabe :

 

 

 

 

قلبيى فرحان

 

 

 

انه الزمن المبارك برمضان

 

الصيام النقى والصلوات الدائمة

 

افكار الصفاء والعبادة الالهية

 

 

روحى فى عرس مناجاتها للرسول

 

ولكن قلبى فى الخفاء يتنهد

 

افكر فيه يفكر في

 

 

ولكن ليس من مداعبات ساحرة قبل فترة طويلة ...

 

 

 

ياسمين الهام شهرزاد

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         " Caravansérail "

 

      de Jasmine Sharzad

 

 

              Clic !

 

 

 

 

 

 

 Loop et la Poésie persane : 

 

 

              Zoom !


 

 

 

 

 

L'image : Une mosquée à Kermânshâh

 

 

 

 

 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Babel - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 19 juillet 2014 6 19 /07 /Juil /2014 00:58

 

 

Jasmine Sharzhad    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

U N E    P E T I T E    P O I G N E E

 

 

 

 

 

 

 

 

D' A M A N D E S

 

 

 

 

 

 

 

 

 مشت کوچک بادام

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

malek-miroir-laque-s.jpg

 

                                                                            Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis,

 

 à l'angle de l'Avenue du Dr Fâtemi...

 

 

 

 

 

Mais je n'en suis plus trop sûre..

 

 

 

La journée avait été chaude,

 

le quartier était presque désert,

 

à cette heure égarée,

 

presque volée...

 

 

 

Le dernier bus vieux jaune

 

venait de s'éloigner,

 

en cahotant, sans un klaxon...

 

 

 

Elle avait maintenant le soleil

 

en plein dans les yeux...

 

 

 

Contre son dos frémissant,

 

un mur de briques rouges,

 

usé, très doux, presque brûlant...

 

 

Presque aveuglée.

 

 

 

Il s'est approchée d'elle

 

doucement...

 

 

 

Jusqu'à ce que ses épaules touchent ses épaules.

 

Et puis son ventre aussi,

 

je crois...

 

 

 

Délicatement.

 

 

 

Des parfums d'ailleurs,

 

des fleurs d'orangers,

 

le pays des citronniers de son enfance...

 

 

 

Shiraz.

 

 

 

Elle a fermé les yeux,

 

vous comprenez,

 

le soleil l'aveuglait...

 

 

 

La brique était encore chaude.

 

 

 

Elle serrait sans sa main, nerveusement,

 

une petite poignée d'amandes

 

de Jarhom...

 

 

 

Son ventre frémissait déjà.

 

Elle n'y pouvait rien.


 

 

Conquêtes mongholes et déroutes afghanes...


 

 

Sa main vint délicatement se poser

 

sur sa hanche bleue, à elle,

 

comme un oiseau,

 

  très purdans l'azur...

 

 

 

Fleurs de pavot dans l'éther...

 

 

 

Ses doigts si légers, à lui,

 

vinrent bientôt dessiner

 

de folles arabesques sur l'étoffe pâle

 

de ce coton, 

 

pâli à force d'hésitations...

 

 

 

 

Soudain,

 

bien malgré elle,

 

elle a senti son foulard frémir...


 

Mais il tint bon.

 

  L'honneur serait sauf...

 

 

 

Souvenirs évanescents de Shiraz,

 

peut-être le Palais Qâvam,

 

une nuit d'avril...

 

 

 

Plus rien n'avait d'importance,

 

semblait-t-il, désormais....

 

 

 

Son dos bien calé

 

contre le mur encore chaud...

 

 

 

Les briques rouges usées, 

 

  si usées, si rassurantes...

 

 

 

 

A cet instant précieux,

 

sa main était déjà partie en voyage.

 

 

 

Résolument.

 

 

 

Vers des contrées plus soyeuses,

 

plus rieuses, plus sauvages,

 

davantage vers le sud...

 

 

 

Des contrées de soie et d'agrumes,

 

des contrées un peu oubliées,

 

comme, jadis,

 

certaines oasis incertaines,

 

ou bien interdites...

 

 

 

Une itinérance quasi vagabonde,

 

 audacieuse,

 

et qui dura longtemps,

 

semble-t-il...

 

 

 

 

C'est du moins ce que murmurèrent,

 

secrètement,

 

les premières étoiles...

 

 

 

 

Le vieux bus n'était plus qu'un souvenir.

 

 

 

La journée avait été très chaude

 

pour la saison...

 

 

 

Sa main bénie erra longtemps

 

dans le silence des rues

 

maintenant complètement désertées...

 

 

 

Les prunelles étonnées d'un très beau chat,

 

 furtif, sur un toit, tout proche...


 

Son regard persan,

 

  énigmatique...

 

 

 

 

Froissée,

 

l'étoffe de coton pâle

 

n'en finissait pas d'obéir,

 

sans broncher,

 

comme les herbes folles au courant,

 

sur les rivages mouillés,

 

  à l'orée de Tabriz...

 

 

 

Le pays secret de son ventre,

 

sa main douce, l'étoffe intimidée,

 

le silence des rues, sa respiration plus forte,

 

et puis,

 

il fallait s'y attendre,

 

un murmure assoiffé, jusqu'à un cri.

 

 

 

Un cri silencieux.


 

Le plus silencieux des cris de la terre.

 

 

 

Petites amandes,

 

tombées, un soir, de sa main,

 

une à une, sur le trottoir,

 

 dans la poussière rouge et dans le noir...

 

 

 

Sa jambe fine.


 

 

Petites perles de rosée

 

  sur les rives de

 

  l'éternité...

 

 

 

 

Les étoiles,

 

complices,

 

Andromède et la Pléïade,

 

 à trois cents années-lumière...


 

 

***

 

 

 

C'était, je crois,

 

 tout près du Parc Lâleh,

 

 non loin du Musée du Tapis...

 

 

 

 

 Dans ma mémoire,

 

une fraction de seconde...

 


 

 

Mais parfois, c'est vrai,

 

 mes souvenirs m'égarent...

 

 

 

 

 

 

 

Jasmine Sharzad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'image :   Miroir laqué    Clic !

               Musée Malek

                 Téhéran

 

                 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Tranches de ma vie - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 18 juillet 2014 5 18 /07 /Juil /2014 14:38

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F E M M E    D U N E

 

 

 

 

 

 

 

      زن کویر

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

femme-dune-s.jpg

 

                                                                                                        Août 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femme dune

 

Femme oasis

 

   Femme fontaine...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

زن کویر

 

زن شنزار

 

زن حوضی

 

 

 

 

 

 

 

En fârsi


grâce à Beh Noush

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Babel - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 16 juillet 2014 3 16 /07 /Juil /2014 21:40

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L A    C H A N S O N    D E    L' E T E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chanson-ete-s.jpg

 

                                                                                             Juillet 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fauvettes et puis trois hirondelles,

 

Sur la balançoire, son petit chemisier de dentelle...

 

 

 

Jupons au vent, léger parfum de pimprenelle,

 

Cheveux en bataille, les ombres de la citadelle...

 

 

 

Ce soir,

 

tout doux, tout bas, fredonne la pucelle.

 


 

Demain,

 

qui sait, des amants en ribambelle...

 

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Ecrire ! - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 16 juillet 2014 3 16 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H E L E N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Helene-et-Rene-Guy-Cadou-s.jpg

 

 

      Hélène et René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne voit pas

L’herbe grandir

 

La terre

Tourner

 

On ne voit Dieu

Dans son ciel

Et pourtant

La terre tourne

 

L’amour s’épanouit

Et Dieu existe

Dans le regard de l’homme

 

Plus vrai

Que le temps qui nous ronge.

 

 

 

Hélène Cadou 


1991

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte-d-identite-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Profession :

 

Poète et instituteur

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Hélène

 


Je t'atteindrai Hélène

À travers les prairies

À travers les matins de gel et de lumière

Sous la peau des vergers

Dans la cage de pierre

Où ton épaule fait son nid

 

Tu es de tous les jours

L'inquiète la dormante

Sur mes yeux

Tes deux mains sont des errantes

À ce front transparent

On reconnaît l'été

Et lorsqu'il me suffit de savoir ton passé

Les herbes les gibiers les fleuves me répondent

 

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille en tombant

Me rappelait ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

Et tu étais l'auberge

Aux portes des villages.

 


 

René Guy Cadou

  La vie rêvée

       1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Une courte biographie :

 

             Hop !

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Môrice Bénin

 

      chante un texte de

        René Guy Cadou


             " Hélène "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-bernerie.jpg

 

 

 

 

René photographie Hélène

 

à la Bernerie en Retz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène Cadou

 

poète et femme de René Guy Cadou

 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mariage-clermont-s.jpg

 

 

 

 

 

Le repas de mariage

 

à Clermont sur Loire

 

le 23 avril 1946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


        C'était lui...

 

 

 

 

C’était lui dans le vent glacé

 

Je vous dis qu’il vient de passer

 

C’est encore elle qui l’entraîne

 

Il faut me laisser m’en aller

 

 

 

Je ne vais pas me faire belle

 

Il ne se retournera pas

 

Elle a la douceur de la neige

 

Et sait mieux lui parler que moi

 

 

 

Mais laissez laissez-moi aller

 

Il est là de l’autre coté

 

Peut-être qu’il aurait bien froid

 

Dans une éternité sans moi !

 

 

 

 

           Hélène Cadou

 

        Le bonheur du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre-clisson-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Première rencontre à Clisson

 

le 17 juin 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te retourne pas

 

Le souvenir est devant toi

 

Car ce printemps est advenu

 

Comme d'une étoile écorchée

 

Dans la grande allée du royaume

 

À jamais perdu retrouvé

 

Douceur des larmes dans la chair

 

Enfance aiguë

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-rene-Germigny-des-pres-1948-s.jpg

 

 

 

Hélène et René

 

à Germigny les Prés

 

en 1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir

 

La nuit est bleue

 

Avec un parfum de girofle

 

Sous la pierre lente et chaude

 

Tu vas et viens

 

De ton cœur

 

Au jardin

 

Et le pouls des planètes

 

Pourrait cesser de battre

 

Sans que la peur

 

Ne soit nommée

 

Dans la douceur des choses.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


helene-rene-a-Louisfert-s.jpg

 

 


A Louisfert,

 

près de Châteaubriant

 

en Loire-Atlantique.

 

 

 



René Guy Cadou

 

y était instituteur

 

pendant la dernière partie de sa vie. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi

Dans une tour de soleil

 

Toi

Dans la terre

Avec mes ongles retournés

 

Toi

N'en déplaise aux loups

Qui cernent mon sommeil

 

Toi

Dans la mer

À la pelure fraîche lavée

Avec les mille doigts du bonheur

Avec le fuseau des heures enlacées

Avec les continents en dérive

 

Toi

Dans la chambre où je veille

Épaule contre ma joue

Fougère qui parle dans les vitres

Arbre du sang qui me dessine

 

Toi

À plein cœur à pleine voix

 

Toi

Dans les souvenirs à venir

Pour l'enfant que nous n'avons pas.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

musee-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A Louisfert

 

la salle de classe de René

 

est devenue musée.

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

Les photos publiées ici

 

proviennent de cette exposition.

 

 

Grand merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plumes-rene-guy-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 Les outils

 

 du maître d'école et du poète...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la place du ciel, je mettrai son visage.


Les oiseaux ne seront même pas étonnés...

 

Et, le jour se levant,

très haut dans ses prunelles,

on dira :

 

Le printemps est plus tôt cette année...

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les fruits merveilleux tintent sur son épaule.

Son sang est sur ma bouche une flûte enchantée.

Je lui donne le nom de ma première enfance,

de la première fleur et du premier été...

 

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu es dans un jardin et tu es sur mes lèvres.


Je ne sais quel oiseau t'imitera jamais.


Ce soir, je te confie mes mains

pour que tu dises à Dieu de s'en servir

pour des besognes bleues,

car tu es écoutée de l'ange...


Tes paroles ruissellent dans le vent

comme un bouquet de blé

 

Et les enfants du ciel, revenus de l'école

t'appréhendent avec des mines extasiées...


 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les itinérances de René Guy Cadou

 

en Loire Inférieure

 

( aujourd'hui Loire Atlantique )

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin

 

chante en public

 

" Hélène "

 

à Nantes

en mars 2014

dans le cadre du colloque


" René Guy et Hélène Cadou, poésie et éternité "


organisé par les Cahiers des Poètes de l'École de Rochefort-sur-Loire

et l'Université Permanente de Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Editions du Petit Véhicule

 

ont réalisé 3 CD

 

où Môrice Bénin chante Cadou

 

ainsi que de nombreux ouvrages autour 

 

du poète de l'Ecole de Rochefort


 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cahiers cadou s

 

 

 

      Editions du Petit Véhicule

 

2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

      Dans l'émission Ça rime à quoi ?

 

Luc Vidal évoque Cadou

 

 sur France Culture :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

  Cadou Poésie :


 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Loop et les Chics poètes de la Loire :


 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadou sur l'Orée :

 

Vers le Tome 1

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Créatrices / Créateurs - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 15 juillet 2014 2 15 /07 /Juil /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F E M M E S

 

 

 

 

 

 

 

 

      D U    M O N D E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      E l o g e   d e   l a   f é m i n i t é . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Erzso-Em-s.jpg

 

 

   Erzo Em

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna sépia s

 


 

 

Anna Marousi

       

Marousi, Grèce

 

 Stockolm, Suède

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  alejandra-chien-s.jpg

 

 

 

      Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  lamita-sepia-s.jpg

 

 

 

 

Lamita Mehreb



Beyrouth


Liban 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Alejandra-rousse-2-s.jpg

 

 

 

 

    Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  kelly-mac-profil-nb-s.jpg

 

 

 

 

Kelly Mac

 

Oran

 

Algérie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Shabnam-1-s-copie-1.jpg

 

 

 

Shabnam

 

Shiraz

 

Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ka-Chua-sepia.jpg

 

 

 

 

Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 mylene-c-sepia-s.jpg

 

 

 

      Mylene Clavicillas Redita

 

Manille

 

Philippines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  wassila-sepia-s.jpg

 

 

 

 Wassila

 

 Liban / Sénégal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  epaule-ka-sepia-s.jpg

 

 

 Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  dianna-s.jpg

 

 

 

 

 

Dianna Dea Corvova

 

 

San Fernando   Philippines 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                          à suivre...

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Rencontres - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 13 juillet 2014 7 13 /07 /Juil /2014 20:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rochefort-sur-Loire-s.jpg

 

 

La Loire à Rochefort sur Loire

 

Septembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Les amis de Rochefort

 

 

 

Le ciel et le grand air

La flamme du clocher dégagée du tonnerre

La place de l’église

Les pelouses du toit jonchées de pierres grises

Une table encombrée de feuillage et de mains

Pour chaque ami un lendemain

 

Ce soir encore ensemble

Dans mes yeux le rideau de ton regard qui tremble

 

Je voudrais tant rester cet hiver parmi vous

Le visage dans la mousse de vos genoux

 

Le vent n’efface pas le bruit de vos paroles

Je prends place dans vos poitrines sur ce môle

Où s’attarde déjà la nef de l’horizon

C’est votre sang qui donne une teinte aux saisons

 

Vogueurs de grands chemins

Négriers des villages

Les gibiers du soleil tiennent dans votre cage

Vous êtes à l’avant du monde les passeurs

Les rapides du soir empruntent votre cœur

 

Je vous regarde aller

Vous marchez bien quand même

C’est à travers vos pas la lumière que j’aime

Au-dessus des étangs le son de votre voix

Et je rejoins la nuit

Très tard

À contre-voie.


 

   René-Guy Cadou

    " La vie rêvée "

        Robert Laffont

             1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maison-d-ecole-cadou-s.jpg 

 

                                                                                      2013

 

 

 

 

" La Demeure René Guy Cadou "

 

 

Sa dernière maison d'école

à Louisfert

en Loire Atlantique 

est devenue musée en 1993.

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

René Guy Cadou

 

Clic !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Association Cadou-Poésie :


J.F. Jacques

21 Avenue Le Nôtre

92420 Vaucresson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rene-2-ans-s.jpg

 

                                         Source Demeure RG Cadou

 

 

 

René à 2 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Georges-Cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

Georges Cadou

son papa

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna-cadou-s.jpg

 

                             Source Demeure RG Cadou

 

 

 

Anna

Sa maman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 carte-postale-Cadou-s.jpg

       

                                                          Source Demeure RG Cadou

 

 

 

 

De Pornic,

René écrit une carte postale à sa maman


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  cadou-adulte-s.jpg

 

                                             Source Demeure RG Cadou

 

 

      René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  video-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Ce dvd vient de sortir.

 

 

René Guy Cadou

ou 

Les visages de solitude

 

 

 

Un film d'Emilien Awada

Scénario Luc Vidal

 

52 mn

 

Disponible aux Editions du Petit Véhicule

 

Clic !

 

 


 

 

 

 

 

 

 

      * * *

 

 

 

 

 

 

 

 

          Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

 

 

- Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

 

 

- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !

 

 

- Les rives de la Seine ont aussi leurs fleuristes...

 

 

- Mais pas assez tristes ! Oh ! Pas assez tristes !

 

      Je suis malade du vert des feuilles et des chevaux,

 

           Des servantes bousculées dans les remises du château...

 

 

- Mais les rues de Paris ont aussi leurs servantes !

 

 

- Que le diable tente ! que le diable tente !

 

     Mais moi seul dans la grande nuit mouillée,

 

        L’odeur des lys et la campagne agenouillée,

 

            Cette amère montée du sol qui m’environne,

 

                 Le désespoir et le bonheur de ne plaire à personne...

 

 

- Tu périras d’oubli et dévoré d’orgueil !

 

 

- Oui, mais l’odeur des lys !

 

                     La liberté des feuilles !

 

 

 

 

                                            René Guy Cadou

 


 

 

 

 

 

Paris :   Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         René Guy Cadou et les poètes bretons :    Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Rochefort sur Loire


 

 

 

Juillet comme un beau soir dans un jardin sablé

 

L'auberge, la fumée des quinquets de la gare

 

On n'a pas rétabli les deux ponts sur la Loire

 

Mais on a bien gardé celui de la mémoire


 

Et tu marches là-bas parmi les oseraies

 

Traînant derrière toi ton unique village

 

Ses faces de buveurs, ses chevaux, son clocher

 

L'ardoise du poète et l'absinthe sauvage

 

Qui nous attend sur le comptoir de l'amitié


 

Te souviens-tu de ta maison et du passeur

 

En cotte bleue et qui fumait des cigarettes

 

Mouillées, Te souviens-tu de Béhuard cette cloche

 

Qui nous battait le cœur comme une aile brisée


 

Le bruit vague de l'eau, la collégiale rose

 

D'un ciel qui se mourait de son immensité

 

Nous chantons sur la route et déjà se dessinent

 

Les bocaux jaune et vert de ta maison hantée


 

Emmène-moi dans la vallée vers la demeure

 

De Marie-Cécile en Saint-Aubin-de-Luigné

 

Que j'y retrouve et que j'y boive ma jeunesse

 

Fraîche et joyeuse dans un décor du Douanier...

 

 

 

 

 

                     René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helene-et-Jean-Francois-s.jpg 

 

 

             Etienne, Hélène et Jean-François

       à La Possonnière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène et Jean-François

ont mis en musique ce poème,

cher au coeur de tous les Angevins

et bien au-delà.


Ils le chantent un dimanche béni de mai 2013,

royalement installés sur leur bateau,

une très belle toue traditionnelle,

sur le port de la Possonnière en Anjou,

dans le cadre d'une très inspirée Fête de la Loire.

 

La Possonnière est à un souffle ( poétique ) de Rochefort sur Loire.


 

                Leur site :     Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Novembre 2012    

 

 

 

feuille-cadou-s.jpg

 

 

                                                             Anjou

                                                             Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Odeur des pluies de mon enfance

 

 

 

 

 

 


Odeur des pluies de mon enfance

 

Derniers soleils de la saison ! 


A sept ans, comme il faisait bon, 


Après d'ennuyeuses vacances,


Se retrouver dans sa maison ! 

 

 

 

 

 



La vieille classe de mon père,


Pleine de guêpes écrasées, 


Sentait l'encre, le bois, la craie


Et ces merveilleuses poussières 


Amassées par tout un été. 

 

 

 

 

 



Ô temps charmant des brumes douces, 


Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,


Le vent souffle sous le préau,


Mais je tiens entre paume et pouce 


 Une rouge pomme à couteau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vidéos de Fanny !    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Interview réalisée

dans l'ancienne salle de classe

de la Demeure René Guy Cadou

 

 

 

      Plusieurs vidéos s'enchaînent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plaque-Cadou-s.jpg

 

                                                                      Novembre 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai pris cette image l'automne dernier

 

au cours d'une jolie balade à pied

 

dans les vignes automnales

 

de St Aubin de Luigné, en Anjou,

 

tout au bord du Layon tranquille et silencieux

 

qui promenait nochalamment ses feuilles mortes,

 

à peine rousses encore...

 

 

 

 

 

Des cheminées simples et droites

au bord des toits d'ardoise

qui fument en plein après-midi de novembre,


un vieux monsieur à casquette,

qui fend son bois avec application dans sa remise,


un alambic qui brûle discrètement derrière une haie,


l'odeur forte de la râpe

en gros tas lie de vin

le long de l'ancienne voie ferrée...

 


 

 

 

 

 

 

  portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dans les années 1940,

 

René Guy Cadou et ses amis poètes

 

de la toute jeune et encore inconnue " Ecole de Rochefort "

 

venaient régulièrement faire ripaille 

 

et écrire dans ces douces contrées ligériennes.

 

 

 

 

 


 

Pays de cocagne des vins du Layon,

de la noble Loire toute proche,

une lumière toujours pastel et vibrante,

le souvenir de l'ancien presque voisin

Joachim Du Bellay...


Son petit Liré n'est pas si loin... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Une lampe naquit sous la mer

Un oiseau chanta

Alors dans un village reculé


Une petite fille se mit à écrire
Pour elle seule

Le plus beau poème.



Elle n'avait pas appris l'orthographe

Elle dessinait dans le sable

Des locomotives

Et des wagons pleins de soleil.



Elle affrontait les arbres gauchement

Avec des majuscules enlacées et des cœurs.


Elle ne disait rien de l'amour

Pour ne pas mentir

Et quand le soir descendait en elle

Par ses joues

Elle appelait son chien doucement

Et disait :


« Et maintenant cherche ta vie ».


              René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

René Guy Cadou est né en 1920 à Sainte-Reine-de-Bretagne,

en pays briéron, mort en 1951, à Louisfert,

non loin de Châteaubriant, en Loire-Atlantique.

 

René Guy Cadou a su, en l’espace d’une courte vie,

construire une des œuvres poétiques les plus importantes

du XXe siècle. 

 


C’est grâce à la rencontre, à Nantes,

du jeune libraire-poète Michel Manoll,

que René Guy Cadou, lycéen de seize ans, entre en poésie.

 

Dès l’année suivante, il publie son premier recueil de poèmes

 " Brancardiers de l’aube."


Devenu instituteur remplaçant,

il va errer, pendant cinq ans,

d’une école de village à une autre,

trouvant dans cette errance même

– autant physique qu’affective –

une puissante source d’inspiration. 

 


La rencontre, en 1943,

d’Hélène Laurent va faire du brillant disciple de Pierre Reverdy,

le grand poète inspiré que l’on connaît,

le poète d’ " Hélène ou le Règne végétal ",

livre qui constitue, sans nul doute,

un des sommets de la poésie amoureuse de langue française. 

 


Titularisé enfin,

René Guy Cadou s’installe avec Hélène

dans la maison d’école de Louisfert,

et c’est là qu’il écrira

dans les cinq années qui le séparent de sa mort,

ses derniers grands poèmes lyriques,

dont l’admirable " Ode à Serge Essenine."

 

 

Au reste, René Guy Cadou ne fut pas seulement poète,

comme le prouvent son autobiographie (partielle)

" Mon enfance est à tout le monde,"

son roman " La Maison d’été,"

les articles de critique littéraire

parus dans diverses revues et rassemblés plus tard

dans " Le Miroir d’Orphée,"

ainsi que son admirable

" Guillaume Apollinaire ou L’Artilleur de Metz."


 

          Source : Revue 303.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cadou-Seyes-s.jpg

 

 

                                                                                               Sur le site suivant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Original :

 

Des petits poèmes en bandes dessinées !


 

               Cric !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et les chics poètes de la Loire :

 

                       Hop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fleur rouge

 

 

 

A la place du ciel

Je mettrai son visage

Les oiseaux ne seront

Même pas étonnés

Et le jour se levant

Très haut dans ses prunelles

On dira le printemps

Est plus tôt cette année

 

Beaux yeux, belle saison

Vivier de lampes claires

Jardins qui reculez

Sans cesse l'horizon

On fait déjà les foins

Le long de ses paupières

Les animaux peureux

Viennent à la maison

 

La chambre est encombrée

De rivières sauvages

Dans le foyer s'envole

Une épaisse forêt

Et la route qui tient

En laisse les nuages

Traîne sa meute d'or

Jusque sous les volets

 

Tous les fruits merveilleux

Tintent sur son épaule

Son sang est sur ma bouche

Une flûte enchantée

Je lui donne le nom

De la première enfance

De la première fleur

Et du premier été

 

 

 

René Guy Cadou

 

" Hélène ou le règne végétal "

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      Hélène et René Guy Cadou


                                                                              Vers le Tome 2 :

 

 

                                                                          Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Mots des autres - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires

Waou ! Le blog de Pénéloop !


A l'Orée
         des peut-être...



 On m'a dit
     que tout était possible...

          Dois-je le croire ?


               Pénéloop
 

 

 

L'Orée, le livre cadeau !

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic ! 

 

Le divin coquin livre !

 

 

 

 

 

cage soakette s

 

 

La marguerite des Possibles !

 

Dring !

 

 

 

Magic potion !!!


    J'écoute
            en
                boucle...

 

 

Alan Stivell

Suite Sudarmoricaine

 

 

Qui ? Moi ?

.
Loop

 ( l'héroïne )



image-facebook-s.jpg

Pénélope Estrella-Paz

( l'auteure )




Sur facebook :


Mots d'Elles...



 
            " M'efforcer
           de déchiffrer
             vos secrets... "
    

             
    Khalil Gibran
                                " lettres d'amour "


                                 
drapeau-tibet-s.jpg


anti_

M'écrire ?

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !

Images Aléatoires

  • fillette drapeau s
  • galerie-1-s.jpg
  • notre dame 2 s
  • reine 2 s
  • regrets 2 s
  • départ écume s
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés