Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 20:17

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne-nuit-bougie-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Bouteilles à la mer - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 12:51

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J A L O U S E ,   M O I  ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jalouse-Chaumont-s.jpg

 

                                                                                Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jalouse, moi ?


Non.

 


Enfin, assez peu...


Assez peu longtemps à chaque fois,

je veux dire...

 


Moi, en fait,

je crois aux vertus.

 

 

Vertus de la patience,

d'abord.

 

 

Vertus du cyanure,

ensuite...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

                       L'image :

 

   " Fractales flowers " de Miguel Chevalier

 

au Festival des Jardins de Chaumont sur Loire

 

                        Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

Un dîner presque parfait :

 

           Hop !

 

 

 

 

 

 


 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Tranches de ma vie - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D O U X ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      L E S    M O T S    D O U X . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulipes-mots-doux-s.jpg

 

                                                                                         Avril 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je pense qu'une fois 

 on me fit blanche et belle

 et qu'on serra ma tête

 d'une tresse de fleurs,

 comme pour une fête,

 qu'une gaze tombait

 sur mes souliers plus beaux... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbesse, je le sais,

on vante vos talents

et vous êtes, en tout, très savante...

 

Si vous me montrez, Madame,

le dur métier de baiser,

et que, grâce à vous je sache...

 

... par Dieu, qui m'a ainsi faite,

quand je baiserai, 

 je dirai le Pater Noster

et je prierai pour votre âme... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je te donne l'éclat des joies et des chagrins,

des yeux qui regardent et voient,

qui embrassent et jouissent...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

Le fleuve à la renverse sous les saules

Entre ton corps et la colline.

L'innocence de la mémoire.

Je tenais l'essaim des chansons

Sur mon cœur, comme une pivoine...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dame qui m'avez tant fait souffrir,

il y a bien longtemps, mon Dieu,

que je ne vous ai vue.


J'ai vécu déjà loin de vous,
 pourtant,

mais jamais je n'ai ainsi vécu l'ancien proverbe :

 

" Loin des yeux, loin du coeur... "   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous disais que la main

j’allais mettre sur votre sein...
 

Le voulez-vous permettre ?

Ne fuyez pas sans parler !


Je vois bien, à vos regards,

que vous le voulez bien...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous... prosternés

devant les boules du grand Khan

à cheval, en canot sur les Chinoises fines

tailles d'oiseau, toison de soie, roses tétines

la boussole volée, avons prise en partant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux fragiles libellules bleues au sommet d'un jonc,

Un nénuphar bien ouvert et puis quelques grenouilles...

 

Pieds nus dans la rosée, une petite robe blanche...

Premiers soubresauts du désir, légère odeur de mouille...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu vas nue,

constellée d'échardes

secrète, tiède et disponible,

attachée au sol indolent...

A te mordre,

les jours grandissent... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


Je parle de toi, 

de tes seins 

à l’avant-garde des prairies,

de l’eau claire,

de tes seins endormis

et des rives qu’elle noie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’été, l’hiver, je t’ai vue,

Dans ma maison, je t’ai vue,

Entre mes bras, je t’ai vue,

Dans mes rêves, je t’ai vue,

Je ne te quitterai plus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime chaque jour

sous le soleil et la chandelle...

 

Je t'aime de tout mon souffle, 

 de tous mes rires, 

 de toutes les larmes de ma vie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la nuit,

les amoureux s'embrassent,

les étoiles en sont jalouses...

 

Car, sous leurs cils,

naissent de petites étincelles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une perle plus grosse que les autres,

argentine et allongée,

luisait entre ses deux seins,

comme un croisssant de lune

entre deux nuages ronds...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est supplique de tous les dons,

des connaissances, des souvenirs,

des baisers vécus et rêvés,

la jouissance qui nous a saisis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes doigts possèdent le secret de t'éveiller,

de t'épanouir,

de te perdre, avant de t'endormir,

comme un enfant dans la forêt...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chute de reins,

Chute du rêve enfantin d'être sage...

 

 

Fesses, trône adoré de l'impudeur,

Fesses dont la blancheur divinise encor la rondeur...


Seins, double mont d'azur et de lait,

Aux deux cimes brunes,

Commandant quel vallon, quel bois sacré ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le champ, sous la brise du soir, frissonnait.

 

Notre égoïsme, dans sa cachette,

oubliait le préjudice,

sacrifiant le blé au confort de notre amour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime de ta voix,

de tes yeux, de tes seins,

et de ma vie à toi,

toi dont les desseins sont d'aimer

celui qui t'aime tant...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jambes nues très haut,

la grandeur folie des yeux,

au fond de la gorge,

ce peu de voix pour des bas noirs,

bon gré, mal gré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tâtonnant toujours de tout son corps

vers l'oubli de la brûlure profonde,

sa bouche trouva la bouche de l'Indien...

 

Et elle ne se souvint plus d'aucune douleur.

 

Il leur restait, avant minuit,

trente minutes...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis elle évoque,

en des remords sans accalmies,

ces temps où rayonnait, pure,

la jeune gloire de ses amours chantées en vers

que la mémoire de l’âme

va redire aux vierges endormies...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aimons gaîment
Et franchement

 

Aimons bien fort
Jusqu'à la mort

 

Aimons drûment
Et verdement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La double pêche de tes seins

dans la coupe de la journée...


Voici que ton ventre se lève

entre les branches du figuier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais pas crever

Avant d'avoir usé

Sa bouche avec ma bouche

Son corps avec mes mains

Le reste avec mes yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'arbre en arbre, feuille à feuille,

 

Pierre à pierre, eaux et flammes...

 

Ma main la tienne accueille,

 

Ta main la mienne accueille...


 

...Je t'aime !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'extase langoureuse,

 

 C'est la fatigue amoureuse,

 

 C'est tous les frissons des bois,

 

 Parmi l'étreinte des brises,

 

C'est, vers les ramures grises,

 

 Le coeur des petites voix....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ton amour m'a appris à être triste...

 

Il y a longtemps que j'avais besoin

d'une femme qui me rende triste

 

D'une femme dans les bras de laquelle je puisse pleurer

comme un passereau

 

D'une femme qui rassemble tous mes morceaux

comme les pièces d'un cristal brisé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 J'aimais m'approcher 

  doucement de votre visage,

 vous sentir respirer plus fort,

 voir, avec bonheur,

 vos lèvres s'entrouvrir,

 accueillir doucement, gémir,

 et puis...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle portait une robe de foulard,

chiffonnée depuis qu’elle s’était assise.

 

Je ne pus m’empêcher d’imaginer les dessins

que le cannage imprime sur la peau...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je t'aime pour toutes les femmes

que je n'ai pas connues,


Je t'aime pour tous les temps

où je n'ai pas vécu,


Pour l'odeur du grand large

et l'odeur du pain chaud...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous les yeux des filles bienheureuses

qui s'avancent, 

 les seins touchant l'onde,

l'eau pure des ruisseaux

jusqu'à sentir dans leur corps et leur âme

sans conditions et sans limites

la montée acquise du plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mademoiselle mon coeur,

mise à nu dans la dentelle,

la bouche parfumée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame,

savez-vous que d'être sucé,

souvent, j'ai besoin...

 

Quelques secondes, quelques minutes,

mais souvent...

 

A l'ombre d'un pilier d'église oubliée

ou sous les couverts d'une chantante futaie...

 

Sous une porte cochère,

à l'heure où, sur les quais, on allume les réverbères,

ou bien, dans les brumes du petit matin,

derrière le lourd rideau dansant, riant,

d'un fiacre cahotant...

 

Selon votre bon plaisir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est si proche,

ton âme de la mienne,

que ce que tu rêves,

je le sais...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur des lits moelleux,

dans mes bras, tendrement,

tu faisais s'épanouir tous tes désirs...

 

Aux rites sacrés,

jamais nous ne manquions...

 

Nous n'étions absentes

ni pour le bosquet sacré,

ni pour la danse,

ni pour la musique...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le désordre :


 

Pierre Louÿs

Elizabeth Browning

Paul Eluard

Nikos Kavvadias

Nizar Qabbani

Sapphô

Rûmî

Georges Bataille 

Andreas Embirikos

Pénélope Estrella-Paz

Raymond Radiguet

Fernando Esquio

Alfred Jarry

René Guy Cadou

André Verdet 

Gustave Kahn

Emily Swindale

Marceline Desbordes-Valmore 

Ronsard 

Boris Vian

Hélène Cadou

       Tüzes Balint

Maram al-Masri

Alfonso Eanes de Coton

René Char

Maxime Ollivier

Paul Verlaine

Louis Scutenaire

      Edmond Jabès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre...                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

 

Une précision importante :    Hop !                    

 

 

 



Les mots doux, tome 1 :    Clic !    

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Créatrices / Créateurs - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Samedi 8 novembre 2014 6 08 /11 /Nov /2014 19:45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D E V I N E T T E

 

 

 

 

A

 

 

 

 

I S P A H A N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pont-d-ispahan-s.jpg

 

 

 

 

 

Le pont Khadju

 

sur la rivière Zâyanderoud

 

Ispahan


 

27 mars 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Devinette :

 

 

 

Dans une rue d'Ispahan,

 

de Téhéran ou de Kermânshâh,

 

comment reconnaît-on une fillette de 9 ans

 

 marchant à côté d'une autre

 

 de 8 ans et 11 mois ?

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop en Iran :

 

Clic !

 

 

 

 

 


 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Bouteilles à la mer - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 8 novembre 2014 6 08 /11 /Nov /2014 06:50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J' A R R Ê T E    P R O U S T   !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gibrat-proust-s.jpg

 

                                                        Jean-Pierre Gibrat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin,


j'ai décidé de ne plus lire Proust,

 

de ne plus manger de madeleines

 

et

 

 de ne plus dormir avec la Joconde...

 

 

 

 

Question de principe.

 

 

 

 

Proust

 

a-t-il lu un seul de mes livres ?

 

Non.


 

 

 

Léonard

 

a-t-il admiré une seule de mes œuvres ?

 

Non.

 

 

 

 

 

Alors,

 

vous comprenez,

 

  il n'y a pas de raison...

 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proust sur l'Orée :   Clic !

 

 

 

 

L'image :

 

Affiche de Jean-Pierre Gibrat

 

pour les Journées Musicales Marcel Proust

 

à Cabourg 2012


 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Tranches de ma vie - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 7 novembre 2014 5 07 /11 /Nov /2014 09:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L O O P

 

 

 

 

 

 

 

E T       L E S    C H I C S    P O E T E S

 

 

 

 

 

   D E    L A   L O I R E

 

 

 

 


 

Tome 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

amboise-soir-s.jpg

 

 

 

Amboise

 

Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

 

Le fleuve à la renverse sous les saules

 

Entre ton corps et la colline.

 

L'innocence de la mémoire.

 

Je tenais l'essaim des chansons

 

Sur mon cœur, comme une pivoine.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nuit-dagueniere-s-copie-2.jpg

 

 

 

Île Seguin

 

La Daguenière

 

Juillet 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La-dagueniere-ciel-s.jpg

 

 

 

La Daguenière

 

Juillet 2009


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

noe-inonde-s.jpg

 

 

 

Bar Le Noé

 

Bouchemaine

 

La Maine,

juste avant de se jeter dans la Loire

 

Février 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loop et les Chics poètes de la Loire :

 

Tome 1 :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Bouteilles à la mer - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 novembre 2014 5 07 /11 /Nov /2014 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H E L E N E

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R E N E    G U Y    C A D O U

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Helene-et-Rene-Guy-Cadou-s.jpg

 

 

      Hélène et René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne voit pas

L’herbe grandir

 

La terre

Tourner

 

On ne voit Dieu

Dans son ciel

Et pourtant

La terre tourne

 

L’amour s’épanouit

Et Dieu existe

Dans le regard de l’homme

 

Plus vrai

Que le temps qui nous ronge.

 

 

 

Hélène Cadou 


1991

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte-d-identite-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Profession :

 

Poète et instituteur

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Hélène

 


Je t'atteindrai Hélène

À travers les prairies

À travers les matins de gel et de lumière

Sous la peau des vergers

Dans la cage de pierre

Où ton épaule fait son nid

 

Tu es de tous les jours

L'inquiète la dormante

Sur mes yeux

Tes deux mains sont des errantes

À ce front transparent

On reconnaît l'été

Et lorsqu'il me suffit de savoir ton passé

Les herbes les gibiers les fleuves me répondent

 

Sans t'avoir jamais vue

Je t'appelais déjà

Chaque feuille en tombant

Me rappelait ton pas

La vague qui s'ouvrait

Recréait ton visage

Et tu étais l'auberge

Aux portes des villages.

 


 

René Guy Cadou

  La vie rêvée

       1944

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Une courte biographie :

 

             Hop !

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-bernerie.jpg

 

 

 

 

René photographie Hélène

 

à la Bernerie en Retz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélène Cadou

 

poète et femme de René Guy Cadou

 

 Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mariage-clermont-s.jpg

 

 

 

 

 

Le repas de mariage

 

à Clermont sur Loire

 

le 23 avril 1946

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


        C'était lui...

 

 

 

 

C’était lui dans le vent glacé

 

Je vous dis qu’il vient de passer

 

C’est encore elle qui l’entraîne

 

Il faut me laisser m’en aller

 

 

 

Je ne vais pas me faire belle

 

Il ne se retournera pas

 

Elle a la douceur de la neige

 

Et sait mieux lui parler que moi

 

 

 

Mais laissez laissez-moi aller

 

Il est là de l’autre coté

 

Peut-être qu’il aurait bien froid

 

Dans une éternité sans moi !

 

 

 

 

           Hélène Cadou

 

        Le bonheur du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre-clisson-s.jpg

 

 

 

 

 

 

Première rencontre à Clisson

 

le 17 juin 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne te retourne pas

 

Le souvenir est devant toi

 

Car ce printemps est advenu

 

Comme d'une étoile écorchée

 

Dans la grande allée du royaume

 

À jamais perdu retrouvé

 

Douceur des larmes dans la chair

 

Enfance aiguë

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

helene-rene-Germigny-des-pres-1948-s.jpg

 

 

 

Hélène et René

 

à Germigny les Prés

 

en 1948

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce soir

 

La nuit est bleue

 

Avec un parfum de girofle

 

Sous la pierre lente et chaude

 

Tu vas et viens

 

De ton cœur

 

Au jardin

 

Et le pouls des planètes

 

Pourrait cesser de battre

 

Sans que la peur

 

Ne soit nommée

 

Dans la douceur des choses.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


helene-rene-a-Louisfert-s.jpg

 

 


A Louisfert,

 

près de Châteaubriant

 

en Loire-Atlantique.

 

 

 



René Guy Cadou

 

y était instituteur

 

pendant la dernière partie de sa vie. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  portrait-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toi

Dans une tour de soleil

 

Toi

Dans la terre

Avec mes ongles retournés

 

Toi

N'en déplaise aux loups

Qui cernent mon sommeil

 

Toi

Dans la mer

À la pelure fraîche lavée

Avec les mille doigts du bonheur

Avec le fuseau des heures enlacées

Avec les continents en dérive

 

Toi

Dans la chambre où je veille

Épaule contre ma joue

Fougère qui parle dans les vitres

Arbre du sang qui me dessine

 

Toi

À plein cœur à pleine voix

 

Toi

Dans les souvenirs à venir

Pour l'enfant que nous n'avons pas.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

musee-cadou-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A Louisfert

 

la salle de classe de René

 

est devenue musée.

 

 

 

 

Clic !

 

 

 

 

Les photos publiées ici

 

proviennent de cette exposition.

 

 

Grand merci !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 plumes-rene-guy-s-copie-1.jpg

 

 

 

 

 Les outils

 

 du maître d'école et du poète...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la place du ciel, je mettrai son visage.


Les oiseaux ne seront même pas étonnés...

 

Et, le jour se levant,

très haut dans ses prunelles,

on dira :

 

Le printemps est plus tôt cette année...

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les fruits merveilleux tintent sur son épaule.

Son sang est sur ma bouche une flûte enchantée.

Je lui donne le nom de ma première enfance,

de la première fleur et du premier été...

 

 

 

           René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu es dans un jardin et tu es sur mes lèvres.


Je ne sais quel oiseau t'imitera jamais.


Ce soir, je te confie mes mains

pour que tu dises à Dieu de s'en servir

pour des besognes bleues,

car tu es écoutée de l'ange...


Tes paroles ruissellent dans le vent

comme un bouquet de blé

 

Et les enfants du ciel, revenus de l'école

t'appréhendent avec des mines extasiées...


 

 

René Guy Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les itinérances de René Guy Cadou

 

en Loire Inférieure

 

( aujourd'hui Loire Atlantique )

 

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Môrice Bénin

 

chante en public

 

" Hélène "

 

à Nantes

en mars 2014

dans le cadre du colloque


" René Guy et Hélène Cadou, poésie et éternité "


organisé par les Cahiers des Poètes de l'École de Rochefort-sur-Loire

et l'Université Permanente de Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Editions du Petit Véhicule

 

ont réalisé 3 CD

 

où Môrice Bénin chante Cadou

 

ainsi que de nombreux ouvrages autour 

 

du poète de l'Ecole de Rochefort


 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'était un matin blanc.

 

Le fleuve à la renverse sous les saules

 

Entre ton corps et la colline.

 

L'innocence de la mémoire.

 

Je tenais l'essaim des chansons

 

Sur mon cœur, comme une pivoine.

 

 

 

Hélène Cadou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 helene--livre-s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cahiers cadou s

 

 

 

      Editions du Petit Véhicule

 

2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

      Dans l'émission Ça rime à quoi ?

 

Luc Vidal évoque Cadou

 

 sur France Culture :

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site officiel

 

  Cadou Poésie :


 

Zoom !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Loop et les Chics poètes de la Loire :


 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cadou sur l'Orée :

 

Vers le Tome 1

 

Zip !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Créatrices / Créateurs - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 6 novembre 2014 4 06 /11 /Nov /2014 10:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F A I S    C O U R T ,

 

 

 

 

 

 

 

 

   C H E R I E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2-chevaux-ria-s.jpg

 

                                                                                                                Août 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai décidé de ne plus lire Proust

 

et de ne plus dormir avec la Joconde...

 

 

Question de principe.

 

 

Proust a-t-il lu un seul de mes livres ?

 

Non.

 

 

Léonard a-t-il admiré une seule de mes œuvres ?

 

Non.

 

 

 Alors, vous comprenez, il n'y a pas de raison...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alea jacta est !

 

 


J'aime le jambon de Parme.

 

J'aime la tour de Pise.

 

J'aime la fontaine de Trévi.

 

 

J'aime Jules César.

 

 

J'aimerais tant me marier avec lui.

 

J'en rêve depuis Alésia.

 

Le mettre enfin à ma botte...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un beau conte

 

pour tous les enfants sages...

 

 

 

 

 

 


 

Le gentil petit coquelicot.

 


 

 

C'est l'histoire d'un gentil petit coquelicot,

 

Mesdames...


 

Un jour,

 

il fait une grosse grosse bêtise.


 

 Il a beaucoup beaucoup honte !

 

 

 

Oh !!!


 

Alors.......... il devient tout rouge...


 

 

 

 

 

Pénélope Estrella-Paz

 

 

 

 

 

 

 


Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Contes - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mercredi 5 novembre 2014 3 05 /11 /Nov /2014 18:24

 

 

Emily Swindale

 

en français

 

en lituanien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S E P T E M B E R    S O N G

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J_W_Waterhouse-s.jpg

 

                                                               J. W. Waterhouse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

September song...

 

 

 

 

Every second was a caress

 

every moment a gift.

 

 

 

Elle disait

 

que les nuits bleues lui portaient chance.

 

 

 

Chaque jour,

 

elle réinventait, semblait-il, sa propre existence.

 

 

 

Chaque matin,

 

elle s'offrait davantage.

 

 

 

Elle ne savait plus

 

ce que c'était qu'être sage.

 

 

 

Chaque seconde était caresse,

 

chaque instant, un présent...

 

 

 

 

 

Emily Swindale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

September song...

 

 

 

 

 

Kiekviena akimirka yra kaip dovana

 

Ji minėjo,

 

mėlynos naktys nešė sėkmę.


 

Kasdien

 

iš naujo atrandant savo egzistenciją.


 

Kasryt

 

norėjos vis daugiau.

 

 

Ji nežinojo

 

kas buvo protinga.

 

 

Kiekviena glamonė buvo

 

kaip viena akimirka vienu metu...

 

 

 

 

 

 

 

En lituanien

 

grâce à Rasa Šlekienė

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

english poetry 2 s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emily Swindale sur l'Orée :

 

              Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Questions de femmes - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 4 novembre 2014 2 04 /11 /Nov /2014 20:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F E M M E S

 

 

 

 

 

 

 

 

      D U    M O N D E . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      E l o g e   d e   l a   f é m i n i t é . . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Thattynha-s.jpg

 

 

Thattynha Monroe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Erzso-Em-s.jpg

 

 

   Erzo Em

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

anna sépia s

 


 

 

Anna Marousi

       

Marousi, Grèce

 

 Stockolm, Suède

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  alejandra-chien-s.jpg

 

 

 

      Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  lamita-sepia-s.jpg

 

 

 

 

Lamita Mehreb



Beyrouth


Liban 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Alejandra-rousse-2-s.jpg

 

 

 

 

    Alejandra Mar

 

   Mexico / Vancouver

 

   Mexique / Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  kelly-mac-profil-nb-s.jpg

 

 

 

 

Kelly Mac

 

Oran

 

Algérie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Shabnam-1-s-copie-1.jpg

 

 

 

Shabnam

 

Shiraz

 

Iran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ka-Chua-sepia.jpg

 

 

 

 

Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 mylene-c-sepia-s.jpg

 

 

 

      Mylene Clavicillas Redita

 

Manille

 

Philippines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  wassila-sepia-s.jpg

 

 

 

 Wassila

 

 Liban / Sénégal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  epaule-ka-sepia-s.jpg

 

 

 Kà Chua

 

Viêt Nam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  dianna-s.jpg

 

 

 

 

 

Dianna Dea Corvova

 

 

San Fernando   Philippines 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femmes iraniennes

 

Clic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                          à suivre...

Par Oh ! My Loop ! - Publié dans : Rencontres - Communauté : Le monde de Pénéloop
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Waou ! Le blog de Pénéloop !


A l'Orée
         des peut-être...



 On m'a dit
     que tout était possible...

          Dois-je le croire ?


               Pénéloop
 

 

 

L'Orée, le livre cadeau !

 

 

livre-cadeau-2-s.jpg

 

Clic ! 

 

Le divin coquin livre !

 

 

 

 

Magic potion !!!


    J'écoute
            en
                boucle...

 

 

Alan Stivell

Suite Sudarmoricaine

 

 

Qui ? Moi ?

.
Loop

 ( l'héroïne )



image-facebook-s.jpg

Pénélope Estrella-Paz

( l'auteure )




Sur facebook :


Derniers Commentaires

Mots d'Elles...



 
            " M'efforcer
           de déchiffrer
             vos secrets... "
    

             
    Khalil Gibran
                                " lettres d'amour "


                                 
drapeau-tibet-s.jpg


anti_

M'écrire ?

L'Orée des Possibles

 

 

Logo Orée des possibles s

 

Clic !

Images Aléatoires

  • robe-fleur-s.jpg
  • champa-s.jpg
  • vill-6-s.jpg
  • mann-s.jpg
  • sexy 3 s
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés